Vie pratique & Loisirs

  • À bien des titres, le vignoble sancerrois devrait être reconnu comme l'archétype de la viticulture de terroir. La construction et la singularisation de ses terroirs viticoles débutent dès l'époque carolingienne et les grandes lignes de la trame cadastrale du vignoble, fixées aux XIIe et au XIIIe siècles, demeurent aujourd'hui inchangées. La notion de "climat" viticole est même attestée en Sancerrois plus d'un siècle avant qu'on ne l'emploie dans les vignobles de la Côte de Nuits et de Beaune. Ainsi, le paysage actuel doit-il être considéré comme un conservatoire unique et vivant du travail pionnier de générations de vignerons pour différencier et hiérarchiser les terroirs selon leur potentiel viticole.

    Ce paysage culturel pluriséculaire constitue également, pour les vignerons, un atout pour une gestion durable de l'écosystème viticole puisque son parcellaire morcelé recèle une riche biodiversité. Les terroirs sancerrois sont enfin le fruit d'une histoire géologique remarquable qu'un Paléoparc mettra désormais en valeur. Les huit itinéraires de randonnée ici proposés doivent permettre très concrètement de prendre la mesure de cet héritage géologique et historique et de l'exceptionnelle géodiversité du vignoble.

    Une appli pour smartphone est disponible gratuitement sur le site de l'éditeur pour accompagner votre visite des terroirs sancerrois décrits dans cet ouvrage.

  • Qui ne connaît la blanquette de Limoux ?
    À rebours de cette notoriété, l'histoire de ce vin effervescent est méconnue et le récit de ses origines puise largement dans la légende.
    Pourtant, dès la Renaissance, le vin de Limoux se distingue et gagne progressivement une renommée qui ne cesse de s'étendre jusqu'au milieu du xixe siècle. Vin de liqueur apprécié de l'aristocratie puis des milieux bourgeois et artistiques, il figure en bonne place sur les tables parisiennes qui dictent les modes. Thomas Jefferson compte ainsi parmi ses amateurs les plus illustres et enthousiastes.
    Dans une étude précise et très documentée, Laurence Turetti et Georges Chaluleau retracent avec brio l'histoire de ce vin : ses modes et lieux de consommation, son élaboration, le développement des maisons de négoce, ses caractéristiques - à partir de quand la blanquette de Limoux est-elle effervescente ? Cette histoire est également une immersion dans un vignoble et une société bousculée par les mutations de la fin du xixe siècle et les crises du siècle suivant.
    Livre référence de l'histoire d'un vin, il dépasse le cadre d'une histoire locale en proposant une réflexion sur le devenir d'un vignoble millénaire.


  • synonyme de prospérité pour marseille, avec les huileries et les activités portuaires, durant toute la première moitié du xxe siècle, la production du savon à l'huile d'olive, dont les prémices remontent au moyen age, a également fait les beaux jours de salon-de-provence.
    , au point d'en transformer la physionomie. au sortir de la seconde guerre mondiale, la puissante industrie savonnière décline inexorablement. mais quelques artisans obstinés perpétuent encore la fabrication traditionnelle du fameux cube.

  • Les métiers du vin ont une histoire très ancienne et un patrimoine matériel et immatériel particulièrement riche.
    En suivant les différentes étapes qui mènent du raisin au palais, le livre se compose de cinq grandes parties : Ceux qui font le vin, les mains pourpres (le vigneron, le vendangeur.) ; Ceux qui préparent la venue du vin (le pépiniériste, l'agronome.) ; Les artisans autour du vin et de ses contenants (le tonnelier, le bouchonnier) ; Sans le commerce, point de vin (le négociant, le caviste.) ; Faire savoir, faire boire (le sommelier, le poète.).
    Les vingt-cinq métiers décrits et racontés par Pierre Citerne, largement illustrés de documents rares, constituent le panorama complet des façons dont les hommes oeuvrent à la création du vin depuis des millénaires.
    Une approche inédite du monde du vin.

  • Issu des vignes situées dans le Bourbonnais, actuel département de l'Allier, le saint-pourçain apparaît dès le XIIIe siècle à la cour des rois de France. La faveur des puissants (rois, mais aussi papes d'Avignon) dont ce vin a bénéficié a produit un patrimoine viticole original dont témoignent, entre autres, les remarquables maisons de vignerons de pierre et de briques polychromes. Appartenant aux vins de Loire, le vin de Saint-Pourçain évoque pour l'amateur un passé glorieux ; classé en 2009, c'est l'une des plus jeunes AOC de France.
    Les cépages principaux du saint-pourçain sont, pour les blancs, le chardonnay, le sacy et le sauvignon, ainsi qu'un cépage exclusif au Saint-Pourcinois : le tressalier ; le gamay et le pinot noir pour les rouges.

