Heloise D'ormesson

  • Paris, mai 2002. Julia Jarmond, journaliste pour un magazine américain, est chargée de couvrir la commémoration de la rafle du Vel' d'Hiv. Au cours de ses recherches, elle est confrontée au silence et à la honte qui entourent le sujet. Au fil des témoignages, elle découvre, avec horreur, le calvaire des familles juives raflées, et en particulier celui de Sarah. Contre l'avis des siens, Julia décide d'enquêter sur le destin de la fillette et de son frère. Soixante ans après, cela lui coûtera ce qu'elle a de plus cher.

    Paris, le 16 juillet 1942 : la rafle du Vel' d'Hiv'. La police française fait irruption dans un appartement du Marais. Le petit Michel, paniqué, se cache dans un placard, et sa grande soeur Sarah, dix ans, l'enferme et emporte la clef en lui promettant de revenir. Mais elle est arrêtée et emmenée avec ses parents...

  • En devenant romancière, Prune ignorait qu'elle serait aussi marieuse. Pourtant, grâce à l'un de ses livres, un couple va s'unir à Groix. Et elle est conviée à la noce. Elle qui s'était juré de ne plus jamais remettre les pieds sur l'île accepte. Il est peut-être temps de cesser de fuir. Sur place, fuir sera de toute façon impossible : une tempête retient les bateaux à quai. Les invités vont devoir se supporter plus longtemps que prévu... advienne que pourra !

    Que serait un mariage sans imprévus, petites vengeances familiales et rencontres sentimentales ? Certains sont là par affection, par politesse, ou pour ne pas dormir seuls. Mais cerné par la mer immense, chacun repartira transformé.

  • 4 mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers le comptoir tenu par la charismatique duchesse d'Aleçon qui, au mépris du qu'en-dira-t-on, a accordé le privilège de l'assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d'Estingel, qui vient de rompre ses fiançailles. Dans un monde d'une politesse exquise qui vous assassine sur l'autel des convenances, la bonté de Sophie d'Alençon leur permettra-t-elle d'échapper au scandale ? Mues par un désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins à jamais liés par l'incendie du Bazar de la Charité.
    Enlèvements, duel, dévotion, La Part des flammes nous plonge dans le Paris de la fin du XIXe au coeur d'une histoire follement romanesque qui allie avec subtilité émotion et gravité.

  • Tout oppose Lise, la mère, et Cerise, la fille. Pourtant, elles cohabitent bon gré mal gré. Jusqu'au jour où Cerise a vent d'une étrange rumeur : elle aurait été adoptée. Et la source n'est autre que sa mère ! D'abord incrédule, puis choquée, elle en est presque soulagée, mais le répit est de courte durée. La mort d'Axel, ce père qu'elle adore, laisse les deux femmes en tête à tête, alors que Cerise apprend que la rumeur n'était qu'un mensonge. Mais pourquoi sa mère a-t-elle inventé pareille énormité ?
    J'ai failli te manquer est le roman à trois voix d'une famille où l'on se déchire avec élégance à défaut de se parler. Mais un jour surgit une inconnue dans l'équation, celle qui balaie le passé et apporte dans son sillage d'inespérées retrouvailles.
    Une fois encore, avec ses personnages aussi complexes qu'attachants, Lorraine Fouchet nous enchante. De la Bretagne à la Namibie elle nous transporte dans un tourbillon de rires et de larmes.

  • En 2011, alors qu'il regarde les derniers chars syriens quitter le Liban, Amin est rattrapé par son passé. Il avait à peine quelques mois lorsqu'il a lui aussi quitté le pays avec sa grand-mère, après la mort brutale de ses parents. De retour à Beyrouth en 1994, le garçon de treize ans tente de découvrir ses origines dans une ville aussi fascinante que déroutante. Mais il se heurte à bien des résistances, des silences et des omissions, qui nourrissent une enquête de presque vingt ans. Pas à pas, Amin démêle les énigmes familiales enracinées dans les conflits armés, et il fait entendre la voix de cette "génération perdue".

