Les Ardents Editeurs

  • De 1764 à 1767, un animal féroce sème la terreur au coeur de la France paysanne. Il tue et déchiquète des hommes, des femmes, des enfants. On attribue une centaine de meurtres à ce monstre dont on ne sait s'il est un loup, un chien, une hyène - un loup-garou, peut-être? La rumeur s'emballe, et la légende de la bête du Gévaudan prend forme. En 1858, Élie Berthet (1815-1891), romancier populaire du Second Empire, publie le premier roman sur l'affaire. À la question «Qu'est-ce que la bête?», il répond par un feuilleton illustré dans la presse. Le succès est immédiat. Depuis, le sujet a fait couler beaucoup d'encre et Berthet, ce Limousin qui devint une plume parisienne plus appréciée qu'?Alexandre Dumas, a sombré dans l'oubli. Pourtant, sa Bête du Gévaudan vaut la peine d'être redécouverte. Sous un suspense haletant, on y découvre une thèse d'une surprenante modernité.

  • Leurs mains calleuses ont serré trop de cordes, elles se sont sculptées comme des pieds de vigne, noueuses et tordues par les tourments des années. Le temps a creusé dans leurs pognes les sillons qu'ils ont labourés une vie durant. Leurs dos se sont usés au mouvement balancé des moissons, aux gerbes hissées sur la charrette. Leurs visages se sont burinés aux soleils de tous les étés, aux mille frimas où il a fallu sortir travailler.
    Dans cet ouvrage se dévoile le portrait d'une génération, d'hommes et de femmes attachés à leurs terres caillouteuses et dont les saisons rythment l'existence. Durant plusieurs années, Nicolas Teindas et Sylvain Marchou ont frappé à leur porte, ont franchi les seuils de leur maison. Recueillant une trentaine de témoignages, ils livrent ces paroles du Causse que subliment des photographies en noir et blanc. De page en page se succèdent des instantanés de vie humaine, le quotidien de ces anciens devenus les sentinelles du Causse corrézien

  • Cet ouvrage, richement illustré, est l'occasion de redécouvrir le patrimoine exceptionnel des pierres à légendes et se veut une invitation à suivre son propre chemin au coeur de sites naturels remarquables du Limousin.Le Limousin, pays de l'arbre et de l'eau, territoire d'espaces naturels encore préservés, conserve de façon plus discrète un ensemble remarquable de pierres dites « à légendes ». Ces pierres, isolées ou regroupées en chaos de rochers, nées de l'érosion ou façonnées par l'homme, ont suscité inévitablement, de par leur aspect ou leur implantation, nombre de croyances et de pratiques rituelles relevées par l'ethnologue. Occupant une grande place dans les traditions locales du Limousin, les légendes liées aux pierres sont peuplées de druides, fades ou fées, martes, bergères, animaux fabuleux, chercheurs de trésors ou relatent le passage de géants, de saints, voire du Diable. Ces légendes constituent pour chaque génération un héritage multiséculaire. Au-delà du témoignage ethnologique, le présent ouvrage se veut aussi un appel à la sauvegarde de ce patrimoine du sensible qui nous indique les regards qu'ont portés nos ancêtres sur leur environnement. Nombre de ces pierres, inscrites dans des paysages ou des cheminements d'approche d'une pure beauté, conservent pour les visiteurs une véritable charge émotionnelle.
    François Guyot, ethnologue, a été professeur d'Histoire et Géographie au lycée Jean-Giraudoux de Bellac (Haute-Vienne). Il a présidé la Société d'Ethnographie du Limousin et de la Marche (S.E.L.M.) pendant de nombreuses années. Il a surtout travaillé sur l'artisanat, les coutumes, croyances et légendes de son pays natal, Saint-Yrieix-la-Perche en Haute-Vienne. Toutes ses études ont été publiées dans le bulletin de la S.E.L.M. dont celle consacrée aux Pierres à légendes du Limousin parue en 1994. Désormais, il se consacre plus particulièrement à l'histoire contemporaine de Bellac.

