Gallimard

  • Yves Saint Laurent aux musées

    Collectif

    • Gallimard
    • 3 Mars 2022

    À l'occasion des 60 ans de la création de la maison de couture, « Yves Saint Laurent aux musées » propose un parcours dans les collections permanentes de six musées parisiens - Centre Pompidou, Musée d'Art Moderne de Paris, musée du Louvre, musée d'Orsay, Musée national Picasso-Paris et musée Yves Saint Laurent Paris - afin de mettre en lumière le long dialogue que le couturier a entretenu avec l'art. À travers les hommages directs aux grands maîtres, les emprunts à toutes les formes d'expression artistique et la recherche permanente d'un langage esthétique nouveau, cet ouvrage nous invite à traverser l'histoire de l'art avec Yves Saint Laurent pour guide.

  • Pionnières : artistes dans le Paris des années folles

    Mathilde de Croix

    • Gallimard
    • 10 Mars 2022

    Les années 1920, ou «Années folles», sont une période de bouillonnement et d'effervescence culturelle, de fêtes et d'exubérance, synonymes d'une libération des moeurs et d'une première émancipation des femmes. Paris, et plus précisément les quartiers de Montparnasse et de Montmartre, est l'épicentre de cette décennie enjouée. Les artistes femmes jouent un rôle primordial dans le développement des grands mouvements de la modernité. Elles peuvent posséder un atelier, une galerie ou une maison d'édition, représenter des corps nus, qu'ils soient masculins ou féminins, et interroger ces catégories. Elles sont libres de vivre leur sexualité, quelle qu'elle soit, de choisir leur époux, de se marier ou non et de s'habiller comme elles l'entendent. Leur vie et leur corps sont les outils de leur art, qu'elles réinventent dans tous les matériaux, sur tous les supports, dans un esprit interdisciplinaire et performatif. Pour ces artistes, les années 1920 sont un moment de respiration avant les désastres des années 1930 et 1940, qui causeront en partie leur oubli historique.

  • Les musées et jardins Albert Kahn

    Luce Lebart

    • Gallimard
    • 10 Mars 2022

    Au coeur de la révolution industrielle de la fin du XIXe siècle et en plein essor du capitalisme, Albert Kahn, fils de marchand de bestiaux alsacien, crée sa propre banque et devient immensément riche. Profondément humaniste, il consacre sa vie à une oeuvre pacifiste protéiforme, ponctuée par la création de multiples fondations, de jardins extraordinaires et d'une entreprise de couverture photographique et filmique d'un monde en pleine transformation : les Archives de la Planète. Un héritage patrimoinial inestimable.Situé à Boulogne-Billancourt, aux portes de Paris, le musée abrite ces collections exceptionnelles (Plus de 100 heures de films, 72 000 autochomes en couleurs) dans un écrin de verdure aux multiples paysages créé par Albert Kahn : jardin japonais, jardin à la française, roseraie, forêt vosgienne, jardin anglais, etc. C'est à ce parcours extraordinaire que nous invite cet ouvrage sous la forme d'une promenade dans les pas d'Albert Kahn et dans ses collections.

  • Le Caravage, peintre et assassin Nouv.

    Le Caravage, peintre et assassin

    José Frèches

    • Gallimard
    • 5 Mai 2022

    La légende du peintre voyou et maudit qui s'attache au Caravage trouve ses origines dans la vie tumultueuse de cet homme, prompt à dégainer l'épée, jusqu'à l'assassinat qui fera de lui un fugitif. Mais il est également habile courtisan dans la Rome des années 1600, très vite peintre adulé des prélats et des princes. Il est enfin, en contraste avec la Renaissance, finissante et maniériste, le précurseur du réalisme en peinture, premier d'une famille d'artistes qui, même si elle n'a pas été une école, a pris le nom de caravagisme. C'est ce Caravage-là, peintre avant tout, que José Frèches suit dans les ruelles obscures de Rome, de Naples, de Malte ou de Syracuse...

