La Part Commune

  • Des cigarettes ou des livres

    George Orwell

    • La part commune
    • 14 Octobre 2021
  • Egalite des hommes et des femmes

    Marie de Gournay

    • La part commune
    • 14 Octobre 2021

    Marie De Gournay développe une réflexion sur la nécessaire réhabilitation de la pensée féminine, étouffée, ignorée et dédaignée par son équivalent masculin.

  • Le genie americain

    Herman Melville

    • La part commune
    • 4 Novembre 2021

    Loin de constituer des « fonds de tiroir » disparates, les textes de Herman Melville (1819-1891) regroupés dans Le génie américain montrent une dimension inattendue chez cet écrivain indissociable du plus grand roman de la mer qu'est Moby Dick : son rapport aux États-Unis et son questionnement de l'identité américaine.

  • L'homme et la nature

    Elisée Reclus

    • La part commune
    • 14 Octobre 2021

    En voulant encadrer le progrès par des critères moraux, Reclus développe l'idée d'empathie pour la nature qui trouve aujourd'hui quelques échos dans l'urgence des problématiques environnementales contemporaines.

  • Le discours de la servitude volontaire

    Etienne de La Boétie

    • La part commune
    • 14 Octobre 2021

    La Boétie pose les bases d'une désobéissance civile que, quelques siècles plus tard, Henry David Thoreau et Gandhi reprendront à leur compte. La liberté est le renoncement à cette servitude volontaire.Â

  • Maurice Magre confie, quelque peu entre les lignes, le souvenir de sa propre expérience de provincial monté à Paris. Fort de ses rêves, de ses idéaux et de ses convictions tout à l'opposé du Symbolisme ambiant, la réalité de Paris le submerge, le dépasse. Figure bohême, interlope et opiomane, il se transcende au contact de la capitale. Il distille avec humour et bon sens ses Conseils à un jeune homme pauvre qui vient faire de la littérature à Paris dans douze chapitres qui emportent le lecteur dans l'atmosphère du Paris du début du siècle. Le Magre d'alors est alors bien loin de celui qu'il sera quelques années plus tard, plongé dans l'encens et la spiritualité hindoue.

  • Le silence

    Maurice Maeterlinck

    • La part commune
    • 10 Juin 2021

    La première moitié du XXème siècle permet à Maeterlinck d'entrevoir la plupart des désastres de notre époque. Mais c'est un autre monde qu'il nous offre. Des réflexions sur le temps, la vie de l'esprit et celle de la matière côtoient des travaux sur la vie animale, celle des insectes en particulier, qui aide à envisager, par contraste, celle de l'homme. Les essais rassemblés ici sont extraits des premiers et des derniers recueils du dernier grand humaniste.

  • Le Désespéré

    Leon Bloy

    • La part commune
    • 1 Juin 2005
  • Le paradis est une lecture continue

    Virginia Woolf

    • La part commune
    • 15 Octobre 2019

    Publiés respectivement en 1917 et 1919, ces deux articles, qui sont à l'origine des commandes, célèbrent deux auteurs américains dont on commémore les centenaires respectifs. S'ils font aujourd'hui figures de classiques, il n'en était pas de même un siècle plus tôt. Et c'est là que la sagacité de Virginia Woolf montre toute son ampleur et sa justesse.
    Critique subtile, pénétrante, percutante, elle sait saisir le sens d'une oeuvre, ses fondations comme ses ramifications. Sa lecture de l'auteur de Walden et de celui de Moby Dick, à une époque où l'appareil critique au sujet de ces deux chefs-d'oeuvre américains était pratiquement inexistant, n'en prend que d'autant plus de valeur. Avec une plume à la fois malicieuse et affûtée, elle montre une fois encore cette culture solide qui faisait l'émerveillement de ses contemporains.
    Sa grande finesse psychologique, son érudition et sa recherche formelle, qui font d'elle l'une des plus grands écrivains de langue anglaise, sont ici au service de deux auteurs, deux oeuvres, dont les préoccupations peuvent, au prime abord, paraître éloignées des siennes, mais qui la rejoignent dans la revendication d'une liberté, d'une libération conquise de haute main.

  • Chroniques du bambou

    J.-H. Rosny Aîné

    • La part commune
    • 10 Juin 2021

    Ces chroniques datées de l'année 1893 nous frappent par leur justesse visionnaire. Pandémie, terrorisme chimique, réduction de la biodiversité, bombe nucléaire, transhumanisme, compléments alimentaires, promotion du végétarisme, des énergies renouvelables et du développement durable : il n'est rien - jusqu'à la trottinette électrique - que les frères Rosny n'aient entrevu des usages et mésusages des sciences et des techniques en essor. Les chroniques de ce recueil se distinguent par une même volonté : celle de nous contraindre à faire un pas de côté, à sortir d'un trop confortable anthropocentrisme, à regarder avec distance nos comportements et nos valeurs de peuple ou même d'espèce dominante.

