Fage

  • Antoni Gaudí

    Antoni Gaudi

    • Fage
    • 7 Avril 2022

    « L'originalité retrouve les concepts fondamentaux les plus lointains ; la vraie originalité retourne à l'origine ; il ne faut pas vouloir être original car on porte en soi son style propre - style vient de stylet - qui jaillit spontanément. » Antoni Gaudí

  • Le passage d'Alberto Giacometti dans le groupe surréaliste d'André Breton dure à peine cinq ans, pendant lesquels il s'affirme comme l'un des artistes les plus innovants du mouvement. Ses recherches plastiques engagées autour de l'érotisme, du jeu, de l'onirisme et du hasard objectif, ainsi que ses écrits publiés dans les revues du mouvement surréaliste, le distinguent parmi les membres les plus actifs. Si l'aventure surréaliste s'arrête pour Giacometti en 1935, son amitié pour Breton perdure de longues années et ses compagnons de l'époque resteront proches de l'artiste.
    Cet ouvrage propose, à travers de nombreux documents inédits et notamment des extraits de la correspondance entre le sculpteur et l'écrivain, de resituer l'importance de la relation de deux figures majeures du XXe Siècle.

  • Aristide Maillol

    Aristide Maillol

    • Fage
    • 7 Avril 2022

    Aristide Maillol commence sa carrière comme peintre avant de se trouver une véritable passion pour la sculpture et devenir l'un des sculpteurs les plus célèbres de son temps. Son oeuvre épurée et forte qui exalte la nature et le nu a marqué le passage du XIXème au XXème siècle.
    Grâce à Dina Vierny, son dernier modèle, deux musées lui sont consacrés. Le musée Maillol à Paris, et le musée Maillol de Banyuls-sur-Mer, où il est enterré. Le Jardin des Tuileries à Paris constitue le plus grand musée de plein-air pour découvrir son oeuvre.
    « Il faut chercher les éléments dans la nature et en faire la synthèse. Mais il s'agit surtout de ne pas perdre l'inspiration. » Lettre à Harry Kessler, 20 novembre 1907

  • Pas de requiem pour Mozart

    Isabelle Duquesnoy

    • Fage
    • 7 Avril 2022

    Le 5 décembre 1791, Mozart meurt et laisse des dettes copieuses. Il a 35 ans, est marié à Constanze et a deux enfants. Isabelle Duquesnoy, magistralement, nous fait parcourir sa biographie, nous attarder sur les épreuves de la maladie et celles des traitements de l'époque, explorer l'aventure maçonnique à celle musicale, mesurer la précocité de l'artiste.
    Elle nous invite aux derniers instants de l'artiste et à ceux qui suivront pour ses proches.
    La douzaine de personnes présentes à ses obsèques n'ont pas suivi le convoi jusqu'au cimetière où le cercueil sera placé dans la fosse commune. En 1801, le crâne de Mozart est subtilisé : il se trouve actuellement dans le coffre-fort du Mozarteum de Salzbourg.

  • Jean Tinguely

    Jean Tinguely

    • Fage
    • 7 Avril 2022

    « Nous refusons d'accepter l'existence des objets immobiles et les instantanés d'un mouvement, parce que nous ne sommes nous-mêmes qu'un instant dans le grand mouvement. »

  • La mort en questions

    Florence Fresse

    • Fage
    • 7 Avril 2022
  • Titien, la nymphe et le berger

    ,

    • Fage
    • 3 Février 2022

    Titien, la nymphe et le berger est un échange de lettres entre un père, John Berger, peintre, écrivain et critique d'art célèbre, et sa fille, Katya Berger Andreadakis, critique de cinéma et traductrice.
    Au fil de leur correspondance autour d'un célèbre tableau du Titien conservé au Kunsthistorisches Museum de Vienne, ils redonnent ensemble vie à cette oeuvre et tentent de percer le mystère de sa pérennité.
    Point ici de « critique d'art » à strictement parler, mais un échange sensible et vif tournant sur l'impuissance du Titien à saisir la chair des corps (la « chair », c'est ce que Katya confesse dans sa première lettre être ce que le nom du Titien spontanément lui évoque), un questionnement à deux voix sur la subversion que l'art du peintre accomplit.

