Sciences humaines & sociales

  • Dans les Alpes-de-Haute-Provence, les gorges du Verdon sont non seulement un site naturel exceptionnel mais aussi un site préhistorique unique.
    L'aménagement hydroélectrique de trois grands barrages (Sainte-Croix, Quinson et Gréoux ) est entrepris par Électricité de France au début des années 1960. Cette opération incite les chercheurs qui effectuaient des fouilles dans le Verdon, Henry de Lumley, Jean Courtin et Charles Lagrand, à mettre en place des campagnes de prospection pendant 6 ans (de 1960 à 1966). L'aventure est lancée : ils s'engagent grâce à leurs Zodiac dans les prospections des gorges, dont une partie devait être submergée. Leur recherche est ponctuée d'imprévisibles crues d'orage. S'ils ont souvent bivouaqué en hiver comme en été dans de nombreuses cavités en compagnie des corneilles et des chauves-souris, leurs découvertes furent exceptionnelles.

    Ce nouveau guide fait découvrir ce site où les premières traces de l'homme ont 400 000 ans et retrace les différentes campagnes de fouille. Les différents sites préhistoriques y sont détaillés par grandes périodes chronologiques, depuis le Pléistocène inférieur jusqu'à l'Âge du Fer. La présentation des différents vestiges (outils, céramiques, etc.) révélés par les fouilles nous permet de comprendre comment vivaient nos ancêtres.

    Le musée départemental de Préhistoire des gorges du Verdon a ouvert le 28 avril 2001. Situé à la pointe sud des Alpes de Haute-Provence, il conserve et expose du mobilier préhistorique, recueilli suite aux fouilles. L'architecte Norman Foster a conçu le bâtiment du musée qui, depuis son ouverture, connait une excellente fréquentation.

  • Haut lieu du pouvoir républicain en France depuis deux siècles, le Palais-Bourbon fut édifié à partir de 1722 pour la duchesse de Bourbon, fille légitimée de Louis XIV ; Il fut ensuite transformé de nombreuses fois jusqu'en 1870 lors de la proclamation de la Troisième République.
    Cet ouvrage retranscrit pour la première fois les notes manuscrites inédites de l'administrateur Georges Gatulle : il montre comment les archives parlent des aménagements du Palais, construit au coeur de l'aristocratique faubourg Saint-Germain, jusqu'aux salles de séance successives depuis la Révolution française. Voisin du Palais Bourbon, l'hôtel de Lassay est également abordé dans cet ouvrage.
    L'exceptionnelle documentation iconographique est complétée par un reportage contemporain.
    Ainsi, à travers les transformations architecturales des bâtiments, désormais au service de la représentation nationale, c'est toute l'histoire de France qui se raconte.

  • Du grand carrosse d'apparat à la modeste charrette anglaise, ce livre présente les principaux modèles de voitures hippomobiles connus en Europe occidentale entre le XVIe siècle et le début du XXe : voitures pour le transport des personnes, à quatre roues, à deux roues ou sans roue (traîneaux, litières), fermées ou découvertes, de gala, de ville, de voyage, de chasse, de loisir, de sport, berlines, coupés, calèches, sociables, landaus, mail-coaches, milords, victorias, ducs, phaétons, breaks, dog-carts, omnibus, chaises de poste, cabriolets, tilburys, tonneaux, wagonnettes, et voitures utilitaires, rurales, de service, de livraison, et leurs nombreuses variantes.
    La deuxième partie, à travers la définition des éléments constitutifs des voitures, retrace les étapes de leur conception, de leur fabrication, précise leur utilisation et décrit les attelages qui leur donnent vie.
    Des documents graphiques anciens, de nombreuses photographies de voitures conservées dans les musées ou collections tant publics que privés, constituent une iconographie en grande partie inédite, qui révèle un riche patrimoine original et méconnu.

  • A l'occasion du 800e anniversaire de la naissance de Saint Louis, l'exposition met en avant la singularité du roi capétien et le renouveau économique, artistique et intellectuel qui a marqué son règne.

