Baleine

  • Hiver 1910.
    Jean-Jacques Liabeuf, ouvrier cordonnier dans le quartier des Halles, est injustement condamné pour proxénétisme par des ripoux de la Brigade des moeurs. Il entreprend de laver son honneur par ses propres moyens : des brassards cloutés, une lame affûtée et un revolver. Il devient un légendaire " Tueur de flics " dont l'action d'éclat fera de nombreux émules, tout en gagnant la sympathie de la presse révolutionnaire.
    Après un procès retentissant, son exécution donnera lieu à l'une des plus grandioses émeutes populaires du XXe siècle.

  • Gotham

    Maumejean Xavie

    Chez MacManus, la meilleure boîte de pub new-yorkaise, Rudy craque : il se fait éclater la tête dans un étau. Mais pourvu qu'on nettoie les murs et qu'une jolie psychiatre sauve la réputation de l'agence, personne ne s'en soucie. Et surtout pas Jonathan Pyke. Ce week-end, le publicitaire vedette a d'autres fêlures à réparer...

  • Fiasco

    Nada

    Fiasco, troisième roman de Nada, se passe à Paris. Entre Barbès-Rochechouart et place Clichy, des trajectoires et des destins terribles, meurtriers, infâmes se croisent. Les héros - malgré eux - de ce récit sombre et désespéré, sont des artistes - talentueux pour certains, autoproclamés pour d'autres - dont les vies vont prendre des tournures tragiques et fatales. À travers leur voix - la radicalité et la crudité des dialogues abondent dans les pages de texte - c'est la société occidentale à l'apogée de son consumérisme qui est dénoncée par son auteur, dans l'excès et l'outrance que ne permet que la fiction, heureusement.

  • La force du vent est terrible, mon cheval trépigne, vibre, recule, ses muscles roulent sous mon ventre, je tiens court les rênes, aussi fermement que le vent est puissant et je le fais tenir en place aussi longtemps que la tempête l'exige. Je me redresse, la cendre recouvre la cité, le périph, le centre-ville et jusqu'à la Tour Eiffel, la victoire est totale. Lola n'a pas de chance. Son premier homme est mort sur l'A9, écrasé par un camion. Le second ne vaut pas grand chose, il a les épaules larges, mais l'esprit trop étriqué pour une jeune femme dont le destin est de devenir la Reine des barbares ». Un texte rare, d'une extrême violence poétique et politique. Lola, pauvre petite victime, héroïnomane à 14 ans, vivant dans une cave, violée, veuve, et qui prend la route avec son bourreau, Le Grécos, pour un périple sanglant et halluciné.

  • De la Terre à la Lune en déambulateur de Serge Scotto En quelques mots Suite à fin de la trilogie « gore-punk-pédophile » de Serge Scotto, auteur marseillais connu pour son chien Saucisse, ses polars, son entregent. On y retrouvera les abominables aventures de notre héros, celui de Massacre à l'espadrille, puis de La Grande Évasion en pantoufles, qu'on avait laissé mort mais lucide, comme de coutume maintenant.

    Le livre « Je me dis quelquefois que si ça s'était passé autrement, j'aurais pu mener une vie normale et avoir une femme à moi, une grande, en vrai, que j'aurais épousée et qui m'aurait cocufié avec le laitier. Un jour ou l'autre, dans un instant de lucidité, je l'aurais assassinée et je me serais retrouvé de toute façon en prison. Ce n'est pas pour moi, c'est tout.» Où l'on retrouve le héros (déjà mort deux fois), de Massacre à l'espadrille, l'abominable assassin pédophile, autant plein de bon sens et d'à-propos, qu'il est dénué de morale.

  • "Sur le terrain de l'honneur, tous les hommes sont égaux".
    "Offenseur ou offensé ne peuvent se retrancher derrière une prétendue distinction de caste ou de hiérarchie sociale. " La guerre a nivelé toutes ces utopies.

  • Une île, en Afrique, une famille réunie, ça pourrait être le bonheur.
    Sauf le passé.. et les ennuis qui commencent : des pièges, des ennemis, des morts..
    Ils y passent presque tous, de façon atroce, et sans trop savoir pourquoi !

  • Ariel

    Lawrence Block

    Métamorphose de la « ghost story »: une histoire non pas de fantôme, mais de maladie mentale, de maison malveillante et, surtout, l'étude attentive des réactions provoquées par la maison
    haineuse sur ses habitants - sur une, la plus faible, en particulier : Ariel, une enfant de 12 ans. Un roman étrange du maître du polar américain.

