L'histoire

  • Les souffrances secrètes des français d'Algérie

    Raphaël Delpard

    • Les editions de l'histoire
    • 11 Mars 2022

    Raphaël Delpard nous livre la poursuite de son travail d'enquête et d'analyse sur l'indépendance de l'Algérie (1962). Cette fois, il aborde la période la plus tragique vécue par les Français d'Algérie. ? Peut-on parler sereinement et en toute objectivité de l'indépendance de l'Algérie ? ? Peut-on évoquer et préciser ce que furent les accords d'Évian et ce qui les précéda et les suivra ? Raphaël Delpard pense que oui. Il nous délivre une enquête fouillée, tentant de mettre fin à l'ostracisme qui a frappé les Français d'Algérie, au cours de ces moments tragiques et dramatiques. Il cite les témoignages de ceux qui en furent les acteurs et d'autres les victimes (les pieds-noirs) et des documents inédits. Il décrypte les intentions perverses, hypocrites et très souvent cachées ou ambiguës du politique et de l'État Français et la manipulation des Français de la métropole qui feront des pieds-noirs des victimes expiatoires...

  • Les grands procès de l'histoire t.2

    Henri Robert

    • Les editions de l'histoire
    • 11 Mars 2022

    Chacun de ces volumes, composé de plusieurs procès mémorables, vous invite à pousser la porte du temps pour assister, en spectateur privilégié, à des épisodes juridiques qui ont marqué l'Histoire. Plongez dans l'atmosphère exaltante de ces célèbres affaires, servies par une plume captivante, où se dessinent des drames et se jouent des destinées hors du commun. Dans ce volume 2 : La marquise de Brinvilliers, L'affaire du collier, Le procès de Charlotte Corday, Madame Roland, L'affaire Lafarge.

  • Les amours secrètes de Napoléon

    Frédéric Masson

    • Les editions de l'histoire
    • 8 Janvier 2022

    Peut-on imaginer celui qui a tenu l'Europe entre ses mains, souverain d'un empire égal à celui de la Rome antique, désemparé, craignant de ne pas être aimé ? Eh bien, oui, le grand Napoléon n'a pas été seulement le personnage qui a bousculé l'Histoire, mais il fut aussi un homme, tout simplement.
    C'est ce que nous révèle l'extraordinaire biographie de Frédéric Masson. Il eut la chance de se trouver proche de la famille de l'em- pereur. Si proche qu'il consacra sa vie aux études napoléoniennes dont il devint, en son temps, le spécialiste incontesté.
    Frédéric Masson nous entraîne dans l'intimité de Napoléon où, au contact de la femme, il s'humanise, tour à tour timide, gauche, insolent, rêveur, désarmé, grossier, triste ou malheureux.
    L'approche est une attachante interprétation découlant d'une seule question : qui est l'homme derrière l'impressionnante figure his- torique ? De sa naissance à sa mort, on suit le parcours de cet homme, chez qui l'amour ne pouvait qu'être associé à la passion politique. Nous y côtoierons l'incomparable Joséphine, son plus grand amour : maîtresse, épouse et impératrice. Également son épouse polonaise, Marie Waleska, dont il eut un fils, et Marie- Louise, son autre épouse, autrichienne celle-là.
    Le roman des amours secrètes de Napoléon est un ouvrage majeur car, au-delà des passions et des intrigues - le biographe nous en révèle plus de 58 -, il nous permet d'approcher dans sa dimension humaine ce grand personnage de l'Histoire, hors de l'homme de guerre et de l'homme d'État.
    Quelle que soit la grandeur des rois et des princes, leur coeur bat aussi fort que celui de l'inconnu qui va.

