Yves Marchand

  • Yves Marchand, avec ce petit manuel d'ethnographie, nous convie à une réflexion sur la « connerie » sous toutes ses formes et dans tous ses états, en classifiant et en définissant rigoureusement tous les « cons ». Si le texte reste d'une facture classique, le langage est bien de son temps. Les exemples sont saisissants, drôles et la pensée percutante.

    L'éloge, dans la tradition des moralistes du XVIIIe siècle, se veut didactique et humoristique. Il traite sérieusement, dans une complicité de bon aloi avec ses lecteurs, d'un sujet qui pourrait déclencher leurs foudres. Avec un sens réel de l'autodérision, il en profite pour se moquer autant de lui que des autres, s'attirant sans doute ainsi une certaine bienveillance.

    /> Le sujet est traité avec une réelle apparence de sérieux, mais manifestement l'auteur, lui, ne se prend pas au sérieux.

  • Un déserteur, la guerre d'Algérie, un couple qui se déchire, des manifestants, les médias, Le 11 janvier, un corbeau magnifique, la Justice, le marquis de Sade, Brassens, Corneille, les hommes politiques, le pouvoir, les réfugiés, les droits de l'Homme, le clergé... sont quelques uns des éléments de ce Puzzle que Laure tente de reconstituer sur les chemins du courage et de la lâcheté qu'empruntent tous les protagonistes de ce livre. Un roman passionnant difficile à classer tant sa forme est nouvelle et son fond traité avec une profondeur et une humanité rares. Qu'est-ce que le courage ?
    Qu'est-ce que la lâcheté ?

    A travers des chapitres où l'humour et l'ironie côtoient la réflexion philosophique, où la comédie humaine fréquente la grandeur d'âme, où le mensonge prend le costume de la vérité et réciproquement, l'auteur nous propose son regard et ses réponses. Son regard et ses réponses d'homme, d'avocat honoraire ou d'ancien homme politique, certes, mais aussi et surtout son regard, ses réponses et son talent indéniable d'écrivain.

  • Avant de nous entraîner dans une aventure qui tient autant du conte que du pamphlet ou de la satire et qui se présente comme une sorte d'illustration de la "connerie" sous bien des aspects dans l'exercice du pouvoir, Yves Marchand prend soin, à titre d'initiation, de nous faire réfléchir, dans ce qu'il appelle un petit manuel d'ethnographie à la nature profonde de la "connerie" sous toutes ses formes. Si le texte reste d'une facture classique, le langage est bien de son temps. Les exemples sont saisissants, drôles et la pensée percutante.

    L'éloge, dans la tradition des moralistes du XVIIIe siècle, se veut didactique et humoristique. Il traite sérieusement, dans une complicité de bon aloi avec ses lecteurs, d'un sujet qui devrait normalement déclencher leurs foudres. Avec un sens réel de l'autodérision, il en profite pour se moquer autant de lui que des autres, s'attirant sans doute ainsi une certaine bienveillance. Le sujet est traité avec une réelle apparence de sérieux, mais l'auteur, lui, ne se prend pas au sérieux.

    Le conte, qualifié de "Fantaisie-Impromptu" sous le titre Les avatars du vice-roi, n'épargne pas ses cibles en leur accordant toutefois, pour qualifier leurs actes, le bénéfice du doute. Entre "connerie" et "perversité", le lecteur tranchera.

  • Alors que ses frères et soeurs écoutaient à la radio Salut Les Copains, l'auteur, lui, écoutait les Actualités. Comme si déjà il pouvait prendre part et apporter sa pierre à la chose publique.
    Par atavisme familial d'une part et fasciné par l'aura du Général de Gaulle, d'autre part, il sut très vite que la Politique serait son chemin de vie.
    Tantôt comparable à Gulliver ou à un Lilliputien, dans ce livre profondément sincère et sans langue de bois, l'auteur se dévoile. Il raconte sa carrière politique, ses rencontres, ses échecs, ses réussites, ses joies, ses peines, ses erreurs, ses coups de blues et surtout ses espoirs, quoi qu'il advienne, de voir triompher « une certaine idée de la Politique ». Parfois drôle, voire cocasse, souvent caustique, voire cruel, l'auteur dit ce qu'il pense. Ce qu'il pense de la Politique et de toutes ces personnalités qu'il a croisées tant sur le plan national que local à travers ses analyses personnelles et surtout la galerie de portraits sans concession qu'il nous livre avec un plaisir jouissif non dissimulé.
    Ce livre va surprendre ceux qui pensaient connaître l'ancien maire de Sète, comme il a surpris notre comité de lecture, tant dans la forme que dans le fond. Nul ne sait aujourd'hui si Yves Marchand a encore un avenir politique, par contre, cette oeuvre est la preuve qu'il a un avenir d'écrivain.

  • Ces photographies de la Fondation Louis Vuitton à Paris sont saisies d'une façon à la fois artistique et urbanistique. Édition bilingue (Français / Anglais)

  • Sous la plume d'Yves Marchand et de Sébastien Denaja, à partir d'un simple alphabet, Sète prend vie et se transforme, épouse son histoire et devient une geste, une utopie, un mythe. A partir d'une balade sur les canaux en compagnie de Georges Brassens, de Paul Valéry et de Jean Vilar, de Joseph Soulet et de Frédéric Mistral, on s'embarque avec Ulysse sur la mer aux reflets violets. Sous le regard croisé des deux auteurs et de deux illustrateurs, réunis pour l'occasion dans un combat commun pour leur ville, on découvre les recoins et les secrets de Sète, son histoire et ses traditions, les ambiances, les rumeurs et leurs souvenirs.
    On fait, au détour d'une rue, la connaissance de Combas, des frères Di Rosa, du sculpteur Pierre Nocca, de Cosentino et de Cervera tandis que s'impose, au pied du mont Saint-Clair, la haute stature de Pierre Soulages. Qu'ils viennent d'Auvergne ou d'Italie, d'Espagne ou d'Algérie, ils sont d'abord Sétois. Ils n'ont pour repère que leur indépendance, pour combat que leur liberté et pour ambition que de partager leur rêve d'île singulière.
    La mer est partout, invite au voyage, à l'évasion. Et l'étang de Thau vous promet le confort d'une simple escapade. Et si vous conservez quelque mélancolie, l'odeur de l'air marin chassera le chagrin. Chagrin, faï ta malla !

