L'oeuvre

  • Commençons par dire que GRODICO est un vrai dictionnaire, destiné à grossir d'année en année. L'édition 2013 que nous présentons ici contient six mille définitions de mots qui n'existent dans aucun autre dic-tionnaire, avec les expressions, les explica-tions, les citations et les exemples ad hoc.
    GRODICO est le fruit du travail d'une équipe de linguistes et d'universitaires, mais aussi de milliers d'internautes bénévoles qui enrichissent tous les jours de mots nouveaux cet ensemble inexploré.
    GRODICO n'est pas un dictionnaire d'argot, mais de langage né de la blogo- sphère et des parlers des tribus modernes. Les jeunes utilisent les mots qui y sont réper-toriés sans s'en rendre compte. Et les vieux ne les comprennent pas ou, pire, croient les comprendre...
    GRODICO est donc un produit résolu-ment moderne destiné à évoluer sans cesse, à s'étoffer d'année en année.

  • Une prière de saint François d'Assise dit : « Là où il y a le désespoir, que je mette l'espérance. » C'est le leitmotiv du livre de Claude-Henri Rocquet : « Je n'ai de foi que grâce à l'espérance. L'une est si proche de l'autre qu'elles se confondent. Je ne dis-tingue plus entre ces deux formes de cou-rage, ces deux formes d'énergie. Je ne peux croire que Judas jusqu'à son dernier souffle ait désespéré. Je crois et j'espère que Jésus n'a pas désespéré de lui. Et que le bon et le mauvais larron sont entrés ensemble au royaume des cieux : celui qui croyait au ciel, celui qui n'y croyait pas. L'espérance de l'un pouvait revêtir l'autre comme un manteau partagé. Le bon larron fut bon Samaritain, ne lâchant pas son prochain, son frère. » Pour l'auteur, l'amour de Dieu, l'unique amour, est la force même, la lumière éter-nelle, qui dissipe en nous, aujourd'hui, dans notre coeur et notre conscience, les ténèbres et les angoisses de la mort.
    En parlant de la mort, Les racines de l'espérance est un très beau livre d'espoir.

  • Cette nuit l'eternite

    Zanotti-Sorkine

    • L'oeuvre
    • 28 Janvier 2010

    Mystérieux destin ! Valentin-Marie est entre dans l'éternité a l'aube de sa vie de prêtre alors qu'il s'apprêtait à célébrer sa première messe en son village natal. Apprenant la disparition inconcevable de celui qui fut autrefois son élève, le père Zanotti-Sorkine part en Roumanie, sur les lieux que le jeune franciscain a fréquentés, à la rencontre de ceux qui l'ont connu. Fruit de ce voyage aux confins du coeur, son récit, servi par un style qui porte la marque d'un véritable écrivain, brosse le portrait bouleversant d'un être saisi par la Grâce. ' Peut-être valons-nous plus que le bonheur ', tel est le leitmotiv de cette oeuvre incandescente où la vie d'un homme simple en apparence se révèle unique sous la lumière de l'Amour qui l'étreint.

  • L'auteur expose la nature mystique de l'islam et éclaire de façon pédagogique ses différences avec le christianisme. Il invite ainsi les fidèles des diverses religions au dialogue et à l'écoute.

  • Dans l'ombre d'Adam

    Denis Moreau

    À l'ombre d'Adam raconte la vie ratée d'A. Legléseux, un homme « normal » à qui tout était donné pour qu'il vive heureux et qui, par peur de la mort, se retrouve pris dans un enchaînement de passions tristes, gâchant alors son existence sous tous ses aspects : personnel, affectif, sexuel, profes-sionnel. Il fait exploser son couple, mal-traite ses vieux parents, se lance dans une course effrénée aux jouissances, tout en maintenant le dialogue avec un personnage, dont on devine qu'il s'agit du Christ, qui sera la cause de sa rédemption, acquise au terme d'un ultime combat au cours duquel Legléseux fera preuve d'un courage insoup-çonné.
    Parfois picaresque, le récit est de facture stylistiquement classique, mais se singularise par la rencontre de l'univers biblique et celui du rock dans ses versions « dures » (hard, metal, punk, grunge) auxquelles s'intéresse le personnage de Legléseux.

  • Découverte au XIX e siècle, longtemps considérée comme un art oriental étranger à notre culture, l'icône est maintenant présente en Occident dans les musées, les églises et les maisons particulières. Par la fréquence et la qualité des expositions, par la facilité des voyages, l'accès aux oeuvres majeures de cet art aujourd'hui est ouvert à tous.
    Pourtant, une approche purement esthétique est insuffisante. L'icône garde son mystère pour celui qui n'est pas initié à l'enseignement théologique par l'image au même titre que par les textes et la parole.
    Toutes les composantes d'une icône sont catéchétiques, sa technique elle-même a été élaborée dans cette perspective.
    Cet ouvrage explicite le travail des peintres, moines ou laïcs, qui travaillèrent pendant dix siècles, au Proche-Orient, en Égypte, dans les Balkans ou en Russie, sur fond de persécutions et de querelles théologiques.
    Cet ouvrage est aussi un livre d'histoire.

