Iste

  • La série Smart innovation présente les thèmes liés à la dynamique technologique, entrepreneuriale, territoriale et économique de l'innovation. Elle privilégie les approches novatrices des acteurs qui, par leurs comportements, stratégies et politiques d'innovation intelligente, modifient les modèles économiques dans une perspective de croissance durable.

    L'innovation, terme marqueur des évolutions de nos sociétés occidentales, vénérée au cours des deux derniers siècles, n'a pas toujours été historiquement considérée positivement.

    Cet ouvrage fait le point sur les significations engendrées par l'innovation, notamment par l'innovation sociale, nettement distincte de l'innovation technologique. En effet, les transformations sociétales traduisent, à travers l'innovation sociale, les réponses apportées à la nouveauté, à son investissement, à ses valeurs et à ses impacts. Si l'innovation sociale en général a produit de nombreux ouvrages en sciences sociales, l'innovation à l'école, à laquelle elle appartient, n'a pas eu cette faveur et a souvent pris l'aspect d'une description de l'action innovante, sans en dégager une théorisation de compréhension des enjeux, des processus et des instrumentalisations, notamment dans les politiques de pilotage des systèmes éducatifs.

    L'innovation à l'école méritait donc d'être considérée comme un objet d'attention à part entière. Cet ouvrage traite de la question grâce à une théorisation qui présente l'évolution de l'école.

  • Les organisations de travail recourent régulièrement au jeu pour leurs actions de communication, de formation du personnel ou de simulation à des fins d'entraînement. Alors même que jeu et travail sont traditionnellement pensés comme opposés, cet usage sans cesse renouvelé du jeu par les managers interroge sur ce que l'entreprise et ses dirigeants lui trouvent d'utile.

    La gamification du travail questionne le sens et l'effectivité du jeu dans le contexte professionnel. Après avoir exposé le cadre conceptuel des théories du jeu, il traite plus précisément de la relation entre jeu et travail. En se basant sur l'observation de jeux de rôles et de simulations, ainsi que sur des entretiens avec ceux qui les mettent en place, il analyse des « mécaniques du jeu » propres à la gamification : immersion, inversion, fiction ou encore rôles. Enfin, il examine les raisons pour lesquelles le jeu est utilisé dans le cadre du travail et étudie les attentes des managers le concernant.

  • Le changement technologique stimule autant qu'il inquiète. L'arrivée des nouveaux outils numériques bouleverse notamment les modèles de consommation, les formes d'emploi et les conditions de travail, et pose de nombreux défis aux organisations comme aux individus. S'il est acquis que le changement technologique est un facteur déterminant de la croissance économique, il est non moins vrai qu'il peut aussi être un amplificateur, voire un catalyseur, d'inégalités. Le changement technologique est également un changement social avec lequel il entretient des interactions complexes : la technique est autant la source que la conséquence des transformations sociales.

    Pour comprendre le changement technologique et en maîtriser les effets, cet ouvrage étudie ces mutations à différentes échelles (sociétale, organisationnelle et individuelle). Il fait également appel, dans son analyse du sujet, à de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales, telles que l'anthropologie, la sociologie ou encore la psychologie.

  • Dans l'analyse du lien complexe entre entrepreneuriat, innovation et développement dans le contexte des pays émergents, cet ouvrage propose une lecture de ce triptyque basée sur un fondement théorique lui-même sujet à controverses : le système national d'entrepreneuriat innovant. Le caractère « émergent » des pays étudiés donne un éclairage particulier, en plus de clarifier certains des enjeux théoriques en cours.

    Dans un contexte rendant les avantages compétitifs temporaires, les marchés émergents peuvent constituer un véritable terrain d'action pour répondre d'une manière structurelle et innovante à des défis sociaux et économiques et ainsi assurer une performance soutenable de leur système entrepreneurial innovant.