    Après Tant qu'il y aura des cèdres, Pierre Jarawan poursuit son exploration du Liban, de ses fragilités mais aussi de ses trésors. Dans la tradition des contes orientaux, ce chant vibrant de la mémoire déploie un roman tissé de mille fils qui , grâce à une bouleversante histoire d'amitié, ressuscite les innombrables disparus de la guerre civile.

  • Ma double vie avec Chagall Nouv.

    Retour sur le destin hors du commun de Moishe Zakharovich Shagalov, pauvre gamin d'un shtetl russe, à qui André Malraux propose la rénovation du plafond du palais Garnier en 1964. Le peintre accepte, refusant d'être rémunéré pour ce qu'il considère comme la consécration ultime par son pays d'adoption. Les douze panneaux sont l'illustration éclatante de son énergie créatrice. Il a alors soixante-dix sept ans.
    Dès son arrivée à Paris en 1911 à l'âge de vingt-trois ans, Chagall n'aura de cesse de croire en ses rêves face aux échecs et aux drames qui viendront bouleverser le XXème siècle. À ses côtés, pendant trente-cinq ans et par-delà sa mort en 1944, son amour légendaire, Bella, qui fut sa muse, son modèle et sa première femme. Ils firent ensemble le choix absolu de la beauté, de la couleur et de l'art comme remparts face à l'adversité.

    Prêtant sa voix à Bella, l'éternelle fiancée qui survole ses compositions oniriques, Caroline Grimm revisite les toiles, comme autant d'expression des états d'âme du peintre. Invitation au voyage dans l'univers incomparable d'un artiste de génie, Ma double vie avec Chagall célèbre la gloire du coeur, credo du peinte et du couple. De Vitebsk à Paris en passant par Berlin et New York, l'histoire d'une passion flamboyante, à l'image des toiles du maître.

  • Marié, deux enfants, Théophrastre Sentiero est un homme sans histoires. Aussi prête-t-il peu d'attention à ces tremblements inopinés qui agitent ses jambes et ses pieds en ce soir de Noël. Hélas, ces trépidations s'accentuent et la médecine n'y entend rien. C'est un vieux libraire cacochyme et presque aveugle qui va le tirer d'affaire en lui proposant un remède pour le moins surprenant : écouter ses pieds puisqu'ils sont si pressés d'aller quelque part.
    Au fil de ses déambulations, Théo croise une faune interlope qui compte ses piliers de comptoir et ses prostituées philosophes. Mais il y a surtout cette sylphide qui lui entrouvre les portes d'un horizon insoupçonné...

    Peuplé par des personnages truculents qui surgissent telles les figures du tarot sur le chemin de Théo, L'Homme qui marche est une berceuse enchanteresse. Ode à un Paris évanoui, il envoûtera ceux qui accepteront de s'en remettre à la chance, ou au destin.

  • Le jour où sa mère est partie, Leena s'est réfugiée dans le silence et les mots des auteurs qu'elle aime et dévore. Jeep, son frère, a préféré les rêves évanescents de la poudre.
    Après le décès de leur père, chacun va suivre son chemin pour tenter de se reconstruire. La jeune femme mutique débarque alors dans un village face à l'océan où elle achète une ancienne mercerie qu'elle va réhabiliter en librairie. Et lorsqu'au cours des travaux, Leena découvre un trésor caché depuis des décennies, elle tient enfin le moyen de renouer avec Jeep, dont la trace s'est perdue outre-Atlantique.
    De sa voix singulière où s'entremêlent souffle romanesque et poésie, Annabelle Combes dévoile en écho le parcours de deux égarés, leurs quêtes et leur renaissance.
    Roman solaire, La Calanque de l'Aviateur est une ode puissante aux mots qui vous marquent et vous bouleversent. Un chant d'amour aux livres qui libèrent.

