Lucien Souny

  • La noce est belle, mais personne ne s'y trompe. En épousant Amandine Galéa, Robert Frémont espère réunir deux entreprises : l'atelier familial, riche d'un savoir-faire artisanal, et le groupe industriel de sa belle-famille. Le jeune homme n'ignore pas qu'il occupera une place de choix dans ce nouvel ensemble. Pourtant malade et diminué, son père s'oppose à cette fusion. Robert l'abandonne à son sort, sachant que l'affaire lui reviendra un jour ou l'autre. Le conflit s'installe jusqu'à ce que le destin s'en mêle. L'arrivée inopinée de Lilly-Fleur Paturel bouleversera la vie de tous les personnages. Cette "reine des goûts et impératrice des saveurs" défiera l'histoire et la fatalité, la lâcheté de certains hommes et illuminera ce roman dense et généreux qui fait la part belle à la passion, à la tendresse, à l'amitié.

  • Quand l'une trouve l'amour profond et connait le bonheur de la maternité, l'autre contracte un mariage de raison. Ni heureuse ni comblée mais riche, Julienne se fait un devoir de soutenir ses vieux parents et sa soeur cadette, poursuivis par la misère. Mais la vie se charge de rebattre les cartes et entraîne les deux filles qui avaient tant d'affection l'une pour l'autre dans une confrontation impitoyable. Les affrontements sont encore plus violents quand ils opposent des gens qui s'aiment.

  • Une Traction Avant s'éloigne de la ville pour rejoindre le manoir familial des Lavallière. La solitude dans une prison dorée... Voilà la punition infligée à Mathilde, la femme adultère. Henri compte ainsi sauver son ménage, au moins en apparence, et faire oublier à son épouse son amourette. Dans un ultime sursaut de bonté, il daigne engager une demoiselle de compagnie. La jeune Odette apprivoise l'oiseau en cage et lui redonne espoir en proposant de servir de boîte aux lettres. Alors que l'horizon s'éclaircit pour Mathilde, qui déjà prépare sa fuite, un grain de sable enraye le bon déroulement des opérations : un homme de l'ombre projette ses fantasmes sur « la dame du manoir ». Les désirs du mari, de l'amant et de l'imposteur se conjuguent et pèsent sur Mathilde jusqu'à la broyer. Qui va vaincre, qui va périr ? Dans ce roman noir extrêmement prenant et émouvant, Patricia Bertin sème le trouble et la confusion des sentiments. Sans artifice, elle raconte la folie et la dévotion qu'une femme peut éprouver pour un homme avant de découvrir un amour plus violent, celui de la liberté. Envers et contre tous, et seule, elle luttera pour son nouvel idéal.

  • Toute la jeunesse abandonne la forêt et part travailler en ville. Seul Clément fait de la résistance. Mais de quoi va-t-il vivre à l'heure où l'économie n'a plus besoin de résiniers ?

  • Il livre le courrier à pied en toutes saisons. 35 kilomètres de bois, de pâture et de chemins caillouteux c'est difficile à la belle saison, mais en hiver cela tient de l'exploit.

  • Il veut quitter sa province. Il réussit à intégrer la police parisienne comme îlotier. On est en 1942 et les Hirondelles feront embarquées dans des événements graves et tragiques, bien au-delà de leur mission. 

  • Sur cette terre de mystères, où la moindre forêt cache des pierres à cupules et des rochers marqués de l'empreinte du Diable, où la plus commune des grottes recèle des inscriptions rupestres et des fosses énigmatiques, où l'on croit que certains êtres exceptionnels ont le don qui soigne ou qui tue, où les légendes ont l'accent de la vérité, un jeune homme fait une découverte fabuleuse qui va changer le cours de sa vie.

  • Un atelier de couture avant-gardiste, un important patrimoine immobilier, sont au c?ur de l?affrontement familial qui suivra la mort accidentelle de Jean-Baptiste Belmonte. Catherine, sa nièce, est nommée tutrice de l?enfant de l?homme d?affaires. Pour cette femme, dévorée par la cupidité, l?événement représente une chance inespérée. À elle d?agir avec adresse afin de capter une partie de la fortune de son oncle. Face aux intrigues de Catherine se dressent son frère, Louis, et Vincente Tortorici, l?âme de l?atelier de couture, considérée comme l?une des créatrices de mode les plus talentueuses. Tous deux font le serment de protéger les intérêts de l?orphelin et d?honorer ainsi la mémoire de Jean-Baptiste. Louis se lance dans une enquête incertaine et périlleuse. Elle lui vaudra des poursuites judiciaires qui menacent sa réputation et risquent de détruire son existence.
    Parviendra-t-il, au bout de son obstination, à défaire le réseau que Catherine a tissé autour d?elle et méritera-t-il ainsi les regards que Vincente lui a toujours refusés ?