    Entrepreneuriat et développement plaide pour l'intégration de l'histoire sociale et culturelle d'un pays donné dans le cadre des politiques publiques et propose des actions plus ciblées à destination des activités entrepreneuriales innovantes. De même, le système d'éducation doit intégrer la culture entrepreneuriale et favoriser la multidisciplinarité pour soutenir le transfert des connaissances vers les marchés.

  • Une étude des innovations technologiques requises dans la transition écologique, principalement axées sur les secteurs de l'énergie et de l'agroalimentaire.

  • Le talent n'est ni un statut, ni une sous-composante de la personnalité, ni une propriété. Détection et développement des talents en entreprise a pour intention de favoriser la potentialisation des « talents ». La première partie de cet ouvrage offre une ressource féconde (épistémologique et théorique) pour penser le mot « talent », mais également le potentiel, l'intelligence et les compétences en entreprise. La seconde partie, quant à elle, explore dix grandes familles de modes opératoires naturels. De Marie Curie à Walt Disney, en passant par Hans Zimmer, Gabrielle Chanel ou Levis Strauss, les illustrations et les exemples sont précis et démonstratifs. Les compétences relatives à l'observation, à l'évaluation et à l'explicitation sont développées et nourries d'exemples concrets.

  • La série Smart innovation présente les thèmes liés à la dynamique technologique, entrepreneuriale, territoriale et économique de l'innovation. Elle privilégie les approches novatrices des acteurs qui, par leurs comportements, stratégies et politiques d'innovation intelligente, modifient les modèles économiques dans une perspective de croissance durable.

    Cet ouvrage traite de la dynamique des spécialisations industrielles et technologiques des nations au cours des quarante dernières années. A cette fin, les principaux outils de l'analyse structurale sont utilisés, à savoir l'analyse des réseaux sociaux et la théorie de la dominance économique.

    Après avoir présenté un panorama de la mondialisation des échanges de biens industriels à la fin du XXe siècle, Les dynamiques des spécialisations internationales introduit de nouveaux indicateurs offrant plusieurs possibilités et avantages.

    Ceux-ci permettent notamment de visualiser les transformations productives qu'ont connues les pays émergents et certains pays d'Europe centrale et orientale dans leur processus d'intégration à l'Union européenne. Ils permettent également d'analyser les formes et les dynamiques des phénomènes de domination commerciale, de mesurer la résilience technologique des territoires sur une longue période et d'étudier la manière dont les grands groupes industriels organisent leurs processus de R&D au niveau mondial.

  • La coopération est un phénomène pluridimensionnel qui peut être abordé sous plusieurs angles. Il nécessite le décloisonnement des disciplines notamment celles des sciences économiques et des sciences de gestion. L'objectif de cet ouvrage est donc de montrer au travers de différents corpus théoriques empruntés aussi bien à l'économie industrielle, à l'économie internationale qu'au management stratégique, les différentes approches possibles pour analyser le concept de coopération.

    Coopération, coopétition et innovation analyse la complexité du phénomène coopératif qui a émergé il y a déjà plusieurs décennies jusqu'aux développements les plus récents dans les années 2000 et 2010, en intégrant notamment les pratiques coopétitives, les plates-formes (notamment collaboratives) et les nouvelles formes de réseaux inter-organisationnels (écosystèmes d'affaires).

  • La série Smart innovation présente les thèmes liés à la dynamique technologique, entrepreneuriale, territoriale et économique de l'innovation. Elle privilégie les approches novatrices des acteurs qui, par leurs comportements, stratégies et politiques d'innovation intelligente, modifient les modèles économiques dans une perspective de croissance durable.

    L'imaginaire et la science-fiction participent à l'innovation dans les sociétés technoscientifiques. Les organisations innovantes les utilisent pour stimuler la créativité de leurs équipes, et de plus en plus d'entrepreneurs revendiquent leur influence pour développer la prospective et l'innovation.