  • Robert Desnos a vécu mille vies - écrivain, critique de cinéma, chroniqueur radio, résistant de la première heure -, sans jamais se départir de sa soif de liberté et d'amour. Pour révéler cette vie, aussi héroïque qu'engagée, Gaëlle Nohant a épousé les pas du poète, des Halles à Montparnasse, non sans quelques détours, à Cuba ou à Belle Ile. Comme si elle avait écouté les battements de son coeur dans l'atelier de la rue Blomet, s'était assise aux terrasses du Select ou du Flore en compagnie d'Antonin Artaud, de Prévert et d'Aragon ; avait tressailli en écoutant les anathèmes d'André Breton, fumé l'opium avec la chanteuse Yvonne George, et dansé des nuits entières aux côtés de Kiki et de Man Ray.
    Pour ce voyage avec Desnos, elle puise dans son oeuvre, sondant les âmes en medium, et comme lui, « parle surréaliste ». S'identifiant à Youki, le grand amour de Robert, elle l'accompagne jusqu'au bout du voyage, au camp de Terezín.
    Fabuleuse investigation littéraire, Légende d'un dormeur éveillé ressuscite quinze ans d'histoire, des années 1930 à l'Occupation. Une traversée du XXe siècle, vivante et tumultueuse, sur les traces d'un héros dont on ne peut que tomber amoureux.

  • Les parents de Samir ont fui la guerre au Liban pour se réfugier en Allemagne et offrir un meilleur avenir à leur famille. Mais un soir, une simple photo fait tout basculer. Le père de Samir, bouleversé, disparaît sans laisser de trace. Samir vient de fêter ses huit ans. Terrassé par ce départ, l'enfant devenu adulte n'en finit pas de se heurter au deuil impossible.
    Pour sortir de cette impasse, la femme qu'il aime ne lui laisse pas le choix : Samir doit se rendre à Beyrouth à la recherche de son père et des pièces manquantes de son histoire. C'est pour lui le début d'un voyage initiatique, où il fera la lumière sur les drames du passé et découvrira la beauté du pays de ses ancêtres.

    Tant qu'il y aura des cèdres est un roman poignant qui retrace le portrait d'une famille exilée, déchirée par le secret, la guerre et les remords. Peut-on jamais cicatriser d'une blessure d'enfance dont on ignore les causes ? En choisissant la vérité, Samir doit renoncer à ce qu'il croit savoir et se confronter à ce pays qui à tant à lui apprendre.

  • La famille Malegarde est réunie à Paris pour fêter les 70 ans de Paul, le père, arboriste de renommée internationale. Sa femme Lauren prépare l'événement depuis deux ans, alors qu'importe les pluies diluviennes qui s'abattent sur la Ville Lumière et contrarient les retrouvailles. Mais Linden, le fils cadet, photographe charismatique, pressent que la redoutable crue de la Seine n'est pas la plus grande menace qui pèse sur l'unité de sa famille. Les secrets enfouis déferlent sous le ciel transpercé par les flots...
    Sentinelle de la pluie est un roman d'une rare intensité dramatique où Tatiana de Rosnay déploie une tension psychologique magnifiée par un cadre apocalyptique renversant. Elle fait surgir de l'ordinaire bouleversé, l'insubmersible pouvoir de l'amour et de la rédemption.

  • Dans la vie de Jean, il y a ses polars, à succès, sa femme photographe, l'irrésistible Tosca, leur désir d'enfant, jamais assouvi. Épuisée par leurs échecs, Tosca a besoin de s'échapper, emportant avec elle l'inspiration du romancier. Dès lors une obsession poursuit Jean : celle des baisers qu'il a reçus, donnés ou rêvés. Et si cette piste était la clé pour accepter, se pardonner et se réinventer ? S'il fallait la suivre pour retrouver le goût de son métier ?
    Puisque rien n'est jamais écrit, Jean et Tosca vont devoir accueillir le hasard, bousculer leurs certitudes et s'ouvrir à l'inattendu des rencontres.

    Après La Calanque de l'Aviateur, Annabelle Combes signe un roman d'une beauté renversante. Avec une délicatesse infinie, elle affronte la douleur de la perte qu'elle transforme par la création. Donner sa vie à défaut de donner la vie, c'est engendrer une autre facette de la fécondité, celle de l'artiste.

