Sciences humaines & sociales

  • Récits de guerre 1914 1918 ; récits de captivité

    Romain Darchy

    • Giovanangeli artilleur
    • 10 Mars 2016

    Un grand témoin de Verdun.

    Les récits militaires de Romain Darchy, écrits au début des années vingt, sont un de ces témoignages dont la publication enrichit la haute mémoire de la France combattante. Dans ces pages vécues, Romain Darchy raconte la terrible épreuve que sa génération a subie. Simple fantassin de dix-neuf ans en 1915 dans un secteur de Picardie, agent de liaison l'année suivante dans la fournaise de Verdun, officier de contact à la sinistre cote 304, puis pendant la seconde bataille de la Marne, Darchy a connu les coups de main, l'ensevelissement et l'absolu désespoir de s'éteindre par asphyxie, la blessure grave, le sacrifice des premières lignes et la captivité. L'authenticité de ses écrits est le reflet de celle de ses actes. Il n'y a chez lui aucune introspection, aucune subjectivité. Son but est de dépeindre la réalité du groupe auquel il appartient.

    Ces récits ont une force d'évocation extraordinaire et classent désormais Romain Darchy parmi les grands témoins français de 14-18.

  • La révolution militaire napoléonienne t.2 ; les batailles

    Stéphane Béraud

    • Giovanangeli artilleur
    • 21 Février 2013

    La révolution politique et sociale de 1789 entraîne un bouleversement de l'art de la guerre, qui atteint sa pleine maturité sous Napoléon Ier. L'Empereur opère, en effet, la synthèse entre les théories des penseurs militaires du Siècle des lumières et les premières expériences de guerre des masses menées par les généraux de la République. Il est à l'origine de la guerre moderne.

    La révolution militaire napoléonienne présente de façon inédite les innovations de la guerre napoléonienne et explique les victoires impériales. Grâce à une approche thématique et cartographique, le lecteur découvre les rouages de la machine de guerre de Napoléon et comprend les ressorts de ses manoeuvres. A travers la correspondance de l'Empereur et les témoignages des combattants, le lecteur participe aussi aux travaux de l'état-major impérial, chevauche avec les aides de camp pour transmettre les ordres, marche au feu avec les grognards.

    Les batailles est le deuxième volume d'une tétralogie qui donne les clés des différentes composantes de la révolution militaire napoléonienne.

    80 cartes et schémas tactiques, 22 encadrés

  • Les moments décisifs de l'Histoire de France

    Jacques Bainville

    • Giovanangeli artilleur
    • 14 Septembre 2009

    Jacques Bainville a voué son intelligence et sa clairvoyance à l¹histoire de France. Son talent de psychologue est admirablement servi par la limpidité de son style.

    Certains de ses livres sont devenus à juste titre des classiques. Bainville donne le goût de l¹histoire parce qu¹il a le don de l¹expliquer. Écrire l¹histoire, selon lui, c¹est appréhender les doctrines, les idées et donc connaître les hommes.
    La présente anthologie atteste de ces qualités de pénétration des événements et de compréhension des ressorts de l¹action humaine. Depuis la Gaule romaine jusqu¹à la révolution de 1830, à laquelle l¹auteur borne son propos, des moments décisifs dictent le cours de l¹histoire nationale. Des personnages historiques incarnent presque toujours ces époques décisives.

    Ainsi, les tableaux que Bainville trace de celles-ci sont augmentés de deux remarquables portraits, celui de Richelieu et encore celui de Napoléon, « l¹homme inimitable, qui fit le lien entre la France d¹autrefois et la France nouvelle ».
    Ces textes rares n¹avaient jamais été réédités depuis les années 30.