  • Georges Clemenceau (1841-1929) est une figure illustre de l'histoire de France et de l'Europe. « Tombeur de ministère », « Tigre », « premier flic de France », « Père la Victoire », il ne fut pas un homme politique comme les autres. Originaire de la Vendée, fils d'une famille anticonformiste, une famille de médecins de père en fils, il sera aussi journaliste et défenseur des droits de l'homme. Devenu maire de Montmartre dans un Paris assiégé en 1870, puis député, sénateur, dreyfusard, ministre de l'Intérieur et président du Conseil entre 1906 et 1909, et 1917, sa vie sera ponctuée d'événements, de voyages et de rencontres. Le parcours ne serait pas complet sans évoquer l'amateur d'art, collectionneur d'arts asiatiques, ami de Claude Monet auquel il fait commander par l'État le cycle des Nymphéas.

    Photographies, correspondances, manuscrits retracent la vie publique et privée de ce grand homme qui, au soir de sa vie, choisit de reposer près de son père, dans son berceau natal.

    « Devant nous, à tout moment, l'inconnu se dérobe pas à pas. Nous n'atteindrons pas « l'ultime raison des choses », s'il existe rien qui se puisse dénommer ainsi. Nous n'en marcherons pas moins bravement à la conquête de nous-mêmes et du monde, sans attendre de notre marche à l'étoile une autre récompense que le contentement d'avoir marché ».
    Georges Clemenceau.

  • Henri IV et le château ducal de Cadillac seront mis à l'honneur dans l'exposition (Cadillac, 12 juin - 29 septembre 2019) et le livre qui l'accompagne. Le personnage fascinant de Jean-Louis de Nogaret de La Valette, plus connu sous le titre de duc d'Épernon, ne sera pas en reste : il est le bâtisseur du château, mais aussi un proche du roi, puis un de ses opposants, voire même peut-être celui qui commandita son assassinat. Le duc fut éloigné par le roi qui voyait en sa puissance une menace, mais qui lui permit de se bâtir une demeure à la mesure de son statut.

    Le fastueux château ducal de Cadillac et le château de Versailles dévoileront pour l'exposition de riches peintures, sculptures et objets d'art du xvie au xixe siècle qui évoqueront à la fois l'histoire et la légende du bon roi Henri, à la lumière de ses relations avec le duc d'Épernon.

    Le livre contient deux essais : dans le premier, Véronique Larcade traite des relations qu'entretiennent Henri IV et le duc d'Épernon et, dans l'autre, Olivier du Payrat revient sur les paradoxes de cette exposition. Ces essais seront suivis d'un magnifique portfolio présentant les plus belles oeuvres de l'exposition, puis d'un catalogue complet des oeuvres exposées.

  • Le musée des Plans-Reliefs présente en l'hôtel national des Invalides et au musée des Beaux-Arts de Lille un ensemble sans égal dans le monde de 100 maquettes historiques de forts ou de villes fortifiées situés aux anciennes frontières françaises ou ayant été contrôlés par la France.

    Depuis sa création sous Louis XIV, en 1668, jusqu'au dernier quart du XIXe siècle, époque de l'abandon de la fortification bastionnée, la collection des plans-reliefs témoigne de plus de deux siècles d'histoire de guerre de siège.

    Utile autrefois à l'enseignement militaire, cette collection constitue aujourd'hui une source de documentation exceptionnelle pour l'histoire de l'architecture, de l'urbanisme et du paysage. Les maquettes ont été exécutées avec une grande précision sous la direction d'ingénieurs militaires à l'aide d'une très importante documentation graphique parfois conservée au musée. Projets ou portraits de villes fortes, les plans-reliefs montrent aussi l'équipement des campagnes qui entourent les villes contenues dans leurs remparts.

    Grâce à des campagnes photographiques récentes, l'ouvrage offre au visiteur, ou à l'amateur, une visite au coeur de ces villes et lui permet de découvrir l'histoire de la collection, de connaître les techniques de construction et de restauration, de comprendre l'intérêt documentaire de ces maquettes.

