Sciences sociales / Société

  • Ce livre conclut l'étude théologique magistrale initiée dans l'Ethique de la liberté. Jacques Ellul y développe les implications d'une liberté chrétienne incarnée, traitée dans son rapport étroit avec la vie humaine sous divers aspects : le témoignage et la politique, le travail et l'argent, la révolution et le désir d'autonomie, la drogue et le désir d'évasion, le plaisir sexuel et la famille, les valeurs féminines et masculines...
    Dans cette "société de fer" , les injonctions de la technique relatives a notre mode de vie se font de plus en plus impératives et, tandis que l'Etat incline vers un absolutisme régulateur, les groupes sont tentés par la promesse mensongère d'une violence émancipatrice. Les combats de la liberté se révèlent alors combats contre les multiples puissances de mort : il s'agit de retrouver le sens du bien commun et la possibilité d'une vie véritablement libérée.
    Vécue dans l'espérance mais sans facilite aucune, la liberté chrétienne est ce don divin qui est a la fois grâce et exigence : "Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta descendance. "

  • Tunis à l'automne 2011. La démocratie n'est pas advenue avec le départ de Ben Ali. Ceux qui l'avaient cru s'aperçoivent que la transition ne fait que commencer. Pour rendre tangibles les difficultés et les dangers à surmonter, cet ouvrage retrace l'histoire de la polémique nationale suscitée suite à la diffusion télévisée du film Persepolis. Son déroulement permet de saisir avec finesse comment le recours à la justice pénale, loin d'ouvrir l'espace d'une libre controverse, peut polariser des causes identitaires, redoublées de conceptions défensives des libertés. Être pris dans un tel combat, c'est se trouver assigné, de gré ou de force, dans un camp belligérant, et confronté à l'exigence d'en assumer les conséquences morales. Au fond, c'est peut-être cela une révolution  : découvrir un monde que l'on configure en agissant, et se découvrir soi-même agissant dans cette situation-là. L'un des aspects les plus troublants de cette découverte est la pérennité des moeurs traditionnelles et conservatrices. C'est vrai en Tunisie et au-delà

  • Aldo Brina travaille depuis 2007 au coeur du réseau de défense des réfugiés. Son témoignage, il le puise dans l'expérience quotidienne des permanences juridiques et des mouvements associatifs. Il raconte la beauté miraculeuse d'une politique qui sauve des vies et décrit le labeur héroïque des acteurs de terrain. Mais le tableau serait incomplet sans ses zones d'ombre : il y a aussi l'impuissance avec laquelle chacun doit tôt ou tard composer face aux expulsions et aux situations où des individus sombrent, les doutes qui surgissent et tempèrent la ferveur des discours militants, l'horreur des récits de réfugiés fuyant des pays pas si lointains. De là, l'auteur pose des questions urgentes : qu'est-ce qui motive des êtres humains à en aider d'autres à pouvoir vivre dignement ? Qu'est-ce qui, dans notre époque, fait obstacle à ce geste fondamental ?

  • Sociologue allemand de renommée internationale, Hans Joas propose ici une généalogie des droits de l'homme qui dépasse la dichotomie traditionnelle entre héritage des Lumières et continuité issue du judéo-christianisme. Il propose ainsi de comprendre les droits de l'homme comme la « sacralisation », c'est-à-dire l'appropriation par des expériences subjectives intenses et affectives, de la personne humaine.

    Loin d'une conception philosophique qui postulerait la préexistence de valeurs, Hans Joas souligne la contingence historique de l'apparition des droits de l'homme et les expériences à la fois négatives (tortures, meurtre de masse) et positives (reconnaissance du bien) qui en sont à l'origine.

  • 17 jeunes chercheurs en sciences politiques engagés sur des questions citoyennes Dans ce livre, 17 jeunes chercheurs en sciences politiques ou sociales ont choisi de répondre à 15 questions qui fâchent ou que tout le monde se pose : les étrangers volent-il notre travail ? Les citoyens sont-ils trop bêtes pour voter ? Peut-on tout dire au nom de la liberté d'expression ?
    En utilisant des outils scientifiques, mais les rendant accessibles au grand public, les auteurs ont eu à coeur de proposer une réflexion exigeante mais claire qui permet d'aborder de manière sérieuse des questions qui ne cessent de revenir dans le débat citoyen.

