Yves Navarre

  • Le jardin d'acclimatation

    Yves Navarre

    • H&o
    • 20 Septembre 2019

    « C'est l'histoire d'un homme jeune qui doit souffler ses quarante bougies. Il ne peut pas le faire. Il ne sait même plus souffler devant lui. » Pour Bertrand Prouillan la vie s'est figée un certain 9 juillet, jour de ses vingt ans, au retour d'un séjour à Barcelone où son père a fait pratiquer sur lui une lobotomie. Ainsi Henri Prouillan a-t-il pu, sans crainte de scandale, accéder pendant dix-sept mois à la fonction de Ministre dans le gouvernement du moment.
    Vingt ans plus tard, la famille a éclaté, chacun a fait sa vie en tentant d'oublier son rôle dans le drame.
    Mais, en ce jour anniversaire, l'heure des comptes avec le Père aurait-elle enfin sonné ?

  • Oeuvres complètes 1974-1976

    Yves Navarre

    • H&o
    • 13 Novembre 2020

    Il est des écrivains qui, longtemps après leur disparition, continuent d'habiter l'humanité. Des écrivains que l'on ne se lasse pas de relire car chaque plongée dans leur oeuvre est une nouvelle découverte, un nouvel enchantement. Pour Yves Navarre (1940-1994), la littérature était émotion. Émotion et partage. Nulle sensiblerie, ici, les émotions d'Yves Navarre sont parfois brutales et même crues, quand il s'agit de l'intime.Aucune volonté de provocation gratuite cependant. Mais celle, toujours, d'être au plus près de l'humain, de la vérité de l'humain, quitte à déranger ceux qui se taisent et veulent faire taire. Yves Navarre est passé comme un météorite dans le ciel littéraire français. Il a connu ses premiers succès avec Les Loukoums puis avec Le coeur qui cogne (que l'on retrouvera dans le présent volume) et la consécration, avec Le Jardin d'acclimatation, Prix Goncourt en 1980. Il a été courtisé, choyé par certains critiques, vilipendé par d'autres. Il a côtoyé les puissants de son temps et a participé à l'évolution des moeurs. Puis il a connu l'échec, l'indifférence et même l'oubli. Pourtant, beaucoup de ceux qui l'ont approché, même comme simples lecteurs, se sont brûlés à lui, à ses mots, à la force de sa personnalité et de son écriture. Nombre d'entre eux gardent un souvenir ému de leur lecture, qui du Petit Galopin de nos corps, qui de Ce sont amis que vent emporte...
    Avec ce deuxième volume de ses oeuvres complètes, nous vous proposons de partir à la redécouverte de cet auteur hors du commun, tour à tour romancier, dramaturge ou poète, ivre de mots toujours, et fou de cette littérature à qui, le temps d'une vie à écrire, il a administré un véritable électrochoc.
    Édition établie et présentée par Sylvie Lannegrand et Philippe Leconte.
    Ouvrage relié, dos rond, jaspage bleu sur les tranches.

  • Oeuvres complètes ; 1971-1974

    Yves Navarre

    • H&o
    • 7 Novembre 2018

    Yves Navarre (1940-1994) fut un auteur marquant de la scène littéraire et sociale des années 1970-1980. Auteur d'une trentaine d'ouvrages publiés de 1971 à 1993, il obtint le Prix Goncourt en 1980 pour Le Jardin d'acclimatation, roman qui relate le destin tragique de Bertrand, fils homosexuel d'une famille bourgeoise.
    Une Vie de chat, publié en 1986, obtint le Prix 30 millions d'amis.

    Ce premier volume couvrira les années 1971-1974. Il comprendra quatre romans (dont un inédit), six pièces de théâtre (dont une inédite), un recueil de poèmes et une nouvelle, un cahier de 32 pages de photographies n&b, dont des documents très rares, ainsi que, pour chaque texte, une préface de Sylvie Lannegrand, universitaire spécialiste de l'auteur, et des commentaires de Philippe Leconte, chercheur indépendant :
    - Romans : Lady Black - Sin-King City - Évolène - Les Loukoums.
    - Poèmes : Chants de tout et de rien, Chants de rien du tout.
    - Nouvelle : La Visite de Putitin.
    - Théâtre : La Voleuse de bigoudis - Il pleut si on tuait papa-maman - Dialogue de sourdes - Freaks Society - Champagne - Les Valises.

