Editions Du Temps

  • Psychologue installée dans un village de Bourgogne, Cécile Entremont observe les liens étroits entre ce que lui confient ses patients et les bouleversements actuels de nos sociétés. Elle constate une corrélation entre un fort sentiment d'angoisse et la nécessité d'affronter les grandes mutations en cours, climatiques notamment. Elle décèle aussi ce qui nous met en mouvement et qui peut nous aider à sortir de nos peurs.
    Pour ce faire, Cécile Entremont nous invite à solliciter des ressources intérieures inexplorées, par le biais du développement personnel, de la méditation ou du yoga par exemple. Et à nous engager dans des actions collectives, aussi modestes soient-elles. Dans une société fragilisée par l'individualisme, la superficialité et le fatalisme, ce petit manuel est avant tout une ode à la vie et à l'espoir.
    Psychologue clinicienne, psychothérapeute et docteure en théologie, Cécile Entremont pratique également l'accompagnement spirituel, individuel et en groupe.

  • - Joseph Moingt est l'auteur d'un bestseller chez Temps Pre%sent : « Croire quand me)me », vendu a- 20 000 exemplaires. C'est un the%ologien de re%putation internationale., une personnalite% du monde catholique. Il est a)ge% de 102 ans.
    - Le livre paraî)t a- la pe%riode des cadeaux de Noe4l.

  • Abusés

    Collectif

    Ce livre rassemble des témoignages de victimes d'abus sexuels commis par des prêtres.

  • - Actualite : proces en appel du cardinal Barbarin le 28 / 11/ 2019 - Les eglises se vident et les scandales se succedent, laissant l'institution demunie et les croyants abasourdis.
    Pour inciter l'É-glise a sortir de son impuissance et aider les fideles a depasser la tristesse et la colere, un journaliste et une universitaire catholiques de deux générations publient cet appel.

  • Alexandre Thabor, aujourd'hui âgé de 93 ans, dévoile l'incroyable récit que lui a fait son père, Sioma, il y a quelques décennies : celui de sa vie, de ses idéaux et de son amour pour sa femme.
    Il lui a raconté son engagement dans les plus grands évènements de la première moitié du 20e siècle : la révolution russe, la guerre civile espagnole, l'Occupation de la France, la création d'Israël.
    Un récit époustouflant, épique et sentimental qui nous fait voyager au coeur de l'histoire et des continents.
    Une aventure intérieure aussi, celle d'un homme qui a vu s'effondrer ses idéaux de paix et de fraternité.

  • C'est un témoignage unique dans lequel Jacques Noyer, évêque émérite d'Amiens, revisite sa vie personnelle et sacerdotale, à l'âge de 93 ans. Il évoque son enfance et ses racines, au Touquet - où il était devenu ces dernières années le confident d'un certain Emmanuel Macron - et développe les raisons de son attachement à l'Eglise catholique et les sources identifiables de sa foi. Il n'hésite pas à aborder, plus franchement que jamais, les doutes, déceptions et colères qu'ont soulevés des décisions prises par la hiérarchie catholique.
    Par exemple dans la faiblesse de la demande de pardon adressée aux victimes de prêtres pédocriminels. Il défend aussi des positions audacieuses, telle que le mariage des prêtres, avec des arguments plutôt originaux. Et reconnaît avoir eu une vie amoureuse après être lui-même devenu prêtre. Jacques Noyer est décédé en juin 2020 alors qu'il était en train de terminer le dernier chapitre de ce livre.

  • - rencontre inédite entre une personnalité politique et médiatique de premier plan, François Ruffin, et un évêque - Actualitéé : grand rassémblémént sur lé théèmé dé la paix organiséé du 2 au 5 aouût aè Bésançon par lé MRJC (Mouvémént rural dé la jéunéssé chréétiénné), parténairé du livré.

  • Le terrorisme a pris une importance considérable dans notre société.
    Hyper-médiatisé, mal connu et mal interprété par nombre de ceux qui le commentent, il est aussi récupéré au service d'idéologies politiques et d'ambitions personnelles par nombre de ceux qui sont censés le combattre.
    Ce livre invite à le comprendre pour ce qu'il est réellement : un crime certes atroce, mais d'une grande banalité dans le paysage des violences sociales.
    Les auteurs dévoilent les logiques ordinaires de ces violences spectaculaires.