  • Suite à un drame familial dont elle se sent responsable, Amélie, tout juste vingt ans, décide de consacrer sa vie aux autres. Elle s'installe comme Béate - une petite soeur des pauvres - dans un village isolé. Cette pénitence qu'elle s'impose n'est-elle pas un prétexte pour quitter la maison du malheur et abandonner les siens à leur misérable sort ?
    Amélie est heureuse de se sentir utile. Sans tableau ni planisphère, elle instruit les enfants dont elle a la charge. Le soir, elle réunit les femmes pour prier et faire de la dentelle. Elle connaît aussi le secret des plantes qui soignent et les gestes qui sauvent. Sa présence apporte un souffle de vie et d'espoir au hameau. Mais bien vite, sa nature généreuse et impulsive ne peut rester passive devant les souffrances de son petit monde. Elle veut influer sur le cours des choses, quitte à réveiller la colère du curé et la haine de l'instituteur. Lorsqu'elle rencontre Félicien, le jeune forgeron, se donnera-t-elle enfin le droit au bonheur ?
    Avec sa foi chevillée au corps, sa vitalité et son goût du partage, Amélie est une héroïne des plus attachantes. Un roman profondément humaniste, incisif et bouleversant, nourri de rigoureux détails historiques, qui dit ce que signifie être humain dans ce monde.

  • Un « mal invisible » se répand sur la planète et vient ronger un village du sud de la France. Joana, descendue de la montagne pour vendanger, épouse Pélestieu Cabérac, un riche propriétaire terrien. Quelques années plus tard, la jeune femme disparaît inexplicablement. Le commissaire Cobuz, fin limier de la P.J., est chargé de l?enquête. Lorsqu?on découvre le corps de Joana flottant à la surface de l?étang, le mystère s?épaissit encore, d?autant plus que sa chevelure a poussé anormalement. On soupçonne aussitôt la coiffeuse, héritière des pratiques en sorcellerie de sa grand-mère, de connaître l?assassin. À l?image d?Anaïs, le village recèle de personnages tous plus insolites les uns que les autres, de ces êtres qui gardent farouchement en eux un secret. À commencer par le veuf, Cabérac, ainsi que sa gouvernante, Chincha, mais encore Jean de Baume, le gardian amoureux d?Anaïs, ou Nino, le sauvageon du palus? Cependant, au-delà de la fascination, une seule question importe pour Cobuz, qui peine à résoudre cette affaire : qui a tué Joana ?

  • Marie-Hélène attend le retour de son père qui, seul, la sortira de la misère et de l'enfer. Entre la faiblesse de sa mère et la brutalité de l'Étranger, elle fait face grâce à l'amour d'une voisine. Reine lui propose de menus labeurs et lui offre de petits bonheurs auprès des animaux de la ferme et dans la nature.
    Huit ans déjà, et elle reste toujours sans nouvelles. La tragédie couve et un affrontement a lieu dans la montagne. Deux hommes se battent et l'un est tué. Qui est-il ? Dans ces années 1950, les sentiments demeurent exacerbés et les rancunes tenaces. Tout peut basculer au moindre souffle.
    Quand la vérité éclatera, Marie-Hélène pourra-t-elle enfin vivre comme toute petite fille de son âge ? Trouvera-t-elle une seconde famille pour se reconstruire ?
    Une histoire poignante portée par une héroïne lumineuse et une Reine qu'on aimerait tous avoir rencontrée. Madeleine Covas sait mieux que personne qu'à force de volonté et d'amour, on peut devenir quelqu'un, même en partant de rien. Et elle nous offre ici une formidable leçon de vie et d'espoir.

  • 1984. Au moment du décès de son père, la vie de Jacques bascule. Non seulement il est brisé par la perte d'un être cher, mais surtout il découvre que de terribles événements lui ont été cachés depuis son enfance. Fou de colère à l'égard de ses parents qui l'ont élevé et enfermé dans des non-dits et des illusions, il va peu à peu convaincre sa mère de lui raconter la tragédie qui a plongé leur famille dans le malheur.
    Au prix de la vérité, douloureuse à révéler et à entendre, il comprendra que, pendant quarante ans, ses parents ont choisi de se taire par amour, pour permettre à leur fils de se construire sereinement, sans souffrance, dans un bonheur certes artificiel mais efficace. Une histoire déchirante parce que les plus jolis mots d'amour d'un père et d'une mère se cachent souvent dans les silences que les enfants peuvent percevoir de leur côté comme des trahisons.

