Laquet

  • Un billet pour l'eternite

    Grenier

    • Laquet
    • 1 Avril 2003

    Pour rejoindre celle qui, de très loin, semble lui faire signe, Roland entreprend un voyage spatial solitaire et insensé.
    Mais voilà : en chemin, il croise la route d'un astronef dont les occupants ne lui sont pas inconnus. Mieux : depuis longtemps, ce rendez-vous paraît programmé ! Tombé sous le charme de Mirim, l'envoyée de 61 du Cygne, Roland comprend que cette rencontre scelle son destin ; mais il ignore qu'elle noue dans l'espace-temps une étrange boucle... Dans ce récit palpitant et envoûtant, Christian Grenier conjugue mieux que jamais la science et la poésie, la réflexion et l'imaginaire.

  • À Florence, les employés administratifs d'un théâtre, groupés en Comité d'Entreprise, décident de monter eux-mêmes La Bonne âme du Se-Tchouan. Le metteur en scène en titre, le célèbre et truculent Maestro accueille la nouvelle avec un enthousiasme « modéré » ! Son embarras et son tonitruant désappointement croîssent à mesure que le projet prend forme. Mais peut-on détrôner un maestro ? Luigi Lunari dramaturge, critique et professeur d'Histoire du Théâtre est l'auteur de nombreuses comédies à succès dont Storia d'Amore, Le Sénateur Fox et Fausse Adresse représentée à Avignon en 1994 puis à Paris au Théâtre La Bruyère.

  • Le voyage de Karnatioul

    Claude Duneton

    • Laquet
    • 15 Septembre 1997

    La Chapelle-aux-Saints (Corrèze). En 1908, trois abbés férus de préhistoire mettent à jour, parmi un gisement d'outillage moustérien, les restes d'un homme de type Néandertal. La position du squelette, couché dans une fosse, tête tournée vers l'ouest, résultait à l'évidence d'une inhumation. Trois mille générations plus tard, Claude Duneton retrace ici, à sa manière, les derniers moments de son ancêtre corrézien.

  • L'image récurrente du Connemara est une immense prairie glissant vers la mer.
    Et tout ce vert est quadrillé d'un réseau de murets, ponctué de moutons... mais pour moi, c'est une route bleutée qui s'enfonce dans le brouillard. Et sur cette route déserte, le silence et la solitude sont nécessairement estampillés d'une silhouette lointaine plus sombre que la tourbe, celle d'un homme à pied qui va dans la direction de nulle part. L'homme du Connemara est brun noir et vert criard, avec du gris au-dessus de la tête, par endroits tachetés de bleu transparent.
    Le bout du monde est aussi le bout de nous-même. C'est le pays des légendes, donc celui des origines.

  • «Mr Marcel va venir ! Mr Marcel n'a pas pu venir ! Mr Marcel ne pourra pas venir ! Mr Marcel ne viendra pas ?» Entre ces quatre temps, l'attente du réparateur de l'ascenseur va donner aux résidents du Concorde le temps de la communication : discussions, explications, interprétations, supputations, accusations, interrogations : «Qui empêche Mr Marcel de venir ? Qui veut réparer ? Qui ne veut pas ? Pourquoi ? Quel est le responsable ? Et si. ? Quelles pourraient être les conséquences ? Les trente-cinq heures sont-elles un progrès social ? Faut-il défendre la liberté d'entreprise ou l'égale dignité ?» Une émission de télévision s'avère nécessaire ! Mais la question centrale à toute communication, demeure : Mme Marcel aura-t-elle enfin des nouvelles de sa fille Sabrina ?

  • Pied à terre

    Serge Sándor

    Un couple séparé tente de se rejoindre dans un ultime voyage. Ils vont rechercher dans un endroit perdu en pleine campagne leur fille, Fanny, qu'ils ont abandonnée cinq ans auparavant chez la soeur de son père. Dans cette famille, le fils a adopté Fanny comme sa petite soeur. Il a un profond mépris pour le mensonge et l'hypocrisie de ce couple bourgeois. C'est dans cette «famille d'accueil», dans ce huis-clos suspendu où tout reste enfoui, que vont ressurgir les ratés du père et de la mère, l'inceste, le sacrifice, les traumatismes, l'amour fraternel des deux jeunes, les conflits et la mort.

  • L'Homme qui lisait est inspiré d'un court récit d'Arthur Schnitzler. Pendant la guerre d'Indochine, un jeune officier français est fasciné par un prisonnier condamné à mort qui passe ses derniers instants à lire. Victoire est un monologue. Sa rivale vient de lui ravir le dernier deux cents mètres de sa carrière internationale. Depuis l'âge de 15 ans, elle a tout donné au sport et doit maintenant tirer un trait sur son histoire.

  • Lisbonne au coeur

    Blanc Le

    • Laquet
    • 21 Mars 2000

    A Lisbonne, le fleuve n'est jamais bien loin.
    Le temps d'un été, une jeune française, d'origine portugaise, découvre la ville et ses tramways, se perd dans ses ruelles, dans les lointains faubourgs, à la recherche de sa cousine. Peu à peu une ville apparaît, un quartier, une colline, des odeurs. A distance, un garçon de café les observe. Est-il de la partie ? Que fait-il exactement ? Peut-être Lisbonne ne livrera-t-elle jamais ses secrets. Peut-être la ville est-elle tout ce qu'il y a sous le ciel.

  • Saigne-terre

    Laurent Maurel

    • Laquet
    • 15 Novembre 2001

    Dans un pays en pleine guerre civile, un adolescent survivant, Titizaki, est recueilli et protégé par un officier, Idir. Entre eux deux la méfiance fait peu à peu place à une affection profonde. L'arrivée de Lady L, la maîtresse d'Idir, bouleverse cet équilibre et dresse les deux hommes l'un contre l'autre. L'espoir d'une vie à deux avec Lady L pousse Titizaki à s'interroger sur la responsabilité de son sauveur quant au massacre de sa famille.