  • Victime au plan théorique d'héritiers qui ont transformé une méthode critique et un regard prophétique en systèmes totalisants et souvent dogmatiques, Marx a vu son sort lié au " communisme réellement existant " et à sa faillite.
    À travers une série de textes limpides où l'essai côtoie l'aphorisme, Edgar Morin explore les mécanismes à l'oeuvre dans tout système clos, dogmatique et réducteur (stalinisme hier, fondamentalisme de Marché aujourd'hui) et explique la fascination qu'exercent de tels systèmes sur les intellectuels, le Pouvoir et ses opposants. Il donne à voir la fécondité de la méthode de Marx - traquer les contradictions sociales et penser leur dépassement - pour l'appliquer à Marx lui-même, y reconnaître les limites et les impensés, et ouvrir la voie à un nouvel avenir.
    Alors que le " libéralisme réellement existant " se déploie sur le monde et le plonge dans l'abîme écologique, politique, financier et éthique, Edgar Morin nous invite à retrouver Marx sous les décombres des marxismes, non pour en tirer des solutions miracles, mais pour penser le monde qui vient.

  • - diffusion dans les réseaux pédagogiques (enseignants, bibliothèques, centres sociaux) - inauguration de la Maison de la Philosophie, dont l'auteur est directrice, à Romainville (Seine Saint-Denis), en janvier 2019, au moment de la sortie du livre - lés atéliérs animés par l'autéur ont fait l'objét dé réportagés sur TF1 ét dans Libération - l'autéur vit a& Romainvillé (Séiné Saint-Dénis)

  • Point de vue tre s original d'un theologien, ancien moine francisain :
    Pour le mariage homosexuel, pour l'euthanasie, etc.

  • Quel rapport entre la crise outre-mer, l'élection de Barack Obama vécue comme un exploit ou le drame de Clichy ? Quel rapport avec la loi Taubira reconnaissant la traite et l'esclavage comme crimes contre l'humanité, et devenue le symbole des lois mémorielles ? Est-il légitime que les politiques se mêlent d'histoire ? A quand l'égalité pour les exclus de notre histoire et de notre mémoire coloniales ? A quand l'égalité pour leurs descendants, exclus de la vie politique, économique et culturelle de la Nation ?
    Régulièrement accusée de remettre en cause la liberté pour l'histoire et surtout d'ouvrir la boîte de Pandore (concurrence des mémoires, communautarisme, repentance), Christiane Taubira répond ici pour éclairer la réflexion, essentielle dans une démocratie, sur l'articulation entre l'Histoire, la Mémoire et la Loi. Mais aussi et surtout pour défendre l'honneur des vivants et la mémoire des morts de cette histoire coloniale dont la société française est l'héritière. Vivants et morts qui, quelle que soit la couleur de leur peau, portent témoignage d'une certaine idée de l'Homme, de sa dignité et, pas si accessoirement que cela, de la France. Une leçon d'histoire et de politique servie par une plume généreuse et acérée.

  • Maire de Kingersheim (Haut-Rhin), Jo Spiegel refusa en 2014 la Légion d'honneur, pour dénoncer « une démocratie en panne ». En 2015, il a rendu sa carte du PS, devenu selon lui une « officine de conquête du pouvoir ».
    Comme beaucoup de Français, Jo Spiegel est un citoyen en colère, déçu par le manque de courage de la classe politique. D'autant qu'à son niveau, celui d'une ville située dans la banlieue de Mulhouse, il a prouvé depuis longtemps que l'on pouvait agir. Ancien athlète de haut niveau, c'est à force d'endurance et de volonté qu'il s'est fait le champion de la démocratie participative.
    Dans sa commune, il a soumis tous les projets à la concertation et au vote d'un panel d'habitants, instauré le tirage au sort, délocalisé le conseil municipal dans une Maison des citoyens, rencontré tous les foyers en porte-à-porte, créé un système d'alerte par SMS, etc. En 2014, il a été réélu au premier tour avec 60 % des voix.
    Dans ce livre d'entretiens, il raconte son parcours d'élu atypique, et fait sa part d'autocritique : il confie avoir connu le goût du pouvoir et reconnaît des défaites, comme le taux d'abstention ou le score du FN qu'il n'a pas su faire baisser.
    Enfin, Jo Spiegel confie dans ces pages étonnantes qu'il nourrit sa politique de lectures philosophiques (Hannah Arendt, Paul Ricoeur) et d'une quête de spiritualité. Lui qui fait chaque année des retraites en monastère pour se ressourcer est un combattant acharné des dérives obscurantistes. Il appelle à redonner tout son sens à la belle expression, souvent galvaudée, de « vivre-ensemble ».

