Herme

  • Londres

    Collectif

    • Herme
    • 12 Décembre 2000

    Nouvelles destinations, nouvelles propositions, nouveaux regards, nouveaux écrivains, nouvelle maquette, à la fois plus vivante et plus claire afin de permettre au lecteur de se sentir chez lui et de voyager en retrouvant les mêmes repères d'une destination à une autre. Désormais conçus en livrets individuels, les City Guides ne se fixent aucune limite géographique. Ils explorent pour la 1ère fois Sao Paulo, Mexico, Le Cap, Sydney, Pékin, Séoul ; et revisitent Paris, Londres, Moscou, Venise, New York, Miami, Los Angeles, Tokyo, Hong Kong.
    Nouvelle formule graphique tout en maintenant les éléments identitaires de la collection :
    Le macaron City Guide, une couleur pour chaque destination associée au marron Louis Vuitton, un traitement en bichromie.

  • Dès que le printemps revient, l'appel de la terrasse se fait pressant.
    Chacun cherche dans sa mémoire la terrasse qui délasse en deux temps trois mouvements. Celle plein soleil où il fait bon cultiver son bronzage ou à contrario celle où on peut se mettre à l'ombre quand la chaleur se fait trop oppressante ; celle où l'on dîne à la fraîche, dans le patio de charme d'un grand hôtel, sans oublier celles au bord de l'eau, dans un jardin extraordinaire, avec un semblant de verdure, avec vue ; celles où l'on peut aller en bande, en amoureux, les romantiques, les populaires, les discrètes, à la mode, bref des terrasses pour tous les goûts, à tout moment, belles de jour, douces de nuit, à fréquenter un peu, passionnément, à la folie.
    Environ 180 établissements de Paris et petite ceinture prêts au premier rayon de soleil à vous faire une petite place dans leur coin de paradis entre bitume et jardin sont répertoriés dans ce guide. Du bistrot à petits prix au restaurant étoilé en passant par la brasserie parisienne, voici un large éventail de bonnes maisons et de terrasses à prendre. Laissez-vous hâler !

  • Après la poule aux oeufs d'or, aujourd'hui nous trouvons l'oie et le canard aux foies d'or (mais pas forcément pour le consommateur).
    Tous ces foies gras que nous trouvons un peu partout sont traités aux E 300, E 301 et E 250. Certains foies gras proviennent d'élevage situés près de Tananarive (c'est loin). Ils arrivent en France en boîte, il ne reste plus qu'à mettre une belle étiquette mais laquelle ? Très, très difficile à savoir. Quelques traiteurs mettraient un peu plus de sucre que souhaitable mais autorisé (sucre vendu au prix du foie gras).
    Nous, consommateur, ne pourrions-nous pas cesser d'être des naïfs en exigeant des étiquettes claires, même chez les traiteurs, nous indiquant d'où proviennent ces merveilleux produits et la proportion exacte des additifs ?... Sachez aussi qu'il va être difficile de lire dans vos magazines et en fin d'année des tests sur ce noble produit. Après avoir été quelque peu égratignés dans certains articles par des journalistes qui exerçaient leur métier dans les règles de l'art (dans les services concernés de l'agro-alimentaire, on appelle cela des " dérapages "), les producteurs et revendeurs importants ont exigé qu'une norme AFNOR soit mise au point pour permettre une dégustation dite critique.
    Tel le brave chevalier venant au secours de la veuve et de l'orphelin, l'organisme concerné a édité et publié le document XP V 63-100 en mai 1995 qui " normalise la dégustation des foies gras et préparation à base de foie gras. " Considérez lectrices, lecteurs, amateurs de foie gras, que ce guide vous indique des adresses que j'ai découvert au cours de mes pérégrinations dans notre beau pays qu'est la France et que je vous les transmets...
    Entre gastronomes. Vous y trouverez aussi l'adresse de Charly, celui qui a inventé le fil à couper... Non, non, pas le beurre mais le foie gras, hé, oui !

