Livres en VO

  • Le paréo, considéré comme un accessoire de plage s'arroge, grâce à cet ouvrage, une importante place dans la garde robe. En quelques noeuds et assemblages des plus créatifs, il devient même indispensable. Un peu de dextérité et le tour est joué, tout en restant chic. Grâce aux illustrations étayées par des explications guidant pas à pas, l'art de nouer un paréo n'a plus de secret. Plus de 40 tenues à découvrir : de la robe empire, au cache coeur en passant par le manteau, la tunique et le bain de soleil.

  • Le processus collaboratif de construction de la « Tour de bûche » conçue par l'artiste japonais dans l'ancienne Chartreuse d'Ittingen en Suisse, mise au point avec l'architecte Christophe Scheidegger.
    Tadashi Kawamata a répondu à l'invitation du Kunstmuseum Thurgau situé au coeur de l'ancienne Chartreuse d'Ittingen en Suisse en construisant in situ avec des étudiants et des collaborateurs de la fondation une tour de neuf mètres de haut constituée de milliers de bûches de bois de chauffage provenant de la forêt du monastère. L'édification de cette « Tour de bûche » constitue à la fois une prouesse de stabilité et une expérience esthétique qui cristallise des questions fondamentales autour de l'art contemporain comme les notions d'usage ou de disparition.
    Ce livre-DVD réunit le film de Gilles Coudert et une publication qui nous donne à voir le processus de construction de cette oeuvre collaborative de Tadashi Kawamata mise au point avec l'architecte Christophe Scheidegger. Le film restitue cette aventure au fil de témoignages des habitants, des étudiants, des organisateurs ainsi que des différents acteurs du projet et des réactions des visiteurs. Dans son texte, la curatrice Stefanie Hoch nous donne le contexte de l'oeuvre et son analyse. Le livre propose également de découvrir huit autres projets réalisés par l'artiste en Suisse depuis 1993.
    Egalement disponible dans un coffret rassemblant les trois livres / DVD consacrés à Tadashi Kawamata :
    Scheiterturm, Collective Folie (documentant la tour conçue pour le Parc de la Villette) et Workshop (documentant la construction d'architectures éphémères à Versailles à partir de 5000 cagettes en bois).
    Tadashi Kawamata (né en 1953 à Mikasa, sur l'île d'Hokkaido, vit et travaille à Tokyo et Paris) a réalisé des oeuvres architecturales in situ dans le monde entier.
    En 1982, à seulement 28 ans, il est sélectionné pour la Biennale de Venise, avant de participer à la Documenta de Cassel en 1987. En 2005, il prend la direction artistique de la Triennale de Yokohama. Professeur à l'Ecole des beaux-arts de Paris, il a depuis exposé au Madison Square Garden de New York en 2008, dans le cadre d'Evento à Bordeaux en 2009, au Centre Pompidou en 2010, à Chaumont-sur-Loire en 2011, ou encore à Gand et Abu Dhabi en 2012. En 2013, il participe à Art Basel, érige la tour participative Collective Folie dans le Parc Villette à Paris et, dans le cadre de Marseille-Provence 2013, réalise l'installation in situ permanente Les Sentiers de l'eau à travers la Camargue.
    Le travail de Kawamata porte une réflexion sur l'espace architectural, urbain ou encore paysagé en tant que produit et contexte social. Une étude attentive des relations humaines qui l'ont défini, ainsi que des modes de vie qui en découlent, lui permettent chaque fois de déterminer progressivement la nature de son projet. Ses oeuvres, le plus souvent éphémères, sont généralement réalisées en bois, parfois sous forme de matériaux de récupération issus d'un environnement immédiat. Les interventions de Tadashi Kawamata recréent des ponts entre passé et présent, entre dehors et dedans, entre effectif et potentiel : elles révèlent une autre identité des espaces et des lieux mettant en lumière la part invisible et pourtant bien réelle de leur dimension culturelle et sociale. La création d'une communauté avec laquelle il partage la recherche et l'effort du travail physique anime et fonde chacun de ses projets.

