Bandes dessinées / Comics / Mangas

  • L'ouvrage Le Livre du franc-maçon, la traversée du miroir est un livre d'images muettes constituées de soixante-six planches. Cette série d'illustrations en noir et blanc décrit les étapes marquantes de l'initiation au degré d'Apprenti, de l'élévation au degré de Compagnon, de l'exaltation au degré de Maître.
    Conçu dans l'esprit du célèbre Mutus liber qui est un recueil de planches de philosophie hermétique paru en 1677, il présente, avec un trait contemporain, les différentes étapes de chaque cérémonie, en intégrant les symboliques et allégories employées à ces étapes.
    L'ensemble des planches est précédé d'un texte de réflexion sur le sens de la démarche initiatique, signé du poète Jacques Viallebesset.
    Ainsi conçu, Le Livre du franc-maçon est, en même temps qu'un livre-cadeau, un livre support d'exercices de méditation qui accompagnera l'initié dans sa démarche.

  • De nombreuses oeuvres littéraires, artistiques ou architecturales peuvent s'interpréter selon plusieurs niveaux de lecture et receler des enseignements ou des messages cachés, relatifs à divers domaines de la Connaissance. Olivier Reibel, tintinophile depuis son enfance, a cherché à comprendre pourquoi, dans chaque album de Tintin, il trouvait des références à la franc-maçonnerie, aux sociétés secrètes, aux sciences occultes, à la Théosophie, au bouddhisme tibétain, au taoïsme . En lisant les nombreuses biographies et études parues sur Hergé, il s'est rendu compte que tous les auteurs, à un moment ou à un autre, faisaient référence à l'intérêt que portait Hergé à ces domaines. Olivier Reibel a donc décrypté les albums, les uns après les autres, en se référant aux grands textes mythologiques ou religieux, aux rituels et à la symbolique maçonniques, et étaye sa démonstration par des extraits. Il montre que, dans chaque album, dans chaque vignette, Hergé nous fait continuellement des clins d'oeil à l'aide de dessins, mais aussi d'expressions, d'onomatopées. Pour Olivier Reibel, Hergé connaissait parfaitement ces milieux, peut-être même faisait-il partie de certains. Il avait, entre autres, pour amis Edgar P Jacobs et Jacques Van Melkebeke qui l'ont beaucoup influencé. Contrairement à un certain nombre de ses exégètes, l'auteur pense qu'Hergé n'a pas travaillé pour les enfants mais pour les adultes, (il existe des lettres dans lesquelles Hergé décrit son aversion pour les enfants et les visites d'écoles). Dans ses ouvrages publiés chez Dervy, Bertrand Portevin ne s'était appuyé que sur deux albums pour sa démonstration, Olivier Reibel s'appuie dans cet essai sur l'ensemble des albums.

  • Le monde inconnu d'Hergé

    Bertrand Portevin

    • Dervy
    • 1 Septembre 2008

    En lisant les albums de tintin, qui ne s'est pas interrogé sur la personnalité d'hergé ? chercheur imprégné d'un ardent désir d'aider la jeunesse, il a réussi à inculquer à plusieurs générations, une nouvelle mythologie cosmopolite et universelle.
    A la parution de vol 714 pour sydney, tous les commentateurs d'hergé avaient remarqué qu'il se dégageait une impression nouvelle, sans pour autant pouvoir la définir. pour bertrand portevin, passionné de l'oeuvre d'hergé, cet album est l'un des plus aboutis. quoi de plus évident, les lecteurs étaient devenus adultes et initiés malgré eux, hergé pouvait désormais dévoiler au grand jour la profondeur des caractères de ses héros.
    Au travers de ce livre, en forme de voyage initiatique, il se donne pour défi de reproduire ses découvertes dans le dessin comme l'on fait auparavant ses maîtres dans des textes cryptés, des poèmes, des gravures ou des peintures. bertrand portevin apporte mille et un arguments, autant de révélations sur la façon dont il crypta ses albums, comment il exploite " la langue des oiseaux ", utilisée dans les textes d'alchimie, la kabbale ou les mythologies, dont il était féru.
    Le décryptage des dessins d'hergé est un trésor inestimable en même temps qu'une quête joviale pour les jeunes de 7 à 77 ans en mal de sagesse.

  • La Venise d'Hugo Pratt

    Joël Gregogna

    • Dervy
    • 30 Mars 2012

    Au-delà de son ouvrage Fable de Venise dont l'action se passe dans cette ville, c'est, en fait toute l'oeuvre d'Hugo Pratt qui est imprégnée de cette ville.
    Son architecture, son histoire, ses légendes ont bercé l'enfance d'Hugo Pratt et ont été, tout au long de sa vie et de son oeuvre, le terreau de son imaginaire fertile. C'est donc dans cette Venise secrète que nous entraine l'auteur sur les traces d'Hugo Pratt lui-même. Nous entrainant avec lui dans le dédale des quartiers de Venise, Joël Gregogna, s'appuyant sur de très nombreuses photos et des illustrations de l'oeuvre d'Hugo Pratt, nous plonge dans l'atmosphère mystérieuse de la ville.
    Commentant la vie et l'oeuvre d'Hugo Pratt, il décode les arcanes de la ville, qui, quelles que soient les aventures de son héros Corto Maltèse, sert toujours de référence à l'oeuvre. La Venise d'Hugo Pratt est une promenade à travers l'histoire et la géographie de la ville en correspondance avec l'oeuvre d'Hugo Pratt..

  • Le jour de ses dix-huit ans, Ener apprend que son père est toujours vivant et qu'il est retenu prisonnier par Ibrac, la cruelle déesse de la secte de la Nouvelle Massada. Aidé par Mariquinha, sa jolie partenaire de l'école du cirque, Ener va partir à la recherche de son père et de l'étrange secret du Temple de Salomon, secret détenu par la secte et protégé par ses membres sanguinaires : Les Sicaires. Ener est une aventure initiatique contemporaine qui puise ses références dans l'histoire de l'antiquité et dans la naissance de l'Ordre des Templiers.

empty