    C'est dans ce contexte que L'innovation entre science et science-fiction présente, à travers une courte histoire de la science-fiction, quelques cas connus de technologies utopiques qui sont par la suite devenues des innovations, dont certaines ont contribué à améliorer les conditions de vie de l'humanité. Il examine aussi la psychologie des organisations, dont certaines utilisent des techniques de créativité reposant sur l'élaboration de récits de science-fiction.

    L'ouvrage traite également de la dimension utopique et idéologique de l'innovation. Il analyse l'industrie spatiale à travers les discours sur la conquête et la colonisation de la planète Mars, pose la question de l'influence de la science-fiction sur les pionniers de ce grand projet et présente le secteur des nanotechnologies.

  • La série Smart innovation présente les thèmes liés à la dynamique technologique, entrepreneuriale, territoriale et économique de l'innovation. Elle privilégie les approches novatrices des acteurs qui, par leurs comportements, stratégies et politiques d'innovation intelligente, modifient les modèles économiques dans une perspective de croissance durable.

    Le système des brevets est aujourd'hui mis à l'index par certains praticiens ou économistes. L'incapacité des pays industrialisés ou en phase d'industrialisation à développer de manière durable un mécanisme d'incitation à l'innovation se substituant aux brevets peut être perçue comme la preuve « par défaut » qu'ils constituent le meilleur système.

    On observe une déconnexion partielle entre la démographie des brevets et les gains de productivité, mais aussi le développement d'acteurs n'innovant pas et développant des modèles d'affaires que leurs détracteurs assimilent à une capture de rentes ou à une dangereuse marchandisation des brevets.

    Les brevets : incitation ou frein à l'innovation ? présente un regard moins manichéen sur la place des brevets dans le système d'innovation contemporain. Cet ouvrage analyse la place des brevets au sein du système d'innovation qui se renouvelle, avec le basculement vers une innovation plus fragmentée, mais aussi plus ouverte, qui accompagne l'évolution contemporaine des économies les plus développées.

  • La série Smart innovation présente les thèmes liés à la dynamique technologique, entrepreneuriale, territoriale et économique de l'innovation. Elle privilégie les approches novatrices des acteurs qui, par leurs comportements, stratégies et politiques d'innovation intelligente, modifient les modèles économiques dans une perspective de croissance durable.

    Largement analysés dans les économies développées, les systèmes d'innovation le sont beaucoup moins dans celles émergentes et dans les pays en développement. Le cas des MINT (Mexique, Indonésie, Nigéria, Turquie) s'avère intéressant pour définir ce qui caractérise ces économies et les distingue réellement.

    Les MINT ont des modèles de croissance rapide au développement laborieux. Si la littérature flatte leurs perspectives de croissance économique ou démographique, l'entrée par la voie de l'innovation démontre de nombreuses contraintes structurelles et systémiques que cet ouvrage propose d'analyser.

    Sur un plan théorique d'abord, Les systèmes d'innovation dans les économies émergentes traite de l'état de l'art des travaux SNI (système national d'innovation) dans les pays en développement et plus particulièrement dans les pays émergents. Puis sur un plan empirique, il analyse l'hétérogénéité de ces SNI dans les MINT et le réel potentiel de ces derniers dans une trajectoire à long terme.

  • Souvent et historiquement décriée en faveur de la rationalité, l'existence de l'émotion dans l'entreprise n'est plus à démontrer.

    À partir de recherches sur le rôle des émotions dans les domaines de la psychologie, de la neurologie, de la sociologie, de l'économie et de la gestion, Le management du vivant ou l'émomanagement présente l'é-motion - étymologiquement la mise en mouvement - comme indispensable à la vision holistique de l'individu et du groupe. Encore peu considérée, elle peut pourtant être un facteur paradoxal, d'acceptation comme de rejet du changement, de bien-être comme de problèmes de santé, d'aide à la décision comme de biais décisionnel.

    À travers des exemples concrets de son intervention dans le quotidien, cet ouvrage analyse son management - l'émomanagement - comme un facteur essentiel à la gestion individuelle et de groupe, au travail collaboratif et à la créativité, y compris dans un contexte aussi particulier que le travail à distance.