  • Après Intérieurs secrets en Limousin, premier ouvrage consacré à l'art de vivre d'une province méconnue, les portails des parcs et jardins du Limousin s'ouvrent aux lecteurs pour le plaisir de nouvelles découvertes. Les auteurs nous invitent à la rencontre de celles et ceux qui ont fait choix de vivre en Corrèze, Creuse et Haute-Vienne, qu'ils soient acteurs de " paysages jardinés " ou gardiens de la mémoire de parcs historiques, conciliant respect du patrimoine et innovation. Parcs et jardins secrets en Limousin, nouvel ouvrage richement illustré, révèle un Limousin magnifié à travers la visite de parcs agricoles et paysagers, de jardins urbains ou de châteaux, en dialogue permanent avec une nature simple et généreuse. 22 parcs et jardins, plus de 270 images, des adresses de séjours et de visites... Les Jardins-parcs en Limousin, préface de Colette Aymard, conservateur monuments historiques, Drac Ile-de-France.
    Jean-Marc Ferrer est historien des arts décoratifs du Limousin des XIXème et XXème siècles. Il est responsable éditorial aux Ardents éditeurs. Marie-Hélène Restoin-Evert est historienne de formation, productrice et animatrice sur la radio RCF émail Limousin.Amélie Chassary est photographe et directrice artistique. Titulaire d'un master en art graphique obtenu à l'ESAG Penninghen, elle vit et travaille à Paris. Elle est l'auteur des photographies d'Intérieur secrets en Limousin.

  • Après avoir vibré enfant devant les exploits des champions cyclistes, Florian DELPRAT devient lui-même coureur professionnel. Il rêve de porter un jour le maillot de leader, mais une terrible chute vient remettre en cause tous ses efforts... Prenez la roue de ce jeune et attachant coureur limousin à la poursuite de son espoir en jaune !

  • Portraitiste, paysagiste et spécialiste des scènes de genre, Henri Jamet compte parmi les artistes de la vallée de la Creuse.
    Partageant, pour l'essentiel, son activité d'artiste entre Montmartre et la vallée de la Creuse, celle de professeur de peinture entre Paris, Orléans et Châteauroux, Henri Jamet, natif de Gien, fut en son temps un artiste à succès, plusieurs fois récompensé lors des nombreuses expositions auxquelles il a participé, à Paris comme en province. Résolument classique mais sans rigidité dogmatique face à la modernité, cet ancien élève de Jean-Léon Gérôme, d'Henri Harpignies puis d'Albert Maignan se révèle, selon le titre d'une de ses toiles, comme un peintre de la «vie paisible», particulièrement attentif aux e?ets de la lumière. Regroupant des oeuvres issues de musées et de collections particulières, cette monographie invite à redécouvrir un maître attachant et talentueux à travers la diversité des genres qu'il a pratiqués.
    Christian Jamet historien de l'art - vit à Orléans (45) Non apparenté à la famille du peintre en dépit d'un patronyme commun, Christian Jamet est d'origine creusoise. Docteur en littérature comparée, il s'est aussi orienté vers l'histoire de l'art. Auteur d'une Introduction à la peinture, il a consacré plusieurs monographies à des artistes divers, parmi lesquels Sandro Botticelli, Eugène Delacroix et Alexandre Antigna dont il est le biographe. Son ouvrage Gauguin à Orléans lui a valu un « Laurier vert », prix littéraire remis par Gonzague Saint Bris lors de la Forêt des livres 2013.