  • Les sites du Vallonnet (près de Menton), de Terra Amata et du Lazaret (à Nice) ont révélé la présence très ancienne de l'homme sur cette rive de la Méditerranée. Mais au-delà des restes archéologiques, c'est l'évolution de la vie humaine sur près d'un million d'années que laissent imaginer ces lieux. La grotte du Vallonnet a été occupée il y a environ un million d'années, alors que l'homme ne connaissait pas le feu et utilisait des outils primitifs.
    La plage de Terra Amata était, il y a 550 000 à 380 000 ans, un rivage fréquenté par les hommes qui venaient y dépecer des animaux tués et s'y reposer. Une halte de chasse, en quelque sorte. Le Lazaret, le plus " récent ", est une vaste caverne creusée au pied du mont Boron et occupée, il y a 190 000 à 120 000 ans, par des Homo erectus dont on a retrouvé des outils, des armes, des traces de foyers...
    De nombreuses reconstitutions et photos illustrent les recherches menées sur ces trois sites et rendent vivante l'évocation de la vie quotidienne de ces hommes anciens. La présentation des musées archéologiques de la région permet de compléter cette fresque par des visites. Le professeur Henry de Lumley, autorité internationale de la paléoanthropologie, est à l'origine de nombreuses découvertes archéologiques.
    C'est lui qui a mis en chantier la fouille de ces trois sites, dont celui de Terra Amata qui fête en 2016 son cinquantième anniversaire. Pour présenter cet aspect mal connu de la région niçoise, une équipe de spécialistes, qui travaille depuis des décennies sur ce sujet sous sa direction offre ici au grand public une vision juste et accessible de ses recherches.

  • Berceau de la première humanité, la vallée de la Vézère recèle une exceptionnelle concentration de sites préhistoriques, dont plusieurs sont gérés par le Centre des monuments nationaux. C'est le cas de la grotte ornée de Font-de-Gaume riche de plus de 200 gravures et peintures magdaléniennes et inscrite au patrimoine de l'UNESCO depuis 1979 et toujours accessible au public.
    La première partie de cet ouvrage revient sur la richesse archéologique exceptionnelle de cette vallée et la découverte de Font-de-Gaume, qui constitua au début du XXe siècle un argument décisif pour ceux qui considéraient l'homme préhistorique comme capable d'expression symbolique et artistique. L'auteur s'arrête ensuite sur les décors pariétaux qui ornent la grotte, et détaille les différentes techniques et sujets ainsi que la datation de ces dessins et les différentes périodes de présence humaine dans les lieux.
    Après un portfolio qui met en lumière les détails des frises faisant de Font-de-Gaume l'un des plus beaux sanctuaires du paléolithique, l'auteur aborde trois thèmes : la découverte de la grotte en 1901 par l'historien visionnaire qu'était Denis Peyrony, la période magdalénienne et enfin la conservation des milieux souterrains.

  • La ville de Vienne est considérée comme une des villes antiques les plus importantes de la Gaule. Héritière d'un riche passé gaulois, la capitale des Allobroges a été dotée dès la période augustéenne d'une parure monumentale digne des plus grandes villes des provinces romaines. On estime qu'elle était équivalente à trois fois Pompéi !
    L'un des récents résultats majeurs des recherches est la mise en évidence d'un séisme qui aurait rasé la ville sous le règne de Caligula. Ce séisme est daté par toute une série de faits archéologiques concordants du début de règne de Caligula, comme la destruction générale et la reconstruction du quartier de Saint-Romain-en-Gal. Le réseau d'adduction d'eau a aussi fait l'objet de réparations. Une cartographie des impacts montre ainsi que c'est l'ensemble de la ville qui a été touché par un séisme estimée à 6 sur l'échelle de Richter.
    Grâce à la mobilisation des édiles et des riches familles viennoises, d'énormes moyens ont pu être mobilisés dès le règne de l'empereur Claude.
    Ce guide fait le point sur le passé de la ville, ses fouilles et restaurations. Un site a été consacré par le ministère de la Culture et de la Communication à la Vienne antique : http://www.culture.gouv.fr/fr/arcnat/vienne/fr/index1.htm


  • les guides archéologiques de la france font découvrir les vestiges des grands sites préhistoriques, antiques ou médiévaux de notre territoire et leur histoire.
    ils donnent une lecture topographique de leur évolution et présentent les monuments principaux à l'aide de cartes, de plans en couleur et, le plus souvent possible, de restitutions 3d, les photographies de fouilles et d'objets viennent compléter cette documentation. des visites des musées sont proposées ainsi que des itinéraires de découverte des quelques témoins architecturaux qui subsistent. capitale des volques arécomiques, une ville majeure de l'empire romain, fondations savantes et recherches archéologiques : la parure monumentale de nîmes.


