Langue française

  • Réactivation d'une culte revue d'art et d'essai des années 1980 sous la forme d'un almanach underground grand format de dessin, d'images et de texte, Soldes, la « revue des ouvriers philosophes et des intellectuels bricoleurs », donne la parole aux sages et aux fous. La revue appronfondit dans son septième numéro son questionnement autour du vivant, autour de Donna Haraway, Bruno Latour, Vinciane Despret, Paul B. Presciado, Achille Mbembe, Charles Stepanoff, Gary Panter...

    Oeuvres de Erik M. Sandberg, Éric Angenot, Martes Bathori, Marc Borgers, Nam Borgers, Delphine & Élodie Chevalme, Georganne Deen, Benjamin Défossez, Anna W. Gogusey, Mathieu Ha, Ryan Heshka, Ira Zabella, Aurélia Jaubert, Flore Kunst, Philippe Lardy, Sandra Martagex, Stu Mead, Julie Murphy, Gary Panter, Antoine Paris, Frédéric Poincelet, Léo Quiévreux, Jonathon Rosen, Helge Reumann, David Sandlin, Cayo Schuiven, James Otto Seibold, Aleksandra Waliszewska.

  • Réactivation d'une revue d'art et d'essai culte des années 1980 sous la forme d'un almanach underground de dessin, d'images et de texte, Soldes, la « revue des ouvriers philosophes et des intellectuels bricoleurs », donne la parole aux sages et aux fous. Au sommaire : Jeremy Rifkin, Sabine Rabourdin, Mounir Fatmi, Tidiane N'diaye, Arthur H & Loulou Picasso, Messieurs Delmotte, Jean-Paul Curnier, Anaïs Nony, Notre-Dame-des-Landes, Zapata et le futur ouvert du Chiapas, le drapeau secret des papous, bandes dessinées originales de Camille Lavaud, Martes Bathori, Philippe Lardy...
    Dans son 4e opus, l'Almanach SOLDES emmène ses lecteurs dans une expérience de pensée créative. Cela commence par un passage en revue des utopies réalistes et scientifiques de Jeremy Rifkin, ses énergies gratuites, fluides, échangeables avec le retour des communaux collaboratifs d'avant la révolution française, des zapattistes du Chiapas avec Jérome Baschet, des zadistes de Bretagne. L'Almanach #4 propose de revisiter la notion de peuple et de contribution avec Jean-Paul Curnier, il revisite Dyonisos avec Tobie Nathan et avant l'ère anthropocène, l'influence des religions sur la nature avec Sabine Rabourdin et les 200.000 derniers hommes primitifs de la planète. Exemple largement illustré avec le drapeau interdit des papous.
    Illustrations de Martes Bathori, Cathie Bleck, Marc Couturier, Messieurs Delmotte, Georgannee Deen, Delphine Duprat, H. De Wurstemberger (H2W), Mounir Fatmi, Dominique Goblet, Philippe Lardy, Camille Lavaud, Xavier Lowenthaël, Danielle Luinge, Richard Mc Guire, Julie Murphy, Kai Pfeiffer, Albert Pepermans, Loulou Picasso, Julien Pic, Brian Rea, Martha Rich, Jonathon Rosen, Vlad Sokhin, Alice Wellinger.
    Au début des années 1980, un trimestriel belge, Soldes Fins de Séries, avait retenu toute l'attention d'Andy Warhol : « C'est incroyable, c'est le meilleur magazine au monde, je suis jaloux, c'est ce que nous voulions faire avec Interview ». Il faut dire que Soldes Fins de Séries avait fait honneur au grand maître en l'interviewant dès le n° 4 sous le pseudo de « Jean Dupont, vivant à New-York ». Soldes a émergé dans le ressac du punk, sur la crête de la new wave, bien avant que l'art ne soit contemporain, juste avant la vague disco (l'art était actuel et non-plus moderne). En quelques mois Soldes est devenu international, c'était avant la révolution du net, diffusé dans neuf pays, entièrement manuel et intuitif, il est devenu culte en marge de l'industrie des médias.
    En 2010, à l'initiative de Marc Borgers, l'association Art Kiosque à Paris et 5C éditions à Bruxelles ont réédité Soldes sous forme d'almanach, une revue « pop et intello » arts, sciences et société (mêlant joyeusement humour, BD, arts visuels, philosophie et utopies réalistes), « pour les ouvriers philosophes et les intellectuels bricoleurs », de périodicité annuelle, au format king size. Soldes, collectif, privilégie le subjectif et explore le divers. Non pas une revue d'art, plutôt « faite comme une oeuvre d'art ».
    Fleurir une fois par an avec beaucoup de feuilles. Se rapprocher des sujets pour les comparer ; décloisonner, créer des liens, rentrer dans les matières intimement. Prendre le public pour un lecteur potentiel et non un idiot perdu dans le grand supermarket. Redécouvrir le papier au moment où tous les formats d'écrans nous envahissent. Une revue annuelle sous forme d'Almanach.