  • - Préface - Pierre Bergounioux - De Boussac à Tarnac : utopies en Limousin - L'utopie chez les fous de Dieu. xème-xiiième siècles - « Je ferai un vers de pur rien » - Joseph Corrèze (1790-1862), un saint-simonien limousin méconnu - Pierre Leroux et « l'École de Boussac » - L'Union de Limoges, l'utopie réalisée ?
    - Utopies ouvrières - Le diamant, une utopie trompeuse - Une utopie anarchiste en Limousin ou Germinal, une matrice libertaire à Saint-Junien - Sainte-Feyre et Clairvivre : deux utopies sanitaires au coeur du territoire - La maison des étudiants de Limoges (1928-1934) - Expériences de kibboutzim en Limousin et en Quercy (1933-1935) - La ferme-école de Blémont (1941-1943) - Ligoure : de l'utopie conservatrice à l'utopie associative - La Jeune Chambre Économique de Limoges, une utopie en action du local au global - La Montagne limousine, terre d'utopies ?
    - Autour de Faux la Montagne : une ruche alternative - Les perspectives de l'Economie Sociale et Solidaire (ess) Ouvrage collectif. Mémoire ouvrière en Limousin est une association existant depuis 1998, organisatrice d'expositions et éditrice d'ouvrages autour des thématiques de l'histoire sociale en Limousin. Elle est composée de plus de 20 historiens et militants.

  • Les légendes, dit-on, ont toujours un fond de vérité. Pour pénétrer les mystères cachés, oubliés entre les bois, les rochers et les eaux, il vous faut écouter les secrets enfouis que murmurent la terre, le vent ou la pluie. Il faut prêter attention aux personnes de rencontre afin de connaître la révélation de sites remarquables, de châteaux majestueux, de pierres magiques émaillant secrètement le Limousin, ce pays de l'arbre et de l'eau. Armés de feuilles de papier, de stylos, de feutres, de crayons et de carnets d'aquarelles, l'illustratrice Laure Phelipon et l'auteur Pierre-Jean Baranger ont décidé de jouer aux aventuriers, d'arpenter de long en large et du nord au sud la Corrèze, la Creuse et la Haute-Vienne. Telle une partition à quatre mains, le texte et l'illustration s'enlacent et invitent le lecteur à rejoindre l'univers du conte en un hymne à un « pays » propice aux légendes réinventées.

  • Perpétrés entre 1904 et 1907, les vols de la « bande à Thomas » défraient la chronique de la Belle Époque. Essentiellement commis dans des églises, en Limousin et en Auvergne, ils attirent l'attention du public sur un patrimoine particulièrement convoité, celui des émaux médiévaux, témoignages exceptionnels du rayonnement de L'OEuvre de Limoges dans l'Europe médiévale. À l'heure où se développe une culture de masse en ce début de XXe siècle, ces faits divers sensationnels bénéficient d'une forte exposition médiatique, nationale, voire internationale. Au-delà de la simple chronique criminelle, les méfaits de ces « pilleurs d'églises » permettent d'étudier un épisode oublié de l'histoire du patrimoine en France, lorsque se conjuguaient volonté de protection de l'État, intérêt du public, avidité des collectionneurs, notoriété croissante des oeuvres et enjeux politiques autour de la loi de 1905. Ces faits divers offrent aussi, grâce à la richesse des sources, la possibilité pour le lecteur de se plonger dans le monde méconnu des trafics d'oeuvres d'art et de comprendre les enjeux d'une question qui, en son temps, suscita de nombreux débats politiques et inspira certaines des aventures d'Arsène Lupin.

  • Les rencontres proposées par cet ouvrage vont au-delà du simple catalogue des plus grands, plus vieux ou plus beaux arbres de la région. En Creuse, en Corrèze ou en Haute-Vienne, en ville en forêt ou en plein champ, les arbres d'aujourd'hui nous " disent " le monde d'hier et les profonds bouleversements que le Limousin connaît depuis le XXème siècle. Quelle y sera la place de l'arbre demain ? Au départ de ce lieu, il y a l'inventaire des Arbres Remarquables, mené par la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) en Limousin, qui recense plus de 2000 arbres. Inventaire en main, un auteur, un photographe et un paysagiste partent alors à la rencontre d'arbres étonnants emblématiques, révélateurs ou symboliques. Arbres, hommes, paysages : l'alchimie subtile de ces trois éléments est l'essence de ce livre sensible et engagé où se mêlent textes, croquis, et photographies.
    Plus de 55 arbres et alignements commentés, 110 croquis, 400 photographies en 144 pages. Déjà un livre référence.