  • Policières et policiers en colère

    Michel Thooris

    • Les editions de l'histoire
    • 24 Février 2022

    Chaque jour en France un policier est attaqué sous les formes les plus différentes :
    - attaques au couteau ;
    - jets de pierre ;
    - tentatives de brûler des policiers dans la voiture de fonction ;
    - policiers assassinés à leur domicile ;
    - commissariats pris d'assaut, etc.
    En dehors de tout positionnement politique, Michel Thooris dresse un tableau sans concession du climat d'insécurité galopant qui sévit dans notre pays, entre quartiers totalement réquisitionnés par le trafic de drogue, le facteur religieux et le terrorisme isla- miste, les émeutes, les casseurs, les assassinats et les guet-apens...
    Et déplore le sentiment des policiers de n'être pas « entendus » des politiques, tout comme le fait que les médias semblent peu concer- nés par un quotidien de plus en plus dur.

  • Nos maîtresses et maîtres d'école que nous avons aimés

    Antoine Gavory

    • Les editions de l'histoire
    • 12 Janvier 2022

    Voici un récit captivant de par son sujet et palpitant de par la narration rédigée avec une écriture vive et ensoleillée, présenté comme un « album souvenir » illustré de photos d'époque.
    L'histoire nous plonge dans le quotidien de ces instituteurs que l'on nommait « les hussards noirs de la République » avec un réalisme social et un affleu- rement poétique glissant sous les phrases.
    De quoi s'agit-il ? Été 1885, Clément, instituteur muté de Paris, arrive à Chaulgnes, village de la Nièvre niché entre la Loire et la lisière du Morvan. Sa mission : scolariser les enfants du pays. Mais la tâche est ardue, car en ces temps difficiles, chaque bras compte dans le monde rural. Clément doit convaincre, discuter âprement, déjouer les oppositions, s'imposer et vanter le bonheur d'apprendre...
    Ne pas en dire plus à propos du déroulement de l'intrigue de manière à garder intacte la magie de ce court récit quand vous le lirez.

  • L'héroïne de la commune Louise Michel

    Irma Boyer

    • Les editions de l'histoire
    • 23 Octobre 2021

    Louise Michel est la figure flamboyante du soulèvement de la classe ouvrière malmenée par le pouvoir bourgeois et méprisant.
    Elle a laissé son empreinte dans l'histoire par l'ardeur de son militantisme parce qu'elle était passionnée pour les causes terrestres et palpitante pour ses contemporains.
    Elle s'illustra aussi dans le combat féministe. Elle écrit dans ses mémoires :
    « La question des femmes est, surtout à l'heure actuelle, inséparable de la question de l'humanité. Notre place ne doit pas être mendiée, mais prise. » Elle combattit le pouvoir sous l'uniforme militaire. Elle connut l'arrestation, la condamnation et la déportation en Nouvelle- Calédonie. À son retour en France, plus d'un million de compagnons de lutte l'accueillirent et l'acclamèrent. Malgré l'âge et la maladie, elle parcourut la France, se rendit en Algérie et en Angleterre, animant les réunions, partout où elle pouvait prendre la parole. Elle fonda le journal Le Libertaire.
    Elle meurt à Marseille le 9 janvier 1904. Les funérailles à Paris sont suivies par une foule immense.
    Découvrez l'histoire de cette femme unique, grâce à la réédition de cette lumineuse biographie. Henri Barbusse, l'auteur de la préface, écrit à son propos : « Un vrai être humain » et vous lirez le magnifique poème que Victor Hugo, son ami et confident, lui dédia : « Viro Major ».
    Louise Michel est le souffle de l'Histoire.

  • L'histoire vraie des Français d'Algérie (1830-1962)