  • Camées et intailles : l'art des pierres gravées

    Philippe Malgouyres

    • Gallimard
    • 7 Avril 2022

    Avec plus d'une centaine de précieux chefs-d'oeuvre choisis dans les plus grands musées du monde ou dans des collections privées, cet ouvrage de référence est une initiation à l'histoire de la glyptique, art des pierres gravées en relief (camées) ou en creux (intailles), qui n'a cessé de fasciner monarques, esthètes et collectionneurs depuis l'Antiquité.Au fil d'une promenade chronologique, l'auteur nous invite à contempler ces objets raffinés dans lesquels la beauté naturelle de la pierre est magnifiée par l'habileté et le talent de l'artiste. L'étude des camées et des intailles dépasse largement la simple histoire de la technique, du goût ou des pratiques culturelles:elle nous met en contact avec les strates les plus anciennes et les plus profondes de notre humanité face à la nature.

  • Au coeur de la monnaie de Paris

    Jean-Noël Mouret

    • Gallimard
    • 17 Mars 2022

    De la livre au teston, du franc à l'euro, qu'il s'agisse d'or, d'argent ou de nickel, la Monnaie de Paris est, depuis douze siècles, fidèle à sa vocation:frapper monnaie, tout en innovant et en se réinventant constamment. Installée dans l'actuel hôtel des Monnaies depuis 1775, la plus ancienne entreprise de France reste la dernière usine en activité au coeur de la capitale. Elle y crée monnaies et médailles de collection ainsi que les produits d'art tandis que son usine de Pessac frappe les monnaies courantes depuis 1973. Du Grand Monnayage à l'atelier d'émaillage, de la fonderie aux archives métalliques, des trésors du musée à la découverte d'une architecture originale, cet ouvrage nous dévoile des lieux parfois insoupçonnés et révèle les secrets d'un exceptionnel conservatoire des savoir-faire.

  • Brassens : le libertaire de la chanson

    Clémentine Deroudille

    • Gallimard
    • 7 Octobre 2021

    Chacun en connaît l'air ou la chanson : «L'Auvergnat», «Les copains d'abord», «Les sabots d'Hélène», «Les amoureux des bancs publics», «La mauvaise réputation», «Le Gorille»... Autant de petits bijoux qui dessinent un portrait tout à la fois acerbe et tendre de nos contemporains. Sur des arrangements simples, Georges Brassens chante des textes poétiques. C'est là son style, unique. L'homme a vécu pour la littérature, lisant et relisant Villon, Victor Hugo, Apollinaire ou Paul Fort. Celui que l'on disait piètre musicien était pourtant admiré des plus grands jazzmen.
    Clémentine Deroudille raconte le modeste «faiseur de chansons», bientôt auteur-compositeur-interprète au succès exceptionnel, l'artiste libre et généreux, Georges Brassens.

  • Au coeur de la Préhistoire : chasseurs et artistes

    Denis Vialou

    • Gallimard
    • 13 Septembre 1996

    Homo habilis avait inventé l'outil, homo erectus le feu, homo sapiens conquiert le monde.
    En quelques millénaires, il impose définitivement en europe son savoir, son style de vie, ses " cultures régionales ". propulseur et harpon modifient radicalement les comportements des chasseurs paléolithiques, dont l'art pariétal exprime dans le même temps l'extraordinaire modernité conceptuelle. le renouvellement continuel des techniques, la bousculade des inventions font de cette période un des moments les plus riches de l'histoire de l'humanité.
    Une nouvelle société est en train de naître, dont denis vialou s'attache à nous montrer toutes les facettes, celles qui font de l'homme paléolithique le premier des modernes.
    De la vénus de lespugue à l'homme de brno, de la dordogne à avdeevo, des fresques de lascaux aux peintures d'altamira, des majestueux défilés de bisons aux visages monstrueux gravés dans la pierre, tout l'art des chasseurs du paléolithique en plus de 200 documents.

