Editions De Juillet

  • Une déambulation hors du temps dans un Londres empli de contradictions, entre puritanisme, avant-garde, rock'n'roll et excentricité.

    Ville emblématique pour les amateurs de rock, de légendes urbaines ou encore de thé, Londres est, dans cet ouvrage, visitée avec le regard radical de Richard Volante et la plume alerte et un brin nostalgique de Jean-Baptiste Gandon.

  • Une promenade instantanée dans les rues de Séoul, prises comme sous l'oeil d'une caméra vidéo. Au gré des rencontres fortuites et des explorations urbaines, on découvre une ville sous surveillance électronique, ultra connectée et riche de traditions séculaires.

    Séoul est le la ville symbole des mutations technologiques comme corollaires des évolutions urbaines. Inquiétant laboratoire des répartitions des sphères publiques et privées, elle nous semble lointaine tout en nous renvoyant une image de ce que pourrait devenir les espaces publics de demain.

  • Depuis plus de 10 ans, Philippe Quemener et Michel Zongo partagent régulièrement du temps à Koudougou, ville située à 100 km à l'ouest de Ouagadougou, au Burkina Faso.
    Michel y habite, Philippe est à Brest. Ensemble, ils ont décidé de travailler à la réalisation d'un livre où viennent se confronter la vision d'un photographe, français , blanc, de passage, et celle d'un auteur, burkinabé, noir à demeure.
    à travers ses photos, Philippe Quemener propose, une recherche de points de repère dans l'apparent chaos de cette ville grouillante, au-delà de ce que voit généralement le blanc pressé. Il cherche à mettre des visages sur cette Afrique « si loin, si proche », à montrer une Afrique active, au travail pour gagner son « tô »* quotidien. Michel Zongo lui répond par des textes courts, poétiques, politiques, humanistes.
    Il raconte le quotidien du citoyen de la cité du Cavalier rouge. Il écrit son combat contre l'intolérance, l'indifférence. Il nous fait partager son désarroi vis-à-vis de l'esclavage moderne imposé par les Chinois, les Européens et les Africains eux-mêmes, à travers l'exploitation des enfants. C'est un plaidoyer pour un monde juste et humaniste.
    Ensemble, ils font un portrait de cette ville rebelle, où même dans les moments apaisés, l'on peut parfois sentir que le mécontentement couve toujours.
    *Tô : mélange de farine et d'eau, le tô est le plat national, servi sous forme de pâte de céréales accompagné d'une sauce.

  • Avec Rabat infini Arnaud Tudoret révèle une ville plurielle, un faisceau de cultures, d'histoires et de siècles. Comme le vent à la surface du fleuve, il caresse à travers quelques fragments de vie, l'infinité de Rabat. Yann Kukucka réinvente son vagabondage, oscillant entre rencontres fortuites, respirations poétiques et anecdotes intemporelles.
    Rabat Infini est une carte postale mouvante et inattendue, un conte visuel dans lequel chacun projette avec délectation et imagination sa propre aventure, ses propres découvertes.

  • Partie vivre 3 mois à Fukuoka, Audrey Guiller savait qu'elle serait déboussolée. Elle s'est amusée de cette perte de repères en prenant des photos de situations qui l'interrogeaient.
    Jean-Luc Azra lui a expliqué pourquoi et comment, les Japonais et les Français, vivent souvent à l'envers. Ce Japon intrigant, Audrey l'a photographié au fil des jours, au plus près des gens. Jean-Luc nous le raconte en apportant son éclairage.

  • « Ceci n'est pas un guide de voyage. C'est le résultat d'un voyage sans guide. Du passage éclair de deux Européens de l'Ouest dans une citadelle orientale qu'ils ne connaissaient pas avant et qu'ils ne connaissent pas davantage après -ou si peu. Comme une aventure d'une nuit qui aurait duré cinq jours, la maîtresse étant la ville. Vous vous demandez : pourquoi Bucarest ? Parce qu'il fallait partir et parce que tiens, l'Est, c'est bien. Parce qu'on aurait pu voguer ailleurs et parce que parfois, mieux vaut ne pas se poser de question. Parce que ni lui ni moi n'avions jamais posé un quart d'orteil en Roumanie » (extrait). Loin des clichés associant constructivisme et «vieilles à fichus portant du bois », les auteurs nous délivrent une visite en forme d'errance dans une ville pleine de vie, désorganisée, où les stigmates des despotes côtoient une jeunesse décomplexée, libre et européenne.

  • Loin des vrombissements des scooters et de la Dolce Vita, Roma Amor nous délivre une vision contemplative de la ville éternelle, dans ses aspects les plus romantiques. Les ruines, la statuaire et les détails architecturaux forment le décor d'un tableau qu'Hubert Robert n'aurait pas renié.
    Le texte de Jean-Louis Poitevin propose une libre interprétation des images, en forme d'un vagabondage hors du temps, dans une Rome désertée, éternelle.

  • Yannick Vigouroux a parcouru avec son téléphone portable les bords de mer marseillais captant le soleil, la mer, le vent et les cabanons. Jean-Marie Baldner a construit un récit fictionnel à partir de la mémoire de ces photographies, en l'attachant à l'histoire de la ville de mixités qu'est Marseille.


    Yannick Vigouroux est photographe, spécialiste de la photographie « pauvre » : sténopé, sténopé numérique, procédés anciens... l'image est pour lui un terrain d'expériences. Jean-Marie Baldner enseigne l'histoire et la photo à l'Iufm de Créteil et au Centre Photographique d'Île-de-France. Il a publié quelques ouvrages et a participé à plusieurs expositions individuelles et collectives.

  • Dans un Saint-Malo écrasé de lumière, une tragédie s'ourdit en noir et blanc. Stéphane Mahé photographie la ville à la recherche de contrastes sans concession, tandis qu'Arnaud le Gouëfflec nous embarque dans une filature au fil du dédale des ruelles malouines.

  • Un portrait « façon puzzle » de Montreuil, dans lequel chaque détail finit par constituer une pièce de l'identité de la ville. On y découvre ainsi un univers foisonnant, où la multitude d'images nourrit une vision d'une ville riche de ses habitants.

    Montreuil est l'une des rares banlieues où la mixité et l'interculturalisme sont érigés en art de vivre, loin des clichés des banlieues enflammées de la région parisienne. On croise des figures locales pittoresques, où le rock'n'roll côtoie la musette, le punk ou le hip-hop.

    Jean-Fabien Leclanche est photographe ; habitant de Montreuil, il « enregistre » sa ville au smartphone depuis quelques années. Johnny Montreuil est musicien, adepte d 'un rock mâtiné de chanson réaliste.

  • 3 jours à Venise est le fruit de la rencontre entre Yves Bigot, photographe membre du collectif Il Pleut Encore, et Vico De Seingalt, auteur, autour de leur addiction à la Sérénissime. Ils nous délivrent un regard à l'antipode des images touristiques et de l'imagerie romantique. L'objet final est un roman noir et blanc, entre James Ellroy et Hugo Pratt, qui colle au réel comme une bernique à la coque d'une gondole.

  • Cet opus est un récit imaginaire né d'une sélection de photographies éminemment subjective.
    « À la violence du réel, le photographe Richard Volante préfère la voie lente de l'ellipse et du sens défiguré. La sensibilité à fleur de l'image, il nous invite à une promenade beyroutine, si proche, mais si loin des routines guerrières », explique Jean-Baptiste Gandon. L'auteur guidé par le photographe à cheminer de sa plume à travers les étapes intimes d'un voyage délivré en 34 images.

empty