    Raphaël Delpard

    • Les editions de l'histoire
    • 3 Septembre 2021

    Après la conquête de cette terre d'Afrique qui n'avait pas encore de nom en 1830, on a présenté le peuplement aux Français comme une chance unique de quitter la misère, qui sévissait dans l'Hexagone, et aussi comme une fabuleuse aventure humaine. Cent trente-deux ans plus tard, ils revenaient d'où ils étaient partis, par bateaux entiers, déracinés, accablés de reproches. En métropole on jugeait leur accent vulgaire, on disait qu'ils avaient mal traité les Algériens, les exploitant paraît-il sans vergogne, amassant des fortunes... Rétorquer qu'ils avaient contribué à faire passer la société arabo-berbère du Moyen Âge à la modernité ne leur servait à rien : on les rendait responsables d'une guerre, qu'ils avaient de surcroît perdue.
    La vérité, bien sûr, n'est pas aussi abrupte. Raphaël Delpard, qui a combattu en Algérie, rendu à la vie civile, a tenté de comprendre, de réunir les faits, non pas au niveau de l'examen politique, mais à celui de l'homme de la rue. Il expose, sans langue de bois ni favoritisme pour aucune des communautés, les errances, les craintes, les erreurs, les malentendus ; il met en lumière l'abandon de Paris, que l'Algérie n'a vraiment jamais intéressée ; les manipulations et les mensonges d'une classe politique qui, après la fin de l'Indochine, trouva avec le conflit franco-algérien, le discours satisfaisant son ego, devenant de facto le porte-parole d'une prétendue misère, qu'elle n'a pourtant pas rencontrée.
    L'Histoire vraie des Français d'Algérie : une page d'histoire, d'amour et de larmes, entre deux grands peuples qui ne se sont pas encore remis de leur rendez-vous manqué.

  • De grandville a topor - le fantastique des dessinauteurs

    Laurent Baridon

    • Institut national d'histoire de l'art
    • 10 Février 2022

    Certains illustrateurs se distinguent par une pratique paradoxale. Ils conçoivent des images qui, tout en étant liées à un texte, tendent à s'en émanciper. Elles provoquent le regard du lecteur en lui offrant, au lieu d'une illustration littérale du texte, une énigme à déchiffrer. Le choix d'une esthétique fantastique caractérise souvent ce processus d'autonomisation du visuel. Parmi les illustrateurs qui pratiquent ce genre, certains renversent la hiérarchie conférant la primauté à l'écrivain, ou rédigent eux-mêmes les textes qui illustrent leurs images. Le néologisme de « dessinauteur » désigne cette catégorie d'artistes qui revendiquent d'être auteurs par l'image.

  • Les grands procès de l'histoire, série 1

    Henri Robert

    • Les editions de l'histoire
    • 26 Octobre 2021

    Ce livre, composé de plusieurs procès mémorables, vous invite à pousser la porte du temps pour assister, en spectateur privilégié, à des épisodes juri diques qui ont marqué l'Histoire.
    Plongez dans l'atmosphère exaltante de ces célèbres affaires, servies par une plume captivante, où se dessine

  • 340 millions de chrétiens persécutés dans le monde : comment rester indifférent ?

    Raphaël Delpard

    • Les editions de l'histoire
    • 23 Novembre 2021

    340 millions de femmes, d'hommes, et d'enfants sont de nos jours persécutés en raison de leur foi chrétienne.
    Imaginez si, en Europe, les habitants de l'Autriche, du Dane- mark, de France, d'Allemagne, d'Espagne, d'Angleterre, de Norvège, et d'Italie étaient chaque jour en bute aux pires maltraitances :bas- tonnade, lapidation, tortures en tous genres, viols, emprisonne- ments arbitraires, discrimination, assassinat. Sur simple dénon- ciation, ils peuvent à tout moment être accusés de blasphème. Et cela dans le silence assourdissant des États, des Commissions des droits de l'homme aussi bien à l'ONU qu'à l'Union européenne.
    L'enquête qui a paru en 2009 et qui est réactualisée pour les besoins de la nouvelle édition entend montrer ce que recouvre le terme « persécution » avec l'aide de témoins ; de situations ; com- prendre pourquoi, au XXI e siècle on tue des chrétiens ; mettre à jour la faillite des États, la position fragile de la liberté religieuse et de conscience promise en 1948 avec la Déclaration des droits de l'homme. Essayer d'y voir plus clair avec la charia négatrice de la liberté religieuse qui est pourtant acceptée comme référence au sein des organisations internationales.
    Saisissez le dossier des chrétiens persécutés : ce n'est pas un effet d'annonce, mais une terrifiante réalité qui ne cesse de s'amplifier et qui se déroule à un jet de pierre de notre conscience. Si rien n'est fait pour arrêter le flot destructeur, plus tard, que restera-t-il des chrétiens en dehors des lieux sanctuarisés ? Et vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