  • Le recours aux droits de propriété intellectuelle rencontre un succès planétaire mais souvent en décalage par rapport aux besoins de protection de l'innovation. En témoignent la prolifération de brevets litigieux, mais aussi le coût des licences, le comportement prédateur des trolls de brevets ou encore les innombrables atteintes au droit d'auteur.

    Les pratiques qui se sont développées récemment vont bien audelà du rôle traditionnel de protection de l'innovation fondé sur le droit à exclure. Les pouvoirs publics ont pris conscience de l'importance des besoins de réforme. Cependant, beaucoup reste à faire pour améliorer la manière dont la propriété intellectuelle contribue à l'essor des nouvelles formes d'innovation.

    Propriété intellectuelle et protection de l'innovation analyse cette lancinante question : au nom de l'innovation, faut-il plutôt abolir les droits de propriété intellectuelle, s'en tenir au statu quo, ou réformer le système ? Cet ouvrage plaide pour la réforme et en esquisse les principaux axes.

  • La série Smart innovation présente les thèmes liés à la dynamique technologique, entrepreneuriale, territoriale et économique de l'innovation. Elle privilégie les approches novatrices des acteurs qui, par leurs comportements, stratégies et politiques d'innovation intelligente, modifient les modèles économiques dans une perspective de croissance durable.

    La fin des « Trente Glorieuses » est marquée par la reconnaissance de la problématique environnementale et les crises pétrolières des années 1970. Les rencontres internationales successives qui en ont résulté se déroulent dans un contexte où le changement technique, l'innovation et les industriels prennent une place croissante dans la création d'un nouveau modèle de société.

    Innovation environnementale et écoconception revient de manière critique sur les certitudes et les controverses autour du processus d'innovation environnementale. Le premier chapitre expose sa doctrine, ses origines et les raisons qui l'amènent aujourd'hui à faire autorité, et ce, malgré ses faiblesses. Le second chapitre analyse le concept d'écoconception.

    L'ouvrage se base sur une revue de littérature et des exemples puisés des sciences économiques, de gestion et de l'ingénieur. Cette démarche inscrit le changement technique dans une approche systémique facilitant notre compréhension des relations entre la biosphère et la technosphère.

  • Cet ouvrage analyse le rôle des sociétés de capital-investissement (SCI) dans la formation d'alliances stratégiques sur le marché français du capital-investissement.

    Le sujet est d'importance car la formation d'alliances et, plus généralement, le réseautage des PME pourraient constituer une alternative au manque d'entreprises de taille moyenne en France. Pour les SCI françaises, qui se trouvent de plus en plus en situation de concurrence, l'aide à la formation d'alliances pour leurs participations peut représenter une nouvelle activité et être source d'avantage concurrentiel. Le travail se positionne de façon transversale en touchant aux domaines de la gouvernance des entreprises, de la finance entrepreneuriale et de la stratégie.

    Cet ouvrage propose une analyse théorique sous l'angle de la création de valeur actionnariale, en recourant conjointement aux théories contractuelles et cognitives. Le modèle explicatif qui en découle est ensuite mis à l'épreuve empirique à l'aide d'une étude multi-méthodes à visée infirmationniste, combinant une analyse économétrique et une étude de cas multiples.

  • La série Smart innovation présente les thèmes liés à la dynamique technologique, entrepreneuriale, territoriale et économique de l'innovation. Elle privilégie les approches novatrices des acteurs qui, par leurs comportements, stratégies et politiques d'innovation intelligente, modifient les modèles économiques dans une perspective de croissance durable.

    Le constat de départ du présent ouvrage est simple : la multiplication des dispositifs dédiés à l'innovation en France ne produit pas les effets escomptés. Dès lors, il s'agit de dépasser le stade de l'injonction à innover pour se doter d'une capacité effective à innover.