  • Un dossard mythique ressurgit du passé et d'anciens secrets sont révélés... Sur les routes limousines et au-delà, Florian Delprat va devoir lutter contre ses adversaires... mais aussi affronter ses propres peurs et se surpasser afin d'entrevoir son rêve d'enfant, son espoir en jaune ! Ce récit, destiné à un large public de 7 à 77 ans, s'adresse autant aux passionnés de cyclisme qu'aux amateurs. À travers le parcours de Florian Delprat, le lecteur est invité à découvrir les belles valeurs du sport telles que l'intégrité, la persévérance et le dépassement de soi.

  • Les 35 sites protégés présentés dans cet ouvrage témoignent de la richesse et de la variété du patrimoine paysager, historique et légendaire du département de la Creuse. Certains d'entre eux ont déjà été célébrés par des romanciers et des peintres, ou honorés par des érudits locaux. Pour préserver la qualité de ces sites naturels et bâtis, des protections réglementaires ont été mises en place par l'état. La bonne gestion de ces espaces doit permettre de conserver leur identité, de les valoriser, de les faire découvrir et apprécier par un public toujours plus nombreux.
    Ouvrage collectif dirigé par la DREAL du Limousin (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement du Limousin)

  • Une grande victoire entraîne de nombreuses sollicitations et implique de lourdes responsabilités ! entre rivalité et superstition, Florian Delprat doit affronter la malédiction qui plane sur les épaules du champion... Du Tour du Limousin aux championnats du monde, Florian Delprat nous entraîne dans son sillage et nous invite à découvrir les belles valeurs du sport telles que l'intégrité, la persévérance et le dépassement de soi. Destiné à un large public de 7 à 77 ans, ce récit s'adresse à toutes les générations, que vous soyez passionné de cyclisme ou non.

  • Et si vous tombiez un jour sans le savoir sur un plant de datura sauvage en arpentant notre belle campagne ? Peut-être serez-vous séduit par ses magnifiques fleurs blanches, qui dansent, solitaires, au rythme du vent, sans vous douter une seconde que vous risquez en un clin d'oeil de vous retrouver à bouffer les pissenlits d'à côté par la racine ! Game over, le cueilleur du dimanche ! Ok, il n'y a sans doute qu'une chance sur mille de se faire botter le cul par maman Nature de cette façon, mais il y en avait une sur dix millions de se lever un matin avec, en bonus, le parfum entêtant de cette fleur dans les narines... Et c'est pourtant la première des tuiles à m'être tombée sur le coin de la figure, avant que morts et disparitions étranges s'enchaînent et m'entraînent dans leur sillage.

  • Intérieurs secrets en Limousin est le premier ouvrage consacré à l'art de vivre dans une région française réputée pour la qualité de son environnement et de ses sites d'exception.
    Comment habiter l'Histoire et s'en approprier les anecdotes ? Comment des objets issus de savoirfaire ancestraux, tels les porcelaines de Limoges ou les tapisseries d'Aubusson vivent-ils dans les intérieurs d'aujourd'hui ? Comment emploie-t-on le châtaignier, les lauzes ou les ardoises, le grès rouge ou encore le granit, matériaux emblématiques du Limousin ?
    Révélant de simples maisons rustiques, des villas contemporaines, des châteaux remarquables, des résidences privées et des maisons d'hôtes de charme, ce livre rare va à la rencontre de ceux qui ont fait le choix de vivre en Corrèze, Creuse et Haute-Vienne, au coeur d'une nature généreuse et de paysages préservés.
    Ils vous ouvrent leurs portes.
    Finissez d'entrer. Chabatz d'entrar.

  • En 1898 était protégé pour la première fois en France, grâce à la loi sur les monuments historiques promulguée 12 ans auparavant, un « monument naturel ». Ce site précurseur - qui sera suivi par des milliers d'autres cette fois au titre des lois sur les sites - se trouve en Corrèze : il s'agit des pittoresques cascades de Gimel ! On peut y voir une marque de reconnaissance de la richesse paysagère et patrimoniale de la Corrèze, tant il est vrai qu'avec son petit air méridional mais cependant montagnard, voire quelque peu auvergnat sur les marges, ce département offre toute une palette d'ambiances propres à émerveiller le visiteur et le randonneur. Après les ouvrages consacrés à la Creuse et la Haute-Vienne, la Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) poursuit son inventaire des sites remarquables du Limousin, protégés au motif que leur « conservation présente, au point de vue artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque, un intérêt général ».