  • Napoléon, le politique, la puissance, la grandeur

    ,

    • Giovanangeli artilleur
    • 30 Juin 2021

    Ce livre est né de rencontres entre des historiens spécialistes de Napoléon et un historien de l'Antiquité, spécialiste de Thucydide et d'Alexandre le Grand. L'étude s'est donc concentrée sur certains points communs aux deux géants : « l'homme politique », la guerre et l'idée d'Empire.Par la conception d'un pouvoir partagé avec un peuple en armes, par la fulgurance des décisions au combat, par la grandeur et une esthétique du tragique, Alexandre le Grand, le « philosophe en armes », et Napoléon, le « poète de l'action », sont fascinants et ressemblants : la force du Beau, du Terrible et de la Puissance.Alexandre conduit à Napoléon, selon un regard proche de celui que portait Nietzsche sur « le Corse Napoléon qui a la fierté de l'homme qui se révolte » : Napoléon, parce qu'il était corse, a « remis en lumière toute une face du monde antique, peut-être la plus définitive, la face de granit » (Le Gai savoir, 362).

  • La part d'ombre des maréchaux de Napoléon

    Jean-Claude Gillet

    • Giovanangeli artilleur
    • 12 Juillet 2012

    Cet ouvrage revient sur l'envers des exploits militaires attribués aux maréchaux de Napoléon : orgueil, trahison et avarice, ont aussi, selon J.-C. Gillet, caractérisé leurs carrières.

  • Campagnes du second empire

    Collectif

    • Giovanangeli artilleur
    • 9 Décembre 2010

    Durant le Second Empire, l'armée et la marine ont fait dix campagnes sur quatre continents.
    Jamais, depuis 1815, les armes françaises n'avaient servi une politique d'une telle ampleur. Inscrits aux plis des drapeaux de nos régiments, les noms de Sébastopol, Solférino, Palikao, Puebla, Bazeilles témoignent avec d'autres de l'audacieuse diplomatie européenne de Napoléon III et de l'expansion mondiale de la France. Pour la première fois, ces campagnes et ceux qui y prirent part sont évoqués dans un album.
    Des montagnes de Kabylie au delta du Mékong, de la haute vallée de Mexico au plateau de Floing, où l'Empire meurt avec les dernières charges héroïques de la cavalerie, ce livre fait revivre ce pan si riche de gloires et de misères de l'histoire militaire française.

  • Souvenirs de la campagne de russie en 1812

    Adrien de Mailly

    • Giovanangeli artilleur
    • 9 Juin 2021

    Adrien de Mailly est le fils du Maréchal de Mailly, guillotiné en 1794. La famille revient en France sous le Consulat. Adrien de Mailly entre à l'École spéciale militaire à Saint-Cyr, puis à l'École de cavalerie de Saint-Germain-en-Laye. Il est nommé officier au 2e régiment de carabiniers. Son témoignage évoque la campagne de Russie en 1812, du Niémen à Moscou et de Moscou au Niémen. « Je sais qu'il ne sera jamais possible à aucun peintre ni à aucun historien de rendre à l'imagination l'horreur de nos souffrances et l'immensité de ce désastre » écrit l'auteur à propos de la retraite de Russie. Pourtant, son témoignage, émaillé de descriptions, constitue un tableau saisissant de la campagne, auquel les historiens ont eu recours.

  • La ligne Maginot ; conception, réalisation, destinée

    Henri Ortholan

    • Giovanangeli artilleur
    • 19 Septembre 2019

    La Ligne Maginot est le troisième système fortifié français. Si sa réalisation s'explique par le contexte qui prévaut durant l'entre-deux-guerres, elle s'explique aussi par un comportement pluriséculaire visant à assurer la sécurité des frontières françaises. Pourtant, dans l'esprit de beaucoup, cette ligne est le symbole même de la défaite de 1940, alors qu'elle a connu des combats lors desquels le soldat français s'est comporté avec honneur ; ses 22 000 hommes n'ont rendu les armes que sur ordre, après l'armistice du 22 juin.Mais, dans un désastre de dimension stratégique, a-t-elle joué le rôle qui lui revenait ? D'où bien des questions qui conduisent à se demander dans quel but ce système défensif, incontestablement une merveille technique, mais cause de malentendus, a été conçu, questions auxquelles cette étude tente de répondre sous une approche qui se veut renouvelée. C'est en effet aux aspects peu traités, ou peu développés, qu'elle s'intéresse : aspects politique, économique, diplomatique...La Ligne Maginot, c'est aussi le grand chantier français de l'entre-deux-guerres qui a représenté un effort considérable pour le pays et pour l'institution militaire. Cette réalisation se traduit aussi par la mise sur pied des troupes de forteresse qui ont paru mériter un regard particulier. Enfin, s'intéresser à la Ligne Maginot revient à évaluer le poids qu'elle a pesé dans les choix du commandement allemand suivant un point de vue qui n'est pas toujours celui communément admis.La Ligne Maginot ? Mais c'est d'abord l'aboutissement de trois siècles de notre histoire de France !