  • Il existe actuellement dans le commerce plusieurs bibles pour enfants, mais elles sont toutes illustrées de manière non-traditionnelle.
    L'originalité du présent ouvrage vient de sa facture « classique » et de ses très belles illustrations à base d'icônes que les enfants de 5 ans et plus pourront colorier et donc mieux retenir.
    Les cent épisodes soigneusement choisis couvriront en réalité la quasi-totalité de l'Ancien Testament.
    Le lecteur aura vraiment l'impression d'avoir lu la Bible.

  • Contrairement à la plupart de convertis, David Hockley est né chrétien. Chrétien protestant.
    Or, de tous les chrétiens, les protestants sont peut-être ceux qui connaissent le mieux l'Ancien et le Nouveau Testament.
    L'auteur est donc venu à se convertir à la foi catholique par la lecture et la réflexion.
    Par amour aussi pour la Sainte Vierge qui n'a pas, comme chacun sait, toute sa place dans la théologie protestante.
    La parole s'est faite chair impressionne surtout par la profondeur de sa vision de la foi, par son approche intime des dogmes et des enseignements de l'Église.
    Grâce à ce livre qui dépasse à bien des égards les limites du témoignage pur, bien des catholiques redécouvriront les beautés intenses de ce qu'ils tiennent pour « normal ».

  • Partout en Europe, et singulièrement en France, le mariage civil subit des évolutions qui bouleversent les principes de la famille, de la parentalité et de la filiation. Or la vocation essentielle de la famille, rappelle Jacques de Guillebon, est d'encadrer la filiation. La famille est d'ailleurs ontologiquement et chronologiquement antérieure à la société. Cette dernière n'a donc pas la capacité de bouleverser ses fondements par un texte de loi.
    L'ouverture du mariage aux couples homosexuels rend possibles l'adoption et la procréation médicalement assistée avec intervention d'une tierce personne. Au nom du "droit à l'enfant". Or, il n'y a pas de droit à l'enfant. L'enfant n'est pas un objet, mais un être autonome né d'un père et d'une mère. Calqué à l'origine sur le mariage religieux, en perte de vitesse et de sens depuis plusieurs décennies, le mariage civil est aujourd'hui dans une impasse.

  • A cause du voile et d'autres aspects religieux qui la rendent « inférieure » à l'homme, la femme musulmane est perçue en Europe comme un être opprimé et dominé en tout point. Est-ce vraiment le cas ?
    L'image d'une extrême violence du jihad islamique rend cette notion éminemment religieuse inacceptable aux yeux des tous ceux qui croient en Europe à la tolérance et à l'ouverture d'esprit.
    La controverse sur la viande hallal a mis au premier plan, en France, la question du pur et de l'impur que beaucoup de ceux qui croient à l'égalité entre les hommes, considè-rent comme hostile à la personne humaine.
    Ces trois aspects essentiels pour la percep-tion juste de l'islam sont ici expliqués grâce à un travail harassant de récollection de textes dispersés dans l'immensité du Coran.

  • La pédophilie est un crime qui choque les consciences. La traque policière incessante a permis de démanteler des réseaux aux ramifications internationales. Des procès célèbres ont eu lieux : Dutroux, Outreau. Pourtant, aucun d'entre eux n'a autant secoué l'opinion mondiale que celui des prêtres pédophiles.

    Ce livre adresse sans complexe tous les aspects du problème : la vie sexuelle dans l'Église, le célibat des prêtres, la pédophilie dans l'Église de France, l'impact de la révolution sexuelle sur les prêtres. Dans cette enquête minutieuse et ancrée dans l'actualité, Gérard Leclerc dresse l'état des lieux et démonte la mécanique du scandale. La responsabilité des évêques et du pape est, elle aussi, évoquée avec courage.

    Un ouvrage indispensable pour tous ceux qui veulent comprendre les défis de notre temps.

  • Vous serez livrés mêmes par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d'entre vous. Vous serez détestés de tous, à cause de mon Nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C'est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie " (Luc 21, 16-19).

    Résumé :
    Française d'origine algérienne, Nadia est une musulmane qui ne se pose pas de questions sur son appartenance religieuse. Jusqu'au jour ou avant même de découvrir le Christ et de se convertir, elle décide d'agir en femme libre et indépendante. En Islam, le changement de religion est un crime et pour ses parents et ses proches, l'indépendance un scandale. On essaie d'abord de la convaincre. En vain. On la séquestre, on la soumet à la torture morale et à la sorcellerie, sa famille la plus proche essaie de l'empoisonner... Ce chemin de croix, elle le décrit avec une sobriété bouleversante. La force du témoignage de Nadia est à l'égal de l'amour qu'elle porte aux autres.
    Et elle s'est emparée du Royaume est une histoire vraie.