  • « Pour ceux qui ne te connaissaient pas, tu étais un homme politique imposant et sérieux.
    Pour moi, tu étais un papa souriant qui avait pour amis Charles de Gaulle, Saint-Exupéry ou André Malraux. Un papa pour lequel je suis devenue urgentiste. Tu m'as dit au téléphone la veille de ta mort que médecin c'était le plus beau métier du monde. Heureusement que tu n'as pas dit mannequin, ça m'aurait privée pour la vie de moelleux au chocolat. » Ainsi débute le livre de Lorraine Fouchet, donnant le ton de ce texte très personnel qui mêle confidences, humour et hommage à un acteur de l'histoire de France. Christian Fouchet (1911-1974) est une figure incontournable du gaullisme. Il rallie le Général deux heures après la capitulation, la veille de l'appel du 18 juin, et sera un de ses plus proches collaborateurs et amis. Aviateur, en 1945 il organise le regroupement des prisonniers français libérés des camps polonais. Il rejoint le RPF à sa création et devient député de la Seine. Il occupe divers postes ministériels importants : Affaires marocaines et tunisiennes en 1962, Éducation nationale. Ministre de l'Intérieur en 1968, il jouera un rôle capital pendant les journées de mai en évitant le bain de sang. Il décède d'un infarctus en 1974, alors que sa fille n'a que dix-sept ans.
    Près de quarante ans après la mort de son père, Lorraine Fouchet nous offre un témoignage touchant, sorte de dialogue entre un père et une fille à qui le destin a laissé le temps de s'aimer mais pas de se parler. Les souvenirs de l'auteur s'entrecroisent avec le récit de la vie politique de Christian Fouchet pour dresser le portrait intime et original d'un héros.

  • Le bal

    Diane Peylin

    "Il y a des jours où le temps s'arrête pour une longue respiration. Laissant naître des bulles d'air sous le crâne. Des jours entre parenthèses où les draps blancs des fantômes ne couvrent plus le regard des vivants." Au coeur de l'été, dans un village du sud-est, Robin rejoint sa femme, sa fille et sa mère dans la maison familiale. Dans ce lieu gorgé de souvenirs, il va tenter de se réapproprier son corps meurtri après une longue maladie. Mais les blessures que l'on voit sont rarement les plus profondes. Au cours de ces semaines caniculaires, des tensions apparaissent à l'ombre du mûrier. L'heure est venue pour chacun d'oser dire les présences invisibles qui les ont éloignés les uns des autres.

    Telle une peintre impressionniste, Diane Peylin sollicite nos sens et compose une ode à la nature. En faisant jaillir les mots qui sauvent, Robin et les siens, traversés par un élan vital, vont enfin panser leurs plaies. Le Bal est un cri d'amour poussé du sommet de la plus haute montagne.

  • Pastorale

    Aki Ollikainen

    Dans la campagne finlandaise, trois générations vont se croiser et se bousculer le temps d'une chaude journée d'été. Meri initie Kaius à l'amour, Aatu et Elina, derniers installés, traversent un passage à vide dans leur vie de couple, Vilho affronte la maladie de Sirkka, qui s'ignore malade, et Reino vient enterrer un frère qu'il connaît à peine. Alors que les heures s'égrènent, un prédateur rôde pendant que les corbeaux coassent à l'abri des hauteurs, surplombant les habitants et leur troupeau. Autant de présages qui annoncent la ronde de la mort sur cette pastorale.

    Avec une économie remarquable, Aki Ollikainen construit un conte cruel et envoûtant rythmé par les murmures de la nature. On avance à pas de loup dans ce crescendo oscillant entre mythe et chronique familiale où alternent les moments mélancoliques et touchants, vifs et grinçants.

  • Alors que Dom est sur son ordinateur en pleine nuit, son jeu plante tout à coup. Au même moment, la sonnerie de l'entrée retentit et des bruits de voix résonnent dans l'appartement. S'il a l'espoir fou que sa mère soit enfin de retour après cinq ans d'absence, il se retrouve en réalité face aux médecins du SAMU qui tentent de faire repartir le coeur de son père. Que s'est-il passé ? Qui est la mystérieuse blonde qui passait la nuit avec lui et les a appelés ?
    Orphelin à quinze ans, Dom n'est pourtant pas au bout de ses peines. Parmi les condoléances, il reçoit la lettre d'un homme qui a connu ses parents en Argentine à la naissance de leur fille... Oui mais voilà, Dom est fils unique ! Il aurait donc une soeur ? Il ne lui en faut pas plus pour se décider.
    Accompagné de sa tante Tifenn, il quitte Paris et s'envole au bout du bout du bout du monde à la recherche de la vérité.
    De son écriture lumineuse, chatoyante et pleine de surprises, Lorraine Fouchet ne craint pas les épreuves que nous réserve l'existence, et nous apprend à les affronter pour profiter de toutes ses petites et grandes félicités. Une ode réjouissante à la vie !