  • Le 22 juin 1941, l'Allemagne commence contre la Russie une guerre d'extermination, dont le but suprême est la conquête d'un espace vital dans la Russie d'Europe, clé de voûte du projet européen d'Hitler. La nature de cette guerre, qui fit en URSS 24 millions de morts, dont 14 millions de civils, est encore largement méconnue aujourd'hui à l'Ouest. Au milieu des années 2000, le photographe français JS Cartier parcourt plusieurs secteurs de la bataille de Moscou dans le but d'y rencontrer des anciens combattants, des témoins de cette époque, et d'y photographier des vestiges de la Grande Guerre patriotique, appelée ainsi par les Russes parce qu'elle fut celle de la défense du sol et de la survie du peuple russe et des peuples liés à son destin, et pas celle de la lutte pour une idéologie. Ce livre témoigne aussi d'une découverte de la Russie, de sa grande et tragique histoire, et des traces et des blessures que la guerre a laissées dans les paysages et dans les âmes.

  • La France et l'OTAN en Syrie ; le grand fourvoiement

    Roland Hureaux

    • Giovanangeli artilleur
    • 21 Février 2019

    La première victime d?une guerre, c?est la vérité.? Rudyard Kipling La guerre de Syrie, qui a fait plus de 350 000 morts, s'est trouvée obscurcie par sa complexité géopolitique, mais aussi par un déchaînement sans précédent de la machine de propagande occidentale qui en a fait de manière simpliste une lutte du bien (l'OTAN) contre le mal (Assad et ses soutiens, dont la Russie), l'idéologie prenant, dans les chancelleries, la place de la raison.

    Fort de son recul historique, Roland Hureaux expose avec clarté les enjeux régionaux et planétaires de cette guerre ; il montre le rôle de l'idéologie libérale-impérialiste (néo-conservatrice) dans son déclenchement, l'alliance paradoxale, ignorée du grand public, entre l'OTAN et une rébellion essentiellement islamiste, la défaite finale des Occidentaux et ses immenses conséquences.

    La guerre de Syrie, comme celles d'Afghanistan, d'Irak, et de Libye, est à l'origine d'une vague migratoire sans précédent vers l?Europe et n'est pas sans lien avec le retour du terrorisme. La France, engagée à fond du côté des rebelles, au mépris de ses intérêts les plus évidents et de sa mission historique de protection des chrétiens d'Orient, a, quant à elle, perdu l?essentiel de son crédit dans la région.

  • La guerre des chars ; 1916-1918

    Henri Ortholan

    • Giovanangeli artilleur
    • 28 Mai 2020

    La Grande Guerre débute avec le cheval, elle s'achève avec le moteur. Totalement inexistant à l'entrée du conflit, le char d'assaut contribue à la victoire en 1918. Le char résulte de la réflexion d'officiers-ingénieurs comme le général Estienne, en France, et le colonel Swinton en Grande-Bretagne. Ces pionniers parviennent à convaincre le commandement, mettent au point le matériel et définissent un concept d'emploi de cette arme nouvelle. Cette guerre des chars ne représente qu'une poignée d'hommes, qui pèse infiniment plus que cette nombreuse infanterie qui souffre sans limites, avant que la technique ne la soulage des efforts considérables qu'elle a dû fournir. Cet essai présente ces combattants et leurs machines, engagés dès 1916 dans la Somme et qui font enfin basculer la victoire dans le camp des Alliés.

