Cahiers Du Cinema

  • écrire un scénario

    Michel Chion

    • Cahiers du cinema
    • 5 Avril 2007

    Puisant dans des films célèbres et très divers, sélectionnés dans toute l'histoire du cinéma, classique ou récent, ce livre rend compte d'une histoire du scénario au cinéma et décèle les tendances actuelles des cinémas américain, français et asiatique. Ces scénarios sont des modèles actuels et vivants, réservoirs d'exemples dans leurs irrégularités et par les aléas de leur écriture. Le parti pris de cet ouvrage est qu'au fond, les histoires sont toujours les mêmes, ce dont se réjouit son auteur qui y voit le signe d'une solidarité de l'expérience humaine à travers l'espace et le temps. Ce qui est en revanche indéfiniment neuf, c'est l'art de la narration, l'art du conte, dont le scénario est une application particulière au cinéma. Cette narration repose sur des techniques utilisées dans tout scénario, des " trucs ", des procédés très pratiques. Loin de les ériger en normes, l'auteur s'attache aussi à montrer comment il est possible de les retourner, les dévier ou les renouveler. Michel Chion inventorie les éléments constitutifs d'un scénario, les ressorts dramatiques, les procédés de construction et de narration, les fautes possibles... qu'il est toujours permis de commettre. Les quatorze films de référence sont : Le Testament du Docteur Mabuse, Le Port de l'angoisse, L'Intendant Sansho, L'Invasion des profanateurs de sépulture, A travers le miroir, Taxi Driver, Pauline à la plage, Thelma et Louise, Chute libre, Pulp Fiction, Un jour sans fin, In the Mood for Love, L'Emploi du temps, Uzak. L'ouvrage est complété d'annexes documentaires (le DVD permet aujourd'hui de renvoyer plus facilement à des films accessibles) et pratiques, par exemple sur la présentation d'un scénario : pitch, traitement, continuité dialoguée, découpage technique... Une première édition plus réduite de ce livre, devenu depuis un ouvrage de référence, a été publiée en 1985. Celle-ci la renouvelle entièrement.

    Michel Chion, né en 1947, primé en 1995 pour La Musique au cinéma, a publié vingt-cinq ouvrages sur le son, le cinéma, la musique, traduits en une dizaine de langues dans le monde. Il a écrit sur plusieurs cinéastes situés au carrefour du cinéma d'auteur et du cinéma populaire, comme Lynch, Tati, Chaplin, Kubrick. Enseignant à l'ESEC et à Paris III, chroniqueur dans plusieurs revues, il est également compositeur de musique concrète et réalisateur de cinéma et de vidéo.

  • La voix au cinéma

    Michel Chion

    • Cahiers du cinema
    • 1 Mars 1984

    Pièges téléphoniques, voleurs de voix, chants de sirènes, silences du muet.
    Mais aussi les pouvoirs et les charmes de la voix cachée, sous le signe du mabuse de fritz lang, le mariage impossible de la voix et du corps filmé, sous le signe du parsifal de syberberg. entre la voix et l'écran, les rapports, ce lieu du pas-tout-voir, ne sont rien moins que pacifiques. ce livre jette les bases d'une théorie du cinéma comme parlant, à travers les films de mizoguchi, tati, bresson, welles, duras, fellini, et en particulier des analyses de psychose, d'alfred hitchcock, et surtout, du testament du docteur mabuse.

    La voix au cinéma est le premier volet d'une trilogie sur le cinéma comme art sonore publiée par l'auteur dans cette collection, qui s'est continuée avec le son au cinéma et la toile trouée, la parole au cinéma.

  • Le cinéma américain des années 70

    Jean-Baptiste Thoret

    • Cahiers du cinema
    • 10 Décembre 2009

    Panorama des métamorphoses survenues dans le cinéma américain à partir de la fin des années 1960, privilégiant deux paramètres pour analyser la période 1967 à 1980 : l'espace et l'énergie.