  • Gaspard de la nuit - Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot

    Aloysius Bertrand

    • Gallimard
    • 21 Février 1980

    «Il est rare d'assister à la naissance d'un genre littéraire. Plus rare encore de pouvoir la rattacher au nom d'un écrivain particulier.Cette conjonction s'est pourtant opérée dans le cas d'Aloysius Bertrand, inventeur incontestable du poème en prose français. Il y a fallu des circonstances très particulières:une marginalité provinciale redoublée d'une marginalité sociale et économique; l'éveil à la vie littéraire à une époque où le bric-à-brac médiéval, italien et espagnol du premier romantisme revêtait encore une certaine fraîcheur, à une époque aussi où la relève n'était pas encore achevée des formes périmées du XVIIIe siècle à la poésie de l'avenir; un intérêt exceptionnel pour les arts graphiques et l'ambition de leur emprunter quelques-unes de leurs ressources; un esprit inquiet, ombrageux, douloureusement perfectionniste; la connaissance intime d'une ville dans laquelle les rêves et les mythes prenaient corps.»Max Milner.

  • L'art urbain ; du graffiti au street art

    Stéphanie Lemoine

    • Gallimard
    • 13 Mai 2021

    Vandalisme pour les uns, expression digne de figurer dans les musées pour les autres, l'art urbain a toujours été marqué par l'ambivalence. Né dans les années soixante de part et d'autre de l'Atlantique, il hérite aussi bien de la publicité que des avant-gardes politiques. Porté par une poignée d'artistes conceptuels ou frondeurs en rupture avec l'institution et le mar- ché, il s'affirme également comme la quête de reconnaissance des lais- sés-pour-compte. Irrévérencieux, sulfureux voire insurrectionnel, il n'évite pas toujours le mercantilisme ni les sirènes de la commande publique.
    Regardé comme un délit lorsqu'il se déploie dans la rue, il est célébré dans les galeries d'art et les musées...
    À travers un panorama richement illustré, Stéphanie Lemoine restitue la diversité d'une forme d'expression toujours controversée malgré une histoire de près de cinquante ans, où se mêlent graffitis, oeuvres concep- tuelles, happenings et (contre-) propagandes.

  • L'académie équestre de Versailles

    Sophie Nauleau

    • Gallimard
    • 7 Octobre 2021

    « On connaît la phrase : le bon maître est celui qui sait se rendre inutile. En créant l'Académie équestre de Versailles, j'ai voulu transmettre une philosophie, une énergie, un état d'esprit, et au-delà partager l'humilité et le doute face à la création. Si cette Académie s'inscrit dans l'esprit du siècle, ce n'est pas pour en singer sa vitesse et son éparpillement. Son allure est celle d'un homme et d'un cheval qui s'apprennent dans l'écoute et la patience.
    C'est un travail de tous les jours, une quête de l'absolu qui refuse l'abstrait et puise sa matière dans la beauté du geste. À l'ombre des bas-reliefs séculaires, ces jeunes écuyères m'émeuvent toujours. Par un dialogue respectueux avec leur monture, avec le même entêtement et la même abnégation, elles poursuivent leur rêve, celui d'un art habité par la grâce et la légèreté. » Bartabas