  • Antonin Artaud

    Antonin Artaud

    • Fage
    • 19 Août 2021

    "Ou nous ramènerons tous les arts à une attitude et à une nécessité centrales, trouvant une analogie entre un geste fait dans la peinture ou au théâtre, et un geste fait par la lave dans le désastre d'un volcan, ou nous devons cesser de peindre, de clabauder, d'écrire et de faire quoi que ce soit". Antonin Artaud

  • Hervé di Rosa, la spirale du temps

    Pascal Ory

    • Fage
    • 3 Mars 2022

    Lorsque l'artiste Hervé Di Rosa rencontre l'historien Pascal Ory, cela donne La Spirale du temps, un livre d'images pour comprendre l'histoire des René en quatre-vingtdouze tableaux colorés et époustouflants.
    « L'Histoire telle que les René l'ont vécue depuis que M. Di Rosa s'est intéressé à eux est dominée par trois grands principes, dont on peut penser qu'ils sont trois jouissances [...].
    Appelons les Guerre, Sexe et Culture, par ordre décroissant de présence à l'image dans les oeuvres complètes de notre confrère. Les esprits systématiques y découvriront sans peine un écho, une réponse, voire une inversion du triptyque républicain, comme si le Sexe était la face obscure de la Liberté, la Guerre celle de l'Égalité, la Culture celle de la Fraternité. » Pascal Ory

  • Symboliquement votre : balade funéraire graphique

    Eric Sergent

    • Fage
    • 7 Avril 2022

    Le symbole intrigue autant qu'il fascine. Signe offert à tous, il résiste pourtant souvent à l'interprétation du passant et les ressources disponibles à ce sujet sont rares. Le but de ce court ouvrage est de donner quelques clefs de lecture des symboles figurés sur les tombeaux.
    Définir précisément ce qu'est un symbole est d'abord une tâche ardue. En effet, en fonction des contextes, des auteurs, des sources, ses significations varient et d'autres termes, parfois employés plus ou moins comme synonymes, apparaissent.

  • Alicia Penalba, Paris après guerre

    Victoria Giraudo

    • Fage
    • 3 Février 2022

    L'oeuvre de la sculptrice argentine Alicia Rosario Pérez Penalba (1913-1982), a pris son essor à Paris dans les années 1950. Son parcours dans ces années, et les amitiés qu'elle a nouées dans les milieux artistiques et intellectuels (Wilfredo Lam, Henri Matisse, Alberto Giacometti...) ont été décisifs pour la construction d'une voie singulière dans la sculpture abstraite d'aprèsguerre.
    Retracer son parcours dans le Paris d'aprèsguerre permet de réintroduire une oeuvre importante qui est encore trop peu reconnue. Les archives de l'artiste nouvellement rendues publiques ont nourries cette étude.

  • La place du Douanier Rousseau (1844-1910) au sein de l'histoire de l'art et l'influence de sa peinture dans l'avènement de l'art moderne ne sont plus à prouver. Mais d'autres artistes, nombreux, sont restés dans l'ombre de l'histoire d'un art que l'on a dit « naïf » :
    Séraphine Louis (1864-1942), André Bauchant (1873-1958), Camille Bombois (1883-1970), Émile Boyer (1877-1948), Jean Ève (1900-1968), René Rimbert (1896-1991) ou encore Louis Vivin (1861-1936) furent pourtant des artistes influents durant tout l'entre-deux-guerres. C'est à ces figures moins connues de l'art dit « naïf » que s'attache cet ouvrage, qui aide à comprendre comment la reconnaissance de cette seconde génération de « naïfs » interroge la définition de la modernité.

  • Georgia O'Keeffe

    Georgia O'Keeffe

    • Fage
    • 2 Septembre 2021

    Georgia O'Keeffe est née le 15 novembre 1887 à Sun Prairie, dans le Wisconsin, et morte le 6 mars 1986 à Santa Fe, Nouveau-Mexique.