  • Kurwenal ou la part des êtres

    Yves Navarre

    • H&o
    • 25 Septembre 2009

    Que s'est-il passé au 13, impasse Gustave-Moreau, à Paris, pendant ces vingt dernières années ? Pierre Kurwenal a vécu avec David Calavaggio. Pierre, David et aussi Sarah Cardini. Sans oublier leur chat Tristan. Un couple à deux, à trois, à quatre ; puis, au temps présent de ce livre, comme une rupture, une fuite de chacun des personnages. Ils ont vingt ans en 1956 : Budapest. Il se sont rencontrés en 58 : « Je vous ai compris. » Et depuis, qu'ont-ils vécu, ensemble, ont-ils vécu, ensemble ?
    Comme toujours, ce roman d'Yves Navarre, brutal, incisif, est à la fois intimiste, amoureux, vaste et dévastateur, à l'image d'une société qui fait trop la part des choses, si peu la part des êtres.

  • C'est l'histoire d'une valise et d'un blouson ; c'est l'histoire de Djema et de Houari, pourquoi rentrent-ils en Algérie ? ; c'est l'histoire de Camille Gauthier-Langeron qui a écrit de nombreux autres romans sous un autre nom, un nom d'emprunt, et qui désormais " habite son nom " et le texte de toutes ses épreuves, larguée qu'elle est par les siens, Eric, vingt ans d'heureuse captivité, et par l'actualité, pourquoi revient-elle, fin du parcours de ce roman, au fond de la cour ? Comment survivre à tant d'affectueuses ingratitudes ? La cruauté irait-elle se nicher jusque, et surtout, dans l'affection ? Avec ce roman posthume écrit en 1992, Yves Navarre (1940-1994) dit adieu à la littérature.
    Virtuose dans l'ail du dédoublement, il met ici le point final à une pratique qui n'arrivait plus à le sauver. Le roman est suivi d'un journal de relecture, texte dur et nu dans lequel, à travers les derniers masques qui tombent, s'élève le chant final d'un auteur meurtri. Yves Navarre a publié de nombreux romans, dont Le jardin d'acclimatation, prix Goncourt 1980. Son livre précédent, La Ville atlantique, est paru en 1996 (Leméac/Actes sud).

  • Ce sont amis que vent emporte

    Yves Navarre

    • H&o
    • 25 Septembre 2009

    Avenue Coloniale, à Montréal, Roch, sculpteur, vit depuis vingt ans avec David, danseur. L'atelier de Roch est leur point de chute. Montréal leur port d'attache. Tous deux sont atteints du sida, phase terminale. David décide de cesser les traitements et Roch, en valet de coeur, écrit leur histoire d'amour pour aider son ami à partir en douceur. Douceur ou douleur ? Les mots ont-il un pouvoir thérapeutique ? Il y a de l'inespoir dans ce roman qui célèbre la vie. Bouleversant.

  • Hotel styx

    Yves Navarre

  • Biographique ou romanesque, l'histoire du petit galopin de nos corps est grave, et mêle étonnamment impudeur et pureté.
    Au moment oú la description des exploits sexuels tient souvent lieu de littérature, et après les années de plomb de l'épidémie, la réédition de ce texte nous fait mesurer le formidable pouvoir d'inspiration du lien charnel, et la puissance libératrice de la sensualité amoureuse.

  • Lady black

    Yves Navarre

    • H&o
    • 21 Octobre 2011

    « Livre à la tonalité intimiste douce-amère, où se mêlent douleur et bonheur, volonté de vivre et désir de mourir, Lady Black annonce bien des textes ultérieurs, qui déclineront les thèmes abordés ici : la famille, l'enfance, l'amour, la mort, les souffrances de l'âme comme du corps, dues aux amours contrariées (qu'elles soient ou non de même sexe), sous de multiples variantes grâce auxquelles l'auteur transpose ses expériences et ses convictions profondes. Mais cet ouvrage les traite avec une virulence et une colère inusitées. Pour les non-familiers de l'oeuvre, il les projettera, brutalement peutêtre, dans l'univers d'Yves Navarre, en dévoilant ses préoccupations et ses hantises. Pour ceux qui connaissent déjà certains textes, il permet de découvrir ou de redécouvrir un livreclé dont l'importance et l'aspect novateur, voire avant-gardiste, méritent, encore aujourd'hui, d'être soulignés. »