  • Réactivation d'une revue culte d'art et d'essai des années 1980 sous la forme d'un almanach underground de dessin, d'images et de texte, Soldes, la « revue des ouvriers philosophes et des intellectuels bricoleurs », donne la parole aux sages et aux fous avec un numéro dédié à l'anthropocène et aux relations de l'homme avec la terre (reportages, entretien avec Bruno Latour, conversation entre Bernard Stiegler et Peter Sloterdijk, contributions de Charles Pennequin, Claude Lévêque, Mounir Fatmi, Aleksandra Waliszewska...).

    Au sommaire : entretien avec Bruno Latour autour de l'exposition « Reset Modernity » ; Michel Bauwens, la société des communs et le peer to peer ; l'agriculteur indigène Joseph Pousset ; Emmanuel Bourguignon ; l'agroforesterie ; « Le Génie des Délaissés » : reportage et réflexions sur des territoires délaissés ; « E40 » : quatre jours de camping au bord de l'autoroute ; aux cîmes des arbres avec les zadistes de Sivens ; « L'homme des bois » : dix mois en forêt du Yukon avec Kim Pasche ; débat entre Bernard Stiegler et Peter Sloterdijk ; textes de Jean-Pierre Verheggen, Charles Pennequin et Antoine Boute ; contributions de Claude Lévêque, Mounir Fatmi, Kim Dorland, Xin Cang, Jochen Gerner, Aleksandra Waliszewska, Philippe Lardy, Martes Bathori, Mathilde Payen, Silio Durt, Mirka Lugosi, Georganne Deen, Philippe Dupuy et visuel de couverture par Laurie Rosenwald.

    Voir aussi Stream n° 3 - Habiter l'Anthropocène.

    Au début des années 1980, un trimestriel belge, Soldes Fins de Séries, avait retenu toute l'attention d'Andy Warhol : « C'est incroyable, c'est le meilleur magazine au monde, je suis jaloux, c'est ce que nous voulions faire avec Interview ». Il faut dire que Soldes Fins de Séries avait fait honneur au grand maître en l'interviewant dès le n° 4 sous le pseudo de « Jean Dupont, vivant à New-York ». Soldes a émergé dans le ressac du punk, sur la crête de la new wave, bien avant que l'art ne soit contemporain, juste avant la vague disco (l'art était actuel et non-plus moderne). En quelques mois Soldes est devenu international, c'était avant la révolution du net, diffusé dans neuf pays, entièrement manuel et intuitif, il est devenu culte en marge de l'industrie des médias.
    En 2010, à l'initiative de Marc Borgers, l'association Art Kiosque à Paris et 5C éditions à Bruxelles ont réédité Soldes sous forme d'almanach, une revue « pop et intello » arts, sciences et société (mêlant joyeusement humour, BD, arts visuels, philosophie et utopies réalistes), « pour les ouvriers philosophes et les intellectuels bricoleurs », de périodicité annuelle, au format king size. Soldes, collectif, privilégie le subjectif et explore le divers. Non pas une revue d'art, plutôt « faite comme une oeuvre d'art ».
    Fleurir une fois par an avec beaucoup de feuilles. Se rapprocher des sujets pour les comparer ; décloisonner, créer des liens, rentrer dans les matières intimement. Prendre le public pour un lecteur potentiel et non un idiot perdu dans le grand supermarket. Redécouvrir le papier au moment où tous les formats d'écrans nous envahissent. Une revue annuelle sous forme d'Almanach