  • Saint-Exupéry ; l'archange et l'écrivain

    Nathalie Des Vallières

    • Gallimard
    • 12 Avril 2013

    «J'écris depuis l'âge de six ans. Ce n'est pas l'avion qui m'a mené au livre. Je pense que si j'avais été mineur, j'aurais cherché à puiser un enseignement dans la terre.» Il se trouve que Courrier Sud, Vol de nuit, Terre des hommes et Pilote de guerre sont des livres conçus dans le ciel, des vies d'aviateurs racontées par l'un d'entre eux, des récits de missions. Par les avions qu'il pilotait, Antoine de Saint-Exupéry s'est doté d'ailes ; par ses écrits, il a prêté sa plume à ses compagnons d'altitude. Exilé à New York, il crée avec amour un personnage venu d'une autre planète, dont il dessine lui-même la tignasse blonde ébouriffée : le Petit Prince.
    Nathalie des Vallières nous révèle les deux visages de Saint-Ex : l'archange, pilote à l'Aéropostale, pilote d'essai pour les nouveaux appareils, pilote de guerre au groupe 2/33, pilote disparu en Méditerranée en juillet 1944 ; l'auteur de cinq livres seulement publiés de son vivant et qui cependant n'a jamais cessé d'écrire, laissant une abondante correspondance et des articles parus dans la presse, au travers desquels il témoigne des grands déchirements de son temps.

  • Darwin et la science de l'évolution

    Patrick Tort

    • Gallimard
    • 5 Novembre 2020

    En 1859, dans L'Origine des espèces, le naturaliste anglais Charles Darwin expose publiquement sa théorie de la descendance modifiée des êtres vivants par le moyen de la sélection naturelle : les espèces ne sont pas fixes, mais varient et se transforment suivant la loi du triomphe des formes les plus adaptées. C'est une révolution : l'idée du Créateur s'effondre, et avec elle tout plan « providentiel » de la nature. L'Angleterre victorienne s'enflamme, pour ou contre. En 1871, avec La Filiation de l'Homme, Darwin inscrit l'Homme dans la série animale. Ce dernier venu possède un ancêtre commun avec les Singes de l'Ancien Monde, dont il a perfectionné les instincts sociaux et les facultés rationnelles en tirant un avantage social de comportements antisélectifs : l'éducation, le droit, les conduites solidaires et altruistes, la protection des faibles et des déshérités. Philosophe et épistémologue, Patrick Tort éclaire la vie et l'oeuvre du principal fondateur de la science de l'évolution, qui fut aussi un penseur de la paix, et un éminent généalogiste de la morale.

  • Matisse ; "une splendeur inouïe"

    Xavier Girard

    • Gallimard
    • 1 Octobre 2020

    Premier analyste de son oeuvre, Matisse s'est tu, obstinément, sur lui- même. Ses souvenirs, dit-il, ne le représentent pas moralement. Sa biographie s'arrête à la porte de l'atelier, où le temps s'efface au cadran de la création et cède la place aux murs empourprés, à la clarté phos- phorescente des tableaux. Mais qu'on y prenne garde, les grands aplats des rouges et des bleus, les mouvements d'une ligne désancrée et la lumière éblouissante d'une image dessinée à même la couleur, toutes ces inventions, si semblables au bonheur, ne forment pas des lieux idéaux ou sacrés mais les espaces d'un travail ininterrompu à travers lequel Matisse cherchera toute sa vie l'allégement dans la somptuosité.
    Xavier Girard nous entraîne dans cet univers dense et clair.

  • Paris insurgé ; la commune de 1871

    Jacques Rougerie

    • Gallimard
    • 28 Juillet 2012

    Le 18 mars 1871, Paris, écrasé d'humiliation par la défaite devant les Prussiens, exténué par un siège de quatre mois, se révolte contre une Assemblée nationale monarchiste. La capitale va vivre pendant neuf semaines, une étrange, une impossible aventure, celle d'une république indépendante, la Commune. Adossée à la mémoire de la Grande Révolution, elle ne durera que soixante-douze jours. La dernière insurrection sociale du XIXe siècle sera sauvagement écrasée au cours d'une longue et sanglante semaine. Le souvenir tragique de cette aventure héroïque et utopique restera gravé dans la mémoire ouvrière : depuis 1885, socialistes et révolutionnaires font pèlerinage devant le mur des Fédérés au Père-Lachaise.
    Jacques Rougerie donne une lecture apaisée de ces jours qui appartiennent désormais à notre histoire.