  • La minute où l'on tombe amoureux

    Raphaël Delpard

    • Les editions de l'histoire
    • 10 Février 2022

    Incroyable ! Étonnant ! Bouleversant ! Décapant !
    Que peut-on encore ajouter ?
    Oui, le sentiment amoureux est tout cela et bien d'autres choses. Les Italiens le nomment avec un joli mot, innamoramento.
    L'équivalent français est un verbe inusité : « s'énamourer ». On dit plus facilement « tomber amoureux » ou « tomber en amour », selon l'expression en usage au Québec.
    Bien complexe, cet instant où s'allume l'étincelle qui embrase coeurs et raison. Seule constante, sa brutalité, parfaitement imagée par le terme « coup de foudre ».
    Est-on frappé durablement ? Rien n'est moins sûr ! Si aimer s'inscrit dans la durée, tomber amoureux est aussi éphémère et insaisissable qu'une bulle de savon.
    Pourquoi et comment tombe-t-on amoureux ?
    Tout le monde peut-il tomber amoureux ?
    Y a-t-il des lieux favorisant la rencontre amoureuse ?
    Ce livre s'intéresse à la rencontre, à la minute - instant magique, unique - où tout bascule entre deux êtres. Les chapitres déclinent chacun un thème. L'auteur nous convie à une randonnée, à travers les mille visages de l'amour, porteuse d'espoir, de joie et de lumière.

  • La révolution française

    Collectif

    • L'histoire
    • 30 Avril 2014

    L'histoire de la Révolution française, de ses causes et de ses conséquences, est abordée dans une perspective mondiale. Les mécanismes déclencheurs de l'insurrection sont décryptés.

  • Lucrece selon rembrandt - une question de restauration

    Riedmatten Henri De

    • Institut national d'histoire de l'art
    • 1 Juin 2021

    On connaît l'histoire tragique de Lucrèce, mais de son portrait, peint en 1666 par Rembrandt, on ne savait presque rien jusqu'au jour où un restaurateur découvre sur la toile une trace qui avait jusque-là été masquée. C'est à partir de cet indice que l'auteur nous conduit vers une quête de sens donnant au tableau toute sa profondeur et sa sincérité.

  • L'histoire d'une famille algérienne

    Zoulikha Haba

    • Les editions de l'histoire
    • 11 Février 2022

    Le récit de Zoulikha Haba nous l'attendions depuis des années.
    Maintenant, nous l'avons, et c'est tant mieux.
    Le texte est passionnant et fleure bon l'autobiographie même si l'auteur donne la parole à son double nommé Nora.
    L'écriture est simple, ondoyante et chaleureuse. Elle nous renvoie à l'école du tableau noir, des blouses grises et des encriers d'encre violette. L'école de la République.
    L'observation sonne toujours juste parce que l'auteur a su la déga- ger de toutes les afféteries stylistiques que l'on rencontre dans ce type d'ouvrages. Les événements nous sont restitués avec la pointe de nostalgie propre à ces moments dont on sait qu'ils ne reviendront plus jamais. Les baignades à la mer sont les plus saillantes qui comptent parmi les temps disparus.
    L'autre lecture de l'ouvrage n'est pas moins importante que la première. Nora, dans la simplicité de la restitution à laquelle elle nous convie, nous donne à voir une famille algérienne dans son intimité et dans son fonctionnement. Nous sommes loin des récits hargneux véhiculés sans répit contre la présence des Français. Les enfants des deux communautés vivent ensemble sans acrimonie.
    Bien sûr, la guerre crée des turbulences. La famille y fait front. Nora la découvre le jour de l'Indépendance. Elle voit les soldats défiler et tire de ce spectacle militaire un rien de fierté. Quoi de plus normal.
    Le texte est une belle et profonde découverte. Il dit plus qu'il n'y paraît au premier abord. Ne passez pas à côté du plaisir que nous offre l'auteur de rencontrer la réalité d'une famille algérienne, dégagée de l'emphase anticoloniale habituelle.