  • Daniel Buren a répondu à l'invitation de la Ville d'Istres d'intervenir sur son territoire en proposant plusieurs travaux in situ ou situé, éphémère, temporaire ou permanent.
    Ce livre-DVD réunit le film de Gilles Coudert et une publication qui nous présente l'ensemble des interventions de Daniel Buren. L'oeuvre Un bouquet : cinq couleurs moins une transforme et réhabilite littéralement La Pyramide, ancien centre nautique délaissé et lui redonne vie en accueillant des spectacles de cirque et de danse. Simultanément Et si la ville se colorait... réenchante tous les bâtiments aux alentours. Les Cabanons ont accueilli plusieurs soirées le Buren Cirque dans le Parc Sainte-Catherine. Enfin La Grande Diagonale, oeuvre pérenne installée sur l'esplanade du nouvel Hôtel de Ville et inaugurée en même temps relie le coeur de ville à ce nouveau quartier.
    Le film restitue le processus de construction des oeuvres au fil des témoignages des différents acteurs des projets et montre comment les visiteurs les pratiquent pour une soirée comme au quotidien. Bernard Blistène, directeur du Musée national d'art moderne, livre dans un entretien avec Gilles Coudert son analyse et des clefs de compréhension du travail de l'artiste et le situe dans l'histoire de l'art.

  • This small illustrated volume about French Polynesia provides an essential complement to the practical guides to Tahiti. In a simple style, the principal elements of Polynesian culture and the major events of the history of the region are dealt with, together with a comprehensive description of its natural environment. 144 pages of text and colour illustrations, all the work of Jean-Louis Saquet, who has lived in Tahiti for some thirty years. A large number of colour drawings executed with great attention to detail in a documentary style accompany maps, diagrams and a short glossary of Tahitian vocabulary.

  • At the end of the nineteenth century, the fan as a subject for painting departed from its traditional form. It was not the "fan as object" that interested the Impressionists, Pos-Impressionists and Nabis, but rather the "fan shape" and the possibilities for plastic expression it provided. This book presents Gauguin's fans in the overall context of his oeuvre and shows that the painter expressed himself in this medium with the same exacting standards as in his other works. In the sense, it helps to complete our knowledge of an artist who for too long, and unjustifiably so, unsettled art-lovers' points of reference. Gauguin appears here as the master of his exceptional logic.

  • Trankat épisode #1

    Collectif

    • Apres
    • 15 Février 2014

    Un livre / DVD documentant la résidence d'artistes Trankat au Maroc en 2013, avec les oeuvres créées par Fouad Bouchoucha, Jordi Colomer et Moussa Sarr mises en regard avec des créations de Simohammed Fettaka, Mohssin Harraki, Youssef El Yedidi et Kader Attia.

    Ce livre-DVD réunit un film de Gilles Coudert et une publication qui présentent le projet Trankat Episode #1. Cette exposition rassemble les oeuvres créées par les artistes en résidence Trankat à Tétouan en 2013, Fouad Bouchoucha, Jordi Colomer et Moussa Sarr, mises en regard avec des créations de Simohammed Fettaka, Mohssin Harraki, Youssef El Yedidi et Kader Attia, invité d'honneur. Exposées pour la première fois, les oeuvres des artistes résidents sont issues d'une rencontre entre savoir faire traditionnels et création contemporaine.
    Tandis que le film propose un focus sur les processus de production à Tétouan, le livre retrace le making of des résidences et offre un panorama des oeuvres de l'exposition. Une série d'entretiens menés par la curatrice Bérénice Saliou donne la parole aux artistes en apportant un éclairage sur leurs pratiques.
    L'exposition est produite par l'Institut français du Maroc. Présentée dans le cadre de la Saison culturelle France-Maroc 2014, elle est inaugurée à la Biennale de Marrakech 2014 et circule ensuite à Casablanca, Rabat, Meknes, El Jadida, Oujda et, enfin, Tétouan, lieu de sa production.

    Publié à l'occasion de l'exposition produite par l'Institut français du Maroc, présentée dans le cadre de la Saison culturelle France-Maroc 2014, inaugurée à la Biennale de Marrakech 2014 et circulant ensuite à Casablanca, Rabat, Meknes, El Jadida, Oujda et, enfin, Tétouan, lieu de sa production.