  • La région Midi-Pyrénées offre une importante diversité de milieux aux écosystèmes différents: montagne, forêts, causses, plaines, coteaux, torrents, rivières et fleuves, canaux et eaux dormantes, espaces urbains et périurbains.
    Cet ouvrage présente par chapitres la typologie des différents espaces, leur localisation dans la région, l'histoire de leur formation, la description de leur peuplement végétal et animal, ainsi qu'une approche prospective sur l'avenir de ces milieux naturels.
    L'ouvrage est abondamment illustré de photographies et dessins aux traits, encarts et doubles pages, permettant de visualiser l'essentiel des caractéristiques de chaque milieu et des espèces qu'ils abritent.

  • Parce qu'il laisse libre cours à la parole, franchit les barrières des enclos et soulève les couvercles fumants des marmites, ce livre brosse un portrait éloquent de l'élevage dans le territoire du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes. Le porc, le canard, la chèvre, l'abeille, le mouton, la vache et l'autruche y composent un troupeau atypique et alléchant, mené par des pâtres, des bouchers, des apiculteurs, des charcutiers, des fromagers, des vétérinaires, et un mystérieux curé liquoriste. Relayant à la fois les souvenirs des anciens et les aspirations des modernes, les pratiques ancestrales et les techniques novatrices, les méthodes d'élevage et les recettes de cuisine, cet ouvrage concrétise la démarche entreprise par le Parc en faveur de la promotion des produits agricoles et de la conservation de la mémoire orale.

  • Dans le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes, quiconque chasse, pêche, cueille ou extrait les substances bénéfiques des végétaux, le fait autant pour s'en approprier le paysage que pour lui appartenir. À ceux qui les pratiquent, la quête vertigineuse du coscoll, la poursuite haletante de l'isard, la traque interminable de la truite fario ou la transformation de plantes offrent mille occasions de faire corps avec le sauvage, ses fruits, sa faune et sa flore, dont aucune production domestique ne peut égaler les saveurs et les parfums.
    Avec le panorama de cette part de territoire maîtrisée sinon domptée, le Parc naturel achève le triptyque de la collection Savoirs et saveurs des Pyrénées catalanes, qui rassemble désormais dans ses volumes un pan important de la mémoire orale, des aspirations, des visages, des souvenirs, du savoir et du caractère des gens d'ici.
    C'est sans doute la raison pour laquelle ces chasseurs, pêcheurs et cueilleurs d'ordinaire laconiques et jaloux de leur science parlent ici avec autant de générosité, qu'ils parviennent à force d'ellipses et de phrases laissées en suspens, à dévoiler l'intimité de leur pays sans jamais en déflorer les mystères.

  • Bruno Morin, architecte du patrimoine, a établi une typologie de l'habitat du territoire du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes (Capcir, Cerdagne, Conflent). Il s'appuie sur cette typologie, expliquée et décrite à l'aide de cas, pour proposer des conseils de réhabilitation et de restauration. Ce livre s'adresse à tous ceux qui sont concernés par cette question : particuliers, élus, professionnels.

  • Si l'on venait un jour à reconnaître qu'il y a de la noblesse dans la silhouette d'un vieil abricotier, dans la forme biscornue d'un navet de Cerdagne ou dans une poignée de graines de haricot.
    Si l'on finissait par se convaincre de la nécessité de rendre à la mémoire orale la place prépondérante qu'elle occupait autrefois. Si l'on se résolvait à sceller l'union du potager et du maraîchage, du local et de l'exotique, des anciens et des modernes, des hippies et des retraités, de la pomme et de la spiruline, du sauvage et du domestique, des recettes et du hasard, des hommes et des machines, du gel et du soleil, du savoir-faire et de l'expérimentation, de la vanille et du safran...

    Alors il suffirait d'abriter les visages, les objets, les mots et les paysages sous la couverture d'un livre, pour révéler le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes sous un jour nouveau, et célébrer - en même temps que son terroir - le patrimoine immatériel que constituent l'énergie de ceux qui y vivent, et l'âme de ceux qui l'ont façonné.