  • Réactivation d'une culte revue d'art et d'essai des années 1980 sous la forme d'un almanach underground grand format de dessin, d'images et de texte, Soldes, la « revue des ouvriers philosophes et des intellectuels bricoleurs », donne la parole aux sages et aux fous. Pour ce 6e numéro consacré à la pensée du vivant, entretiens avec le philosophe Emanuele Coccia, les anthropologues Anna Tsing et Eduardo Kohn, le microbiologiste Marc André Selosse et le spécialiste des forêts Ernst Zürcher ; reportage dans la forêt primaire de Bialowieza ; à la découverte du Yarzakumbu sur les flans de l'Hymmalaya, etc. Illustrations de Aleksandra Waliszewska, Mirka Lugosi, Ya-Wen Li, Martes Bathory...

    Au sommaire : la pensée non humaine?(interview exclusives de Emanuele Coccia, Anna L. Tsing, Eduardo Kohn, Marc André Selosse, Ernst Zürcher) ; Dans la forêt primaire de Bialowieza avec Aleksandra Waliszewska ; écosexualités ; BD?(De Groef et Herta + de Martes Bathory sur des textes d'Antoine Boute) ; Le Banquet Cannibale de Lale Westvind ; Hypersomnia de Philippe Lardy?; Les paysages microbiens de Mirka Lugosi ; des architectes décodent le Métier de Vivre à Notre Dame des Landes ; textes d'Elitza Gueorguieva, Laura Peinetti, Misungui Bordelle ; et tous les soldeurs de l'impensé. Couverture au pochoir par Ya-Wen Li (verso : découpes de Jessy Deshais).

    Au début des années 1980, un trimestriel belge, Soldes Fins de Séries, avait retenu toute l'attention d'Andy Warhol : « C'est incroyable, c'est le meilleur magazine au monde, je suis jaloux, c'est ce que nous voulions faire avec Interview ». Il faut dire que Soldes Fins de Séries avait fait honneur au grand maître en l'interviewant dès le n° 4 sous le pseudo de « Jean Dupont, vivant à New-York ». Soldes a émergé dans le ressac du punk, sur la crête de la new wave, bien avant que l'art ne soit contemporain, juste avant la vague disco (l'art était actuel et non-plus moderne). En quelques mois Soldes est devenu international, c'était avant la révolution du net, diffusé dans neuf pays, entièrement manuel et intuitif, il est devenu culte en marge de l'industrie des médias.
    En 2010, à l'initiative de Marc Borgers, l'association Art Kiosque à Paris et 5C éditions à Bruxelles ont réédité Soldes sous forme d'almanach, une revue « pop et intello » arts, sciences et société (mêlant joyeusement humour, BD, arts visuels, philosophie et utopies réalistes), « pour les ouvriers philosophes et les intellectuels bricoleurs », de périodicité annuelle, au format king size. Soldes, collectif, privilégie le subjectif et explore le divers. Non pas une revue d'art, plutôt « faite comme une oeuvre d'art ».
    Fleurir une fois par an avec beaucoup de feuilles. Se rapprocher des sujets pour les comparer ; décloisonner, créer des liens, rentrer dans les matières intimement. Prendre le public pour un lecteur potentiel et non un idiot perdu dans le grand supermarket. Redécouvrir le papier au moment où tous les formats d'écrans nous envahissent. Une revue annuelle sous forme d'Almanach.

empty