  • L'album maroc

    ,

    • Herme
    • 20 Mars 2004

    Le maroc, oú les anciens situaient le mythique jardin des hespérides, est l'un des pays islamiques qui offre quelques-uns des plus grandioses paysages, en particulier dans les montagnes de l'atlas, et qui peut se glorifier de quelques-unes des plus magnifiques et prestigieuses villes du monde.
    Ce pays est aussi celui qui a le mieux préservé ses traditions, ses coutumes et ses monuments anciens. un voyage au maroc, pointe extrême de l'orient faisant face à l'immensité de l'atlantique, c'est encore la découverte d'un monde enchanté, fait de beauté et de grandeur. nombreux ont été les voyageurs musulmans qui s'y sont attardés et qui nous ont laissé des descriptions émerveillées de ses villes et de ses campagnes.
    L'auteur a judicieusement utilisé ces prodigieux voyageurs pour évoquer, à travers un maroc moderne, le maroc éternel qui prospère depuis tant de siècles. ce livre est une invitation au voyage, par un texte qui entraîne le lecteur du rif aux confins du désert, à travers montagnes, fleuves et villes prestigieuses, et bien plus encore au gré d'un bouquet d'images éblouissantes de couleurs et de beauté.

  • Le val de loire, pays des plus attachants et des plus mélancoliques qui soient, est évocateur des fastes d'un riche passé culturel et historique dont les châteaux qui parsèment le paysage de leurs pierres blanches sont les témoins prestigieux.

    L'éclat de la renaissance du val de loire apparaît sous ses différentes facettes tout au long des méandres de ce majestueux fleuve qui s'enrichit de tours à angers d'un réseau de grands affluents.
    L'album les châteaux de la loire nous entraîne dans un vagabondage au fil de l'eau, où l'on pourra admirer les grands châteaux célèbres tels que chambord, chenonceau ou azay-le-rideau ainsi que les constructions plus modestes et pourtant dignes d'attention qui foisonnent dans la région.

    /> Au hasard des chemins, une allée de grands arbres ou l'ardoise d'un toit nous feront emprunter des chemins de traverse pour découvrir une demeure à tourelles ou la tour lézardée d'une gentilhommière oubliée.

  • Pour découvrir la gastronomie italienne, il faut descendre toute la Botte de l'Italie depuis le Piémont jusqu'aux Pouilles et musarder dans chaque région, parcourir les ruelles, les marchés, les petites épiceries, pousser les portes des cuisines familiales... Car, et peut-être en Italie plus qu'ailleurs, chaque région possède ses traditions gastronomiques, ses produits, ses secrets, ses spécialités, comme autant de trésors convoités à l'échelle mondiale.
    Si dans le Nord règnent l'osso buco, la " pasta fresca " et surtout le risotto, dans le Sud, la " pasta secca ", la mozzarelle et les légumes gorgés de soleil sont à l'honneur, qui ont une saveur, une texture, un forme bien particulières, de l'aubergine à robe de cardinal à la succulente tomate romaine tout en longueur, en passant par le savoureux fenouil typiquement frisé et par la roquette parfumée que l'on retrouve parsemée sur la part de " quattro stagioni " que l'on mange sur le pouce, pour quelques sous...
    Et tout le long des côtes de la Péninsule et des îles, de Naples à Capri, de la Sicile aux îles éoliennes, le poisson et les coquillages triomphent, du rouget au loup, des sardines aux " vongole ", le tout rehaussé de mille et une saveurs méridionales.
    Et bien sûr, l'Italie, c'est le pays du café parfait, des voluptueux nectars de Bacchus, des granite aux saveurs d'amande ou de citron, des extraordinaires gelati crémeuses qui font la saveur des soirs de passegiata...
    Bref, un incontournable classique de la gastronomie mondiale que l'on a plaisir à redécouvrir sous l'angle rafraichissant de l'objectif de Jean-François Mallet.

empty