  • Le temps voulu

    Yves Navarre

    Le temps d'un été, Pierre Forgues, professeur de lettres bientôt quadragénaire, et Daniel Carbon, dit Duck, vingt-deux ans, vont vivre une histoire d'amour fulgurante. Pourquoi ce garçon-là éclipse-t-il soudain tous les autres ? Hasard d'une rencontre attendue, alchimie des corps. Un vide au coeur à combler, et soudain quelqu'un s'impose, s'installe. C'est comme ça. Les choses s'enchaînent d'elles-mêmes et se dissocient pareillement. Une fois l'aventure terminée, il reste à la revivre, les yeux ouverts, et à raconter ce qui a été, avec sincérité, sans porter de jugement.
    L'histoire de Pierre et de Duck est celle de beaucoup, et c'est là ce qui donne au Temps voulu, comme d'ailleurs aux autres ouvrages de Navarre leur portée et leur résonance, car les rêves déçus sont nombreux. Seule différence entre les êtres : la manière de vivre la déception et la capacité de résistance. Chez Pierre, comme chez Yves Navarre (le texte est empreint de sa vie) cette résistance passe par l'écriture et par la magie d'une autre rencontre, celle qui se produit avec le lecteur.

  • Les trois nouvelles qui composent ce recueil d'inédits, L'accroc, Nours et Puck, sont caractéristiques de la sensibilité et du talent d'Yves Navarre. Elles furent écrites peu de temps avant sa disparition. Sur la page de titre, se trouve la mention manuscrite suivante : « Où vais-je ? qui suis-je ? que ferai-je ? qu'attendent-ils ? (...) J'aurais tant voulu partir décidément avant que tout me devienne insupportable.» Elles sont précédées d'une préface de Jean Perrenoud, fils des héritiers de l'auteur et fin connaisseur de l'oeuvre de Navarre autour de laquelle il prépare actuellement un site internet. Avec la collection « L'aparté », H&O prouve une fois de plus - s'il en était besoin -, sa volonté de ne pas se laisser enfermer dans un ghetto, fut-il littéraire. Cet aparté est destiné à recevoir des textes « transgenres », n'ayant pas de rapport direct avec l'homosexualité, mais qui, par leur auteur (comme c'est le cas ici) ou par leur sensibilité (comme pour le livre de Rémi Karnauch présenté en page suivante), s'apparente à notre ligne éditoriale.

  • Voici un roman de chat écrit par un chat. Oui, les chats savent écrire. Parce qu'ils savent se taire, observer, écouter et donner le meilleur d'eux-mêmes. Le chat Tiffauges écrit donc ici le roman de sa vie. Il dit " je ", ce qui est en principe le privilège des humains, bipèdes, doués de Raison. Il dit aussi Tiffany, sa première épouse ; Abel, son maître, écrivain de métier, un obstiné qui écrit toujours le même roman et qui, malgré tout, contre vents et marées, persiste et signe.
    Inattendu, vif, alerte, souvent drôle, parfois poignant, ce roman, écrit par le chat Tiffauges, est un chant d'amour, et d'humour, à ses épouses et à son maître. C'est aussi et surtout, un chant de tous les jours, une vie de chat, rien qu'une vie de chat, et ce n'est pas rien...

    C'est un autre amoureux des chats, Michel Tournier, qui offrit au romancier Yves Navarre (prix Goncourt pour Le Jardin d'acclimatation), le héros tant aimé de ce livre devenu un classique.

  • Le couperet est tombé pour le vieux juge Kappus :
    Cancer généralisé.
    Julien Brévaille, 18 ans, est lui aussi condamné : incendiaire pris en flagrant délit, multirécidiviste, son avenir est tout tracé. Personne ne peut plus rien pour eux. Le premier, marié, père de famille, s'est accompli à ce point d'absurdité où l'on ne peut se reprocher que d'avoir suivi le droit chemin. Le second, souffre-douleur de ses codétenus, commence à peine d'exister au travers de son crime.
    Le juge instruit donc sa dernière affaire. Le jeune homme se confie pour la première fois. Ces deux-là vont s'aimer, à leur manière. S'aimer parce qu'il n'y a rien d'autre à faire. Parce qu'ils sont si différents, si proches soudain. Les deux extrémités d'une même impasse. Ils vont s'écouter aussi. Pour ne pas se trahir. Trahir la vérité d'une rencontre improbable, au plus vif de l'émotion. Comme toujours chez Navarre.