  • L'amitié est au coeur des relations humaines.
    Par-delà les noeuds qui entravent les relations dans les complexités du langage et du rapport intime aux proches, au père et à la mère tout particulièrement. La linguistique et la psychanalyse peuvent être comprises comme des démarches visant à défaire des liens entremêlés, à la recherche d'une amitié menacée par la violence des passions et des mots. C'est à ce travail de désintrication que s'engage le psychanalyste Olivier Flournoy dans ce livre écrit quelques mois avant sa mort en 2008.
    Inscrit dans un travail d'analyse théorique de haute volée, l'auteur évoque des liens particuliers avec Ferdinand de Saussure, père de la linguistique, Sigmund Freud et Jacques Lacan. Lointain parent par alliance de Ferdinand de Saussure, Olivier Flournoy a séjourné petit enfant à Vienne où son père suivait une psychanalyse avec Freud. Il a lui-même été en formation chez Lacan. Les anecdotes personnelles racontées dans ce livre restent liées à son projet initial autour de l'amitié.
    Dans cette orientation, l'auteur réfléchit également au phénomène de la mondialisation qui pourrait traduire le développement d'une amitié universelle en complément de l'agenda originel qu'il prête à la psychanalyse et à la linguistique.

  • Notre époque semble fascinée par la figure de l'individu occidental qui se fonde et se construit lui-même.
    Devenir soi-même par soi-même : tel est l'impératif qui s'impose à chacun comme une tâche à accomplir. or celui qui veut exister dans la singularité de son être se découvre parfois vacillant dans un monde qui le soutient mal. jean-daniel causse interroge cette vision de soi et il propose de retrouver le don comme source de l'être et de l'acte. c'est dans ce qu'il reçoit, souvent à son insu, que l'être humain trouve de nouvelles possibilités pour penser et agir.
    La notion d'agape, centrale dans le christianisme, nomme le don qui travaille au coeur de l'éthique et de ses impératifs, mais produit aussi un " excès " ou un " en plus " dont il faut rendre compte. dans cet essai, l'auteur reprend les enjeux de l'éthique, notamment notre rapport à l'autre comme semblable et différent. a travers une très belle lecture critique de lévinas, freud, lacan, kant, et surtout de ricoeur, il montre pourquoi et comment le don constitue un sujet capable d'être et d'aimer.

  • Cet essai sur le football est un livre foisonnant qui éclaire les multiples facettes du sport le plus populaire de l'humanité.
    Ethicien, théologien, fervent supporter, denis müller en suit les moindres péripéties locales ou internationales depuis plus de cinquante ans. a ce titre, il intervient régulièrement dans le public pour analyser avec le recul du penseur et l'empathie du passionné un phénomène dont le développement soulève de nombreuses questions. ce livre les reprend et les développe. après l'évocation personnelle de son rapport au football, l'auteur en propose une lecture à partir de l'histoire, l'éthique, la religion et l'anthropologie, avant de traiter un certain nombre de défis actuels : évolution et signification des règles, rôle de l'arbitre, fanatisme, machisme, hooliganisme, dopage ou encore tricherie.
    En conclusion, denis müller propose quelques orientations susceptibles de soumettre le monde du football aux règles indispensables de la responsabilité et du fair-play. une invite essentielle à protéger un jeu parfois divin de ses démons menaçants.

  • Cet ouvrage propose la reproduction en couleur de 66 quilts amish et mennonites des XIXe et XXe siècles que Jacques et Catherine Légeret ont rassemblés depuis plusieurs années.
    Partageant régulièrement la vie d'une communauté amish de Pennsylvanie (voir leur dernier livre L'énigme amish, Labor et Fides, Genève, 2000), ils offrent ici une première présentation d'envergure en français d'un art et d'une technique particulièrement en vogue aujourd'hui. Pièce d'étoffe utilisée généralement en couvre-lit ou couverture, le quilt (de l'anglais to quilt: piquer) est un patchwork de chutes de tissus assemblés selon des codes bien spécifiques.
    Catherine et Jacques Légeret présentent d'abord les circonstances dans lesquelles ils ont découvert les Amish et leurs quilts, avant d'évoquer certaines caractéristiques de la communauté et le rôle qu'y jouent les femmes. Agrémentée de nombreuses illustrations, cette première partie se poursuit par une brève histoire du quilt, un survol des principaux dessins qui y figurent et la signification sociale que les Amish leur confèrent.
    Dans une deuxième partie, les auteurs présentent leurs coups de coeur, 66 quilts, tous plus beaux les uns que les autres, accompagnés d'explications, de légendes et de commentaires. Un livre unique sur un art de vivre et de " surpiquer " dont les motivations interrogent fortement notre modernité.

  • Cet ouvrage collectif réunit des médecins, psychologues, juristes, éthiciens et théologiens suisses autour du suicide, dont le taux est particulièrement élevé en Suisse.
    Ce livre veut briser un certain nombre de tabous pour contribuer à enrayer la spirale. Les auteurs abordent des questions liées au suicide des adolescents, à la résilience, à l'éthique, aux rites funéraires, au soutien des proches ou encore à la postvention. Pour les auteurs, le suicide est un événement trop souvent tenu secret alors que l'information et la réflexion permettent de mieux appréhender les diverses politiques de prévention.