    « Une fleur est relativement petite. Chacun associe une quantité de choses à une fleur - à l'idée de fleurs. Vous tendez la main pour toucher la fleur - vous vous penchez pour la sentir - peut-être vous l'effleurez des lèvres presque sans y penser - ou vous l'offrez à quelqu'un pour lui faire plaisir. Cependant - d'une certaine façon - personne ne voit une fleur - vraiment -tellement elle est petite - nous n'avons pas le temps - et voir prend du temps, comme d'avoir un ami prend du temps. Si je pouvais peindre la fleur exactement telle que je la vois, personne ne verrait ce que je vois parce que je la peindrai petite, aussi petite que la fleur est petite. »

  • Louise Janin, l'art de l'entre deux

    Marion Sergent

    • Fage
    • 3 Février 2022

    De 1923 à 1928, l'artiste américaine d'origine française Louise Janin (1893-1997) réside à Paris où elle noue des relations fondamentales pour le développement de son oeuvre. Face aux différentes tendances qu'elle découvre, Louise Janin souhaite dépasser les clivages, et développe une fantasmagorie fantastique, nourrie d'emprunts aux arts asiatiques et d'un intérêt pour la spiritualité. Ceci explique peut-être qu'elle n'a pas trouve´place dans les récits historiques de l'art du XXème siècle, construits sur la succession des avant-gardes.
    Cette étude, appuyée sur un travail d'envergure à partir des oeuvres et des archives de l'artiste et de ses collaborateurs permet de considérer une oeuvre en sortant d'une polarisation entre les tendances (abstraction/figuration, avant-garde/académisme).

  • Albrecht Dürer

    Albrecht Dürer

    • Fage
    • 2 Septembre 2021

    « [S]'il était accordé de vivre des centaines d'années à un homme habile à pratiquer cet art et naturellement prédisposé, il pourrait, grâce au pouvoir que Dieu donne à l'homme, dessiner et exécuter tous les jours de nouvelles figures humaines ou d'autres créatures qu'on n'aurait jamais vues auparavant et auxquelles personne n'aurait encore pensé. » A. D.

  • Georg Baselitz

    Georg Baselitz

    • Fage
    • 2 Septembre 2021

    « J'ai beaucoup développé la méthode de travail sur le sol. Plus tard, j'en ai tiré une philosophie, qui dit que mon contact ne va pas vers le haut, en direction du ciel. Dans l'Europe chrétienne, c'est cela le seul contact. On a peur du contact vers le bas en direction de l'enfer. Mon contact va vers le bas. [...] En peignant sur le sol, le contact se fait avec le bas, chercher à débusquer ce qu'il y a en dessous est très important. » G. Baselitz

  • Finir de souffrir, Suisse, suicide assisté

    ,

    • Fage
    • 3 Décembre 2021

    En Suisse, l'assistance au suicide est pratiquée de manière épisodique et confidentielle depuis le début des années 1980 puis avec plus de récurrence dès le tournant du XXIème siècle. Ce livre analyse la singularité du dispositif helvétique de l'assistance au suicide où ce n'est pas l'acte même du suicide qui est accepté par la collectivité, mais le fait de prêter assistance à une mort encore formellement qualifiée de « mort violente ». Sont définis l'aide à mourir et les espaces de mort avec une focalisation sur la phase postmortem.

  • Venise, vues dessinées

    Vincent Brunot

    • Fage
    • 1 Octobre 2021

    Venise, Vues dessinées est une invitation à découvrir la Sérénissime à travers une suite de 64 dessins de Vincent Brunot dont la main assurée nous offre une vision poétique de la ville.
    « Quand je commence à dessiner, le temps se fige et au fil des heures l'animation des lieux berce mon travail, mais c'est une Venise intemporelle qui apparaît sur la feuille. Celle de Guardi et de Canaletto, avec ses perspectives inchangées depuis des siècles, ou celles des premières photographies, avec leurs longs temps de pose qui ne retenaient ni les passants, ni les touristes...
    Ces dessins, inspirés des védutistes des XVIIIème et XIXème siècles, sont témoignage à la fois poétique et documentaire sur une ville unique au monde, si riche d'histoires et de rêves, mais si fragile et menacée. » Vincent Brunot