  • Pendant les travaux, le cinéma reste ouvert

    Thierry Jousse

    • Cahiers du cinema
    • 22 Mars 2003

    L'ambition de ce livre est de tracer le portrait d'un moment clé du cinéma, les années 90, où les mutations économiques, esthétiques, technologiques ont obligé le cinéma à s'interroger sur lui-même et à penser son avenir sur fond de prolifération d'autres images.
    Ce livre s'ouvre sur une réinterprétation de la Nouvelle Vague, période qui a façonné l'auteur dans ses racines de spectateur de cinéma, et s'achève sur les interrogations les plus contemporaines autour de l'image, du côté des événements du 11 septembre 2001 et de la téléréalité. Entre les deux, le livre suit l'évolution du cinéma français contemporain et ses auteurs importants (Brisseau, Desplechin, Claire Denis, Catherine Breillat.
    ), explore certaines voies majeures du cinéma européen (Monteiro, Lars von Trier, Kusturica. ), analyse la vision contemporaine de l'oeuvre de grands cinéastes modernes (Nicholas Ray, Antonioni, Bunuel, Eastwood, Debord. ), évoque l'irruption du cinéma asiatique (Kitano, Wong Kar-wai, Hou Hsiao-hsien. ), les métamorphoses du cinéma américain (Kubrick, Lynch, Tim Burton, les frères Coen, Jarmusch. ) et s'arrête sur l'éclatement du cinéma touché par le clip, les séries TV, les nouveaux modes de consommation de l'image avec quelques paris pour l'avenir.
    Le montage de certains de ses textes essentiels que propose aujourd'hui Thierry Jousse, rédacteur en chef des Cahiers du cinéma pendant ces années 90, dessine le portrait d'une époque qui, laissant derrière elle le thème de la mort du cinéma, l'a vu se régénérer et retrouver un horizon en mouvement. En bref, une histoire rédigée au présent, et qui continue à s'écrire aujourd'hui encore comme le montre la postface inédite à la recherche des nouveaux territoires du cinéma.
    Le livre est précédé d'une préface signée du cinéaste Olivier Assayas.

  • André Bazin

    Dudley Andrew

    • Cahiers du cinema
    • 1 Mars 1984
  • Sur le cinéma

    James Agee

    • Cahiers du cinema
    • 30 Août 1991

    Amazon.fr Les scénarios d'African Queen de John Huston et de La Nuit du chasseur de Charles Laughton ont rendu James Agee plus célèbre que ses nombreux romans, recueils de poésie et de journalisme.
    Comme critique, l'amateur autoproclamé Agee pourrait en remontrer à bon nombre de pros. D'un trait, il cernait le style d'un cinéaste. Son observation et son examen d'un film sous toutes ses facettes pouvaient lui inspirer des réflexions ambivalentes, toutes argumentées. Un modèle : son étude du rire dans le burlesque et ses "4 puissances", du ricanement au fou rire. Après sa parution dans Life, cet article lui valut une tonne de courrier.

    Agee s'est frotté à tous les genres. Entre 1941 et 1950, il s'est aussi bien préoccupé de la production américaine (et des questions qu'elle soulevait) que du cinéma européen pour lequel il s'enthousiasma (Vigo, Dreyer, Rossellini...).

    Cette sélection de chroniques et de portraits (D.W.Griffith et J.Huston) montre comment la poésie et l'analyse peuvent fusionner. --Hector Fricotin

  • Les films de science-fiction

    Michel Chion

    • Cahiers du cinema
    • 10 Décembre 2009

    Cette synthèse retrace l'histoire du genre cinématographique de la science-fiction. Elle propose une analyse des craintes et espoirs incarnés dans chaque période du cinéma fantastique, de la peur de l'apocalypse nucléaire dans les années 1950 à la crainte d'une société eugéniste dans les années 1990.

  • Le son au cinéma

    Michel Chion

    • Cahiers du cinema
    • 1 Mars 1985
empty