  • Le guide ; théologie et politique en Iran depuis 1979

    Jérôme Fabiani

    • Giovanangeli artilleur
    • 4 Mai 2017

    Héritier de trois millénaires d'histoire, l'Iran a marqué le Moyen-Orient par son rayonnement politique et culturel. Mis en quarantaine après la Révolution islamique de 1979, le pays est aujourd'hui largement méconnu. Pourtant, depuis 2015 et les accords avec les États-Unis, l'Iran est de retour sur la scène internationale et devient un acteur incontournable dans une région où l'équilibre des puissances est en pleine reconfiguration.
    Depuis 1979, le système politique iranien est un mélange paradoxal de théocratie islamique, de république et de démocratie populaire. A sa tête se trouve le Guide suprême, un clerc chiite élu à vie et investi de la plus haute autorité du pays. Toute la complexité de l'Iran contemporain réside dans la conciliation des pouvoirs politique et religieux, dont les objectifs sont parfois antagonistes. L'analyse de la relation entre théologie et politique constitue ainsi un point d'entrée pour comprendre l'État islamique d'Iran, un modèle unique en son genre.

  • La bataille de Leyte, qui se déroule à la fin du mois d'octobre 1944, est la plus grande bataille navale de la Deuxième Guerre mondiale, autant par sa durée que par l'ampleur des moyens engagés et celle du théâtre d'opérations où elle se déroule. Elle a pour cadre l'archipel des Philippines. Elle oppose l'essentiel de la flotte américaine à la flotte impériale japonaise, et notamment les meilleurs amiraux des deux camps.

    Cette bataille sonne le glas de la marine impériale japonaise tant ses pertes sont élevées. Elle donne en même temps le coup d'envoi des attaques des kamikazes, opérations désespérées pour tenter de redresser une situation pourtant irrémédiablement compromise. En effet, après Leyte, le Japon a définitivement perdu la guerre.

  • Les troupes de marine ont fait un symbole de l'engagement héroïque de « la Division bleue » à Bazeilles (près de Charleville-Mézières) le 31 août et le 1er septembre 1870, dans le contexte du désastre de Sedan. Le souvenir de cette bataille est célébré chaque année par les différents régiments des troupes de marine.Au XIXe siècle, l'infanterie et l'artillerie de marine n'ont plus vocation à servir à bord des navires mais dans les grands ports français et les territoires outre-mer.En suivant marsouins et bigors, il s'agit ici autant de retracer les campagnes du Second Empire, en Crimée, au Mexique ou en Chine, que de comprendre les conditions sanitaires très rudes de ces campagnes lointaines ou comment s'est construit le souvenir mythifiée des « dernières cartouches » tirées à Bazeilles.Aujourd'hui, les principaux régiments d'infanterie de marine sont stationnés à :-Bayonne (1er RPIMA)-Le Mans (2ème RIMA)-Carcassonne (3ème RPIMA)-Castres (8ème RPIMA)-Vannes (3ème RIMA)-Fréjus (21ème RIMA)-St Aubin (près de Rennes, 11ème RAM)-Poitiers (RICM)

  • Mes campagnes, 1797 - 1815

    Georges Bangofsky

    • Giovanangeli artilleur
    • 23 Février 2012

    "Déshabillé, je me jette dans le Danube; l'eau était tellement froide que mon sang se glace essayant de gagner plus vite la rive opposée, au beau milieu, je perds la respiration, sans pouvoir crier.
    Je vais me noyer; une poutre à moitié brûlée, provenant du pont de Linz incendié, était arrêtée dans le courant; je m'y attache pour reprendre haleine..."

  • De la guerre au Moyen-Agege ; anthologie des écrits militaires

    Olivier Hanne

    • Giovanangeli artilleur
    • 20 Avril 2012

    La guerre est un phénomène majeur dans l'Europe occidentale au Moyen Age. Les conflits entre royaumes, la violence sociale, la mise en place de la féodalité et le pouvoir donné à la chevalerie rendent omniprésente la réalité militaire. Toutefois, à partir des XIe-XIIe siècles, l'Eglise tente d'encadrer les débordements des soldats par sa législation religieuse et morale, tandis que les monarques cherchent à se faire reconnaître comme les seuls dépositaires du droit de guerre. Si chacun connaît les noms de quelques grandes batailles du Moyen Age, comme Hastings, Crécy ou Azincourt, on ignore souvent les sources elles-mêmes ; pourtant, le retour aux textes médiévaux permet de comprendre les enjeux historiques autour de la guerre, et de goûter la saveur et la diversité de ces écrits.