  • Luttons-nous pour la justice

    Simone Weil

    • La part commune
    • 15 Octobre 2019

    Dans ces trois textes de la fin de sa vie, nourris de son expérience personnelle et de sa réflexion, la philosophe catholique et ouvrière Simone Weil se livre à une véritable profession de foi qui accrédite son idée d'une nécessaire révolution humaniste.
    Fustigeant les errements de ses contemporains qui ont conduit à la guerre et à l'asservissement et à la paupérisation d'un nombre croissant d'hommes, elle dénonce la servilité d'un travail devenu aliénant, qu'illustre parfaitement le film de Chaplin, Les Temps modernes.
    Mais elle s'interroge également sur l'idée même de justice, et ses possibles détournements qui ont conduit à certains abus criminels.
    Comme dans toute son oeuvre, ce qu'elle cherche à placer au centre de toute interrogation, de toute préoccupation et de toute construction d'un avenir partagé et commun, c'est l'homme, dans son essence comme dans son individualité.
    Comme en réponse à la déclaration des droits de l'homme, elle rédige une déclaration des obligations à l'égard de l'humain, qui, aujourd'hui plus que jamais, résonne avec un sentiment d'urgence alarmant, alors que l'humanité se perd dans ses excès délétères dans tous les domaines : écologie, religion, société, politique.

  • Sur l'importance du refus du service militaire

    Léon Tolstoï

    • La part commune
    • 19 Juin 2019

    Dans son essai, Sur l'importance du refus du service militaire, Léon Tolstoï invite les citoyens à une forme de sédition au nom de la liberté des peuples et du droit de disposer de soi-même en toute quiétude. Contre l'oppression, contre les oppresseurs, Tolstoï fédère et apporte son soutien. La correspondance ici reproduite entre Tolstoï et les docteurs Skarvan et Makovitzky ainsi que l'article du docteur Skarvan « Le refus du service militaire » relaient l'influence que la contestation initiée par Tolstoï eu sur une partie de la population en Russie, comme en Europe.

  • La vie de Molière

    Voltaire

    • La part commune
    • 7 Octobre 2020

    Quand un monument de la littérature française classique en juge un autre, et qu´à peine un siècle les sépare, cela donne la Vie de Molière. Voltaire s´emploie à développer une biographie dépouillée de tout pathos, de toute anecdote futile, et à mener une critique des comédies de Molière avec impartialité. Un document d´histoire littéraire précieux, tant sur le fond que sur la forme.

  • Comment on se débarrasse d'une maîtresse

    Léon Gozlan

    • La part commune
    • 7 Octobre 2020

    Léon Gozlan, qui fut un proche de Balzac, est l´auteur d´une oeuvre non dénuée d´humour et de finesse d´observation de son temps. Et à ce titre, cette nouvelle ne déçoit pas et plonge le lecteur au plus près de la vie de jeunes oisifs du milieu du XIXe.

  • Terres natales

    Pierre Tanguy

    • La part commune
    • 24 Mars 2022

    Pierre Tanguy nous dit comment la «Âterre natale» peut nous façonner pour la vie et nous rattacher profondément à la nature.

  • Un desir de brumes

    Moazon Padrig

    • La part commune
    • 8 Mars 2022

    Ecrit en 2020 et 2021 dans le pays Pagan (Finistère Nord), ce recueil de poésie nous invite à partager un voyage dans les brumes.

  • Le ventre de l'oiseau Nouv.

    Le ventre de l'oiseau

    Thérèse André-Abdelaziz

    • La part commune
    • 5 Mai 2022

    Quelque part, dans un pays dévasté jamais nommé. Au nord, les Hauts-Plateaux. D'un côté, les falaises surplombent la mer et les récifs. De l'autre, les Terres noires, jadis fertiles, la richesse tant convoitée du pays. Au sud, commencent les Terres rouges. Au-delà, c'est le désert. À l'exception de deux d'entre eux, un chapitre pour chacun des sept personnages d'origines, conditions et âges différents. Ils ne se connaissent pas mais leurs trajectoires individuelles se croisent à un moment précis, soudées par les mêmes liensÂ: conséquences de la colonisation et querelles intestines. Fil rouge du récit, le soldat-poète réfractaire, un tribun venu, dit-on, de l'Oural ou du Caucase. Il clame ses poèmes de révolte à l'armée et sur les places publiques. Il se dit «Âpasseur de mémoire» et semble tout savoir des autres personnages. Il s'est donné pour mission de les conduire sur les Hauts-Plateaux où tous désirent se rendre.

