Arts et spectacles

  • Le tribunal de l'Histoire peut-il se tromper provisoirement ? Si, dix ans après sa disparition, contrairement à l'Allemagne, on ne reconnut dans notre pays à Janácek ni ses mérites, ni son apport, devait-on l'ignorer définitivement ? Le temps a fait son oeuvre, - pensait-on - il a effectué le tri entre les génies et les faiseurs.
    Romain Rolland, cependant, dans un courrier privé écrivait dès 1924 : « Janácek est un grand musicien dramatique [.] Je ne vois personne à lui comparer dans ce domaine, en Europe actuelle ». Opinion que reprit Jean Mistler en 1954 : « Janácek est un des plus grands musiciens modernes et sa Jenufa [.] est un des drames lyriques les plus puissants qui aient paru depuis un siècle ». Pourquoi avoir attendu si longtemps pour reconnaître cette évidence ressentie par seulement quelques musicologues ?
    Pourtant, sans appuis efficace et prononcé d'écrivains, d'artistes et d'autres personnalités influentes dans notre pays, après avoir parcouru peu à peu un chemin dans le coeur des mélomanes, ce qu'on prenait pour bizarrerie ou exotisme ou encore naïveté se révéla une musique moderne exigeante, originale et forte et d'une beauté sidérante dès qu'on voulut bien l'entendre.
    Ce livre essaie de comprendre pourquoi, en France, on a ignoré si longtemps la musique de Janácek en tentant d'analyser les forces qui l'ont rejetée et d'un autre côté l'action de tous ceux, musicologues et musiciens, qui l'ont soutenue.

  • En 2009, année du 85e anniversaire du compositeur, l'ensemble de sa pensée musicale est parue sous la forme d'un livre.

    Von Zeit zu Zeit [De temps en temps] est un essai sans précédent dans l'histoire de la musique. Il présente l'ensemble de l'oeuvre de Klaus Huber de façon systématique avec ses techniques de composition en les articulant simultanément autour des fondements éthiques et esthétiques. On pourrait dire que Klaus Huber joue carte sur table, non dans une autobiographie égocentrée ou une « technique de mon langage musical », mais sous forme d'un dialogue avec le compositeur Claus-Steffen Mahnkopf qui fut son élève il y a une vingtaine d'années.

    Ce livre comprend plus de 100 illustrations dont d'innombrables esquisses qui mettent en évidence le processus de composition et de travail de Klaus Huber. Les oeuvres traitées dans ce livre vont des années 1950 à aujourd'hui. Sept oeuvres essentielles sont chacune traitées dans un chapitre particulier et l'ouvrage est enrichi d'un catalogue complet des oeuvres du compositeur.

  • Jeu complémentaire à la méthode Martenot, La Course aux notes, enrichie de la clé de fa et d'exercices-jeux adaptés aux classes nombreuses, propose un apprentissage ludique des réflexes de lecture indispensables au musicien. Du do deuxième interligne clé de fa, au la deuxième ligne clé de sol, la progression est calquée sur la formation de la gamme pentatonique à laquelle des rythmes sont peu à peu associés. Les exercices-jeux, conçus pour être menés collectivement et repris individuellement, sont classés en quatre types : jeux d'ordonnance, incitation à la lecture à l'avance, variantes, passage à l'écrit ; ils se présentent selon une progression acquis par acquis.?La course aux notes est uniquement parlée et s'adresse à la première année de conservatoire, comme au milieu scolaire. Elle peut être utilisée indépendamment des cahiers Martenot.

  • Maurice Martenot, grand pédagogue français, nous a quittés en 1980, mais son enseignement n'a jamais cessé de nourrir la pédagogie de la formation musicale. Ce terme est d'ailleurs issu de sa pédagogie, bien qu'il eût de beaucoup préféré le terme de " développement musical ", car pour Maurice Martenot, le professeur est d'abord et avant tout un " éducateur par l'art ". Selon lui : " L'enseignement des matières artistiques est souvent la seule chance laissée à un homme divisé de retrouver ses racines profondes, de se réconcilier avec lui-même, corps avec esprit, sentiments avec intellect ".

