Yves Bruley

  • En embrassant les deux millénaires qui composent l'histoire du catholicisme, cet ouvrage relève les continuités de l'Église catholique, l'originalité de cette religion comparée aux autres grandes religions, comme celle de l'identité du catholicisme par rapport aux autres confessions chrétiennes.
    Cette synthèse montre aussi le rôle crucial du christianisme dans l'histoire mondiale, depuis le retournement religieux de l'Antiquité gréco-romaine jusqu'à nos jours, en passant par l'ordre sacré du monde chrétien médiéval ou par la naissance de la modernité et de la laïcité.

  • Habemus papam ! Une expression qui à elle seule dit tout du caractère exceptionnel de la papauté.
    De Simon-Pierre à Benoît XVI, cet ouvrage décrypte l'histoire longue de vingt siècles d'une institution unique, qui a vu se succéder près de trois cents papes. La papauté ne se définit pas par une fonction ou un territoire, mais par une succession, celle de l'Apôtre. Et si les personnalités des pontifes romains s'opposent parfois, leur histoire est faite de continuité. En huit chapitres clairs et substantiels, l'auteur retrace le parcours à la fois tumultueux et immuable de la Rome catholique et pontificale, dont le centre est unique et la circonférence universelle.

  • En embrassant les deux millénaires qui composent l'histoire du catholicisme, cet ouvrage relève les continuités de l'Eglise catholique, l'originalité de cette religion comparée aux autres grandes religions, comme celle de l'identité du catholicisme par rapport aux autres confessions chrétiennes.
    Cette synthèse montre aussi le rôle crucial du christianisme dans l'histoire mondiale, depuis le retournement religieux de l'Antiquité gréco-romaine jusqu'à nos jours, en passant par l'ordre sacré du monde chrétien médiéval ou par la naissance de la modernité et de la laïcité.

  • Charles Gounod

    Yves Bruley

    Premier grand prix de Rome à 21 ans, aussi à l'aise dans le dessin que dans la composition, Charles Gounod (1818- 1893) fut élève de Reicha, Lesueur et Halévy. Il signait ses oeuvres «Abbé Gounod», ce qui caractérise bien ce personnage imprégné d'un profond sentiment religieux qui composa pas moins de vingt et une messes, dont la très appréciée Messe de Sainte Cécile. En 1859, son opéra Faust, d'après la pièce de Goethe, est joué au Théâtre-Lyrique, remportant un succès considérable, avec 70 représentations la première année. Il reste à ce jour une des oeuvres lyriques les plus jouées et emblématiques du XIXème siècle français. En 1867, Roméo et Juliette connaîtra un succès encore plus vif, contrairement à ses dix autres pièces lyriques, y compris Mireille moins jouée de nos jours. On peut aussi noter ses deux symphonies, cinq quatuors à cordes et de nombreuses mélodies. Gounod meurt le 18 octobre 1893 à Saint-Cloud. Ses obsèques ont lieu à l'église de la Madeleine, avec le concours de Camille Saint- Saëns à l'orgue et de Gabriel Fauré à la tête de la maîtrise.
    Son influence est perceptible notamment dans les oeuvres de Massenet, Bizet et Saint-Saëns.

  • La laïcité française

    Yves Bruley

    Les principes dont on parle le plus ne sont pas ceux qu'on connaît le mieux. La laïcité, c'est la France et c'est mille ans de son histoire. D'hier à aujourd'hui, de la monarchie à la république, des guerres de religion à la patrie des droits de l'homme, la laïcité a consacré la quête constante d'une juste séparation entre l'Église et l'État, la croyance et l'école, le spirituel et le temporel. Antidote aux paniques identitaires et aux tentations communautaristes, déminant à la fois l'ignorance, l'hystérie et l'instrumentalisation, ce livre représente une contribution cruciale au plus contemporain des débats.

  • En embrassant les deux millénaires qui composent l'histoire du catholicisme, cet ouvrage relève les continuités de l'église catholique, l'originalité de cette religion comparées aux autres grandes religions, comme celle de l'identité du catholicisme par rapport aux autres confessions chrétiennes.
    Cette synthèse montre aussi le rôle crucial du christianisme dans l'histoire mondiale, depuis le retournement religieux de l'antiquité gréco-romaine jusqu'à nos jours, en passant par l'ordre sacré du monde chrétien médiéval ou par la naissance de la modernité et de la laïcité.