  • Face à une demande de plus en plus large et diversifiée, est-il possible d'intégrer la spiritualité dans des hôpitaux laïques ? Plusieurs auteurs, chercheurs ou médecins, font part de leurs expériences et de leurs réflexions et tentent de répondre à ce défi nouveau qui transforme considérablement le rôle des aumôniers et plus largement du rapport entre personnel hospitalier et patients. Il s'agit désormais de définir à la fois le cadre théorique de l'intégration de la spiritualité et de la religion dans les modèles de soins mis en place dans un système hospitalier, mais aussi d'examiner plus en détail comment la dimension religieuse et spirituelle peut-être intégrée dans des contextes variés, en particulier dans le domaine des soins palliatifs. Un ouvrage qui propose de nombreuses pistes à la fois théoriques et pratiques sur un sujet nouveau, mais amené à prendre de plus en plus d'ampleur.

  • Aujourd'hui, les organisations internationales sont amenées à s'engagées dans de nombreux conflits à travers le monde.
    Dans des situations toujours plus complexes, la préservation des droits de l'individu et le respect des cultures et des traditions locales constituent un véritable défi. véronique zanetti mène dans cet ouvrage une réflexion éthique et philosophique approfondie sur les droits de l'homme à l'échelle internationale et sur le droit d'intervention humanitaire. elle explore notamment les conditions dans lesquelles une aide humanitaire ou une intervention armée se justifient ; elle aborde les notions d'etat mondial, de légitime défense et de justice distributive globale et montre que l'inégalité criante dans le partage des richesses ne fait que renforcer l'instabilité dans les pays émergents.
    /> En confrontant les différentes approches existantes et en évitant les écueils de l'idéalisme, ou d'un moralisme outrancier, l'auteur démontre que les institutions internationales, les etats et les individus partagent les responsabilités dans un monde qui n'est pas encore doté des moyens d'assurer une paix durable à ses citoyens.

  • C'est l'intensité de la violence conjugale, dans sa fréquence et sa durée, que ce livre se charge de documenter, dix-huit exemples à l'appui. Etre là, à l'endroit où vient de surgir cette même violence ; être présent quand on la juge et la condamne. De l'adresse privée à la salle d'audition, du poste de police au Palais de Justice, s'appliquer à rétablir les faits dans leur enchaînement fatal. Instruire en somme, sans juger ni interpréter, en réservant une attention égale à chacun des protagonistes, à l'agresseur comme à sa victime. Cette enquête a sa propre histoire. Elle commence en 2007 par l'annonce d'un meurtre au petit matin. Travail classique de fait divers: rendre compte pour son journal de la mort d'une femme, tuée par son mari. Prendre date avec le procès à venir, le suivre sans quitter le prétoire jusqu'au verdict. Chaque mot compte : la violence conjugale a son propre vocabulaire. Quatre années donc à suivre cette actualité d'une richesse par moments décourageante, au gré des gardes aléatoires, des réquisitions et des auditions à rallonge. L'entêtement a cette double vertu de chasser les idées reçues et de réviser les certitudes trop vite acquises.

  • Hannah Arendt fait partie des philosophes les plus commentés en français aujourd'hui. Pourtant, des aspects déterminants de son oeuvre restent encore mal connus ou peu interprétés, tels son rapport important à la tradition chrétienne, son dialogue avec les grands penseurs du politique et sa réflexion sur la morale. Dans cette recherche ambitieuse, Céline Ehrwein Nihan aborde ces thématiques présentes chez Hannah Arendt en les inscrivant dans une pensée générale dont la pertinence reste intacte pour analyser les crises des pensées contemporaines et partant celle des sociétés du début du XXIe siècle. Marquée par la difficulté d'articuler aujourd'hui politique, morale et religion, cette crise trouve chez Hannah Arendt, si ce n'est une possibilité de dénouement, du moins les moyens d'être finement identifiée. A l'écart des systèmes de pensée enfermant dans des dialectiques trop formelles, les écrits d'Hannah Arendt offrent une manière d'être systématiquement ouvert à la complexité. Même à l'égard du mal absolu, sur lequel elle revient via son célèbre écrit sur le procès d'Adolf Eichmann à Jérusalem, Céline Ehrwein Nihan présente les éléments d'une oeuvre importante capable de comprendre la crise, de la restituer dans un contexte moral, politique et religieux ouvrant à quelques dépassements possibles.