    Dans ce nouveau volume sont ainsi présentés les 80 sites classés ou inscrits de la Corrèze entre 1912 et 2010. Agrémentées de nombreuses photographies et de plans en couleurs, les descriptions de chaque site détaillent les particularités qui leur ont valu d'être classés ou inscrits, les évolutions qu'ils ont subies, les améliorations qui pourraient leur être apportées. En complément, des éclairages historiques ou littéraires sont proposés, et les possibilités de visite ou randonnées pour le grand public sont indiquées. Avec ce troisième tome, la DREAL, chargée d'appliquer la réglementation sur les territoires protégés au titre du paysage, invite ainsi le lecteur à découvrir, comprendre et admirer les plus beaux sites de Corrèze.
    La Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement du Limousin est en charge de la désignation et du suivi des sites classés et inscrits. Elle a également pour mission et volonté de promouvoir les valeurs des paysages, ordinaires ou remarquables, sans les sacraliser - tout paysage évolue avec les activités humaines - mais en favorisant leur prise en compte dans les projets d'aménagement de manière à préserver ou améliorer le cadre de vie des habitants.

  • 1936, le Front populaire. L'union des forces de gauche parvient au pouvoir. Pour la première fois, un Premier ministre socialiste dirige la France. Victorieux dans les urnes, le peuple célèbre son succès et l'événement suscite toute une mythologie. En plus des élections, 1936 ce fut aussi les manifestations, les grèves, l'antifascisme, la guerre d'Espagne... Comment le Front populaire fut-il perçu et vécu en Limousin ? Dans une région où la gauche était largement représentée, quel écho reçut l'avènement du gouvernement Blum et que se passa-t-il avant la victoire du printemps 1936 ? Peu de travaux ont jusque-là abordé le sujet dans sa dimension locale. À l'occasion des 80 ans du Front populaire, les membres de l'association Mémoire Ouvrière en Limousin ont cherché au travers des contributions rassemblées dans cet ouvrage à restituer l'atmosphère et le contexte des années 1930 en Limousin.
    Ouvrage collectif. Mémoire ouvrière en Limousin est une association existant depuis 1998, organisatrice d'expositions et éditrice d'ouvrages autour des thématiques de l'histoire sociale en Limousin. Elle est composée de plus de 20 historiens et militants.

  • L'intérêt du grand public pour la photographie s'est révélé lors des premières expositions organisées par les musées nationaux et la Bibliothèque Nationale de France depuis les années 1980.
    Leur succès ne s'est pas démenti et peu à peu s'est écrite l'histoire de la photographie à Paris comme en province.
    Jean-Marc Ferrer et Etienne Rouziès ont souhaité inscrire le capitale limousine dans cette histoire nationale en proposant un parcours thématique et visuel inédit. Leur étude est basée sur une première évaluation des fonds photographiques conservés en collections publiques et privées.
    L'intérêt est double, les habitants de la ville découvriront la sensibilité des regards portés sur la cité porcelainière au XIXème siècle, et les amateurs comme les spécialistes y trouveront un choix d'images et de textes embrassant l'histoire de la photographie et de ses implications esthétiques.
    Cet ouvrage réalisé à l'occasion de l'exposition Limoges révélée. Une ville et l'art photographique (1839-1914) est une invitation à se laisser porter par les délicates images des pionniers de la photographie jusqu'aux épreuves pictorialistes de Paul Burty Haviland, sans oublier les paysages urbains de Jean-Baptiste Audiguet ou d'Hippolyte Blancard et les rares autochromes de Jean Jové.
    Richement illustré, ce livre comporte un répertoire des photographes, témoignage d'une première recension.