  • Marthe, une vieille femme pingre dans une vieille maison sinistre et labyrinthique, reçoit la visite de ses deux soeurs, qui souhaitent s'installer chez elle.

    Moyennant finances, elle accepte de les loger, mais c'est une entreprise monstrueuse qui va être mener dans les sous-sols de cette maison maléfique...

  • Paul Steward, éditeur d'une revue scientifique et ex-journaliste du New York Times, est un mari raté, un père raté, il considère sa vie entière comme un échec.
    Sa décision est prise, elle est radicale, une seule échappatoire : tuer sa famille et se suicider ensuite. Horwitz nous décrit dans ce livre la journée de cet homme : entretiens professionnels, voyages dans les transports en commun, discussions avec des amis... Une journée si normale, et pourtant si oppressante. C'est justement cette façon d'écrire, distante, froide, telle la voix-off d'un documentaire qui donne toute sa force au livre.
    Le lecteur est sous pression du début à la fin.

  • Les optimistes voient dans la naissance le début de la vie, d'autres y saisissent le crépuscule de ce qui n'est qu'un long acheminement vers la mort.
    Et si c'était elle notre plus fidèle compagne, cette fin annoncée, qui nous suit à chaque souffle de l'existence et se rappelle à nous dès que l'occasion se présente ? "J'ai vu ma courte vie s'arrêter. J'avais peur. J'avais honte. Je voulais crever. Rien ne valait la peine. Je voulais juste me sentir exister, faire battre mon coeur plus qu'à l'accoutumée. Mais les remords ne suffisent pas. Ils n'apaisent pas la colère".
    Un homme avance ainsi sur le fil, entre flash-back de l'enfance qui reconstituent son identité parcellaire, et lente descente aux enfers ponctuée d'amours ratées, d'éclaircies inespérées, de passages en prison, de soif de vengeance et de meurtre.

  • L'horreur, l'horreur.
    Bruckman, un déporté, dans un camp de concentration anonyme, découvre que son camarade wernecke, déporté comme lui, est. un vampire. s'ensuit une étonnante et mortelle confrontation. ce texte parut pour la première fois en 1982, dans un magazine peu ouvert au fantastique: les revues spécialisées l'avaient refusé tant il paraissait d'une cruauté insoutenable. le récit a enfin conquis public et admirateurs depuis que l'on s'est aperçu que cette histoire, odieuse, à la fois apportait témoignage sur l'horreur nazie, et entrait dans un étrange courant littéraire: la réhabilitation du vampire par le biais de la comparaison.

  • Les Cours des Miracles se sont reformées à Paris.
    Voleurs, assassins et mauvais larrons sillonnent les quartiers à la recherche de proies à dépouiller... à dévorer quand la faim est trop forte. La nuit du nouvel an, en pleine émeute, Nito Crisgolenko, jeune conservatrice au Louvre, rencontre Omar, le Roi des Assassins... Un vieux cabaliste obsédé par le Golem, un doux rêveur égaré dans la cité virtuelle qu'il a créée, le démon et ses ombres... Tous feront l'expérience des ténèbres...

  • Stone baby

    Joolz Denby

    Ce thriller psychologique très noir, signé par Joolz Denby est aussi une comédie punk. Une célèbre comique anglaise de cabaret, sous des dehors provocateurs et cyniques, est en réalité profondément sensible et traumatisée (une enfance difficile...). Son amie Lily, qui devient sa manager, la protège de ses propres excès, en particulier en matière d'hommes. Jusqu'à la rencontre avec Sean Power, un psychopathe vicieux au physique de dieu qui fera exploser le ménage à trois. Sombre, crispant et complètement convaincant, Stone Baby est appelé à devenir un livre-culte. Il s'agit du 1er roman de l'auteur, qui publie son 6ème titre cette année (édition originale chez HarperCollins, 2000)

  • Les habitants d'une petite ville canadienne ont peur.
    Une peur pas ordinaire. une peur qui leur fait quitter la ville, ou qui les rend fous. un jeune journaliste du winnipeg standard est envoyé pour enquêter et comprendre. il y découvrira l'horreur... ce grand roman de terreur a eu une carrière étonnante : publié en 1956 au fleuve noir (" angoisse ", n° 24), il sera réédité en 1974 chez marabout fantastique, puis en 1981 chez néo. un grand classique à ne pas manquer.

