Alternatives

  • Re-habiter : réutiliser, transformer, expérimenter Nouv.

    La transition énergétique exhorte à ne plus démolir pour reconstruire. Dans ce contexte, Ré:habiter examine différentes manières d'intervenir autrement sur les bâtiments existants dégradés, désaffectés, promis à la démolition:habitat ou équipement, hangar, grange, garage, bunker... La vingtaine d'interventions internationales sélectionnées esquissent une approche sensible et pragmatique de l'enjeu environnemental, moins technologique, plus inventive, hautement profitable à l'architecture.La posture adoptée relève davantage de la valorisation et de la réutilisation que de la réhabilitation ou de la rénovation. Au lieu de soumettre l'existant à leur projet, autrement dit d'en émousser la singularité et d'en ignorer le potentiel, les concepteurs procèdent à l'inverse. Les caractéristiques du site sont considérées comme une ressource, des éléments à exploiter plutôt qu'à conformer. Elles orientent et nourrissent les choix, infusent l'intervention. Travailler ainsi «avec» le bâtiment plutôt que «contre», et parfois avec les habitants, produit des solutions hors normes.L'intervention est visible, les usages antérieurs du bâtiment lisibles; le procédé inscrit le projet dans une histoire en cours lui conférant une part d'inachevé, l'espace n'est pas prédéfini, il reste ouvert, flexible, réversible en termes d'usage, appropriable pour des utilisations futures variées.

  • Deux architectes et un anthropologue sont allés à la rencontre de ceux qui font l'architecture écologique d'aujourd'hui pour comprendre ce qui les anime et dégager des pistes de réfexion sur notre durabilité en matière de construction. Au cours de leur Tour de France, ils ont visité 30 maisons qui illustrent la richesse et la diversité des systèmes constructifs sur le territoire. Paille, terre crue, pierre de taille, bois, balle de riz, roseaux, chanvre, matériaux de réemploi : des réponses concrètes existent face à la standardisation de nos logements et cette diversité constitue une riche source d'inspiration pour tout futur constructeur. Cet ouvrage présente une sélection de 12 maisons remarquables analysées en profondeur et illustrées par un contenu inédit: photographies, dessins, chiffres, interviews des constructeurs, témoignages d'experts...

  • Dompter l'air pour créer de nouvelles architectures ! L'homme habite l'air de sa naissance jusqu'à sa mort. On pourrait donc dire qu'habiter l'air est une lapalissade. La trentaine de projets internationaux présentés ici montre à quel point ce matériau de construction offre de nouvelles possibilités en matière d'architecture. Si on connaît depuis longtemps les structures gonflables et pneumatiques, on sait moins qu'ils existent aujourd'hui des dispositifs ingénieux permettant d'isoler, à la manière de parois invisibles, des espaces extérieurs en ville comme en pleine nature. Dessiner l'environnement n'est plus une utopie ! L'air, savamment utilisé, permet donc d'isoler mais aussi de rafraîchir et de créer des architectures bioclimatiques en phase avec les préoccupations environnementales actuelles.

  • Offrant tout ce qui manque aux citadins - du calme, de l'air, de l'espace, un horizon, des vues -, les toits de nos villes constituent aujourd'hui l'Eldorado des architectes, et leur conquête, engagée dans les années 1920, est en marche!
    En effet, depuis le tournant du XXIe siècle, les toits-terrasses - ceux des édifices existants comme ceux des constructions neuves - connaissent une profonde mutation. Ils ne sont plus cantonnés dans leur mission originelle de couverture. Leurs nouvelles fonctions se diversifient tous azimuts et tendent à privilégier un usage partagé plutôt que privatif.
    Désormais envisagés comme un sol, les toits hébergent des aménagements et des activités variés : logements individuels ou collectifs, cours d'école ou pistes de ski, installations artistiques, parcs de plusieurs hectares et même places publiques susceptibles d'accueillir plus d'un millier de personnes...
    Ce mouvement est mondial : les 35 projets sélectionnés ici - maisons individuelles et équipements publics - dressent le panorama de cette nouvelle architecture des hauteurs.

  • L'originalité de la vingtaine des réalisations présentées (Allemagne, Brésil, Mexique, Chine, Espagne, États-Unis, Grande-Bretagne, République tchèque, France) provient de la démarche adoptée par les architectes : il ne s'agit ni de réhabilitation ni de restauration mais d'un parti pris consistant à confronter vestiges et architecture contemporaine. La ruine est ainsi davantage consolidée en l'état et conservée telle que plutôt que réhabilitée. La ruine devient alors comme le paysage de la construction neuve qui est insérée dedans ou à côté. Le choix des projets plaide pour une intervention «douce» qui consiste ni à détruire, ni à rénover, mais plutôt à coloniser l'existant, considérant que recycler, adapter, transformer, inventer d'autres usages est susceptible de s'avérer plus pertinent que de démolir pour reconstruire «mieux».