  • La forme d'une poche

    John Berger

    • Fage
    • 6 Mai 2021

    " La poche dont il est question est une modeste poche de résistance, de celles qui se forment quand l'accord entre deux personnes au moins les rapproche. Leur résistance se manifeste contre l'inhumanité du nouvel ordre économique mondial. Mais qui sont ces gens ? Le lecteur, moi, l'auteur, et tous ceux dont il est question dans ces essais. Et ce qui est inattendu, c'est que les échanges, qui s'établissent entre nous, renforcent chacun dans la conviction que ce qui se passe dans le monde d'aujourd'hui est mal, et que, le plus souvent, ce qu'on en dit n'est que mensonge.
    Je n'ai jamais écrit de livre avec un tel sentiment d'urgence. " John Berger

  • Gerhard Richter

    Gerhard Richter

    • Fage
    • 2 Septembre 2021

    « Mes tableaux sont sans objet?; mais comme tout objet, ils sont l'objet d'eux-mêmes. Ils n'ont par conséquent ni contenu, ni signification, ni sens?; ils sont comme les choses, les arbres, les animaux, les hommes ou les jours qui, eux aussi n'ont ni raison d'être, ni fin, ni but. Voilà quel est l'enjeu. ».
    Gerhard Richter

  • Alexej von Jawlensky

    Alexej Von Jawlensky

    • Fage
    • 2 Septembre 2021

    « Après avoir peint ces « variations » [de paysages] pendant quelques années, j'éprouvais le besoin de trouver une forme pour le visage, car j'avais compris que la grande peinture devait être portée par un sentiment religieux. Et ceci je ne pouvais le rendre que par le visage humain. J'avais compris que le peintre devait restituer par la forme et la couleur ce qu'il y a de sacré en lui.
    C'est pour cela qu'une oeuvre d'art est Dieu visible, et l'art la nostalgie de Dieu. » Alexej von Jawlensky

  • Giuseppe Penone

    Giuseppe Penone

    • Fage
    • 2 Septembre 2021

    « Je crois que je n'ai jamais voulu faire à tout prix quelque chose qui soit de la sculpture ; j'ai toujours travaillé à partir de l'objet, de la logique de la matière. [...] Quand j'ai utilisé l'arbre, [...] je me suis servi du bois et de la végétation comme matière capable de se transformer, de se modeler. Je reconnais par ailleurs la richesse symbolique de l'arbre, mais le principe fondamental de mon travail est une adhésion à la réalité. » Giuseppe Penone

  • Barbara Chase-Riboud est sculptrice, poétesse et romancière franco-américaine. Elle vit à Paris. Elle rencontre Alberto Giacometti au tout début des années 1960. Tous deux ont tracé, au l des décennies, des parcours de sculpteurs différents - d'homme et de femme artiste aussi. Leur dialogue repose sur des points de contact : le travail de la matière et du bronze, la passion pour l'Egypte ancienne, l'écriture.
    Cette confrontation entre Giacometti, que l'on croit "épuré" et classique, et Chase-Riboud, "matérielle" et baroque, révèle également une commune attention passionnée à la représentation du corps. Cette exposition, première en France de Barbara Chase-Riboud depuis 1974, nous livre le regard d'une artiste sur l'oeuvre d'Alberto Giacometti avec laquelle elle entre en sympathie. Barbara Chase-Riboud is a French-American sculptor, poet and novelist.
    She lives in Paris. She met Alberto Giacometti in the ? early 1960s. Throughout the decades, both artists have traced different paths as sculptors - as man and woman artists too. Their dialogue rests on points of contact : the work on matter and bronze, a passion for Ancient Egypt and writing. This confrontation between Giacometti, whom one considers as "streamlined" and classical, and Chase-Riboud, "tangible" and baroque, also reveals a shared passionate attention to the representation of the body.
    This exhibition, the rst in France for Barbara Chase-Riboud since 1974, offers us the gaze of a woman artist on the oeuvre of Alberto Giacometti with whom she is in sympathy.

  • Giacometti et l'Egypte antique

    , , ,

    • Fage
    • 19 Août 2021

    En confrontant les sculptures d'A. Giacometti à une sélection d'oeuvres issues des collections égyptologiques du Louvre et aux dessins inédits conservés par la Fondation Giacometti, ce catalogue propose un regard renouvelé sur le travail du sculpteur, qui a toujours entretenu une relation étroite avec l'art égyptien de l'Antiquité, produisant nombre de copies de statuettes et de bas-reliefs.

empty