  • Poèmes chamaniques

    Howard Mccord

    • La part commune
    • 24 Juin 2021

    Une première traduction de poèmes de Howard McCord faisant ressortir les inépuisables espaces désolés et les waste lands du Midwest de l´Amérique mythique qu´il a arpenté et dont il connaît le caractère habité.

  • Le confort moderne

    René Boylesve

    • La part commune
    • 7 Octobre 2020

    Récit d´une vie dominée par la fièvre consommatrice début XXe et entrecoupé d´épisodes cocasses où défilent les inventions les plus fantasques et les plus vaines. Un cri d´alarme, auquel le lecteur d´aujourd´hui peut encore tendre l´oreille.

  • Les gens qui craignent les prêtres

    Xavier Aubryet

    • La part commune
    • 10 Juin 2021

    Essai abrupt sur la Troisième République, dans lequel Xavier Aubryet déplore amèrement la situation dans laquelle se rouve le pays. Ses pamphlets, jamais avares de bonnes formules, visent avant tout l'État et ses discours officiels, et surtout la bourgeoisie.

  • Mon chien Pégase ; le chien ; les nôtres

    Ivan Tourguéniev

    • La part commune
    • 2 Juin 2018

    Confidence émue sur les liens de profonde affection qui unissent le chien aux talents éblouissants et son maître.

    Trois nouvelles :
    Mon chien Pégase, traduit par Mikaïl Achkinasi, La Vie littéraire, 27 octobre 1899.
    Le Chien, traduit par P. Mérimée, Nouvelles moscovites, 1869.
    Les Nôtres, épisode des journées de juin, traduit par Michel Delines, La Vie Littéraire, 10 janvier 1899.

  • Ce livre nous entraîne dans l´univers cocasse de la pègre parisienne sous le règne de Louis XIV. C´est l´envers du Grand Siècle que l´on nous révèle : poètes crottés, brigands, prostituées se haranguent et se querellent dans une atmosphère proprement carnavalesque. Le lecteur se plaira à cette compagnie haute en couleurs !

  • Vive la vie !

    Alphonse Allais

    • La part commune
    • 25 Juin 2019

    Vive la vie ! est un recueil de 29 nouvelles dont nous avons extrait 8 nouvelles.
    Ce titre est paru pour la première fois en 1892 : Librairie Marpon et Flammarion, 290 p. Collection Les Auteurs gais.
    Ce sont des histoires drôles où se cache un humour glacial plutôt amer sous une apparente gaieté.
    Dans la première nouvelle intitulée : La fin d'une collection, il s'agit du marquis, Bois-Lamothe, homme riche, beau, solide et grand propriétaire foncier.
    Grand coureur de jupons, inlassable trousseur de jupons. Mais le marquis est un grand collectionneur d'haricots. Il trie toutes sortes d'haricots et il les trie selon leur couleur : noir, violet, blanc, rouge, enfin tout ce qu'il trouve comme haricots. Un jour, arrivent chez lui son neveu et sa femme et ils ne trouvent pour les recevoir que la servante du marquis. Les invités attendent le retour du marquis mais il tarde à rentrer alors la nièce du marquis demande à la servante de quoi préparer le déjeuner et se dirige vers la cuisine et demande les ingrédients nécessaires. Elle prépare un très bon repas et voici le marquis qui arrive. Il salue son neveu, sa nièce et après les salutations, ils passent à la table. Le marquis a commencé à manger, et voilà qu'on lui présente un bon plat d'haricots : à la vue de ce plat avec sa collection d'haricots ses yeux sont exorbités et il tombe de sa chaise : il est mort.
    Moralité : Blaguez le collectionneur tant que vous voudrez, mais ne leur faites jamais manger leur collection, même à l'oignon.

  • Un roman en neuf lettres ; une représentation au bagne

    Fiodor Dostoïevski

    • La part commune
    • 9 Octobre 2018

    Deux textes présentés par Vincent Gogibu.
    Un Roman en neuf lettres : Pierre Ivanitch a emprunté trois cent cinquante roubles-argent à Ivan Piètrovitch sans signer de reconnaissance de dette.
    Il est convenu entre les deux hommes que Pierre doit jouer cette somme aux cartes contre Eugène Nikolaïtch, un jeune homme de petite noblesse qui vient de dépouiller sa grand-mère.

    Une Représentation au bagne : Dostoïevsky, ayant été mêlé à une conspiration en 1948, passa quatre années dans un bagne en Sibérie. Une fois remis en liberté, il a publié des mémoires intitulées Souvenirs de la Maison des Morts dont Une Représentation au bagne est un extrait.
    C'est une représentation théâtrale jouée par des forçats, véritable parenthèse enchantée qui nous initie à la vie du bagne en Sibérie et, en même temps, nous fait pénétrer dans l'âme du criminel russe.

empty