  • Torrentius

    Colin Thibert

    Au xviie siècle, Johannes van der Beeck, peintre flamand, réalise sous le nom de Torrentius les natures mortes les plus extraordinaires de son temps. Subjugué par son talent, le roi d'Angleterre, Charles Ier, charge un émissaire d'acquérir une de ses oeuvres à n'importe quel prix.
    Mais Torrentius est un séducteur, un noceur, un provocateur qui travaille quand bon lui chante et vend des gravures érotiques sous le manteau. Et certains sont prêts à tout pour nuire à cet homme qui fascine autant qu'il dérange.
    Soupçonné d'être membre de l'ordre des Rose-Croix, les instances religieuses y voient l'opportunité de punir le blasphémateur et l'écrouent après l'avoir torturé. Si la couronne d'Angleterre l'aide à s'échapper, Torrentius, brisé, a tôt fait de renouer avec ses démons. Cette fois, ses relations n'y pourront rien.
    Avec un raffinement aussi précis et coloré que les toiles de son personnage flamboyant, Colin Thibert lève le voile sur un génie méconnu de la peinture des Provinces-Unies.
    À travers son existence aussi passionnante que tragique, il ausculte la figure de l'artiste, trait d'union entre le profane et le sacré.

  • Avant elle

    Johanna Krawczyk

    Carmen est enseignante, spécialiste de l'Amérique latine. Une évidence pour cette fille de réfugiés argentins confrontée au silence de son père, mort en emportant avec lui le fragile équilibre qu'elle s'était construit. Et la laissant seule avec ses fantômes.
    Un matin, Carmen est contactée par une entreprise de garde-meubles. Elle apprend que son père y louait un box. Sur place, un bureau et une petite clé. Intriguée, elle se met à fouiller et découvre des photographies, des lettres, des coupures de presse. Et sept carnets, des journaux intimes.

    Faut-il préférer la vérité à l'amour quand elle risque de tout faire voler en éclats ? Que faire de la violence en héritage ? Avec une plume incisive, Johanna Krawczyk livre un premier roman foudroyant qui explore les mécanismes du mensonge et les traumatismes de la chair.

  • En 1720, au nord de la Bretagne, Côme de Plancoët mène une vie paisible dans sa seigneurie. Célibataire et sans héritier, il partage son temps entre l'équitation et l'érudition. Si sa personnalité intrigue, sa bienveillance a tôt fait de réduire au silence toutes les mauvaises langues. Ou presque... Car, dans l'ombre, un ennemi puissant lui voue une haine tenace et resserre autour de lui un étau redoutable. L'existence de Côme va voler en éclats et le conduire sur la route d'un druide sans âge aux pouvoirs étonnants et d'une cavalière au caractère bien trempé.
    Le Sans Maître est une chevauchée magique en terres bretonnes, rythmée par les aventures d'un homme vent debout contre l'obscurantisme et la vengeance.

    Un roman d'aventures qui nous embarque en terres bretonnes rythmé par la chevauchée d'un héros qui combat l'obscurantisme par la science et la vengeance par l'amour.

  • Ce livre - Dieu me pardonne ! - est un roman sur Dieu, sur son oeuvre, sur les hommes et sur rien.