  • Si proche de nous et si mal connue. Le patrimoine corse est d'une diversité que l'on ne cesse de redécouvrir, et que les archéologues et historiens ont à coeur d'étudier. Après avoir dirigé en 2010 un volume sur la Corse antique, Joseph Cesari se propose aujourd'hui de dévoiler au lecteur les richesses de l'époque médiévale. Du Ve au XIe siècle, la Corse, terre de rencontres au coeur de la Méditerranée voit le christianisme se développer ; puis, au cours du second Moyen Âge (XIIe-XVe siècle), écartelée entre Pise, Gênes et Aragon, on assiste à un renouvellement de l'Église de Corse, mais aussi des villages et des seigneuries.
    Après une première partie historique, l'équipe réunie par Daniel Istria étudie les villes, villages, fortifications, édifices religieux et décors peints, sans oublier les musées de Sartène, Lévie et Bastia. Cet ouvrage permet de découvrir les vestiges uniques en France, grâce à un texte rigoureux accompagné d'une riche iconographie en couleurs et de plans.

  • Ce livre retrace l'histoire du site de la Caune de l'Arago (Roussillon) où furent découverts en 1971, 7 ans après le début des fouilles, les restes d'un homo erectus âgé de 20 ans, désormais connu sous le nom d' « Homme de Tautavel ». Issu de l'une des plus vieilles familles européennes et mort il y a plus de 450 000 ans, il est l'ancêtre de l'homme de Néandertal.

    C'est en 1963 qu'Henry et Marie-Antoinette de Lumley décident d'ouvrir un grand chantier de fouilles sur ce site identifié depuis 1828. Le 22 juillet 1971 est exhumé le crâne de l'Homme de Tautavel, nommé Arago XXI. Il restera jusqu'en 1990 le plus ancien crâne européen connu. Depuis maintenant cinquante ans, ce chantier au pied des contreforts des Pyrénées révèle ses trésors aux archéologues et une campagne annuelle de fouilles y est organisée depuis 1967. Plus de 600 000 pièces archéologiques (ossements, outils, restes humains fossiles...) ont été mises à jour, puis inventoriées, conservées et étudiées sur le site même. Elles nous permettent aujourd'hui de mieux appréhender la civilisation des hommes qui ont occupé ces lieux dans la préhistoire, les replaçant dans leur environnement, dans les conditions climatiques qu'ils ont connues, avec leurs comportements de subsistance et leurs modes de vie, mais aussi de suivre l'évolution morphologique et culturelle qui fut la leur.

    Cet ouvrage montre également le travail des fouilleurs et des chercheurs, et présente les techniques employées pour retrouver, identifier, interpréter les traces laissées par ces lointains ancêtres. Au fil des chapitres, des dessins reconstituent les paysages, la faune et les activités humaines.

  • Lugdunum, 43 avant J.-C. Lucius Munatius Plancus, gouverneur de la Gaule Chevelue, fonde la Colonia Copia Felix Munatia au confluent de la Saône et du Rhône. Créés entre 20 et 15 avant J.-C., les quatre axes du réseau routier, vers la Narbonnaise, l'Aquitaine, le Rhin et la Manche, partent de Lugdunum. La nouvelle colonie est ensuite choisie comme capitale de la province de Lyonnaise et siège des services administratifs. Enfin, la réunion des 60 nations gauloises, constituées en Conseil des Gaules, souligne ce rôle de capitale et accélère le développement de la cité. Durant les deux siècles et demi de la Pax Romana, les empereurs ou leurs plus hauts mandataires y séjourneront à plusieurs reprises. Aujourd'hui encore, le patrimoine architectural et urbain exceptionnel de Lyon - l'enceinte, le forum, les temples, l'autel fédéral, l'amphithéâtre, le théâtre, l'odéon, le cirque, les monuments des eaux, les maisons, les nécropoles et les lieux de culte - témoigne de la riche histoire de cette colonie qui fut la capitale de la Gaule.

  • Alors que les Antiques de Glanum, Arc de triomphe et Mausolée, n'ont cessé d'être visibles et d'inspirer les peintres, architectes et décorateurs amoureux de l'Antiquité, ce ne fût guère le cas pour la ville de Glanum, capitale des Salyens celto-ligures, longtemps ensevelie sous des coulées alluviales et sous ses propres décombres. Sur ce site naturellement beau, enserré dans un ravin sauvage qui échancre la plaine des Alpilles, l'exploration archéologique, entreprise dès 1921, a fait apparaître plusieurs états successifs d'occupation : habitations et installations publiques des Glaniques avant leur sujétion à Rome et équipements urbains de prestige de l'époque romaine (temples, forums, thermes publics...). Cet ouvrage permet de découvrir les vestiges uniques en France de ces deux civilisations, au travers d'un texte rigoureux accompagné d'une riche illustration en couleurs et de plans.

