Littérature traduite

  • Selahattin Demirtas est incarcéré depuis le 4 novembre 2016 à Edirne, en Turquie, aux confins de la Grèce et de la Bulgarie ; il encourt une peine de 183 ans de réclu-sion parce qu'il croit en la liberté, la démocratie et la paix. Kurde de Turquie, avocat des droits humains, il est le leader charismatique du HDP, parti d'opposition pro-kurde et féministe, le plus progressiste du Proche-Orient. Après L'Aurore, écrit en prison et paru en 2018, qui a obtenu le prix Montluc Résistance et liberté et le prix Lorientales 2019, Selahattin Demirtas a continué d'écrire dans une geôle de douze mètres carrés et d'affirmer sa foi dans l'avenir.
    Elles se nomment Sevtap, Zeynep ou Esmer. Ils s'appellent Devran, Serhat ou Cemsid. Tous, quels qu'ils soient et d'où qu'ils viennent, on les reconnaît, ces gens ordinaires dont le destin se mêle à celui d'un pays, la Turquie. De l'intime au poli-tique, avec lucidité, humour et bienveillance, Selahattin Demirtas¸ évoque, dans une galerie de portraits.

  • Omar Khayyâm, poète persan du XIIe siècle, est l'un des savants les plus célèbres de son temps. Ce personnage, dont la vie est entourée de mystères, était mathématicien, astronome et philosophe. Mais la tradition a également conservé de lui un recueil de quatrains poétiques, qui n'ont pas été publiés de son vivant en raison du fanatisme et de la superstition de l'époque. Qu'il soit l'auteur de tous ces quatrains ou non, les plus anciens, publiés en 1341 sous le titre Compagnons des hommes libres, sont l'oeuvre d'un grand poète dont l'inspiration est étonnamment moderne et avant-gardiste.

    Sans cesse, Omar Khayyâm prêche la jouissance et l'oubli de tout sauf de l'instant, bien avant le carpe diem de Ronsard ou le memento mori que l'on retrouve chez Beaudelaire. Si les quatrains d'Omar Khayyâm tiennent du prodige, c'est qu'ils ne parlent que de mirages.

    Nouvelle traduction ou comment ne pas être persan. La difficulté de la traduction tient à toujours vouloir être dans la ressemblance. Or le persan, enclin à la préciosité, aux allitérations, aux jeux de mots, aux calembours ou aux non-dits, est difficile à traduire. D'où le choix de cette nouvelle traduction. Des poèmes, oui mais en français. Une nouvelle traduction comme une invitation à retrouver l'ivresse des quatrains à l'odeur de rose - où le vin même avait cette odeur - qui enchantèrent la première jeunesse du traducteur, Patrick Reumaux, né sur les hauteurs d'Alger. Écrivain, poète, il a reçu de nombreux prix notamment pour ses traductions de la poésie du monde entier.

  • L'aurore

    Selahattin Demirtas

    L'Aurore de Selahattin Demirtas, c'est le cri de la part éclairée d'un pays. Ce livre, écrit en prison, est en train de devenir un cri de ralliement et d'espoir.
    Des histoires kurdes dédiées « à toutes les femmes qui ont été assassinées et qui ont été victimes de la violence ».
    L'auteur aurait pu nous livrer un récit pesant sur les crimes d'honneur, le travail des enfants, l'exil ou la guerre, dans la Turquie et la Syrie contemporaines ; bien au contraire : il lui donne un ton drôle et irrésistiblement tendre. Subversif et obsédant aussi.

  • Dans le but de célébrer le chaurasi de leur grand-mère Chitralekha - soit son 84e anniversaire, très important selon la tradition népalaise -, ses petits-enfants se rendent à Gangtok, dans l'Etat lointain du Sikkim, en Inde du Nord-Est. Agastaya débarque de New York. Bien qu'il soit un médecin reconnu de trente-trois ans, il redoute l'inquisition familiale qui s'annonce puisqu'il n'est toujours pas marié, et il est même terrifié à l'idée que la raison de son célibat soit révélée au grand jour.
    Le rejoignent Manasa et Bhagwati, qui arrivent l'une de Londres et l'autre du Colorado. La première est surdiplômée d'Oxford, la seconde est une fugueuse déshonorée par sa famille. Tous trois affichent le même objectif : sortir indemne du chaurasi de leur grand-mère - un objectif qui s'éloigne au fur et à mesure qu'avancent les célébrations, d'autant plus qu'une servante acerbe et un quatrième invité inattendu se joignent à cette épique réunion de famille.

  • La Havane, 2010. Elba se retrouve seule. Ses enfants ont fui le pays, l'un pour Miami, l'autre pour le Mexique. Elle souhaite cependant les rejoindre en Floride mais les autorités des deux pays concernés ne lui accordent pas de visa car ils la considèrent comme une émigrante potentielle. C'est alors que le gouvernement espagnol vote la « loi de la mémoire historique » : aux Cubains, fils ou petits-fils d'Espagnols, qui prouvent leur filiation, Madrid leur accorde désormais demander la nationalité. Or Elba sait que Vidalina, son arrière-grand-mère, a eu un enfant avec un militaire originaire de Valence, mais personne ne connaît son histoire véritable. Commence une course contre la montre pour Elba qui doit prouver ses origines, et un long et beau voyage dans le temps au coeur de la Caraïbe...
    Avec Vidalina, William Navarrete nous raconte une belle histoire de femmes au coeur des relations rocambolesques, tragiques et parfois absurdes, entre Cuba, les Etats-Unis et l'Espagne, dans une langue baroque, où les mythes et légendes du Vieux Continent se mêlent aux histoires inédites du réalisme magique caribéen.

    Né à Cuba, William Navarrete vit en France car il lui est impossible de rentrer dans son pays. C'est pourquoi son oeuvre littéraire est publiée au Mexique et en Espagne. Francophone, il partage désormais sa vie entre Paris et Nice. Vidalina est son troisième roman.

  • Furie

    Grazyna Plebanek

    Originaire de Kinshasa, Alia a cinq ans quand elle arrive à Bruxelles. La ville lui est étrangère, les enfants avec qui elle joue sont blancs. Son père l'initie à la boxe, qui devient pour elle le moyen de réprimer sa colère contre un monde hostile. Se cherchant une nouvelle famille, Alia finit par entrer dans la police. Elle devra alors sans répit prouver sa légitimité. Pour s'intégrer, jusqu'où sera-t-elle prête à aller ? Avec ce roman puissant et attachant, porté par de magnifiques voix de femmes, Grazyna Plebanek nous parle de la spirale de la violence, dans l'univers familial et face aux dangers portés par l'Histoire.
    Elle dresse ainsi un authentique portrait de l'immigration.

empty