  • Actualité : commemoration des attentats du 13 novembre 2015 (Bataclan, Stade de France...).
    Installation du parquet national antiterroriste en juillet 2019.

  • - Actualité : dé bats autour dés migrants ; 70 ans dé la Dé claration univérséllé dés droits dé l'hommé ; monté é dés nationalismés - Guy Aurénché ést uné pérsonnalité connué dans lé miliéu dés ONG (il a pré sidé lé CCFD), dé la justicé (il a é té avocat dans dé grands procé,s : Irlandais dé Vincénnés, gé né ral Aussaréssés, dictaturé argéntiné...) ét chéz lés catholiqués. Il a publié plusiéurs ouvragés : « lé soufflé d'uné vié » (Albin Michél), « La solidarité , j'y crois » (Bayard)...
    - Guy Aurénché participéra a, plusiéurs confé réncés autour dé la parution du livré (uné dizainé dé ja, pré vués)

  • Contemporains et explique pourquoi l'Eglise telle qu'elle existe aujourd'hui fait fausse route. Etayant son propos par une connaissance intime de l'histoire et des dogmes chrétiens, il nous ramène au coeur de ce que signifie et implique l'« être-chrétien » en matière de croyance, de pratique et de rapport au monde. Il explique de façon lumineuse les dérives et impasses d'une religion ritualiste et magique autour d'un noyau intégriste et charismatique, obnubilée par la sexualité, tentée d'arrêter une tradition en perpétuelle métamorphose à un moment précis del'histoire. Loin de se lamenter sur la crise actuelle de l'Eglise, il invite au contraire à y voir la chance d'un nouveau départ, pour une Eglise réconciliée avec le message et la pratique de celui dont elle se réclame, démocratique plutôt que hiérarchique, laïque plutôt que cléricale, tournée vers l'ici-bas plutôt que vers l'au-delà, en conformité avec ce Dieu qui, pour la première fois dans l'histoire humaine, s'est fait homme.

  • Élise Cairus s'est penchée sur quinze passages des quatre Évangiles pour y détecter des traces d'humour : « Nicodème », « Zachée », « La femme adultère », « Le paralytique », etc. S'il s'agit le plus souvent d'un humour subtil et léger, il peut se révéler provocateur et ironique.
    C'est en travaillant sur la question de l'accompagnement spirituel à la naissance, notamment face à des situations douloureuses, qu'Élise Cairus a découvert les bienfaits de cet humour, qui peut aider à libérer la parole et les angoisses.
    Dans une époque où le rire est omniprésent, et parfois pour le pire, ce livre vante les mérites des traits d'humour évangéliques, qui invitent chacun à se remettre en cause et à accueillir l'autre.

  • L'affaire Seznec reste l'une des grandes énigmes du XXe siècle qui a suscité quatorze demandes de révision : un crime sans cadavre, le corps de Pierre Quéméneur n'ayant jamais été retrouvé. Pourtant un homme sans tête a été découvert au fond d'un puits, dans une petite commune de Loire-Atlantique, en juillet 1923, soit à peine deux mois après la disparition de Pierre Quéméneur. Fait étrange, personne n'a jamais suivi cette piste. Michel Sorin, près de cinquante ans plus tard, a repris cette enquête pour le moins bâclée, recueilli de nombreux témoignages, mis en lumière le rôle joué par certains protagonistes de l'affaire. Cette enquête, menée par un simple citoyen, n'aurait-elle pas dû l'être plutôt par la justice et la police ? Car cette piste est suffisamment sérieuse pour avoir été reprise par l'avocat général près la Cour de cassation qui demandait en 2005 la révision du procès. Dans cet ouvrage, Annick Caraminot, qui a recueilli le témoignage de Michel Sorin, suit le fil de cette piste oubliée, fait le point sur cette enquête édifiante, ses impasses, ses rebondissements et ses conclusions tout en tenant compte du contexte historique et juridique de l'époque.