  • c'était en 1994, et à cette époque j'étais l'un des rois de la nuit londonienne.
    j'avais ma petit affaire, mon réseau, un magazine underground et branché : ça tournait bien. sans me vanter, j'étais la plus grosse et la plus belle saloperie de toute la ville. j'étais l'empereur et personne ne déconnait avec sa majesté. puis " ils " m'ont engagé et ma carrière a pris un tout autre virage. j'ai juste omis de vous préciser deux dernières petites choses. de simples détails. je suis un mort vivant et je réalise des snuff movies.

  • "il s'agit là, sans que presque personne s'en soit aperçu, de l'invention littéraire du "serial killer", en 1838, soit trois ans avant le double assassinat dans la rue morgue d'edgar allan poe.
    tous les crimes se déroulent en chambre close et la chute du récit, terrifiante, est d'une dimension politique on ne peut plus actuelle. " didier daeninckx.

  • Tout est couché là, noir sur blanc. Narré dans les menus détails. Toute la mélasse où je m'englue, le foutoir obscène et canaille. Il y est question de manman, des tourments que je lui prodigue pour la punir d'avoir foiré ma vie en illuminant mon enfance. Il y est question de Rachid, emmerdeur patenté et tapette pas tentante ; de ma frangine Annette et de ses vapeurs vertueuses ; de mon vieux pote Gautier et de ses buées éthyliques ; des sales pétrins où ils me fourrent et de comment je m'en dépêtre. Tout est scrupuleusement noté au fil de ces cahiers, où je vomis mon quotidien sans soucis des éclaboussures.

  • Le Double-Bang, c'est la F40 des drogues.
    C'est rouge et ça arrache ! Pose le cube écarlate, puis chauffe. Réaction chimique, épaisse fumée rouge. Ensuite, colle tes narines contre les tubes et respire un grand coup. Les lumières tournoient dans ton crâne et tu dois fermer les paupières pour ne pas perdre une seule goutte de cette magnifique substance. Mais tu ne peux pas comprendre. Je sais. Moi, j'ai été l'unique consommateur du Double-Bang et j'y ai tout sacrifié.
    C'est cette histoire que je vais te raconter.

  • Hécatombe

    Nada

    Lucrèce graphiste free lance, Maxence puceau désoeuvré, Evil Skin néonazi cocaïnomane et l'ensemble des hooligans de la fraction Ordre et Chaos étaient déterminés à aller jusqu'au bout de leurs terrifiantes convictions.
    Mûrs pour l'irrémédiable, il ne leur restait qu'à métamorphoser leurs dérives en une sanglante et fanatique apothéose. Transfuge du Slam, Nada a su mêler poésie et rock avec le groupe Spoke Orkestra. Passionné de littérature noire, il convie ses lecteurs à une descente aux enfers digne des pires héros du genre.

  • Demolition

    Nada

    Cordélia, jeune actrice porno tourne dans des films de plus en plus trash. Elle meurt dans un snuffmovie, après avoir été torturée. Deux anciens légionnaires, Vulcain et Verlaine s'embarquent dans une vengeance tragique, un massacre de tous ceux qui ont participé au drame de Cordélia. Ils seront rejoint par Van Gogh, policier toxicomane et corrompu, pour une descente aux enfers dont ils ne sortiront pas indemnes

  • Immersion complète dans la tête du monstre ! Un odieux personnage, certes, mais aussi terriblement sympathique ! Curieux de tout, il aime tellement la vie que, parfois...
    Il vous la prend ! Du bon sens, de l'ordre et de la méthode en toutes choses, même les pires ! Tour à tour taulard mort, écrivain révélé, promeneur assassin et violeur philosophe, et toujours dans la joie et la bonne humeur... Sur les traces de sperme et de sang laissées par cette balade meurtrière sur les routes de France, Serge Scotto poursuit sa quête de l'horreur pure dans la grande tradition de la littérature d'épouvante.

  • Cornélius Crassius, ancien légionnaire devenu laniste, voit mourir son gladiateur vedette dans l'arène.
    Il quitte précipitamment Rome pour la Galilée, où il s'installe comme éleveur, et lance La Chèvre de Monsieur Cornélius. Succès assuré ! Ses nouveaux voisins, Marie et Joseph, lui confient l'éducation de leur petit Josua. Mais ce dernier, nul en latin comme en hébreu, refuse d'apprendre la lutte, ne veut faire que du théâtre, avec ses douze copains... Entre subterfuges, mensonges, adultères, trahisons et production de chèvre frais, Eddy Piron nous conte avec finesse et ironie la vie et la formation de Jésus, à travers les yeux de son agent et mentor : Cornélius Crassius.

empty