Enssib

  • À travers les parcours professionnels de 100 bibliothécaires, en fonction entre le milieu du XIXe et la fin du XXe siècle siècle, ce livre retrace toute l'évolution intellectuelle, politique et sociétale de la France, de la constitution de son patrimoine aux développements de la lecture publique, en passant par l'évolution des statuts ou la progressive prise de responsabilités par des pionnières. Ce sont des femmes et des hommes qui ont forgé les institutions dont l'importance révèle celle de la cité, ou de l'État.Ce premier recueil de biographies illustre la diversité des trajectoires, des territoires et des initiatives. L'ouvrage, auquel 62 rédacteurs ont contribué sous la conduite d'une équipe scientifique, révèle les engagements de femmes et d'hommes, dans leur métier comme dans l'action citoyenne, à travers les tourments de l'histoire. En filigrane, il tisse l'évolution des formations, de l'École nationale des chartes à l'Enssib, et des structures professionnelles au premier rang desquelles l'Association des bibliothécaires de France.Conservatrice des bibliothèques, Isabelle Antonutti, qui a exercé en bibliothèque municipale et à la Bibliothèque publique d'information, est actuellement responsable de formations à Médiadix, pôle Métiers du livre de l'université Paris Nanterre. Historienne, elle est membre du Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines).Le comité scientifique du livre comprend Jean-Charles Geslot, maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Amélie Jehan, directrice adjointe du réseau des médiathèques de Nanterre, Agnès Sandras, conservatrice chargée des collections d'histoire de France à la Bibliothèque nationale de France, et Cécile Swiatek, directrice adjointe des bibliothèques de l'université Paris II Panthéon-Assas et membre du conseil d'administration de la Ligue des bibliothèques européennes de recherche.Aux Presses de l'Enssib, Isabelle Antonutti a contribué au livre Des bibliothèques populaires à la lecture publique, sous la direction d'Agnès Sandras (collection Papiers, 2014).

  • Le jeu est de plus en plus présent dans les bibliothèques: L'expansion du jeu vidéo comme l'engouement des jeunes adultes pour les jeux de plateau accélèrent leur réinvestissement par les bibliothécaires. De nouveaux dispositifs ludiques comme outils de médiation ou associés aux apprentissages sont venus prolonger les services traditionnels des ludothèques.

    Pratiques culturelles à succès, les jeux concernent tous les publics et sont mobilisés dans plusieurs domaines d'application, comme outils de création, de découverte ou d'apprentissage, autant que supports de divertissements.

    Comment permettre la pratique de l'expérience du jeu? Comment penser le jeu comme une fin et pas seulement un moyen? Quels espaces, quelles équipes? Quels sont les services à inventer et organiser? Comment développer des fonds? Quel cadre réglementaire établir?

    Ce volume apporte des éléments de réponse pratiques, tirés de réalisations concrètes, menées aussi bien à l'université qu'au collège, dans des médiathèques ou des services de lecture départementaux. Quatre axes structurent le plan: Connaître le contexte (les espaces, les équipes, le droit), Acquérir-valoriser (jouets, ludo-malles et serious game), Animer-créer (projet de service, partenariats, médiation), et Participer (une approche orientée communauté).

    Coordonné par Julien Devriendt, spécialiste du sujet et responsable de formations sur les jeux vidéo et la création de services dédiés, cet ouvrage collectif apporte un ensemble de repères et de connaissances pour se lancer dans des projets ludiques, véritablement intégrés au programme de stratégie institutionnelle global.

    Ont contribué à cet ouvrage:

    Véronique Amar.
    Anthony Avila.
    Florence Carre.
    Julien Devriendt.
    Catherine Di Sciullo.
    Thomas Fourmeux.
    Sophie Jacob.
    Caroline Makosza.
    Lionel Maurel.
    Céline Meneghin.
    Thierry Robert.
    Éric Sanchez.
    Guillemette Trognot.
    Marie-Paule Voïta.
    Solenne Waszak.
    Élise Ybled.