  • Au XIXe siècle, pour freiner la propagation de la lèpre qui sévit dans l'archipel d'Hawaï, l'administration décide d'envoyer tous les malades sur l'île reculée de Molokaï.
    Un prêtre flamand, Joseph de Veuster, dit le père Damien, se porte volontaire pour vivre sur cette île au milieu des lépreux afin de leur apporter une aide matérielle, sanitaire mais aussi spirituelle.
    Pendant seize années, il se mettra à leur ser-vice, voulant être un exemple de l'amour par-fait et gratuit, jusqu'au don total de soi : il contractera la lèpre et, défiguré, s'éteindra dans d'atroces souffrances le lundi de Pâques 1889.
    Béatifié le 4 juin 1995 par Jean-Paul II, il est canonisé le 11 octobre 2009 par Benoît XVI.

  • Dieu ou Allah

    Jean-Claude Goudeau

    • L'oeuvre
    • 25 Octobre 2012

    Mettant en résonnance des citations de la Bible et du Coran, cet ouvrage entend éclairer les différences entre les approches chrétiennes et musulmanes en interrogeant la question de Dieu.

  • L'islam, religion biblique ? L'islam, troisième rameau d'un tronc abrahamique commun, dont font aussi partie le judaïsme et le christianisme ? Une confusion, consciente ou inconsciente, est entretenue à ce sujet.
    Les spécialistes non musulmans hésitent à se prononcer clairement. Devant la difficulté de comprendre le Coran, la perplexité et le doute s'installent dans les sociétés occidentales. Pour certains il est un cri de haine, pour d'autres un chant d'amour. Tout le monde en souffre, les musulmans en premier, qui se sentent mal aimés, rejetés, incompris. Les impasses religieuses ne sont pas de bon augure pour la paix.
    On le voit bien : les tensions autour de la "présence musulmane" ne cessent de s'amplifier. Spécialiste reconnu de l'islam, François Jourdan accomplit ici un travail de clarification indispensable pour que l'échange soit possible. On ne peut vivre ensemble sans se connaître. Seule la compréhension mutuelle permet un dialogue véritable.

  • Jean-Paul II est peut-être le pape le plus populaire et le plus aimé de l'histoire. Son long pontificat, médiatisé comme aucun autre, aura durablement marqué les esprits.
    Pape voyageur, Jean-Paul II a pourtant fait un voyage qui éclipse tous les autres : le pèlerinage en Terre sainte. Dans La main tendue, nous faisons plus que le suivre pas à pas, grâce à la situation privilégiée du diplomate Pierre-Yves Fux qui fut chaque jour, chaque minute aux côtés du pape. Les nombreuses photos, prises par l'auteur, témoignent de cette proximité qu'aucun reporter ne pouvait avoir. Il voit et entend tout. C'est de là que vient cette extraordinaire présence que ressentira le lecteur, et qu'aucun livre n'a offerte jusque-là. La main tendue, c'est bien sûr la main du pape qui dépose une lettre dans l'interstice du Mur des lamentations. Main tendue au peuple juif, témoin premier de l'existence de Dieu.

  • " C'est un guide précieux pour vivre et mourir comme un homme dans une dignité qui se définit plus par le respect de l'autre que par l'estime de soi et qui donne du sens à nos existences.
    Ce livre sera d'une grande utilité à tous les professionnels engagés dans leur mission mais aussi à tous nos concitoyens qui doivent être sensibilisés aux problèmes posés par la fin de vie. " Jean Leonetti. Nous n'avons jamais vécu aussi longtemps. Les progrès de la médecine sont immenses, mais ils nous laissent souvent désemparés devant les conséquences du grand âge. Les handicaps lourds, les comas prolongés, les maladies neurovégétatives posent aussi des problèmes dramatiques.
    Ce guide a été conçu comme un outil d'aide et de soutien. Avec compassion, mais sans gêne ni tabou, tous les sujets brûlants sont abordés. Les témoignages de professionnels, d'accompagnants et de malades font de "Vivre et mourir comme un homme" un instrument unique destiné à tous. Un livre qui regarde la vérité en face.