  • Courte et accessible, sans partis pris, cette histoire de la papauté s'est imposée depuis sa première édition comme un "classique".
    Aujourd'hui mis à jour pour intégrer les événements survenus depuis la fin du pontificat de jean-paul ii, ce livre met en perspective les débuts de benoît xvi, en les situant dans l'ensemble d'une histoire de deux mille ans. pour l'auteur, les personnalités successives des pontifes romains sont différentes, s'opposent même parfois. mais sous l'apparence des ruptures, l'histoire des papes est faite de continuités.
    Yves bruley ne se contente pas d'enfiler comme un chapelet les événements historiques, depuis l'humble pêcheur simon, appelé pierre, jusqu'au pape bavarois : il cherche les cohérences historiques ; il indique des " clefs " de lecture. a côté des deux " clefs " habituelles, la religion et la politique, l'auteur montre que la papauté ne peut se comprendre sans sa dimension culturelle, la " troisième clef ".
    Un ouvrage à la fois synthétique, pédagogique et novateur.

  • Etude proposant une vue d'ensemble de la politique étrangère menée par Napoléon III et de sa conduite de la diplomatie. L'auteur décrit ses positions vis-à-vis de la Crimée, de l'Italie, du Mexique, de l'Allemagne, etc. Il montre comment la versatilité de ses visions politiques, l'influence grandissante de l'opinion publique et l'évolution du processus diplomatique ont conduit à la guerre en 1870.

  • « La Bibliothèque Que sais-je ? » est une nouvelle série réunissant, autour d'un même thème, plusieurs volumes d'un même auteur ou d'auteurs différents initialement parus dans la collection « Que sais-je ? ».
    Avec cet ouvrage, le lecteur parcourra trois millénaires d'histoire.
    Éric Smilevitch retrace d'abord l'histoire du judaïsme en explorant la tradition hébraïque, qui enveloppe toutes les dimensions de la vie. Yves Bruley montre le rôle crucial du christianisme dans l'histoire mondiale, depuis le retournement religieux de l'Antiquité gréco-romaine jusqu'à nos jours. Dominique Sourdel se propose, loin des idées fausses qui ont longtemps imprégné le monde non musulman, de dégager les principes fondateurs du Coran et ceux de la Loi islamique. Enfin, Jean Baubérot interroge le protestantisme dans son rapport à une modernité qu'il a contribué à faire émerger et qui est à présent en crise.
    Une véritable Bible pour tous ceux qui souhaitent comprendre un phénomène mondial dont nos sociétés sont le théâtre depuis plusieurs décennies : le retour du religieux.

  • Au fil de ces entretiens avec un jeune historien qui fut son élève à la Sorbonne, Jean Tulard revient sur son enfance, ses lectures, ses études, sa carrière universitaire, son activité d'académicien.
    Dans une deuxième partie, il s'interroge sur le métier de l'historien, ses méthodes qui doivent être rigoureuses, son objectivité (il parle d'un « regard froid »), qui ne doit pas exclure une certaine passion.
    C'est un éloge de l'école positiviste fondée sur le culte du document.
    Mais Jean Tulard ne s'est pas enfermé dans sa spécialité : il a été conseiller historique à l'Opéra, membre du conseil d'administration de la Cinémathèque française, chroniqueur à Valeurs Actuelles. Passionné de cinéma (et auteur de dictionnaires des acteurs et des films, collection « Bouquins », qui font référence), il évoque ses amitiés, d'Abel Gance à Léo Malet.

  • Au vu des guerres menées par l'Empereur, le rôle de la diplomatie et des diplomates à l'époque napoléonienne pourrait sembler marginal. Cette pratique, cherchant à concilier vertu et intérêt, explique pourtant bien des facettes de la position de la France impériale sur l'échiquier international.
    Quel rôle ont joué l'idée de puissance, la volonté de paix et le désir de gloire ? Comment définir l'action des cinq ministres des Affaires étrangères de Napoléon : Reinhard, Talleyrand, Champagny, Maret et Caulaincourt ? Qui animait vraiment la politique diplomatique ? Quels étaient ses outils et ses moyens ? Ce sont quelques-unes des questions soulevées dans cet ouvrage collectif réunissant les meilleurs spécialistes de l'époque impériale.

empty