Albin Michel

  • Poésie chinoise

    ,

    • Albin michel
    • 29 Mars 2000

    " les poèmes proposés dans ce carnet du calligraphe illustrent une tradition qui correspond à l'âge d'or de la poésie classique chinoise.
    Les poètes de la dynastie des tang ont su continuer, en la magnifiant, une culture littéraire dont l'origine remonte à presque mille ans avant notre ère. " françois cheng spécialiste de l'art et de la poésie de son pays d'origine, la chine, françois cheng a publié de nombreux ouvrages, dont le dit de tianyi, prix fémina 1998 ; l'ecriture poétique chinoise shi tao, la saveur du monde, prix andré malraux 1998 - chu ta, le génie du trait et entre source et nuage.

    Dans ce carnet du calligraphe, françois cheng donne sa traduction d'un héritage poétique qu'il connaît par coeur, en lui insufflant une vie nouvelle. par la magie du pinceau et des couleurs, les calligraphies de fabienne verdier participent de ce même élan créateur.

  • Le chant du bienheureux

    Douche-J

    • Albin michel
    • 30 Octobre 2002

    La Bhagavad Gîtâ, ou le Chant du Bienheureux, est un pur joyau de l'hindouisme.
    Située dans l'écrin du célèbre Mahâbhârata, immense poème épique, elle en forme un épisode de sept cents versets, constitué par un dialogue entre le prince Arjuna et le seigneur Krishna. Par la qualité de l'enseignement spirituel qu'il offre, cet échange nous concerne profondément, soulevant des questions essentielles sur la vie, le désir, l'action, la connaissance de soi, Dieu... Les vingt-deux versets proposés ici sont présentés et traduits par Hélène Marinetti, qui enseigne la langue sanskrite et la philosophie de l'Inde.
    Pour les mettre en scène visuellement, Jigmé Douche a composé des oeuvres calligraphiques tantôt délicates, tantôt contrastées, sur la base de quatre écritures de l'Inde ancienne. Inspirées par une pratique du yoga à la fois mentale, corporelle et sonore, ses créations nous font goûter l'intensité de ce chant unique entre le Divin incarné et l'Homme en quête de vérité.

  • La rose est sans pourquoi

    ,

    • Albin michel
    • 19 Mars 2003

    La rose est sans pourquoi est composé d'extraits du pèlerin chérubinique d'angelus silesius, chef-d'oeuvre de la littérature allemande du xviie siècle.
    Médecin de profession, protestant converti au catholicisme, puis ordonné prêtre, silesius fut très tôt passionné de poésie mystique. dans ses maximes dont la portée est universelle, s'exprime toute l'âme amoureuse du silésien, et son ardeur à franchir les limites de l'inconnaissable. créées autour des écritures gothiques de l'époque, les calligraphies de vincent geneslay traduisent à merveille le cheminement spirituel de silesius.
    Mêlant l'esprit traditionnel de la lettre à des compositions contemporaines, il souligne la profondeur d'un art requérant souffle, virtuosité et lumière.

  • Manuel d'epictete

    ,

    • Albin michel jeunesse
    • 4 Octobre 2000
  • Le dieu des hirondelles

    ,

    • Albin michel
    • 6 Mars 2002

    Poète, mystique, dessinateur : ce sont ces trois aspects d'une personnalité hors du commun qui se trouvent ici réunis.
    Les poèmes présentés par Robert Sabatier nous proposent d'entrer au coeur de la religion de Victor Hugo ; une religion universelle et cosmique où la nature est le " poème éternel ", où les mésanges dialoguent joyeusement avec les saints des cathédrales. Cette image du divin joueur n'occulte en rien le spectre de la misère qui hanta le défenseur des opprimés. Fondée sur cette tension entre le sublime et l'abîme, l'entreprise hugolienne consista à mettre en scène toute la cruauté de la condition humaine, et, dans le même élan, à porter au plus haut degré la vertu d'espérance.
    Inspiré par le riche univers pictural de Hugo et son inclassable palette de bistres, d'ocres, de bleus parfois, Claude Mediavilla fait superbement revivre, à travers son art du trait et des couleurs, la passion des mots qui anima le maître du romantisme.

  • L'evangile de thomas

    Lalou-F

    • Albin michel
    • 6 Mars 2002

    " logion 5.
    Jésus disait : reconnais ce qui est devant ton visage et ce qui t'est caché te sera dévoilé. il n'y a rien de caché qui ne sera manifesté. " découvert en 1945 en haute-égypte, l'évangile de thomas est une collection de cent quatorze sentences ou logia attribuées à jésus. très différent des évangiles canoniques, il ne constitue pas un récit de sa vie. il n'annonce rien, ne prédit rien, mais présente des paroles du maître qui auraient été recueillies par l'apôtre thomas.
    à la manière des kôans zen, les extraits proposés ici, traduits par jean-yves leloup, sont autant d'énigmes qui peuvent révéler à l'homme ce qu'il porte en lui depuis toujours. l'evangile de thomas a marqué en profondeur le cheminement spirituel de frank lalou et sa démarche artistique. renouant ici avec une expérience de jeunesse qui l'avait conduit à réaliser cent quatorze planches calligraphiques de cet évangile, frank lalou s'est replongé dans ce trésor de sagesse.
    Ses nouvelles créations, basées sur l'alphabet copte, sont le résultat d'une double recherche oú alternent les gestes occidentaux et les traits d'inspiration japonaise.

  • Tous les desirs de l'ame

    Achot-A

    • Albin michel
    • 30 Octobre 2002

    Grégoire de Narek (Xe siècle) et Nahabed Koutchak (XVIe siècle) comptent parmi les plus illustres figures de l'ancienne poésie arménienne.
    Enraciné dans le christianisme - l'Arménie est le premier État chrétien de l'histoire -, le mystique de Narek composa des Odes et surtout des Prières dans une langue d'une puissance et d'une singularité prodigieuses. Quant au troubadour Nahabed Koutchak, il chante merveilleusement l'amour, l'exil, la condition humaine. À travers un choix de poèmes présentés et traduits par l'écrivain Vahé Godel, Achot Achot nous fait découvrir les lettres arméniennes en mariant l'art classique de la miniature à d'étonnantes créations contemporaines.

empty