  • Lauréat du World Press Photo 2008 dans la catégorie « contemporary issues », Jean Revillard a photographié deux ans durant la communauté des migrants stationnés à Calais, dans le Nord de la France, qui attendent un hypothétique passage en Angleterre. Ce travail est le complément du film Welcome, récemment sorti, qui détaille les drames qui se nouent aux abords de la Manche. Les migrants séjournent dans des cabanes de fortune, construites de bric et de broc, dont Jean Revillard propose ici les photographies, en illustration de la misère dans laquelle vivent ces candidats à une vie décente. Pour Jean Revillard, notre regard sur les migrants doit changer. Radicalement. C'est pour traduire cette vocation qu'il fait voir ces cabanes, visions qui inscrivent les rêves de la migration en porte-à-faux avec les « robinsonnades » de notre enfance. 48 photos impressionnantes se succèdent ainsi dans cet ouvrage, accompagnées d'une carte indiquant la géographie de ces huttes et d'un journal enrichi de portraits par lequel l'auteur fait toucher d'un autre doigt la réalité concrète de ce qu'il fait voir. Jean Revillard est photographe. Il travaille à l'agence Rezo.ch, basée à Genève, qu'il a fondée en 2001. Auteur de nombreux reportages pour la presse, il vient d'obtenir en 2009 un deuxième World Press Photo Award, troisième prix, pour le portrait d'un migrant photographié à Patras, en Grèce.

  • L'accès aux médicaments dans les pays pauvres est aujourd'hui encore dramatiquement difficile et les efforts pour améliorer cette situation sont nettement insuffisants.
    Cet ouvrage aborde le problème à partir des points de vue politique, économique et éthique. Les trois auteurs plaident pour que soit encouragée la mise en place, par les gouvernements locaux, de véritables politiques de la santé dans les pays en difficultés, politiques auxquelles des acteurs non gouvernementaux doivent être étroitement associés, ainsi que cela commence à se faire. De réelles avancées vers une meilleure santé publique sont possibles à la condition que les divers acteurs coopèrent.
    La contribution des laboratoires pharmaceutiques, que ce soit les entreprises produisant des médicaments sous brevets ou les fabricants de génériques, est absolument nécessaire ainsi que celle des organisations internationales telles que l'OMS et l'OMC qui doivent assurer le cadre juridique de la circulation équitable des médicaments dans le commerce mondial. C'est ainsi que le rôle économique des brevets dans l'industrie pharmaceutique et les limites éthiques du monopole qu'ils confèrent à leurs détenteurs sont examinés attentivement dans l'ouvrage.
    Les auteurs développent leur conviction que la situation sanitaire dramatique des pays pauvres ne pourra être améliorée que par une meilleure articulation du politique et de l'économique, par une réflexion approfondie sur le droit à la santé et les obligations morales des divers acteurs parties prenantes : gouvernements, organisations internationales, fondations philanthropiques, entreprises productrices des médicaments, populations concernées.
    C'est à cette réflexion que ce livre veut contribuer.

  • Le protestantisme entretient des liens incontestablement positifs avec la modernité.
    Pourtant, il ne touche pas les dividendes sociaux de son adaptation à une société sécularisée et pluraliste : le protestantisme se transmet mal d'une génération à l'autre, c'est surtout à travers ses groupes les plus conservateurs ou fondamentalistes qu'il résiste au déclin, il ne sait ou ne veut "vendre" les qualités spécifiques de son originalité. Cette précarité trouve son origine dans les caractéristiques sociologiques du protestantisme qui, par essence sinon par vocation, est travaillé par l'existence de courants contradictoires (comme le libéralisme et le fondamentalisme).
    Il en résulte une fragilité sociale perceptible dans l'éclatement institutionnel ou l'ambiguïté cléricale. De manière générale, le protestantisme illustre foncièrement ce fameux paradoxe des conséquences où il s'avère que tel système de croyance peut avoir un effet social parfaitement contraire à ses idéaux. Jusqu'à présent, cependant, le protestantisme a su faire alterner - ou même coexister - déclin et renouveau.
    En sera-t-il de même à l'orée du XXIe siècle ?
    Cette analyse lucide permet de poser la question dans toute son ampleur.

  • Si personne n'a jamais osé parler d'un " massacre juste ", alors pourquoi dit-on qu'une guerre est juste ou non ? En analysant les argumentations classiques à propos de la guerre pour en éprouver les logiques internes, Nicolas Tavaglione soumet à la critique cette notion de guerre juste, sans jamais se ranger du côté d'un pacifisme absolu et unilatéral.
    Parallèlement à l'analyse théorique, l'auteur prend plusieurs exemples issus de l'actualité, dont l'Irak. Dans ce texte, il propose de maintenir le dilemme moral de la guerre dans toute sa radicalité : entre guerre juste et pacifisme absolu, le choix reste insoluble. Il faut dès lors préconiser une sorte de pacifisme préventif afin de l'éviter.

empty