    « Disons les choses avec simplicité, avec une espèce de naïveté : il me semble impossible que l'ordre de l'univers plongé dans le temps, avec ses lois et sa rigueur, soit le fruit du hasard.
    Du coup, le mal et la souffrance prennent un sens - inconnu de nous, bien sûr, mais, malgré tout, un sens. Du coup, je m'en remets à quelque chose d'énigmatique qui est très haut audessus de moi et dont je suis la créature et le jouet.
    Je ne suis pas loin de penser qu'il n'y a que l'insensé pour dire : « Il n'y a pas de Dieu. » Je crois en Dieu parce que le jour se lève tous les matins, parce qu'il y a une histoire et parce que je me fais une idée de Dieu dont je me demande d'où elle pourrait bien venir s'il n'y avait pas de Dieu. »

  • Antoine en est certain : Canard tient le coup du siècle pour toucher le pactole. Ne leur manque qu'un troisième homme. Jean-Jacques, en galère depuis que sa femme l'a fichu à la porte, se laisse convaincre. Le plan ? Enlever Julien, vrai jumeau du milliardaire Thibault Dastry, usurper son identité et vider ses comptes en dupant la banque. Sur le papier, ça pourrait fonctionner. Mais avec un trio de bras cassés aux manettes, la juteuse affaire a tôt fait de virer au fiasco.

    Pas le temps de souffler avec ces pieds nickelés en vadrouille ! Colin Thibert n'a pas son pareil pour croquer les marginaux et nous entraîner dans une équipée aussi désopilante que rocambolesque. Savoureusement immoral.

  • L'entropie des sentiments Nouv.

    Fin juin 1995. Aux côtés de parents dépassés par un frère cadet en souffrance, Kate, étudiante en première année de lettres, se sent prisonnière de la vie raisonnable qu'elle s'impose depuis toute petite. Et pourtant, elle porte en elle le désir vibrant de trouver enfin l'amour (Sam l'incarnera-t-il ?), l'envie irrépressible d'exister dans un monde d'adultes qui l'ignore, et le besoin impérieux de se libérer d'une cellule familiale chaotique où il va devenir urgent de faire entendre sa musique intérieure pour ne pas qu'elle s'éteigne.

    Avons-nous trop vite oublié la jeune femme que nous avons été ? Avec beaucoup de tendresse et d'humour, Véronique Gallo épouse les pas d'une jeune femme qui s'autorise enfin à dire "je". Roman d'apprentissage dans la lignée de L'Étudiante avec Sophie Marceau, L'Entropie des sentiments raconte ce qu'il y a de plus personnel et universel à la fois : l'éveil à la sexualité et l'éclosion d'une femme.

  • Paris, porte de la Chapelle. À quelques heures d'intervalle, deux hommes sont retrouvés défigurés, scarifiés, empreintes effacées. L'affaire s'annonce compliquée pour le commandant de la Crim', Marie Tebert. Et elle vire au cauchemar lorsque la légiste succombe à une fièvre hémorragique après l'autopsie. Que cache le rituel autour de ces crimes ? Quel lien unissait les victimes aux profils si différents ? Au fil de l'enquête, Marie et son équipe remontent la piste d'un scandale entre la Creuse et la Réunion. Un drame qui dépasse de loin tout ce qu'elle pouvait imaginer.
    Avec Les Enfants du secret, Marina Carrère d'Encausse signe un polar implacable où les traumatismes de l'enfance enclenchent des bombes à retardement.

  • Une année folle

    Sylvie Yvert

    Une année folle suit la vie de deux fidèles de Napoléon. L'un est militaire, l'autre est un homme politique. Ils sont issus de générations différentes, de milieux différents mais, par loyauté envers l'Empereur, lui ont fait allégeance durant l'intermède des Cent-Jours, avant d'être condamnés à mort au début de la Seconde Restauration.
    Avec trois régimes en un an, 1815 est peut-être une des périodes les plus spectaculaires de l'Histoire de France. Face à ces multiples changements, le peuple français, en état d'apesanteur, attend de voir de quel côté le pouvoir va retomber.
    Entre crises d'État, batailles homériques, trahisons et histoires d'amour, Sylvie Yvert revient avec une tragicomédie haute en couleur. À travers cette fable politique, elle démontre avec brio que la fidélité est bien mal récompensée, tandis que la trahison vaut un ministère. Un chassé-croisé rythmé, entre deux hommes de valeur et leurs femmes, qui épouse au plus près le calendrier des événements de cette folle époque...

empty