  • Le grand débat

    Collectif

    • Les editions de l'histoire
    • 5 Mars 2022

    En 1965 a lieu la première élection du chef de l'État au suffrage universel. L'événement, pour important qu'il est pour l'avenir de la démocratie de la France, n'en bouleverse pas moins les habitudes de communication. Les prétendants à la magistrature suprême ne débattent pas encore à la télévision, la pratique pour des raisons techniques, n'est pas encore entrée dans les moeurs. Il n'existe en effet qu'une seule chaîne, et celle-ci diffuse ses programmes en noir et blanc ; mais surtout on ne sait de quelle façon s'y prendre. C'est donc à la radio que les débats auront lieu. Deux hommes politiques qui chacun ont exercé d'importantes responsabilités, Pierre Mendes France, président du Conseil, et Michel Debré, premier Ministre, et dont aucun ne brigue un mandat, vont débattre à trois reprises dans les studios d' Europe N°1. Les débats se tinrent les 22 et 29 novembre puis le 11 décembre 1965. Au total un échange de près de six heures. Ce livre retranscrit l'intégralité des rencontres.

  • Perspective : actualite en histoire de l'art, 2021-2. habiter

    Auteurs Divers

    • Institut national d'histoire de l'art
    • 10 Février 2022

    Alors que, récemment, partout sur la planète, des populations entières ont été assignées à domicile, Perspective revient dans ce numéro sur les imaginaires plastiques de l'habiter, à différentes époques et en différents lieux.Les auteurs des textes ici rassemblés - essais et débats collectifs autour de questions historiographiques - explorent certaines de nos manières d'habiter un espace, un territoire, une maison ou nos corps, et les représentations peintes, écrites, construites ou rêvées, que ces pratiques ont suscités de l'Antiquité à nos jours. Historiennes et historiens de l'art, de la mode, de l'architecture, de l'urbanisme, ou encore archéologues, philosophes et architectes, s'emparent dans ce numéro de cette question à l'intersection de l'intellectuel et du sensible, de l'individuel et du collectif. « Habiter » pose aussi la question des communs et du monde que nous avons, précisément, en partage: de l'écologie, donc, au sens propre du terme (de oikos, la maison, en grec).À travers trois grandes conversations, la revue retrace par ailleurs les parcours de trois chercheurs - Monique Eleb, Tim Ingold et Bruno Latour - qui ont modifié nos manières de voir, de mettre en images et de penser nos façons d'habiter le monde. De l'histoire de l'habitat et de ses évolutions en France, aux correspondances incarnées et fécondes entre anthropologie, art et histoire de l'art, jusqu'à la question de l'habitabilité et de ses représentations à l'heure de l'anthropocène, ces contributions nous permettent d'explorer la manière dont s'entrelacent les mises en forme multiples de nos existences et de nos voisinages.

  • Une africaine au louvre en 1800. la place du modele

    Anne Lafont

    • Institut national d'histoire de l'art
    • 14 Février 2019

    Qui est cette femme représentée sur le fameux Portrait d'une femme noire réalisé en 1800 par Marie-Guilhemine Benoist (1768-1826)? Qui se cache derrière cette présence en gloire presque qui s'impose par sa beauté souveraine sur ce tableau pourtant réalisé par une peintre dont l'engagement politique en fait bien une partisane des royalistes esclavagistes plus que d'un Girodet républicain, son prédécesseur qui, avant elle, avait réalisé le portrait de Jean-Baptiste Belley, premier député noir de France? C'est en opérant un déplacement radical du point de vue et de la méthode qu'Anne Lafont, en historienne de l'art spécialisée dans la représentation des Noir.e.s,, propose une nouvelle « lecture » de ce tableau. Se détournant des intentions de son auteur, sondant à la fois la généalogie des portraits de personnes de couleurs et l'histoire des femmes noires affranchies, Anne Lafont fait l'hypothèse que l'histoire de cette femme pourrait s'apparenter à celles des signares et ou des Créoles placées, esclaves qui ont conquis leur affranchissement par des jeux d'alliance; elle imagine, par ailleurs, au-delà de toutes les influences de l'histoire de l'art, une influence exercée par la modèle elle-même sur sa portraitiste.