  • Coffret incluant un livre et le film consacrés à l'exposition Jardin-Théâtre Bestiarium et à son évolution. Au film de Gilles Coudert relatant la genèse du projet répond un ouvrage comprenant une série d'essais et un entretien.

    Soit une utopie née de l'imagination du galeriste et auteur Rüdiger Schöttle.
    Soit une remise en question radicale du statut de l'exposition en tant que forme historique et culturelle.
    Soit des oeuvres de Bernard Bazile, Glenn Branca, James Coleman, Fortuyn/O'Brien, Ludger Gerdes, Dan Graham, Rodney Graham, Marin Kasimir, Christian Philipp Müller, Juan Muñoz, Hermann Pitz, Rüdiger Schöttle, Alain Séchas et Jeff Wall.
    Soit un film, promenade en travelling dans cette exposition-jardin, ponctué de témoignages croisés d'acteurs du projet et d'observateurs avertis comme Bernard Blistène et Xavier Veilhan.
    Soit un recueil de textes historiques ou inédits d'Erika Balsom, Chris Dercon, Tristan Garcia, Dan Graham, Vincent Normand, Rüdiger Schöttle et Guy Tortosa.
    L'exposition Jardin-Théâtre Bestiarium coproduite, en 1989, par l'Institute for Contemporary Art, P.S. 1 Museum, à New York, et le Confort Moderne, à Poitiers, a été acquise par le Centre national des arts plastiques, en 1990.

  • Soit une invitation à se retourner vers le temps d'une origine, vers un premier regard, vers une première image.
    Soit dix artistes et cinéastes, dix films courts, dix traversées.
    Soit un paradis, la tempête, un tableau, des poèmes, des fleurs, la mort, le cinéma, des enfants, des visions, de la musique, Athènes, une quête, deux quêtes, un cercle.
    Soit une branche de lilas blanc.
    Soit des contributions textuelles inédites de Mali Arun, Ismaïl Bahri, Hicham Berrada, Jean Breschand, Alexandre Castant, Agnès de Cayeux, Antoine Danis, Maïder Fortuné, Ana Maria Gomes, Daphné Hérétakis, Joachim Olender, Clément Postec, Dania Reymond, qui sont autant de variations sur « la première image ».
    La Première Image est une commande publique du Centre national des arts plastiques et du Grec - Groupe de recherches et d'essais cinématographiques, produite par le Grec, avec le soutien du Centre national du cinéma et de l'image animée.

  • Collective folie

    Tadashi Kawamata

    • Apres
    • 15 Janvier 2014

    Collective Folie est une oeuvre imaginée pour le Parc de la Villette par l'artiste japonais Tadashi Kawamata. D'une vingtaine de mètres de hauteur, cette tour, la première conçue par l'artiste à Paris, a évolué au fil de nombreux workshops réunissant lycéens, étudiants et volontaires. En dialogue avec les Folies de Bernard Tschumi, la tour prend forme au fil d'accumulations et d'arrangements impromptus, dans le partage d'idées et d'efforts avec l'artiste, en habillant la structure porteuse de pièces de bois recyclées.
    Ce livre-DVD réunit le film de Gilles Coudert et une publication qui donne à voir le processus de construction et de déconstruction de cette oeuvre collaborative de Tadashi Kawamata. Le film restitue cette aventure au fil de témoignages des différents acteurs du projet et des réactions des participants aux workshops ainsi que des visiteurs de cette « folie collective ». Dans son texte, la critique d'art Emmanuelle Lequeux analyse et livre les enjeux d'une telle proposition. En écho à cette installation, le livre propose également une mise en perspective de dix autres projets de tours construits par l'artiste à travers le monde.

    Tadashi Kawamata (né en 1953 à Mikasa, sur l'île d'Hokkaido, vit et travaille à Tokyo et Paris) a réalisé des oeuvres architecturales in situ dans le monde entier.