  • Situé face aux Arènes, le musée de la Romanité prend place dans le coeur historique de Nîmes. Ses exceptionnelles collections archéologiques comportent 25 000 pièces, dont environ 5 000 sont présentées sur 9 100 m². Elles invitent à un voyage à travers 25 siècles d'histoire grâce à une muséographie immersive et interactive.Elizabeth de Portzamparc, architecte et muséographe, et la Ville de Nîmes ont remporté leur pari : ce lieu est aujourd'hui présenté comme l'un des 30 musées les plus extraordinaires du monde par la revue Architectural Digest et a accueilli plus de 160 000 visiteurs en moins de 6 mois.Le livre présente à travers de nombreuses photographies, l'architecture du bâtiment, son parcours muséographique, ses collections et son jardin archéologique, mais aussi son rapport à la ville et à son patrimoine exceptionnel.

  • Coédition Alternatives / Cité de l'Architecture & du Patrimoine

  • «Le cahier des charges de mon projet tient en deux lignes : je souhaite transformer la halle Freyssinet en un vaste incubateur abritant 1 000 start-up ; situé au coeur de Paris, ce campus numérique se distinguera de tous les écosystèmes et sera le plus vaste au monde.» Xavier Niel.

    «Notre projet de pépinière numérique est un véritable catalyseur architectural, il accueille et unifie deux grandes énergies créatrices dans un lien unique, innovant et bouillonnant ; mêlant ainsi l'ingéniosité et l'audace d'un ingénieur du XIXe siècle à l'imagination débridée et exaltée d'une nouvelle génération.» Jean-Michel Wilmotte.

  • Le Global Award for Sustainable Architecture - créé en 2007 par l'architecte et professeur Jana Revedin en partenariat avec la Cité de l'architecture et du patrimoine de Paris - récompense chaque année cinq architectes qui partagent l'éthique du développement durable et proposent des expériences nouvelles en milieu urbain comme en zone rurale. Les travaux des lauréats - les architectes Santiago Cirugeda (Espagne), Jan Gehl (Danemark) et Marco Casagrande (Finlande), le groupe Rotor (Belgique) et l'école d'architecture de Talca (Chili) sont les lauréats de la neuvième édition de ce prix et confirment ici la mondialisation et la densité du débat sur les rapports entre architecture, ressources et développement.

  • Et si l'on évitait de penser à partir du standard, d'un homme aux mesures universelles, dictant les proportions de l'architecture, de la ville, selon ses seules mensurations théoriques parfaites ? Si l'on adoptait pour une fois le point de vue des enfants, qui habitent un monde trop grand, qui n'est pas conçu pour eux ? On pourrait alors imaginer une microarchitecture à leur échelle à insérer dans une chambre, un jardin, une cour d'école, un espace libre à conquérir, avec de nouvelles proportions, pour d'outres usages. Tout cela en intégrant les enjeux environnementaux de toute production architecturale aujourd'hui, en utilisant le carton, le papier, le bois, et en laissant bien sûr à l'enfant la possibilité d'intervenir, d'individualiser son espace. Tel est bien le défi lancé par le concours Mini maousse 4, auquel ont répondu, avec ingéniosité et talent, des designers, artistes, architectes français et étrangers. Inscrit dans une problématique critique plus large qui interroge notamment notre rapport à la monumentalité, Archi petit fait la part belle à une architecture différente, une architecture pensée pour s'amuser mais aussi " pour de vrai ", idéale comme une folie, un rien surréaliste, qui donne de l'air aux plus petits, pour les aider à mieux grandir.

  • C'est à une nouvelle promenade architecturale, uniquement sous le ciel parisien, que nous convie ce sixième tome de la série maisons d'architectes.
    Malgré un espace urbain de plus en plus saturé, l'architecture en matière d'habitat individuel trouve encore à paris une place pour exister. chaque année, suite essentiellement à des démolitions ou des restructurations, il s'y construit de nouvelles maisons particulières. les seize réalisations sélectionnées ici, ont vu le jour au cours des dix dernières années. toutes différentes par le dessin, la taille, les matériaux employés, elles proposent une large palette de la création architecturale contemporaine et démontrent que le rêve d'une maison, en plein coeur de la capitale, peut encore se réaliser.

empty