  • Cinquième titre de cette collection toujours unique, ce nouveau volume destiné aux malvoyants et aux non-voyants propose de découvrir du bout des doigts les panneaux colorés de la plus grande tapisserie du monde, dans son écrin angevin.
    Le livre contient un livret en couleur pour les accompagnants ainsi qu'un CD audio présentant l'histoire du monument et en faisant une description détaillée, enrichie de commentaires guidant la lecture tactile des images.
    Cet ouvrage tient également compte des récentes restaurations du logis royal, seul vestige des bâtiments résidentiels construits au XIVe siècle par Louis II, et des remparts sud, ainsi que les fouilles entreprises à cette occasion, qui ont permis de faire progresser la connaissance du château et d'avancer de nouvelles hypothèses historiques.
    Un livre-objet unique pour une initiation exceptionnelle.

  • Destinés aux sourds et aux malentendants, les ouvrages de la collection " lex'signes ", vocabulaires d'histoire de l'art en langue des signes française (lsf) et en français, sont le fruit d'un travail collectif conduit par des professionnels eux-mêmes sourds (conférenciers, linguistes, photographes, comédiens) et des historiens d'art de renom.
    Consacré à la préhistoire, ce premier volume définit plus d'une centaine de termes relatifs à cette période et met en scène, grâce au classement thématique adopté, l'évolution de l'homme, ses modes de vie, ses techniques et son art.

  • Vieux de 6 500 ans, le site mégalithique de Carnac est un haut lieu de la préhistoire européenne. Ses quelques 3000 menhirs sont répartis sur 40 hectares et 4 kilomètres de longueur selon une organisation architecturée pleine de démesure. Des études récentes ont permis de rattacher l'histoire de ces alignements aux évolutions intervenues au cours du Néolithique, début de la vie sédentaire. Les files de menhirs permettaient le cheminement vers un espace considéré comme sacré, "les enceintes".
    En se basant sur les acquis des dernières recherches, l'auteur retrace, dans une première partie, l'histoire de ces temples du Néolithiques, leur signification, la société qui les a générés et les hommes qui les ont construits. La seconde partie propose, par l'image commentée, une promenade parmi les 3 grands champs de menhirs de Kerlescan, Kermario et Le Ménec.

  • Le sanctuaire gallo-romain de Sanxay (Vienne), qui comprend un temple, un théâtre et des thermes, était un centre de cure thermale placé sous le patronage d'un couple de divinités. Comme tous les autres sanctuaires des eaux connus en Gaule, ce lieu, au caractère indéniablement religieux, devait attirer le flux constant des consultants de l'oracle, des patients et des fidèles de la campagne environnante. Dans ce centre d'information, d'échanges et de divertissement de la paysannerie pictonne, les habitants de la vallée se réunissaient pour célébrer les fêtes liées au culte des divinités, pour assister aux liturgies et aux spectacles offerts dans le théâtre, et pour participer aux banquets qui accompagnaient ces diverses manifestations. Les auteurs livrent, à travers cet ouvrage, la synthèse la plus minutieuse et la plus aboutie sur l'état général de la connaissance historique, archéologique et monumentale du site de Sanxay, depuis les premières fouilles menées au XIXe siècle par le Père Camille de La Croix jusqu'à nos jours.


  • ?"Aux grands hommes la patrie reconnaissante". Cette adresse s'inscrit au fronton de l'un des monuments parisiens les plus connus, le Panthéon, temple de la nation, dressé au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, et jusqu'à la fin du XIXe siècle le plus haut lieu de la capitale.

    La crypte du Panthéon compte près de 300 places pour actuellement 71 personnalités inhumées. Mais qui sont ces grands hommes que la patrie abrite pour leur éternité sous cette magnifique coupole? On connaît bien sûr les plus célèbres, Voltaire, Rousseau, Hugo, Zola, et plus près de nous Jean Moulin, André Malraux ou encore Aimé Césaire, entré en 2011... mais moins les nombreux personnages qui y sont entrés sous le Premier Empire, régime pourtant le plus prolifique dans l'historique des panthéonisations.

    Ce livre donne la liste complète des hôtes prestigieux du monument, leur biographie, et à quelle période de la vie politique française ils ont été accueillis, donc choisis.

empty