  • Un film de Pascal Goblot qui explore, à partir d'interviews inédites, un dialogue unique entre deux figures tutélaires de l'art contemporain.
    Richard Hamilton, le père du Pop Art, a travaillé toute sa vie sur l'oeuvre d'un autre artiste majeur, Marcel Duchamp, l'inventeur du ready-made. Au coeur de cette relation unique, une oeuvre étrange, énigmatique, probablement l'une des plus complexes que l'art du XXe siècle ait produite : La Mariée Mise à Nu par ses Célibataires, Même de Marcel Duchamp, également appelée Le Grand Verre. Richard Hamilton a repris et éclairé chaque recoin de cette oeuvre sans jamais essayer de réduire l'univers duchampien à une lecture univoque. À partir d'interviews inédites, le film de Pascal Goblot explore ce dialogue entre deux figures tutélaires de l'art contemporain.

  • Coffret incluant un livre qui rassemble de nombreuses contributions et un film qui dresse un portrait intime de Bernard Heidsieck, ainsi que des entretiens avec d'autres figures majeures de la poésie sonore.
    Soit Bernard Heidsieck, un poète en action.
    Soit la poésie en action.
    Soit un ensemble d'oeuvres de Bernard Heidsieck issu des collections du Centre national des arts plastiques et présenté par Anne-Laure Chamboissier et Philippe Franck dans l'exposition « Sonopoetics », à Bruxelles en 2010.
    Soit un désir de rencontrer un artiste pionnier et d'appréhender une oeuvre singulière.
    Soit un cercle d'artistes qui témoignent.
    Soit un film pour réaffirmer l'importance et l'actualité de cette oeuvre majeure.
    Soit un recueil de contributions inédites de Bernard Blistène, Jean-Pierre Bobillot, Anne-Laure Chamboissier, Anne-James Chaton, Philippe Franck, John Giorno, Jean-Marie Gleize, Bernard Heidsieck, Arnaud Labelle-Rojoux, Richard Martel et Michèle Métail.

    Le film, réalisé par Anne-Laure Chamboissier et Philippe Franck, en collaboration avec Gilles Coudert, dresse un portrait intime de Bernard Heidsieck, pionnier dès 1955 de la poésie sonore et fondateur en 1962 de la poésie action. Il invite à un voyage dans sa « double vie » d'artiste et de banquier et dans son oeuvre, à travers un ensemble de conversations et de documents audiovisuels inédits. Des entretiens avec d'autres figures majeures de la poésie sonore viennent enrichir ce témoignage. Jean-Pierre Bobillot, Olivier Cadiot, Laurent Cauwet, Anne-James Chaton, Paul-Armand Gette, John Giorno, Bernard Heidsieck, Françoise Janicot, Arnaud Labelle-Rojoux et Jean-Jacques Lebel dessinent un tableau vivant de l'histoire de la poésie sonore et de ses développements actuels.
    Offre spéciale pour l'achat des trois livres / DVD parus dans la collection Variations sur... (coéditée avec le CNAP) : Poésie action..., Numéro Trois - Variations sur Numéro Deux de Jean-Luc Godard et Blvd Garibaldi - Variations sur Yona Friedman.

    Anne-Laure Chamboissier est commissaire d'expositions d'art contemporain.
    Philippe Franck est historien de l'art, critique, producteur, enseignant ainsi que créateur interdisciplinaire.
    Gilles Coudert est réalisateur, producteur et éditeur.