  • Henri Cartier-Bresson ; le tir photographique

    Clément Chéroux

    • Gallimard
    • 14 Novembre 2008

    «Photographier, c'est mettre sur la même ligne de mire la tête, l'oeil et le coeur. C'est une façon de vivre», résumait Henri Cartier-Bresson, cofondateur en 1947 de la célèbre agence Magnum, figure mythique de la photographie du XXe siècle. C'est en 1931, après avoir étudié la peinture, fréquenté les surréalistes et entrepris un premier voyage en Afrique, qu'il décide de se consacrer à la photographie. De Mexico à New York, de l'Inde de Gandhi au Cuba de Fidel Castro, de la Chine devenue communiste à l'Union soviétique des années 1950, il ne cessera plus de déambuler à travers le monde, son fidèle Leica rivé à l'oeil. Clément Chéroux nous invite à suivre le tir photographique de cet inlassable promeneur qui, se refusant au sensationnalisme et à tout recadrage de ses tirages, donna ses lettres de noblesse à la photographie de reportage et fit de l'«imaginaire d'après nature» une éthique. Et une esthétique.

  • Napoleon ; "mon ambition était grande"

    Thierry Lentz

    • Gallimard
    • 1 Avril 2021

    En à peine quinze ans, un jeune Corse mélancolique, mué en conquérant et en homme d'État, a sauvé la Révolution, changé l'Europe, sculpté la France contemporaine, bâti et conduit à l'abîme une oeuvre incomparable. D'Ajaccio à Sainte-Hélène, en passant par Rivoli, Arcole, Austerlitz, Iéna, Friedland ou Wagram, il a construit une légende dont l'écho résonne encore aujourd'hui. Si, comme il l'a dit lui-même, sa vie fut un «roman», jamais roman vrai n'influença autant l'histoire du monde.
    Thierry Lentz relate ici la vie de Napoléon Bonaparte, fils de la Révolution, devenu, à trente-quatre ans, empereur des Français.

  • Sartre ; un penseur pour le XXIe siècle

    Annie Cohen-Solal

    • Gallimard
    • 3 Mars 2005

    L'oeuvre de Sartre, prolifique, protéiforme, foisonnante, inachevée, est peut-être l'une des plus marquantes du XXe siècle. Philosophe, romancier, dramaturge, critique, journaliste, directeur de revue... Sartre a touché à tous les genres et avec brio (La Nausée, Huis Clos, Les Chemins de la Liberté, Les Mots, etc.). Sa revue, Les Temps Modernes, lancée en 1945, autour de l'existentialisme et de la littérature engagée, devint le carrefour de tous les affrontements culturels et politiques. Ses interventions politiques pour l'indépendance de l'Algérie, ses conflits avec le général de Gaulle et ses prises de position en faveur du tiers-monde lui valurent la reconnaissance de tous les pays qui tentaient de se dégager du colonialisme. Sa relation si originale avec Simone de Beauvoir, son refus du prix Nobel de littérature en 1964, et ses attitudes d'héritier subversif font de lui, dans la tradition française des Voltaire, Hugo et Zola, l'intellectuel français capital de notre époque.
    Pour le centenaire de sa naissance, la biographe de Sartre, Annie Cohen-Solal, propose une nouvelle lecture de son oeuvre : Sartre, un penseur pour le XXIe siècle.

  • Signac ; au temps d'harmonie

    Anne Distel

    • Gallimard
    • 4 Février 2021

    Au Temps d'Harmonie est le titre donné par Paul Signac à une grande composition de 1895 dont le thème est celui d'un âge d'or du XXe siècle. Mais ce mot «harmonie» caractérise aussi son art tout entier. Impressionniste à vingt ans, avec Claude Monet pour modèle, Signac, convaincu de l'efficacité de la méthode de son ami Georges Seurat, devient en 1886 néo-impressionniste, et le théoricien du mouvement. Peintre, écrivain, marin, anarchiste, Signac ne cesse dès lors d'affirmer avec force ses convictions, soucieux, avant tout, d'offrir par sa peinture, comme le montre Anne Distel, «de belles lignes, de belles couleurs, sans souci de mode, d'anecdote ou de littérature».