  • Koba la terreur

    Martin Amis

    • L'oeuvre
    • 15 Janvier 2009

    Dans l'oeuvre de martin amis, koba la terreur est un livre aussi personnel que son célèbre expérience.
    Sauf qu'ici, entre un début et une fin oú il se livre et ne s'épargne pas, amis nous offre peut-être les trois cents pages les plus fortes jamais écrites sur staline. le père de l'auteur, kingsley amis, pape du renouveau des lettres britanniques, fut entre 1941 et 1956 un " toutou du komintern ", comme il le dira plus tard lui-même. cette complicité avec l'un des pires crimes de l'histoire est aussi celle d'innombrables intellectuels pour qui le communisme fut un rêve et un idéal trahi.
    Avec une finesse remarquable, amis parcourt en romancier ces connexions troubles, multiples, afin d'en dégager le sens profond, l'impact durable. staline a dit un jour que la mort d'une personne était une tragédie, mais qu'un million de morts n'était que statistique. koba la terreur dément ce postulat cynique d'" uncle joe ". comme dans la flèche du temps qui plongeait ses lecteurs dans le passé terrifiant d'un médecin nazi, l'auteur utilise toute la force de son art pour rendre lisible l'illisible, supportable l'insupportable.
    Son exploration unique du mal se fait sous le sceau de la nécessité, de la soif de comprendre, du désir de ressentir, de compatir au sort des millions de victimes. ce livre dérangeant est une réponse du talent à la tyrannie.

  • C'est une affaire entendue, le jazz est né à La Nouvelle-Orléans, le raï à Oran et le dub à Kingston.
    Mais si les musiques urbaines fleurissent dans des villes de prédilection, elles sont aussi de grandes voyageuses. Partout, les styles musicaux de notre époque grandissent, se croisent, et s'enrichissent d'influences extérieures. Aujourd'hui le rock, l'afrobeat, la techno ou le klezmer évoluent au même moment dans de nombreuses cités de la planète et donnent naissance à de nouvelles musiques, qui à leur tour iront nourrir l'imaginaire du village global.
    Les musiques urbaines, avec leurs vedettes et leurs artistes maudits, sont l'une des expressions les plus vivantes de la modernité. Notre civilisation est celle des villes-monde où toutes les cultures se brassent, se mélangent, se contaminent l'une l'autre. La musique des villes est par excellence universelle. Ce Petit atlas des musiques urbaines est une première. Conçu comme un voyage en métro, mais un métro planétaire, il offre un tour d'horizon des tendances musicales actuelles et propose un panorama aussi complet que possible de ce qui fut une contre-culture, mais qui est devenu la culture dominante d'un monde en ébullition.
    Les musiques urbaines sont les braises qui chauffent la marmite-monde.

  • " La vie est plus belle avec le Christ que sans Lui " disent les chrétiens. Cette vie intime avec Jésus a produit des merveilles qui ont façonné notre culture. Cécile B. Loupan en a sélectionné quarante, parce que, dans la Bible, c'est le chiffre symbolique de la méditation et de la rencontre avec Dieu. Subjectif, ce choix résume le " tronc commun " de la vie chrétienne : les sacrements, les prières, les objets rituels, l'ascèse, les fêtes.

  • Enquête minutieuse qui se concentre sur les jours ultimes de la vie de Jésus, puisqu'elle débute par la dernière Cène et se termine au moment de la mort du Christ en croix. Mais qui s'efforce aussi de mettre en perspective les motivations profondes des différents protagonistes, qui les replace dans le contexte politique, psychologique, économique et religieux de l'époque. En se déplaçant d'un bout à l'autre de la Galilée, pays des Juifs alors occupé par les Romains, le lecteur assiste aux événements et à leurs prémices.
    Il les vit, presque. Par-delà les âges, nous suivons à la trace les acteurs volontaires et involontaires de ce drame fondateur de notre civilisation. Nous les accompagnons pas à pas, grâce aux découvertes archéologiques les plus récentes, et au travail sur les textes que mènent sans relâche les chercheurs juifs et chrétiens, en Israël et ailleurs. Dossier d'instruction christologique, cette enquête sur Les derniers jours de Jésus décrypte la Passion et nous entraîne au coeur d'un événement qui a changé la face du monde.

  • Dany Pichot a 12 ans lorsqu'elle apprend que son père a quitté la famille, non pas pour une femme, mais pour un homme. C'est le choc ! Aujourd'hui mère de famille, elle re-vient sur les années de souffrance et de dé-sarroi qui ont suivi : des rencontres qu'elle a eues avec son père et son « ami », des sé-jours chez eux qu'elle a effectués étant en-fant. Encore aujourd'hui, le traumatisme est si grand qu'elle n'aurait pas pu témoigner comme elle le fait ici si son père n'était pas décédé dernièrement.
    Ce livre est, comme le dit l'auteur, l'expression d'un « trop plein » qui déborde et qui l'empêche toujours d'avoir une vie normale. Il est publié au moment crucial où la France s'apprête à dire oui au mariage homosexuel, qui va immanquablement en-traîner la légalisation de la procréation par autrui et l'adoption des enfants par les couples du même sexe.
    Ce retour sur l'enfance est un témoignage précieux dont on ne peut faire l'économie.

empty