Livres en VO

  • Ce catalogue est consacré à la dernière installation PHARES de l'artiste Milène Guermont sur la Place de la Concorde en lien direct avec la COP21.
    L'oeuvre PHARES dialogue avec l'Obélisque de la Concorde, le plus ancien monument de Paris, sur cette place où eut lieu en 1843 le premier essai d'éclairage public au monde. Cette installation monumentale et lumineuse entre en interaction avec le public en clignotant au rythme des battements de coeur de chaque personne.

  • Antoine Catala joue avec les imperfections du langage, la physicalité des images et leur caractère tactile, utilise l'accident et la technologie, l'hologramme, l'imprimante 3D ou le morphing, qu'il s'agisse de ses vidéos-sculptures ou de ses mots d'esprits.

    Ses oeuvres mettent en relation toutes les images, les extensions, les mots de langage, les signes, les logos, les atmosphères.

    La télévision et internet sont parmi les sources d'inspiration du travail d'Antoine Catala, qui en reproduit les mécanismes en les détournant à des fins poétiques. Délibérément, l'artiste y trouve de nouvelles possibilités de lier le réel, l'image et le langage.

    A l'occasion de l'exposition au MAC de Lyon, Antoine Catala transforme un étage entier du musée avec l'installation Jardin synthétique à l'isolement.

    Le Jardin synthétique à l'isolement d'Antoine Catala est une sorte d'îlot, composé de plantes artificielles, d'écrans, de roches, de signes et de sons, créé en collaboration avec des personnes qui travaillent avec des enfants non-verbaux et des non-verbaux eux-mêmes. Les signes de communication que certains de ces enfants utilisent y sont présentés en tant que sculptures, tandis que la voix numérique de la machine les énonce. Le Jardin synthétique à l'isolement illustre la joie de communiquer via une machine en parlant des problèmes de communication, mais aussi de la connexion au monde via ce langage spécifique.

    Aujourd'hui, un mot, par le biais d'une recherche internet, permet de faire se manifester des millions d'images. Puis, par le truchement des imprimantes 3D, un mot permet d'accéder à des fichiers, qui à leur tour permettent d'imprimer des objets associés à ce mot. Ainsi, avec l'aide des machines, une nouvelle équivalence physique est établie: objet = image = mot.
    Antoine Catala

empty