  • La lecture linéaire de ce bref et fulgurant opéra d'à peine une heure quinze dont la rare complexité n'a pourtant jamais fait obstacle à son entrée quasi immédiate au répertoire des plus grandes scènes lyriques, aurait voulu ainsi révéler, qu'à l'instar de quelques incontournables chefs-d'oeuvre, une connaissance approfondie de sa structure, tout en ne constituant pas un préalable nécessaire au plaisir et à la compréhension de son écoute, pouvait toutefois, en vertu même de cet écheveau de complexités dont elles semblent mystérieusement induites, déclencher les émotions et éveiller à la conscience de beautés vertigineuses.La lecture linéaire de ce bref et fulgurant opéra d'à peine une heure quinze dont la rare complexité n'a pourtant jamais fait obstacle à son entrée quasi immédiate au répertoire des plus grandes scènes lyriques, aurait voulu ainsi révéler, qu'à l'instar de quelques incontournables chefs-d'oeuvre, une connaissance approfondie de sa structure, tout en ne constituant pas un préalable nécessaire au plaisir et à la compréhension de son écoute, pouvait toutefois, en vertu même de cet écheveau de complexités dont elles semblent mystérieusement induites, déclencher les émotions et éveiller à la conscience de beautés vertigineuses.

  • Cahier 1A

    Maurice Martenot

    Ces cahiers progressifs (1A, 1B, 2A et 2B ) sont associés à deux petits ouvrages d'apprentissage de la lecture : La Course aux notes de Maurice Martenot et La Course aux notes, clé de sol, clé de fa d'Ariane Martenot.

  • Cahier 1B

    Maurice Martenot

    Ces cahiers progressifs (1A, 1B, 2A et 2B ) sont associés à deux petits ouvrages d'apprentissage de la lecture : La Course aux notes de Maurice Martenot et La Course aux notes, clé de sol, clé de fa d'Ariane Martenot.

  • Ces cahiers progressifs (1A, 1B, 2A et 2B ) sont associés à deux petits ouvrages d'apprentissage de la lecture : La Course aux notes de Maurice Martenot et La Course aux notes, clé de sol, clé de fa d'Ariane Martenot.

  • Cahier 2B

    Maurice Martenot

    Ces cahiers progressifs (1A, 1B, 2A et 2B ) sont associés à deux petits ouvrages d'apprentissage de la lecture : La Course aux notes de Maurice Martenot et La Course aux notes, clé de sol, clé de fa d'Ariane Martenot.

  • La course aux notes

    Maurice Martenot

    Petit recueil complémentaire de la Méthode Martenot pour l'apprentissage de la lecture. Présenté sous forme de différents jeux, l'élève découvre la lecture de notes, quelle que soit la clé, tout en évoluant dans un univers ludique.

  • Qui a des yeux pour voir au-delà de la nuit ?
    J'ai gardé mon pyjama et je me suis glissé dans la transparence du premier rêve jusqu'au fond du monde pour admirer la relation accouchant du « pixel euclidien » lui-même géniteur des limites et de la discontinuité du perceptible.
    J'ai voyagé dans ce train de nuit sur les chemins sans rails de la musique, de la physique et de la philosophie ; voyage identitaire sous les gémissements des vents cosmiques et les cris des quantas avalés par les tourbillons initiatiques des trous béants capitonnés de noir.
    Parfois, de l'autre côté des trous, j'ai cru apercevoir l'ombre de Dieu, mais l'ange qui m'accompagnait, avait dit que c'était Rien. Ce Rien toujours plus grand et plus petit que « toute chose », incognoscible, inexorable, indestructible, dans une éternelle et silencieuse régénération.
    À l'aube, une pluie de lettres étincelantes mélangeant le latin, le phénicien, le grec, le cyrillique, me réveilla sans ménagements et avec regret, je dus fermer la fenêtre du sommeil des raisons confondues.
    Avant de me rendormir, j'ai accroché les lettres dans ce livre et j'ai poussé la porte des souvenirs.

empty