  • Caravage, juste un detail

    Jérémie Koëring

    • Institut national d'histoire de l'art
    • 14 Février 2019

    L'auteur de ces pages découvre dans le coin droit du col du joueur au centre des Tricheurs du Caravage un détail que l'on ne voit que si on se rapproche très près du tableau. Cependant, une fois ce détail aperçu, non seulement il fait intégralement et irrémédiablement basculer le centre de gravité, l'équilibre du tableau et en change le sens, mais, de surcroît, on ne voit plus que lui. Ce détail, fut-il voulu par l'artiste ou fut-il un fait du hasard? Historien et théoricien de l'art, spécialiste de la Renaissance, Jérémie Koering interroge les traditions poétiques et picturales de l'Italie du XVIe siècle pour vérifier si, à tout le moins, l'existence de ce détail peut être plausible historiquement, ou s'il faut la mettre sur le compte d'un acte manqué ou d'un glissement involontaire du pinceau du peintre ou encore d'une aberration... Dans cette enquête, Jérémie Koering entraîne le spectateur dans un questionnement vertigineux, non sur le vrai et le faux, mais sur le visible et l'invisible ou plus exactement sur les effets de l'invisible sur le visible, autrement dit sur le regard et la vision.

  • "le reve" de kupka - la verite nue de la peinture

    Rousseau Pascal

    • Institut national d'histoire de l'art
    • 11 Juin 2020

    L'ouvrage est une étude du Rêve, pris comme support d'une réflexion plus générale sur le statut de l'invention en art, n'est pas tant une représentation de l'état de rêve, perpétuant la tradition romantique de « l'imagination créatrice », qu'une anticipation onirique de l'abstraction, telle que peut l'entendre, au passage du siècle, un artiste baigné de spéculations anarcho-théosophiques.Le tableau anticipe ainsi une double transformation mise en mouvement autour d'un subtil jeu de (dé)matérialisation: l'évolution de l'espèce accompagne celle de la peinture ou, plus encore, la nouvelle peinture, dégagée du plan matériel de l'objet, prépare l'évolution spirituelle de l'espèce. L'espèce humaine sera bientôt faite de créatures éthérées jouissant intégralement de l'ivresse cognitive des vibrations chromo-lumineuses. C'est là un premier niveau d'interprétation « ésotérique» du Rêve où la puissance visionnaire de l'artiste propulse le corps physique du rêveur dans un devenir télépathique de l'espèce.

  • Le lait des images

    Olivier Leplâtre

    • Institut national d'histoire de l'art
    • 10 Juin 2021

    La fable de La Fontaine, « Le Loup et le Renard », met en oeuvre une approche anthropologique de l'image mangée. À partir de l'analyse de ce récit, envisagée sur l'angle d'une fiction théorique d'origine, sont mises en écho plusieurs oeuvres permettant de décliner les principaux enjeux des pratiques iconophagiques. Plus spécifiquement encore, l'étude s'appuie sur les figurations d'un aliment, le lait, dont il est fait l'hypothèse qu'il constitue l'une des substances élémentaires de l'iconophagie en art.

  • L'éléphant de Charlemagne

    Cécile Delîle

    • Les editions de l'histoire
    • 9 Octobre 2021

    L'auteur nous raconte le voyage que fit l'éléphant Abul Abbas en l'an 800 depuis Bagdad jusqu'à la cour de Charlemagne.
    Cadeau du calife Hâroun al Rachid à l'empereur, voulant par ce geste le remercier de lui avoir rendu un précieux service et de l'avoir considéré comme un ami.
    Avec une écriture trépidante, ajoutée au bonheur de conter qui éclate à chaque page, Cécile Delîle nous entraîne à la suite de l'incroyable traversée de l'Europe de l'éléphant albinos.
    Nous assistons à ce périple comme en direct, grâce au style de la chronique employé par l'auteur, aux événements les plus cocasses les uns que les autres, et nous partageons la stupéfaction des populations devant cet animal qu'ils étaient nombreux à voir pour la première fois.
    Vraiment c'est un bonheur de lecture !