  • Enquête d'Anahita Grisoni, chercheuse au CNRS et à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, sur les pratiques écologiques des Français dans leur vie quotidienne depuis une trentaine d'années, et leurs conséquences politiques. Elle explique comment l'écologie est passée d'un espace de contre-culture à un espace de consommation. Une place importante est accordée aux médecines naturelles.

  • Des catholiques, laïcs et religieux, racontent comment ils ont vécu les événements de mai 1968, comme croyants et comme citoyens. Avec les témoignages de Guy Aurenche, Maurice Bellet, Mgr Jacques Gaillot, Jacques Musset, Mgr Jacques Noyer, René Poujol, François Soulage...

  • Riche de ses quarante années de consultations comme psychologue, Cécile Entremont a pu mesurer l'impact de la crise actuelle sur les comportements individuels et collectifs (familiaux notamment). Elle constate beaucoup de désespérance et de fatalisme. Ainsi qu'une forme de déni de réalité, qui consiste à ne pas voir la gravité des crises économique et écologique qui mettent en péril la planète et l'humanité. Face à cela, elle propose de faire un certain « deuil de l'avenir » pour mieux s'ancrer dans notre réalité, extérieure (le monde, l'Autre) et intérieure (soi), et se mettre en mouvement.
    Elle propose des pistes d'actions qui passent, entre autres, par l'attention aux autres et à la nature, l'ancrage local, la vie associative et le développement personnel.

  • Une passionnante enquête historique sur Jésus menée par le sociologue Guy de Longeaux. Pour atténuer l'image du magicien faiseur de miracles et le replacer à hauteur d'homme, il le resitue dans son époque, en s'appuyant sur les travaux de théologiens et d'historiens. Et balaie ainsi beaucoup de fantasmes et d'idées reçues.
    Dans la lignée d'un Jacques Duquesne (qui a écrit la préface), Guy de Longeaux raconte, avec un sens aigu du détail, le destin extraordinaire d'un homme ordinaire.
    Il se livre aussi à une analyse des forces et faiblesses de l'Eglise catholique aujourd'hui. Et l'appelle à fuir les sentiers battus du conformisme pour retrouver l'esprit et le souffle des premières communautés chrétiennes.

  • Comment expliquer cette brusque accélération de l'histoire qu'est la mondialisation ? Quelles sont ses conséquences sur la façon dont nous faisons société et sur ce que nous sommes ? A la recherche du système parfait, celui qui permettrait à l'humanité d'entrer dans la fin de l'histoire en annulant ses contradictions, les " révolutionnaires " néolibéraux s'en sont remis, dans tous les domaines, à la main invisible de l'offre et de la demande.
    Quels que soient les champs envisagés, la rupture avec l'époque antérieure semble radicale. Naguère orienté par l'espace dont les frontières déterminaient nos appartenances, le monde est désormais façonné par le temps des réseaux. Or ce que nous avons gagné en liberté, nous l'avons perdu en sécurité. D'où la schizophrénie dans laquelle le monde s'enfonce, nourrie du sentiment de menaces diffuses auxquelles il est d'autant plus difficile de répondre que toutes les institutions d'hier (de l'Etat à la famille) sont progressivement devenues incapables de symboliser et de normaliser les rapports humains.
    Point de basculement fondateur, le moment néolibéral brouille les normes communes et exacerbe l'éternel dilemme entre liberté et sécurité. Un entretien mené par Karim Mahmoud-Vintam, professeur de géopolitique à Sciences Po Lyon.

empty