    Cet ouvrage nous invite à innover dans notre façon de penser l'innovation. Adoptant une perspective artificialiste, l'auteure met l'accent sur la rationalité créative : une forme de pensée qui invite à une transgression aventureuse et étape indispensable au coeur de l'émergence de l'innovation. Est alors posée la question de savoir dans quelle mesure notre système éducatif participe au développement d'une telle forme de pensée.

    Rationalité créative et innovation permet de s'émanciper de nombre de mythes qui entourent l'innovation.

  • La série Smart innovation présente les thèmes liés à la dynamique technologique, entrepreneuriale, territoriale et économique de l'innovation. Elle privilégie les approches novatrices des acteurs qui, par leurs comportements, stratégies et politiques d'innovation intelligente, modifient les modèles économiques dans une perspective de croissance durable.

    Le « capital savoir » de l'entreprise se définit comme l'ensemble des informations et connaissances scientifiques et techniques produites, acquises et mobilisées par la firme pour être utilisées dans un processus de production de valeur.

    C'est de l'origine, des rôles, des stratégies de constitution, de protection et de valorisation de ce capital que traite cet ouvrage. L'accent est mis sur la globalisation des firmes et ses conséquences sur leur capacité à faire émerger de nouvelles trajectoires d'innovation.

    Le capital savoir de l'entreprise se fonde sur une analyse historique des faits et de la pensée, sur la littérature récente en économie ainsi qu'en management de l'innovation, et sur des études de cas réalisées au cours des dernières années auprès d'entreprises du Cac 40.

  • Le Knowledge Management (ou « gestion des connaissances ») est un enjeu stratégique pour les entreprises privées et publiques, ainsi que pour les organismes de normalisation tels que l'Organisation internationale de normalisation (ISO) et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui l'ont récemment intégré dans leurs exigences. Cependant, le Knowledge Management reste un concept mal défini, et les processus à mettre en oeuvre dans les entreprises ne sont pas tous bien connus.

    Cet ouvrage fournit un guide conceptuel et méthodologique sur le sujet. Il est le résultat de plus de vingt années de recherche dans différents laboratoires et de retour d'expérience d'applications réalisées dans un large éventail d'entreprises publiques et privées à travers le monde. Avec des sections dédiées aux points de vue théoriques et pratiques, il présente une vision globale et cohérente des principaux concepts sur lesquels doit s'appuyer le Knowledge Management.

  • La série Smart innovation présente les thèmes liés à la dynamique technologique, entrepreneuriale, territoriale et économique de l'innovation. Elle privilégie les approches novatrices des acteurs qui, par leurs comportements, stratégies et politiques d'innovation intelligente, modifient les modèles économiques dans une perspective de croissance durable.

    La globalisation provient de nouvelles solidarités macroéconomiques. Celles-ci ont été attestées depuis le milieu des années 1980, avec l'observation du monde tripolaire de Kenichi Ohmae.

    La globalisation créative a plusieurs visages : celui des stratégies d'élargissement de l'innovation locale, celui des innovations réalisées par des organisations nées « globales » et enfin celui des partenariats entre organisations dans le cadre de cette globalisation.

    Le but de cet ouvrage est de présenter un tableau des transformations des systèmes d'innovation engendrées par la globalisation. Il expose les théories de la globalisation, et clarifie leur relation avec l'innovation. Complet, avec des exemples dans de nombreux secteurs, il constitue une synthèse sans précédent sur ce thème.

  • Alors que les nouvelles technologies de l'information et de la communication s'imposent, quel sens donner aux missions des commerciaux dans une entreprise ?

    L'ouvrage définit le sens des relations entre les clients et les vendeurs à partir des connaissances récentes dans les domaines du commercial et de la neurocognition. Il revisite les techniques de vente habituelles en insistant tout particulièrement sur l'indispensable respect des altérités en jeu dans les relations, qui tiennent compte de l'individualité des personnes en présence, de leurs attentes ainsi que de l'atteinte de leurs objectifs spécifiques. L'enjeu d'une relation commerciale réussie réside dans la satisfaction du client à chaque expérience de mise en relation et se mesure à la fidélisation des clients vis-à-vis de la marque, de l'entreprise ou encore du commercial.