  • Yaounde instantanes

    Effa

    • Laquet
    • 1 Juin 2003

    Après vingt-et-un ans de séjour en Europe, l'auteur retourne à Yaoundé, sa ville natale. Dans la chaleur nocturne et l'odeur de la poussière a pu se glisser la visitation bénie de la reine des villes. Il parcourt à pied la ville aux sept collines où une espèce de vénération, d'adoration sacrée se fait jour.

  • La rencontre.
    Paul Monval reçoit dans sa mansarde la visite de Ludovic Casarier, un industriel connu et menaçant, mais Paul ne se trouble pas, se joue de son visiteur, le provoque. La conclusion de ce duel est inattendue.
    Une alliance en platine. Une jeune femme découvre que depuis plusieurs jours un enfant inconnu la suit. Peu à peu il prend le contrôle de sa vie en suivant un plan précis et déconcertant.
    Les prunes ou la troisième solution.
    Un détective voit surgir, revolver au poing, un étrange petit homme qui semble avoir une sérieuse raison de lui en vouloir. Une succession de coups de théâtre où le détective manipule et roule son visiteur qui ne sera, cependant, pas venu pour des prunes !

  • Sonate d'automne a montreal

    Jean-Yves Loude

    • Laquet
    • 11 Septembre 2001

    C'est chose fréquente à Montréal : arriver pour trois mois et s'apercevoir soudain que trente ans se sont écoulés et que vous n'auriez pas imaginé votre vie ailleurs.
    Une sonate d'automne à Montréal ne s'écrit pas sans risques, elle peut être suivie de plusieurs mouvements. " Je ne suis pas pressé " leitmotiv lancinant pour respirer la ville, la langue, la littérature, les femmes et se souvenir d'Octobre... "Drôle de patente", cette ville, on y croise des pelleteux de nuages" qui rêvent et qui charruent l'indifférence. L'hiver redoutable finit par imposer son largo indispensable et le printemps s'ensuit, composition si allègre qu on veut encore l'entendre interprétée par le vent du sud.
    Ce vent jouisseur, sawa-ni-yottin, que les Indiens algonquins tiennent pour l'initiateur des caressés.

  • Dans une salle de contrôle, au coeur d'une zone industrielle, Jorco et Steiner surveillent des écrans. Les deux vigiles s'épient, se provoquent et s'insurgent l'un contre l'autre. Est-ce seulement pour tuer le temps ? La nuit qu'ils passeront ensemble sera parsemée de rebondissements et d'étranges hasards. Avec « Les insomniaques », Thierry Chaumillon signe un thriller à l'affut d'une réalité toute contemporaine.

  • Une famille se défait et une femme fait naufrage, dans une maison de Lisieux, pendant que le Pape, au cours de son voyage triomphal de 1980, vient dans la ville de sainte Thérèse, parler de la grandeur de la femme. Les bribes de reportages - échos de la liesse populaire autour du pape - sont un contrepoint aux déchirements du couple, à son usure, à la détresse d'une femme et pour finir, ils rendent plus évident encore, le drame qui s'annonce dans la maison.

  • Roger de villerouge

    Cosem

    • Laquet
    • 1 Février 2002

    Roger de Villerouge un jeune garçon de Narbonne et des Corbières va vivre une extraordinaire aventure tout autour de la Méditerranée en l'an mil.
    Enlevé par les corsaires barbaresques il réussira à s'enfuir, il participera à un tournoi à Naples, il gagnera une course de chevaux à Byzance et il sera emmené dans une caravane dans le désert de Lybie. Parviendra-t-il, comme il le désire avec ardeur, revenir à Villerouge et retrouver sa cousine Eléonore ?

  • Marrakech, son immense médina, apparaît comme l'archétype de toute cité d'errance : le lieu où semblent se marier la flânerie et l'aventure.
    Puis, peu à peu, l'idée s'impose que la " Ville rouge " illustre un autre écoulement du temps, lent, oriental, aristocratique, différent du devenir occidental. C'est cette expérience fondamentale qui conduira les deux protagonistes de cette " topo-fiction ", l'un à regagner l'Europe, l'autre à s'enfoncer dans le continent africain en direction de ce Sud mythique dont Marrakech est le prélude volupt eux.

  • Correze, georges de la Dordogne

    Collectif

    • Laquet
    • 25 Septembre 2000

    Le pays multiplie les sites exceptionnels, de Bort-les Orgues où la coulée de lave issue du volcan cantalien a laissé des colonnes monumentales, jusqu'à la vallée de la Luzège, des panoramas étonnants du Busatier, de Gratte-Bruyère sur la route des Ajustants, un vaste patrimoine paysager de première importance vous attend.
    Une nature authentique domptée par des barrages, des viaducs spectaculaires où le Tacot, jadis, a chahuté nombre de voyageurs sans oublier les gabariers téméraires qui sillonnaient la rivière impétueuse vers l'Aquitaine pour commercer. Mais que l'on ne s'y trompe pas, le caractère sauvage des lieux, n'implique pas une atmosphère rigoureuse. Au contraire, la douceur du microclimat favorise les promenades dans un pays de sentiers entre gorges et forêts et les découvertes architecturales, le château de Sédières, le château de Val.
    Relief et couleurs, points de vue sur les montagnes d'Auvergne, torrents et lacs pour des pêches miraculeuses, un petit air norvégien de Fjord garantissent le dépaysement.

empty