  • Allô Mamie, c'est moi !

    Yaël Hassan

    • Les editions de l'histoire
    • 6 Juin 2020

    Pour des raisons qu'il ignore, et que ses parents n'ont pas jugées utiles de lui expliquer, du jour au lendemain Benjamin n'a plus le droit de voir sa grand-mère qu'il adore. S'il en souffre énormément, c'est également le cas de la vieille dame qui décide de s'exiler loin de sa famille, en attendant que les choses se clarifient. Pour Benjamin commence une longue période de tristesse, d'incompréhension, de réflexion et de révolte...

  • Ben Hur

    Lewis Wallace

    • Les editions de l'histoire
    • 26 Octobre 2021

    La célèbre course de chars, vous y participerez. Le chant lugubre des rames des galériens creusant l'océan, vous l'entendrez ; l'eau offerte à Ben-Hur dans le creux des mains réunies de Jésus, vous le vivrez ; sur le Golgotha, vous verrez aussi le ciel s'obscurcir et vous sentirez le vent s'alourdir.
    Ben-Hur , de l'auteur américain Lewis Wallace (1827 - 1905), fut, après la Bible, le livre le plus vendu dans le monde. Et le cinéma, e 1959, fit de ce prince juif inventé le héros mondial du premier roman messianique.
    Vous lirez la passionnante étude de l'historien du cinéma de genre, Michel Eloy, sur le cinéma « péplum ». En sa compagnie, vous découvrirez les coulisses du tournage de la production de 1959, avec Charlon Heston à la tête d'une prestigieuse distribution de comé dien; seront aussi évoquées les récentes séries de télévision consa- crées à Ben-Hur. Il vous racontera les raisons de l'engouement po la littérature tant française qu'italienne pour les récits puisant leur imaginaire dans la période de l'histoire sainte.

  • Apparition et disparition du bibliothecaire. une lecture d'arcimboldo

    Sordet Yann

    • Institut national d'histoire de l'art
    • 2 Juillet 2018

    Le Bibliothécaire, peint par Giuseppe Arcimboldo probablement vers 1566, est un tableau maintes fois analysé et commenté. Lui-même bibliothécaire, Yann Sordet propose dans ce texte un nouveau regard sur l'oeuvre. Historien du livre et des bibliothèques, l'auteur se livre à une lecture archéologique, examinant et caractérisant les types de livres représentés. Qu'y voit-on vraiment?Une énigme se fait jour, intrigue du regard en même temps que mystère de l'image qui se délite, se décompose, se dérobe au regard, s'éloigne à mesure que l'on s'en rapproche, qu'on la détaille (au sens de découper). Dans un texte nerveux et tendu comme une enquête, policière ou « archéologique », Yann Sordet, mobilisant une extraordinaire érudition, fait émerger du tableau d'autres images, d'autres récits, d'autres histoires. Ici, une lecture se raconte où chaque élément, présent et même absent du tableau, infléchit le récit. Dans ce travail d'analyse et de déconstruction, qui rappelle tous les enjeux de la lecture d'un tableau, que reste-t-il du bibliothécaire? Et si le bibliothécaire n'était pas un bibliothécaire? En plus d'une passionnante étude sur le Bibliothécaire d'Arcimboldo, Yann Sordet signe ici un véritable petit traité de la méthode. Dans cet instable échafaudage, l'image du bibliothécaire surgit puis se dissout. Par cette apparition-disparition, c'est la place et le rôle du bibliothécaire, au XVIe siècle comme de nos jours, que l'auteur interroge. Ce texte est issu d'une conférence prononcée à l'occasion des Sixièmes Rencontres de la galerie Colbert.

empty