  • Kimsooja ; to breathe

    Gilles Coudert

    • Apres
    • 9 Février 2016

    Dans le cadre de l'année France-Corée, l'artiste coréenne Kimsooja transfigure l'espace du Centre Pompidou-Metz avec son exposition « To Breathe » : un livre accompagné d'un DVD viennent documenter ce projet d'envergure.
    Les surfaces vitrées recouvertes de films diffractant la lumière, le sol transformé en miroir sans fin recadrent toute notion d'horizontalité ou de verticalité, et la projection du spectre coloré accompagnée par la respiration de l'artiste, métamorphose l'espace en un immense tableau monochrome tridimensionnel, un paysage sensible et onirique, que les visiteurs peuvent traverser...
    Ce livre-DVD réunissant un film de Gilles Coudert et une publication comprenant des vues de l'installation et d'autres oeuvres de l'artiste, accompagnées de l'essai de l'historienne et critique d'art, Doris von Drathen propose une traversée de l'oeuvre de cette artiste essentielle de la scène artistique internationale. Le film suit l'installation de l'exposition jusqu'à son accomplissement et est nourri des propos de Kimsooja et de la directrice du Centre Pompidou-Metz, Emma Lavigne, ainsi que des impressions de visiteurs.
    Publié suite à l'exposition éponyme au Centre Pompidou-Metz du 26 octobre 2015 au 4 janvier 2016.

    Née en 1957 à Taegu, Corée du sud, Kimsooja vit et travaille à New York, Paris et Séoul. La renommée de son travail - installation, performance, vidéo, photographie - est internationale. Artiste nomade ayant fait de l'exil et du voyage le noeud de son travail, Kimsooja développe une réflexion sur le thème du déplacement de soi et des autres. Son oeuvre, ouverte à différentes lectures (minimalisme, nomadisme, féminisme, bouddhisme, art politique...), transcende les cultures, les géographies et même le temps en reliant des éléments et des états apparemment irréconciliables de la condition humaine : nature et culture, tradition asiatique et modernité occidentale, mouvement et immobilité, action et contemplation, individualité et multitude, affirmation et effacement de soi, dans une démarche qui relève moins du jeu dialectique que de la recherche d'un état d'équilibre délicat, à travers la conscience de l'artiste, à la fois auteur, sujet et instrument de l'expérience du monde.

  • Coffret incluant un livre et un film réalisé par Nil Yalter en collaboration avec l'artiste Judy Blum et la réalisatrice Nicole Croiset, initialement produit dans le cadre d'une installation multimédia basée sur le témoignage d'une ancienne détenue de la prison pour femmes de la Petite Roquette.

    Soit une artiste, Nil Yalter, qui ne conçoit l'art que comme un engagement politique.
    Soit un parcours artistique empreint des thèmes de l'enfermement et de l'émancipation.
    Soit une installation composite, La Roquette, prison de femmes (1974-1975), acquise par le Centre national des arts plastiques dès sa création.
    Soit un film, coeur de l'installation, où la mise en scène et la plasticité des images immergent le spectateur dans le milieu carcéral. Soit Mimi, une ex-détenue qui témoigne librement, en voix off.
    Soit un recueil de textes de Philippe Artières, Pascale Cassagnau, Anne-Marie Duguet, Fabienne Dumont, Mimi et de Melis Tezkan, qui sont autant de variations sur Nil Yalter et son oeuvre.

    Le film La Roquette, prison de femmes est issu d'une installation multimédia éponyme de Nil Yalter réalisée, en 1974, en collaboration avec l'artiste Judy Blum et la réalisatrice Nicole Croiset. Cette oeuvre multiple est née d'une rencontre fortuite avec Mimi, une ex-détenue de la prison de la Petite Roquette. Elle se compose d'une bande-vidéo en noir et blanc, d'une série de dessins, de photographies et de la transcription intégrale du récit de Mimi. Pour le film, cette dernière accepte d'enregistrer directement son témoignage, sur un magnétophone, sans témoin, librement. Il est transmis en voix off. Le travail de mise en scène et la plasticité des images immergent le spectateur au coeur de la vie d'un milieu carcéral sexiste et rendent sensible l'enfermement physique et mental des prisonnières.
    Un document audiovisuel issu des archives de l'Ina, proposé en complément, présente l'entretien réalisé par Jean-Noël Roy et dirigé par Marguerite Duras, en 1967, pour l'émission Dim/Dam/Dom, avec Marie-Marguerite Vigorie, première femme directrice de prison en France, en poste à la Petite Roquette.

    Artiste féministe d'origine turque, Nil Yalter (née en 1938 au Caire, vit et travaille à Paris) réalise des vidéos, de la peinture, des dessins et des installations multimédia depuis 1973. Elle a également enseigné à la Sorbonne entre 1980 et 1995.

empty