  • Née d'un croisement du mythe et de la réalité, l'image d'un cheval libre et noir hante aujourd'hui les hauts espaces pyrénéens. Randonneurs, touristes, amateurs de montagne, ceux qui l'ont rencontré l'été sous les cimes, en mouvants troupeaux gardés par un étalon, pensent à des hordes de chevaux sauvages. Le mérens est pourtant le compagnon de toujours du villageois ariégeois.

    Michel Vidal Saint-André

  • 2 CV, 4 CV, Déesses, Nationale 7 ! Incontestablement, les « Trente Glorieuses » ont eu quatre roues !
    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, tourner la page signifiait moderniser le pays, produire, notamment des autos, étirer des ponts, creuser des tunnels, tracer des routes, puis des autoroutes. La mobilité de tous, partout, a été bouleversée.
    Pour séduire l'acheteur, les constructeurs renchérissent dans l'innovation : puissance, volume, élégance des lignes, couleurs. Partout, stations-service et garages assurent tout un chacun, qu'il soit sur la route du travail ou sur celle des vacances, d'arriver à bon port. La France de l'automobilisme des « Trente Glorieuses » emporte avec elle toute une mythologie, des passions, mais aussi, déjà, son lot de paradoxes, premiers embouteillages et début de la contestation de la société de consommation.
    Voici le circuit. Pleins phares donc, et en route !

  • La nature en Corse offre une exceptionnelle diversité de paysages, de milieux, d'espèces animales et végétales, dont plusieurs endémiques. Le propos de ce livre est d'offrir des clés pour comprendre et apprécier la biodiversité propre à chaque milieu, biodiversité au sein de laquelle l'homme a sa place et ses responsabilités.
    Le regard des naturalistes est le guide de cet ouvrage dans lequel forêts, maquis, montagnes, zones humides, littoral, lacs, rivières et autres entités paysagères, sans oublier la ville, dévoilent leurs richesses.

  • Dans le Var, le vignoble de Bandol dévale les pentes d'un amphithéâtre de terrasses - les restanques - du massif de la Sainte-Baume jusqu'à la Méditerranée. Vignoble planté dès l'Antiquité, indissociable du commerce maritime gréco-romain et de l'essor de la Cité phocéenne, il porte les marques d'un patrimoine viticole plus de deux fois millénaire, constitutif de l'identité paysagère provençale. L'appellation, reconnue AOC dès 1941, doit son succès à l'adaptation ancienne d'un cépage particulier, venu d'Espagne, dont on dit qu'il « doit voir la mer » pour atteindre l'excellence : le mourvèdre (les autres cépages en usage sont le grenache, le cinsault, la syrah et le carignan).
    Les rosés font aujourd'hui la notoriété de Bandol, mais l'amateur sait qu'on y produit les plus grands vins rouges de la région.

  • Pain de maïs, au cumin, aux olives, en cocotte, béni de l'Aveyron, petits pains au lait et à la cannelle d'Ostara, biscuits de Noël, de Reims, de Souabe, à la lavande, madeleines au miel, rousquilles, croque-soleil, macarons de kermesse, roudoudous...
    Et bien d'autres pains et biscuits de ménage sont rangés dans ce Carnet de Bernadou. Ce carnet est consacré aux pains et aux biscuits, confectionnés selon l'enseignement des femmes de sa famille. Plus de deux cents recettes simples à réaliser, qui ont le goût des quatre-heures de l'enfance. Les carnets de Jacques Bernadou renferment encore de nombreux trésors qu'il nous fera partager au long de cette collection.

  • Tout pour la ligne

    Raymond Vanier

    " De nombreux ouvrages ont déjà été consacrés aux pionniers de l'aviation française, écrits à postériori par des chercheurs, journalistes ou romanciers, exaltant leurs exploits ponctuels et héroïques.
    " Tout pour la Ligne, par contre, a été rédigé par le pionnier lui-même. D'après ses notes personnelles, Raymond Vanier témoigne directement, avec modestie et rigueur, du travail effectué quotidiennement pendant plus de quarante ans pour rapprocher les hommes. Il décrit ainsi l'histoire même de l'instauration des lignes aériennes commerciales régulières et fiables. "Ce livre écrit dans un style dépouillé nous fait revivre cette histoire avec simplicité et passion.
    La réédition de ce livre est d'actualité et riche d'enseignement pour la jeunesse en quête de repères.

empty