Sciences humaines & sociales

  • Communisme / Kommunismus / Communism est la première et unique analyse historique et philologique qui vise à saisir l'émergence en Europe de la question sociale et de son champ lexical. Il étudie l'origine et le développement des termes « communiste », « communisme » et d'un certain nombre d'autres apparentés nés, entre 1785 et 1842, au sein de groupes décidés à transformer la société et résolument hostiles à l'individualisme et à la propriété privée.
    De Restif de La Bretonne aux premiers écrits de Marx et d'Engels en passant par Babeuf, Buonarroti, Owen, Cabet, Lebon, etc., Jacques Grandjonc suit - textes à l'appui, pour la plupart inédits - la germination d'un vocabulaire communautaire, révolutionnaire et international qui sera au coeur de l'histoire du XIXème, du XXème et du XXIème siècle.

  • Dérider le désert ; chroniques éparses d'un baby-boomer

    Daniel Denevert

    • La grange bateliere
    • 29 Novembre 2018

    "Observer son époque, l'analyser, comprendre ce qui se trame dans l'envers du décor, empoigner le réel avec le mordant qu'il faut, témoigner, ne jamais tricher avec la vérité, déjouer le mensonge en dévoilant les mécanismes et les intentions dont il procède, voilà ce qui devrait constituer le souci et le travail de tous ceux qui ont à subir la présente organisation sociale. Voilà une exigence éthique élémentaire, un enjeu épistémologique socialement vital.
    Une humanité un peu plus avertie aurait à coup sûr compris que c'est à cela que se distingue un peuple libre". Ce recueil de critiques, souvent jubilatoires, parfois féroces, retrace des souvenirs de luttes et de dissidences des années cinquante à aujourd'hui, de Paris, et sa banlieue, au plateau de Millevaches. Postface Une "lettre à un ami"

  • Les coulisses du naufrage

    Daniel Denevert

    • La grange bateliere
    • 30 Octobre 2020

    Jusque-là, les bonnes manières qui traînaient dans l'air du temps voulaient qu'on s'inquiétât pour le climat. Jusqu'aux cimes de l'État, l'écologie faisait florès, la « transition » était en route... En attendant, chaque nouvelle année apportait son lot de phénomènes ravageurs, faisant partir en fumée des contrées entières ou les noyant sous les inondations.

    D'aucuns redoutaient avant toute chose les accidents industriels, nucléaires. D'autres scrutaient les convulsions de l'économie, nous voyant sombrer dans la disette avec l'effondrement de la finance. Les plus pessimistes enfin redoutaient carrément la conjonction de tous les fléaux s'abattant au même moment sur nos têtes à la faveur d'une désorganisation générale.
    Mais jusqu'ici, rien de tout cela ! Le sort préféra nous envoyer le Covid-19. L'économie mondiale tomba d'un bloc en coma profond. Plusieurs siècles durant, il n'est pas un mouvement révolutionnaire qui n'en avait rêvé. Pour finir c'est un virus qui l'aura fait !

  • Contribution à une théorie des climats

    Gilles Lapouge

    • La grange bateliere
    • 28 Juin 2016

    Cette contribution est une découverte des mystères du climat à travers les civilisations. Un voyage mené grand train, avec poésie et espièglerie.
    Avec la mort, le climat est un des rares territoires sur lequel les hommes n'ont pas réussi à faire main basse, l'un des derniers rebelles. S'il a cédé quelques provinces de son Empire, il a cependant résisté à la mise en ordre généralisée qui forme le seul et pauvre dessein des civilisations. Face à la terre que nous sommes en train de réduire en esclavage, les nuages sont les derniers vestiges des primitives libertés. Les vents se lèvent quand ils en ont assez de dormir, ils font les matamores, cassent une ou deux îles tropicales, rentrent dans leurs songes, mais ils ne somnolent que d'un oeil, ils se réveillent en sursaut et vagabondent encore.

empty