  • Longtemps ignorée comme sujet d'études, la littérature à destination de la jeunesse constitue le point central de cet ouvrage.
    S'appuyant sur des sources en grande partie neuves, Michèle Piquard consacre sa recherche aux années 1945 à 1980. A partir d'un échantillon de 41 maisons d'édition, elle dresse le paysage général de l'édition pour la jeunesse dans ces années riches en changements sociaux, économiques et politiques. Comment ce type d'édition a-t-il émergé et s'est développé ? Quelle a été l'évolution des caractéristiques économiques du marché du livre pour la jeunesse ? Quelles ont été, dans la littérature pour la jeunesse, les répercussions des bouleversements sociaux et culturels de la société au cours de ces trente années ? Reposant sur une documentation abondante que Michèle Piquard a soumise à une analyse minutieuse et novatrice, cet ouvrage apportera des réponses à toutes ces questions.

  • Enquêter sur la fréquentation, les usages ou l'image des bibliothèques requiert des collectes de données variées, fiables, concertées. Pour ce faire, les professionnels des bibliothèques doivent connaître les spécificités du domaine et les processus généraux de la méthodologie des enquêtes.
    Qu'elle soit confiée à un prestataire extérieur ou réalisée en interne avec les moyens du bord, l'enquête de publics ne s'improvise pas. Elle suppose en effet, en plus d'une phase de préparation minutieuse, le respect d'une démarche rigoureuse.
    C'est ce dont rend compte ce guide en présentant de façon détaillée et pratique les étapes qui jalonnent le déroulement des études de publics, selon les trois temps de l'enquête : sa préparation, sa réalisation et l'exploitation-communication de ses résultats.
    Conçu tel un recueil de bonnes pratiques, l'ouvrage s'attache à fournir des éléments méthodologiques précis complétés par des comptes rendus critiques de travaux pilotés ou réalisés par des bibliothécaires aussi bien en bibliothèques universitaires qu'au sein de médiathèques de lecture publique.

    Coordonné par Christophe Evans, chargé d'études en sociologie au service Études et Recherche de la Bibliothèque publique d'information, et écrit par des experts rodés à l'exercice de l'enquête de publics, l'ouvrage traite aussi des aspects financiers, juridiques et des conséquences des enquêtes sur la politique générale des établissements.

  • Les bibliothécaires, les documentalistes ne disparaîtront pas avec l'avènement du document numérique: leurs métiers vont changer, et sans doute s´enrichir.

    Olivier Le Deuff se propose, après une partie introductive et historique, de préciser ce qu´est une culture de l´information, ce qu´elle implique de la part des professionnels qui ont à la traiter, et des usagers qui doivent la repérer et s´y retrouver. Il développe longuement les rôles et missions des bibliothécaires et documentalistes dans ce monde technique (informatique) et professionnel (le classement et les architectures de l'information). Il précise la place nouvelle des lecteurs, usagers, internautes, et les fonctions indispensables de médiation qui sont attachées à ces nouveaux supports. Il replace la formation de chacun comme préalable à ces nouvelles compétences.

    Cet ouvrage, à la fois théorique, pratique et prospectif, s´adresse aux professionnels des bibliothèques et de la documentation.

    Olivier Le Deuff est maître de conférences en sciences de l'information et de la communication, responsable de la formation DUT Information numérique dans les organisations, université Bordeaux Montaigne, Laboratoire Médiation, information, communication, art (MICA).

  • Comment faire connaître sa bibliothèque, rendre lisible son offre, valoriser ses évolutions ? Quels outils utiliser ? Quelles compétences intégrer ? Quelle organisation mettre en place ?

    Ces questions s'imposent aujourd'hui aux professionnels qui doivent améliorer la notoriété de leurs établissements et faire évoluer leur image.

    Dans ce livre, la relation avec les publics est placée au coeur du processus de communication, tant pour le contact en direct, les échanges en ligne, que pour le soin apporté aux espaces, à la signalétique, et à la conception de documents.
    Construire un plan de communication, mener une campagne d'affichage, réinventer un guide du lecteur, reformuler le règlement intérieur, créer un avatar ou partir à la conquête d'un public spécifique sont autant d'actions qui demandent à la fois de bâtir une stratégie d´ensemble et de maîtriser des savoirs pratiques et concrets. Pour chacune des réalisations évoquées, un mode opératoire précis indique la méthode et les étapes à prendre en compte.
    Coordonné par Jean-Marc Vidal, conservateur à la bibliothèque municipale de Grenoble, cet ouvrage collectif, qui réunit bibliothécaires, graphiste, responsable de communication, sociologue, rend compte d'expériences multiples menées dans des bibliothèques publiques et universitaires. La communication avec les publics apparaît ainsi comme l'un des éléments révélateurs des transformations des bibliothèques.
    Ont contribué à cet ouvrage : Raphaëlle Bats, Sandrine Chomel-Isaac, Nathalie Clot, Marie-Paule Doncque, Laurence Favreau, Eve Lagacé, Stéphane Legault, Marion Lhuillier, Brigitte Maury, Alain Marois, Laurence Madrelle, Claude Poissenot, Adèle Spieser, Olivier Tacheau, Jean-Marc Vidal