  • Au XIXe siècle, alors que les peintres parcourent l'Europe en quête de motifs, la vallée de la Creuse devient un véritable foyer artistique, un lieu d'intense création où se forgent plusieurs colonies d'artistes. Quatre peintres, tous issus de communautés artistiques diverses, ont élu cette vallée-atelier parmi d'autres sites, comme lieu de leurs motifs de prédilection ou de révélation picturale : Allan Österlind (1855-1938), Charles Bichet (1863-1929), Eugène Alluaud (1866-1947) et Alfred Smith (1854-1936). Ces quatre figures constituent autant d'artistes migrateurs venus expérimenter les vallées de la Creuse, de la Sédelle, de la Gartempe ou de la Vienne. Cet ouvrage/catalogue accompagne l'exposition La Creuse, une valléeatelier. Itinérances artistiques. A. Österlind (1855-1938), C. Bichet (1863-1929), E. Alluaud (1866-1947) et A. Smith (1854-1936), organisée par les musées de Guéret, La Châtre, éguzon et Limoges.

  • 1re partie : Mobilisé en 1916, Marcel Body, un jeune ouvrier limousin de 22 ans, se porte volontaire pour la Russie et assiste à la révolution en 1917. Il entre « en communisme », se vouant à un mouvement promettant paix, émancipation et égalité, notamment au sein du Komintern. Il côtoie alors Lénine et Alexandra Kollontaï, emblématique figure féminine de la révolution. Mais les dérives du régime provoquent la rupture et son retour en France en 1927. Ses critiques lui valent d'être un des premiers exclus du Parti communiste. 2e partie : En juin 1917, en Creuse, 10 000 soldats russes, censés renforcer l'armée française sur le front, se mutinent et transforment le camp de La Courtine en soviet. Par leur geste, la révolution de février résonne à l'ouest. En septembre, après avoir subi trois jours de tirs d'artillerie, les mutins se rendent et subissent l'internement, le travail forcé ou le bagne. S'ils accueillent avec ferveur la révolution d'octobre, le gouvernement de Lénine n'obtient leur retour en Russie soviétique qu'en 1919 et 1920. Cette étude croisée permet une approche originale des révolutions russes en inversant le regard. Observée depuis une terre de gauche, à la fois point de départ et d'arrivée d'hommes mêlés à ces révolutions, cette page de l'histoire mondiale s'éclaire d'un jour nouveau à travers l'exemple du Limousin.

  • Un ouvrage photographique consacré à l'un des territoires ruraux les plus méconnus entre Aquitaine et Auvergne. Un livre conçu avec une recension des sites et des patrimoines remarquables du territoire compris entre le Pays d'Ussel et Bort-les-Orgues. Jean-Claude Sangoï, historien, professeur d'université, vient compléter par ses connaissances la découverte de cet espace historique, géographique et naturel exceptionnel.

  • Anthony Perrot fait un état des lieux photographique des paysages sandiens tels qu'ils vivent actuellement en les interrogeant par le prisme des entrées fictionnelles du célèbre écrivain. Les paysages du Berry sont d'une richesse et d'une variété insoupçonnées. Selon George Sand - la première a en avoir saisi tout le charme - c'est autour du pays de La Châtre, dans l'Indre, que ces paysages prennent « du style et de la couleur ». Ce petit coin de campagne, aussi beau que mystérieux, est nommé Vallée-Noire par la célèbre romancière. Fascinante dans sa rustique simplicité, la Vallée Noire sert dès lors de toile de fond à un grand nombre d'oeuvres de George Sand, rendant mythiques des lieux tels que Nohant, Saint-Chartier, la mare au Diable, le moulin d'Angibault. Après Les Pierre Jaumâtres, Murmures de granit et Crozant, Ruines et Bruyères, Anthony Perrot porte un regard sensible sur les grands sites de la Vallée Noire avec de nombreuses photographies inédites, émaillées d'extraits d'oeuvres littéraires. Plus de 140 illustrations. Véritable invitation au voyage, la présente édition propose de redécouvrir le texte de George Sand, La Vallée-Noire, dans son édition de 1856.