  • Camus ; l'homme révolté

    Pierre-Louis Rey

    • Gallimard
    • 6 Avril 2006

    Quand Albert Camus meurt dans un accident d'auto, le 4 janvier 1960, il n'a que quarante-six ans. Il avait, deux ans plus tôt, reçu le prix Nobel. Il laisse, inachevé, un récit à peine romancé de sa vie, Le Premier Homme. Le « premier homme », c'était son père, pionnier de la colonisation française en Algérie avant d'être tué à la guerre de 1914; c'est aussi le narrateur, né pauvre et sans racines sur une terre où tout reste toujours à inventer. Grâce aux beautés du rivage méditerranéen, Camus a découvert dès son enfance les vraies richesses, celles qui inspiraient l'idéal des Grecs de l'Antiquité ; il y a puisé la conviction que le sentiment du tragique est indissociable de l'aspiration à un bonheur qu'il sait, à l'image du soleil de midi, toujours précaire.
    Son ambition était de renouer avec l'inspiration d'Eschyle pour devenir un grand dramaturge, témoin du tragique de son siècle.
    Sa vie entière fut vouée au théâtre. Plus que ses pièces, pourtant, ses romans l'ont imposé comme un écrivain majeur de son temps. Le héros de L'Étranger, condamné à mort pour avoir refusé les mensonges de la société, ceux de La Peste, engagés contre un mal né à la fois de l'absurdité de la condition humaine et des crimes du totalitarisme, ou le « juge-pénitent » de La Chute, qui désespère de lui-même afin d'enlever à ses contemporains leurs raisons d'espérer, tous témoignent de la « terrible époque ». Face à l'absurde, Camus ne voit de grandeur pour l'homme que dans la révolte.
    Mais la révolte est confisquée par des professionnels de la révolution, qui asservissent les hommes au nom de l'improbable paradis d'une société sans classes. « Mon royaume tout entier est de ce monde » : à la différence des chrétiens et des penseurs marxistes, Camus croit à l'urgence du bonheur. Contre les injustices du colonialisme, du communisme ou du franquisme, il a, en marge de son oeuvre littéraire, bâti une oeuvre de chroniqueur. Créateur de mythes, il est aussi, par sa plume, un des principaux acteurs de son temps. Au fil de sa vie se lisent les luttes en faveur de la démocratie, les querelles autour de la guerre froide et, pour finir, la tragédie de la guerre d'Algérie.

  • Frida Kahlo

    Burrus Christin

    • Gallimard
    • 27 Septembre 2007

    « Ma peinture porte en elle le message de la douleur. » Frida Kahlo - née en 1907 près de Mexico - a fait très tôt l'apprentissage de la souffrance : poliomyélite à 6 ans ; terrible accident d'autobus à 18 ans qui lui brise la colonne vertébrale... La jeune et indomptable Frida rencontre Diego Rivera, le grand muraliste, dans un Mexique en pleine effervescence politique et culturelle. Ils formeront un couple légendaire, profondément attaché aux cultures populaires indiennes, soudé jusqu'au bout dans la lutte communiste et dans une ambition artistique qui survivra à toutes les épreuves conjugales. Amie de Léon Trotski, admirée des surréalistes, photographiée par les plus grands, Frida a peint essentiellement des autoportraits, dont Les Deux Frida, La Colonne brisée, et aussi de singulières natures mortes. Christina Burrus retrace le destin exceptionnel de cette artiste dont l'oeuvre, mélange de cruauté et d'humour, de candeur et d'insolence, est à l'image de la femme libre, belle et courageuse qui masquait sa souffrance derrière de grands éclats de rire communicatifs.