  • L'arrivée de l'internet fait figure de révolution : technologique, intellectuelle, idéologique, sociologique.
    Cet ouvrage a pour ambition de poser quelques jalons théoriques et historiques : l'internet est une technologie du " temps long ", un des avatars des modes de calcul et de pensée connus en Mésopotamie, en Iran, et plus près de nous, de la machine à calculer de Turing ; comme l'imprimerie lors de son invention, l'arrivée de l'internet impose une modification des modes de production de l'écrit, de la pensée et de sa transmission.
    Ce sont ces voies, nouvelles en ce qu'elles ne posent pas l'internet comme une rupture brutale avec toute histoire antérieure, qui sont explorées par Henri Desbois, Éric Guichard, Clarisse Herrenschmidt, Paul Mathias et Philippe Rygiel. Les auteurs sont tous membres fondateurs de l'équipe de recherche Réseaux, Savoirs & Territoires de l'École normale supérieure -Ulm (Paris).

  • Découvrez Pratiques documentaires numériques à l'université, le livre de Ghislaine Chartron

  • En quelques années, les bibliothèques françaises ont développé des services de questions-réponses en ligne. Beaucoup d'établissements en sont encore à la phase de réflexion, d'autres démarrent, des réseaux s'élaborent. Dans le contexte actuel du repérage, de la sélection et de la validation de l'information pléthorique, sur Internet, les services de questions-réponses en ligne ont un rôle primordial à jouer. En effet, ils valorisent l'offre des bibliothèques dans le contexte du développement des services aux publics et des services à distance. Leur mise en place interroge le professionnel sous de multiples facettes: organisation du travail, politique de services, choix des outils... Ces différents aspects sont abordés, s'appuyant sur des expériences françaises et étrangères, qu'elles soient locales, coopératives et/ou collaboratives. Selon les objectifs, les besoins, les publics, les moyens mis à disposition, et les technologies choisies, c'est un éventail d'offres qui existe aujourd'hui. Le plan s'articule autour de quatre parties pragmatiques et opératoires: construire le projet, développer un savoir-répondre, organiser et travailler au sein d'une équipe, et enfin, adapter le service à l'environnement et à la nature de ses publics. Cet ouvrage collectif, coordonné par Claire Nguyen, se veut un guide utile à tous les professionnels qui veulent créer, maintenir ou faire évoluer un service de questions-réponses à distance.

  • Que se passe-t-il dans une bibliothèque? Peu de choses en apparence, et pourtant... L'ouvrage de Joëlle Le Marec offre une analyse fouillée et percutante de ce qui se joue dans la fréquentation des établissements qui mettent à disposition du public des collections de livres, de documents d'information. Plus précisément, l'ouvrage fournit des réponses aux questions posées régulièrement dans les études de publics: pourquoi les bibliothèques sont-elles investies selon une temporalité débordant les limites attendues du simple prélèvement documentaire? Pourquoi ces établissements sont-ils devenus des sortes d'extension de la maison, du bureau, autant de « territoires du soi » pour reprendre le fameux concept d'Erving Goffman? Dans cet essai, nourri de ses recherches pratiquées dans les institutions culturelles, l'auteure montre que la bibliothèque contemporaine apparaît très nettement comme un haut lieu d'articulation entre pratiques de savoirs, souci de soi, et milieu de vie.

  • Les catalogues en ligne, malencontreusement baptisés " OPAC " deviennent un service ordinaire des bibliothèques.
    Leur amélioration passe par une étude systématique, de leurs usages par les publics. Une étude menée à la Médiathèque de la Cité des sciences et de l'industrie a permis d'analyser les stratégies de recherche de plus de 600 lecteurs. Une telle observation révèle la diversité des choix, des logiques, des itinéraires des usagers. Leurs tentatives peuvent être aussi infructueuses ou difficiles, parfois ponctuées par l'échec.
    Une analyse critique de la littérature consacrée aux catalogues en ligne témoigne elle aussi de la diversité des problèmes posés et des lacunes dans les analyses et solution actuellement offertes.

empty