  • Une oeuvre au coeur de l'oeuvre. Une oeuvre qui les contient toutes. Son créateur, le sculpteur Marc Petit, en ignorait tout. Il lui fallait arriver au mitan de la vie pour qu'il puisse la découvrir et s'en emparer. La sculpter, c'est son métier. Il est vrai qu'auparavant, il eut à la vivre, cette oeuvre, étape après étape, mois après mois, mois éparpillés ici et là dans le flot continu des années, mois porteurs de chocs, joies ou douleurs. Ce livre raconte Le Testament. Muriel Mingau a fait sienne l'histoire de cette oeuvre. Elle n'existait pas encore. S'y ancrait déjà toute la création de Marc Petit.
    Marc Petit est né en 1961 à Saint-Céré dans le Lot. Il passe son enfance à Cahors où, dès l'âge de 14 ans, il réalise ses premières sculptures. Pendant plus de dix ans, deux sculpteurs, anciens élèves des Beaux-Arts de Paris, René Fournier et Jean Lorquin (premier Grand Prix de Rome 1949) corrigent régulièrement son travail. À 24 ans, Marc Petit présente sa première exposition personnelle à Villeneuve-sur-Lot. En 1989, la bourse qu'il obtient en tant que lauréat de la Fondation de France lui permet de financer ses premiers bronzes. En 1993, Marc Petit est lauréat de la fondation Charles Oulmont. La même année est organisée une exposition de ses oeuvres au Centre national et musée Jean-Jaurès de Castres. En 2006, la Ville de Cahors et le conseil général du Lot lui consacre une double exposition déployée au musée de Cahors Henri-Martin et au musée Rignault de Saint-Cirq-Lapopie. Le 18 octobre 2008, le Musée Marc Petit ouvre ses portes dans les murs du Lazaret Ollandini à Ajaccio. Durant l'été 2011, le centre d'art contemporain de l'Abbaye d'Auberive en Haute-Marne, présente la première rétrospective du sculpteur. Quelques mois plus tard, est inauguré l'Espace Marc Petit à la galerie Artset à Limoges. La galerie Le Clos des Cimaises à Saint-Georges-du-Bois ouvre Le Clos de sculpture Marc Petit en mars 2012 avant d'organiser l'exposition 30 ans de bronzes de mai à octobre 2013. Le 25 avril 2014, le bronze monumental L'Ange du Lazaret est inauguré place Clément-Marot à Cahors. Organisée par la Ville de Limoges et la galerie Artset de mars à septembre 2016, l'exposition Marc Petit réunissant 74 bronzes de grands formats dans les jardins de l'Evêché à Limoges s'avère la 100e présentation monographique du sculpteur. Le travail de Marc Petit est régulièrement présenté dans de nombreuses galeries en France et en Europe et lors des foires d'art internationales. Muriel Mingau est l'auteur d'ouvrages poétiques parus aux éditions Le Bruit des Autres, La Fête est finie (2006), Paradis à perdre (2008), Parsipeu et autres poèmespommes (2011). Pour la jeunesse, elle a écrit Au Creux de la noisette édité chez Milan (2005), traduit au Japon et au Brésil, et La Naissance d'Uluru publié aux éditions Planète Rêvée (2011). Journaliste, elle vit à Limoges.

  • « L 'incendie de Limoges donnera à l'histoire locale une de ses dates mémorables », écrivait Pierre Laforest en 1864, l'année même de ce terrible événement au retentissement national et même international. En effet, en l'espace d'une nuit, le quartier des Arènes se trouvant entre la place d'Aine et la place de la Motte fut entièrement anéanti par les flammes. Si aujourd'hui, 150 ans après, peu de personnes se souviennent de ce fait tragique, la ville de Limoges est encore marquée par l'empreinte de ce gigantesque brasier qui vit la reconstruction entière de cette partie du centre-ville, donnant naissance à plusieurs rues - après en avoir vu disparaître d'autres. Cet ouvrage se propose, au travers d'une étude réalisée par l'historien Romain Valadour et complétée d'une riche iconographie, de vous plonger dans le Limoges de cette époque avant, pendant et après le drame du grand incendie.

empty