  • Flaubert, itinéraire d'un écrivain normand

    Stéphane Dord-Crouslé

    • Gallimard
    • 11 Mars 2021

    Né à Rouen en 1821, Gustave Flaubert puise son inspiration dans sa ville natale, de même que dans la Normandie tout entière qu'il parcourt depuis son enfance : Trouville, Pont-l'Évêque, Honfleur...autant de lieux et de souvenirs qui nourrissent son oeuvre.
    Pendant plus de trente ans, Flaubert rédige l'essentiel de ses romans dans sa demeure de Croisset, loin du monde, tel un reclus sacrifiant sa vie aux exigences de son art. Ses voyages à Paris lui offrent cependant divertissements mondains et plaisirs littéraires où il côtoie Zola, Maupassant, les Goncourt ou George Sand. C'est aussi à Paris qu'il fait la connaissance de Maxime Du Camp. Il l'accompagnera dans son voyage en Orient, en Grèce et en Italie.
    Mêlant documents d'archives et photographies contemporaines, cet ouvrage nous conduit sur les pas de Flaubert, révélant les liens entre les lieux et l'oeuvre, d'hier à aujourd'hui. Une façon de rendre hommage, deux cents ans après sa naissance, à « l'enfant terrible de Rouen » et à l'un des plus grands écrivains du XIXe siècle.

  • Baudelaire, le soleil noir de la modernité

    Robert Kopp

    • Gallimard
    • 9 Septembre 2004

    «J'ai pris de la boue et j'en ai fait de l'or». Baudelaire est le premier poète du monde «moderne». Le nôtre. Un «vilain monde» qui «va finir» car il n'a plus rien à faire sous «le ciel». Un monde où le culte du progrès et la passion de l'argent ont «atrophié en nous la partie spirituelle», où la mécanique nous a tellement «américanisés» que rien parmi «les rêveries sanguinaires» des utopistes n'atteint les horreurs de la réalité positive. Un monde où la «beauté» n'a plus cours. À moins que l'artiste ne puisse l'extraire du Mal, la faire apparaître sous forme de «beauté interlope», tel un «soleil agonisant», brillant d'une «splendeur triste». Condamné pour Les Fleurs du Mal par la justice de son temps, vivant comme un paria, Baudelaire - comme le montre ici Robert Kopp - a fait de l'art son idéal, mais il ne croit plus au pouvoir rédempteur de la poésie. Le soleil noir de la modernité est aussi celui de la mélancolie.

  • Robert Doisneau ; pêcheur d'images

    Quentin Bajac

    • Gallimard
    • 2 Février 2012

    Un baiser à l'Hôtel de Ville, des gamins turbulents, des ouvriers à l'usine, des gens du monde, des anonymes, des portraits de Picasso, de Tati...
    Robert Doisneau (1912-1994) est surtout connu pour ses photographies gaies, spontanées, poétiques de Paris et de sa banlieue. Mais ses soixante ans de vie de photographe vont bien au-delà, avec près de 500000 images produites. On a pu qualifier le regard de Robert Doisneau de reportage humaniste, réalisme poétique, humour tendre..., mais au fond, aucune catégorie n'est parvenue à définir la richesse et la diversité de son oeuvre.
    Une piste cependant : il s'est situé lui-même comme un "pêcheur d'images" par opposition aux photographes "chasseurs". En effet, pour Quentin Bajac, le style de Doisneau, c'est avant tout la recherche d'une certaine simplicité, d'une immédiateté et d'une économie de moyens : une volonté de ne pas se disperser, pour demeurer toujours en alerte, léger, mobile et à l'affût du monde. De ses dessins de jeunesse à ses agendas personnels, des reportages sur la libération de Paris aux soirées mondaines pour Vogue, des illustrations pour La Vie Ouvrière aux commandes de Life, des tatoués aux enfants de banlieue, des rues de Paris aux cygnes de Palm Springs, 120 documents pour aborder l'oeuvre de Doisneau.

empty