    La relation client-vendeur est structuré à partir d'articles de référence et issus de travaux de recherche ainsi que des pratiques nouvelles qui s'imposent dans l'organisation d'actions commerciales efficaces.

  • L'information sous toutes ses formes se situe au coeur de la démarche d'intelligence économique. Elle est aussi un vecteur puissant d'innovation et, plus que jamais, des rapports de forces économiques et sociétaux. L'intelligence économique du futur 2 analyse ses différents aspects, depuis les traitements et recherches classiques en passant par les aspects psychologique et épigénétique de son développement. Ceci conduit à une vision nouvelle de son intégration dans les organisations. En outre, les nouvelles technologies offrent de multiples accès à l'information, entre autres par les réseaux sociaux qui sont ici analysés de manière critique.

    Dans un monde complexe où géopolitique et nouvelle guerre de l'information prennent une part de plus en plus importante, il devient impératif de mieux appréhender et comprendre son environnement, afin de développer une pensée critique qui permettra de conforter les différents aspects globaux de la sécurité en intelligence économique.

  • Le désordre et la raison examine le contraste entre une vision idéalisée et une vision réaliste de la mondialisation. L'une et l'autre sont inscrites dans le débat contemporain de théorie et de politique économiques. Cette opposition met en lumière les conditions dans lesquelles la création de richesses et une répartition équitable peuvent l'emporter sur le simple détournement de valeur et le creusement des inégalités.

    Cet ouvrage montre comment faits et idées permettent d'expliquer la forme prise actuellement par la mondialisation, dernière innovation en date propre aux économies de marché. Reste que le sentier suivi, imprévisible, dépend de l'attitude des entrepreneurs et des détenteurs de capitaux qui ont à arbitrer entre court et long termes, entre création de valeur et captation de rentes : une attitude que commandent organisations et institutions façonnant les marchés, structurant l'ordre social et garantissant la viabilité de la transition en cours.

  • Au coeur de la gestion des ressources humaines, le management des compétences reste un sujet d'actualité, loin d'être épuisé, fondamental pour le renouvellement des pratiques et le besoin d'adaptation des entreprises. Mais c'est également un exercice contextualisé.

    C'est pourquoi il est nécessaire d'analyser les contextes spécifiques des organisations afin de comprendre et d'améliorer les compétences individuelles et collectives, techniques, humaines, d'apprentissage ou de leadership, et ce dans des environnements organisationnels très variés.

    Par des exemples concrets, Management des compétences étudie le cas des cadres intermédiaires de PME ou d'établissements de santé qui doivent acquérir de nouvelles compétences face à l'évolution du type de leadership, mais également celui des ingénieurs qui doivent développer des compétences humaines à côté de leurs compétences techniques, ou encore celui des policiers qui doivent étendre leurs compétences émotionnelles.

  • Évaluer son entreprise pour lui donner les clés d'une performance durable constitue aujourd'hui un enjeu majeur. Cet ouvrage présente un ensemble complet d'indicateurs qualitatifs et quantitatifs permettant d'identifier les sources potentielles de progrès.

    Ces indicateurs incluent la stratégie pour répondre à l'attente des stakeholders et de l'écosystème et pour gérer l'impact de l'entreprise sur son environnement dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises. Ils couvrent la capacité à faire évoluer l'offre de produits et de services et le business model, ainsi que la performance des processus opérationnels.

    Cet ouvrage examine également des déterminants de la performance aussi fondamentaux que la transformation numérique à l'heure de l'intelligence artificielle, la culture de l'entreprise, l'éthique, la conformité, la notoriété, l'e-réputation et les bonnes pratiques du « lean management ». Pour chacun de ces thèmes, des questions concrètes à se poser permettront aux entreprises d'évaluer leur maturité en termes de performance durable.

empty