  • Pour dans peu

    Yves Navarre

    • H&o
    • 20 Septembre 2016

    La découverte d'un roman inédit dans les archives d'un écrivain de renom - ce qu'a été Yves Navarre, même si ses ouvrages ont ensuite été délaissés par le monde littéraire -, est un événement important.
    Le fait que le texte soit achevé et prêt à la publication accroît encore l'intérêt d'une telle trouvaille. Pour dans peu est effectivement un roman complet de belle facture qui s'inscrit parfaitement dans la trajectoire romanesque de l'auteur. La rédaction peut être datée avec précision grâce aux documents que nous avons pu consulter tels correspondance et projets de corrections : ce texte a été rédigé fin 1991 et probablement d'une seule traite. Vingt ans séparent donc le premier roman publié de Navarre (Lady Black, 1971) de cet inédit, vingt ans d'écriture constante et de publications régulières (une trentaine) chez Flammarion, Grasset, Laffont, Albin Michel, et deux maisons d'édition québécoises, Leméac et V.L.B. Notons aussi que Pour dans peu est l'un des derniers romans achevés d'Yves Navarre :
    En 1991 était publié Ce sont amis que vent emporte et en 1993, Poudre d'or. Le romancier reprend dans ces pages des thèmes abordés dans d'autres ouvrages : protagoniste en quête d'un mieux vivre tant personnel que collectif ; famille qui se brise sous l'effet de l'usure et des rêves inassouvis ; relations superfi cielles, difficiles ou éphémères ;
    Omniprésence de l'écriture comme thème et activité principale des principaux personnages. Par-delà ces échos de l'oeuvre déjà publiée, nous sommes avant tout en présence d'une histoire qui retient, de personnages attachants, et d'une plume singulière, alerte et précise, évocatrice et envoûtante, qui interpelle les consciences.

  • Niagarak

    Yves Navarre

    Que se passe-t-il à Cuelga ? Ce qui se passe dans toutes les villes. À quoi rêvent les habitants de Cuelga ? Ils rêvent la vie, comme tout le monde. Pourtant dans cette petite ville de l'extrême sud de l'Europe, un meurtre atroce et banal va défrayer la chronique d'un matin. Un matin seulement. Le juge du chef-lieu de province aura vite fait d'étouffer l'histoire. Seulement voilà : la photo de l'assassin a été vue, dans les journaux, le temps de ce premier matin de printemps. Les journalistes ont été plus diligents que le juge don Francisco. Et ceux qui ont vu la photo de Klaus, l'assassin, ne peuvent pas oublier son regard, ne peuvent plus vivre leur vie et leur ville comme avant.La liste des personnages de ce roman ressemble à un véritable générique de film. On tournera un film, d'ailleurs, à Cuelga. Mais quels sont les rapports entre le metteur en scène Marcello Bolucelli et les gens de la ville ?Les couleurs dans ce roman d'Yves Navarre déterminent tout. Les sons aussi, et le rythme du récit. Ses précédents romans s'apparentent à la musique de chambre. Celui-ci est symphonique. Une manière de poème symphonique.

  • Dialogue de sourdes (1 femme).
    Elle, professeur de français d'une trentaine d'années, dans un collège de filles, fait sa rentrée après une semaine de vacances.?Elle subit le chahut de ses élèves, leur indifférence intolérable, leur totale absence de curiosité.
    Qui sortira victorieuse de cet éprouvant combat de femmes ?
    Une pièce drôle et rageuse écrite par Yves Navarre. Au début de sa carrière, il se destinait au professorat mais y renonça rapidement pour se consacrer à l'écriture de romans et de pièces de théâtre.?On ne triche pas avec son destin.

  • (2 femmes et éventuellement 2 hommes - rôles muets).
    Dans un " Super Garden Center ", vaste centre commercial en dehors de la ville, un constructeur de piscines a installé une vitrine où évoluent deux jeunes femmes, Cat et Fan.
    Dans ce décor factice, elles doivent donner l'illusion d'un bonheur tranquille aux abords d'une piscine de rêve.?Or ici tout est à vendre : vêtements, serviettes de bain, mobilier.?Mais leur âme ?
    Ces "mannequins vivants" tuent les heures comme elles peuvent, s'inventent des histoires, racontent de petits bouts de vie avec pour seule distraction, les démonstrations de Bob, bel indifférent, employé pour mimer, tous les quarts d'heure, un plongeon dans cette fausse piscine.?Un éternel sourire aux lèvres, elles affrontent tant bien que mal les comportements libidineux d'un voyeur, la sévérité de leur employeur, l'indifférence des visiteurs. Jusqu'au drame final... vrai ou faux??
    Une réflexion ironique et amère sur le pouvoir et la dérision des apparences dans notre monde ivre de consommation.

empty