  • Située au sud-ouest du Japon, l'île de Gunkanjima tire son nom de son apparence de bateau de guerre. Densément peuplée au XIXe siècle, après la découverte d'une veine de charbon, elle est désertée à partir de 1974 après un accident survenu à la mine. Elle est depuis cette date devenue une île fantôme.

  • Ce beau livre est un hommage à un lieu à la fois hors du temps, et dans l'Histoire, connu dans le monde entier comme le centre d'un certain art de vivre à la française. Aujourd'hui trois fois centenaires, les façades élevées par Jules Hardouin-Mansart à partir de 1699 sont l'un des théâtres où s'est écrit l'Histoire de Paris et de la France.
    Réalisé dans le cadre des 80 ans du Comité Vendôme, alors que l'Hôtel Ritz et la colonne Vendôme ont été rénovés, cet ouvrage s'ouvre par une préface de Jean d'Ormesson et un récit en 5 tableaux présentant la Place Vendôme au fil de l'histoire. Une carte blanche photographique a été confiée aux photographes Yves Marchand et Romain Meffre connus notamment pour leurs travaux sur Détroit.

  • Combien de personnes n'ont-elles pas ouvert les oeuvres de Jean de la Croix avec un a priori favorable pour les refermer presque aussitôt ? Le lecteur peine à se plonger dans l'oeuvre d'un saint pourtant si suave. Il se retrouve en effet immergé dans un univers spirituel dont il ignore presque tout. Comment un tel enseignement peut-il être vécu dans nos sociétés modernes, si éloignées de la sienne ? Ce petit livre permettra de dépasser aisément ces différences. Il offre une synthèse simple, structurée et actuelle de l'enseignement du Docteur mystique, entièrement polarisé sur l'union avec Dieu. En quoi consiste cette union ? Comment y parvenir, ou mieux, s'y laisser conduire ? Quelles en sont les étapes ? Autant de questions auxquelles répond le Père Jean-Yves Marchand avec sa clarté et sa bonhomie coutumière, donnant les repères nécessaires à une plongée dans les écrits de Jean de la Croix.

  • Il existerait plus de 5000 cours d'immeubles à Budapest. Un urbanisme en îlot se développant autour de cours intérieures n'est pas rare, mais par leur répétition, leur similarité et leur nombre, les cours d'immeubles de la capitale hongroise forment un ensemble architectural unique. Elles ont pour particularité leur déploiement autour d'une structure originale : dans la plupart, des coursives courent à chaque étage et desservent les habitations. En plus de cette disposition utilitaire originale, ces atriums monumentaux sont traversés par une très grande variété de courants architecturaux, mélange hybride de classicisme, de style historiciste, d'exotisme et d'aspiration à la modernité. Cette monumentalité et cet éclectisme sont le reflet d'une cité qui a connu un essor fulgurant à la fin du XIX e pour devenir une ville d'envergure mondiale.

    De 2014 à 2016, Yves Marchand et Romain Meffre ont arpenté cette ville derrière la ville, procédant à une visite systématique de plus de 400 de ces cours. Ils nous livrent une série typologique d'environ 170 images qui se veut être à la fois un ensemble descriptif de ce type très particulier d'habitat collectif et un témoignage de l'histoire mouvementée de la capitale hongroise, ses divers batailles, changements de régimes politiques et économiques; et des aménagements, des petites stratégies d'adaptation individuelles qui en résultent.

  • Yves Marchand / Romain Meffre : movie theaters Nouv.

    Faisant suite à leur projet à succès The Ruines of Detroit, ce nouveau travail du prolifique duo de photographes français Yves Marchand et Romain Meffre célèbre de manière poignante les restes en lambeaux de centaines de salles de cinéma à travers l'Amérique. À l'aide d'un appareil photo grand format, les images soigneusement composées des photographes capturent la riche diversité architecturale de ces salles de spectacle. Présenté ici dans un magnifique grand format, cet éloge illustré des palais américains du cinéma deviendra certainement un classique des temps modernes.

  • L'Église québécoise, dont l'auteur se réclame, est très différente de celle de son enfance : à cette époque, les structures de l'Église étaient omniprésentes et intégrées à la vie de tous les jours, et les grandes préoccupations étaient les dévotions à accomplir, les prescriptions à observer et les commandements à ne pas enfreindre pour mériter le ciel ou éviter l'enfer.
    Partant du constat que le Québec d'aujourd'hui s'est progressivement coupé de ses racines historiques, dont le catholicisme, mais sans nostalgie d'un passé qu'on ne souhaite plus reproduire, l'auteur essaie de comprendre l'évolution que la société et l'Église du Québec ont vécue, les deux étant intimement liées, et s'interroge sur l'avenir d'une Église moins puissante et compromise, mais plus libre pour annoncer l'Évangile.

  • Entre 2014 et 2016, les deux auteurs de la série Detroit ont visité 400 des quelques 4000 cours intérieures que compte Budapest. De manière systématique, ils documentent la grande variété de leurs styles intégrant classicisme et modernité, et les présentent ainsi comme un phénomène architectural à part entière, une ville dans la ville.

empty