    Cette anthologie propose donc plus de deux cents extraits, traduits et commentés, de sources évoquant le monde de la guerre entre les vine et XVe siècles, en Europe occidentale. Les grandes thématiques militaires y sont illustrées par les auteurs médiévaux eux-mêmes : les croisades, les batailles, les valeurs chevaleresques, les questions de ravitaillement, de tactique de combat, d'armement, d'éthique de la guerre.

  • L'assassinat de Marat 1793

    Kristell Chevalier

    • Giovanangeli artilleur
    • 21 Février 2008

    Marat est mort ! " La nouvelle court Paris ce 13 juillet 1793 où le danger est partout pour la Révolution : à l'intérieur, à l'Ouest et aux frontières. L'Ami du peuple, le journaliste à la plume trempée dans le venin, le tribun à la langue assassine, le député de Paris en guerre contre les traîtres et les faiblesses de la Convention... est mort poignardé dans sa baignoire, et de la main d'une femme ! Jean-Paul Marat, " le Caligula des carrefours " selon Chateaubriand, est un enragé qui effraie les Montagnards eux-mêmes. Médecin et auteur prolifique se sentant incompris et persécuté, l'ambitieux a trouvé l'occasion d'exister dans la Révolution, où il exige des têtes, encore des têtes ! Quelques centaines de têtes coupées, proclame-t-il, peuvent en sauver des milliers. Charlotte Corday, " l'Ange de l'assassinat " selon Lamartine, n'est qu'une jeune provinciale de bonne famille horrifiée par les récits sanglants des Girondins en fuite à Caen. Montée pour cela à Paris, cette vierge résolue va tuer cette " bête immonde ", ce " pape de l'horrible ", dans la baignoire où le cloue sa maladie de peau. Abattre cette tête-là, pense-t-elle secrètement, peut en sauver cent mille. Kristell CHEVALIER double son récit de cette page d'histoire de France d'une approche psychologique fouillée des deux héros de ce drame à l'antique, tout à fait digne de l'arrière-grand-oncle de Charlotte, le grand Corneille...

  • Dans le premier tome de ses Mémoires, Pierre Montagnon a relaté sa guerre en Algérie, de novembre 1954 à 1961, dans les rangs des parachutistes de la Légion. Rendu à la vie civile après le 22 avril 1961, il ne renonce pas. Retourné clandestinement à Alger, pour faire face à l'inéluctable indépendance, il s'intégre à l'équipe qui sera baptisée le "Soviet des capitaines". Dirigeant le secteur d'Hussein-Dey, il y mène la lutte contre le FLN, s'efforçant de structurer ceux qui résistent. Conscient que le véritable combat se situe dans l'intérieur, il dirige fin mars 1962 le maquis de l'Ouarsenis réunissant une poignée d'Européens et des harkis du Bachaga Boualam. Afin d'éviter une lutte fratricide contre les forces gouvernementales, il doit, le 6 avril suivant, cesser son action. Dans ces pages sincères et lucides, sans rancoeur ni arrière-pensées, l'auteur évoque son combat mené la tête haute pour sauver ce qui pouvait l'être de la présence française en Algérie.

  • Campagnes en espagne et au portugal 1808-1814

    Marcel Nicolas

    • Giovanangeli artilleur
    • 25 Septembre 2003

    Quiconque veut savoir ce qu'a été pour l'armée française l'Espagne de 1808 à 1814 doit lire les souvenirs du capitaine Marcel.
    Les faits que relate l'auteur produisent une impression si forte, que l'on ne peut plus les oublier. Officier d'élite, Marcel se bat avec une intrépidité inouïe. Il raconte les souffrances physiques et morales éprouvées par le soldat, la cruauté des hommes, la faiblesse des uns, l'héroïsme des autres. Grand séducteur, il révèle aussi les amours passagères qui ponctuent sa vie militaire et qui humanisent son récit.
    Pour avoir été au contact de la sauvagerie de cette guerre et pour l'avoir décrite sans ostentation ni volonté de dissimulation, le témoignage de Marcel est à classer parmi les meilleurs écrits sur cette période.

empty