  • Le château Debrezac est au bord de la ruine, victime de la gestion obsolète du patriarche qui refuse d'abandonner les traditions ancestrales, qui ont fait la réputation de ses grands crus, pour s'adapter aux exigences du marché.
    Julien, le pragmatique fils cadet, est bien décidé à prendre les choses en main. Frais émoulu d'une grande école américaine, il propose une transformation radicale pour sauver le domaine. Kate, son ambitieuse fiancée bostonienne, le soutient dans son projet qui va à l'encontre des idéaux de Pierre, l'aîné des Debrezac, rêveur viscéralement attaché à la terre et aux vignes de son enfance. Une modeste employée du domaine, la délurée Juju, éprise depuis toujours de Julien et grande amie de Pierre, entre dans la course pour protéger cet endroit magique où elle aussi a grandi.
    Conflits familiaux, chassés-croisés sentimentaux, l'amour de la vigne triomphera-t-il des obstacles qui le menacent ?

  • En recherchant des meubles dans le grenier de la maison familiale pour son futur appartement, Marion découvre une insolite théière anglaise, enveloppée dans un journal datant de la dernière guerre. L?objet contient un bijou de valeur et l?adresse d?une femme en Alsace. Pourquoi se trouvent-ils ici ? Le joyau provient-il de quelque trafic douteux ? Ont-ils appartenu à un des réfugiés que Marcel, son arrière-grand-père, hébergeait temporairement ? La jeune-femme décide de retrouver la famille à qui ils appartiennent. Bien que l?affaire s?annonce très compliquée, rien ne la fera renoncer. Elle perçoit dans la découverte de la théière un clin d??il du destin, l?annonce d?un rendez-vous à ne pas manquer, et pense que celle-ci n?est pas apparue dans sa vie par hasard mais parce qu?il lui appartient, à elle, de percer des secrets enfouis jusqu?alors. 

  • Après de brillantes études commerciales à Paris, Alexandre rentre au pays porté par sa passion pour la vigne et par son enthousiasme à se consacrer à la Bartavelle, la propriété familiale. Son père, Honoré, nourrit de grands projets de développement pour l'exploitation et compte sur son fils pour lui succéder. Mais Alexandre va vite déchanter. Alors que la région est en proie à une crise viticole sans précédent, il découvre que son père n'est qu'un affairiste, sans scrupules et sans morale, impliqué dans des opérations de spéculation. Pire, il tire de substantiels revenus des vins frelatés. Dès lors, l'affrontement est inévitable. La rupture sera scellée le jour où Alexandre, au bras de la belle Céline - la fille d'un vigneron honnête, attaché aux traditions et à la qualité - rejoint les rangs des viticulteurs qui manifestent contre le trafic. Mais le riche patriarche, soucieux de son image parmi les notables, n'a pas encore joué sa dernière carte. Le destin du jeune couple s'en trouvera modifié de façon inattendue et éblouissante.

  • Sofia était prête à tout pour échapper à son père et au mariage convenu qu'il lui réservait. Mais son obstination a bien failli lui coûter la vie. Sans l'intervention de Denis, elle ne serait jamais parvenue à rejoindre le rivage. Installé sur la plage depuis plus de cinq heures, il ramassait ses affaires de pêche lorsqu'il l'a vue sauter par-dessus le bord d'un voilier dans des courants réputés pour être les plus dangereux. Ce soir-là, Denis ramène à sa femme deux daurades et un bar moucheté, ainsi qu'une pauvre créature enveloppée dans une combinaison en caoutchouc. La jeune Marocaine refuse de se rendre à la police. Sans papiers, elle ne pourra rester longtemps chez ses hôtes qui lui manifestent pourtant une générosité et une solidarité sans commune mesure. Toute la famille va se trouver alors au coeur d'une tourmente inattendue et redoutable.
    Une histoire de vie où des personnages d'une extrême vérité cherchent à se délivrer d'un passé douloureux et trouvent, dans le présent et les liens humains, les remèdes aux peines de l'existence. Un attachant roman aux valeurs humanistes revigorantes.

  • Peureux et solitaire, ce petit garçon n'est heureux que lorsqu'il regarde passer les trains. Son occupation favorite lui permet de rencontrer M. Vayssettes, un homme physiquement diminué par un mal auquel, dit-on, il n'aurait jamais dû survivre. De leur passion commune - les trains - naîtra une profonde amitié. Le garçon s'émeut des souffrances et des humiliations qui ont dû être celles de son ami quand il avait son âge. De quoi le pousser à vouloir être courageux pour deux. Mais ses beaux sentiments volent en éclats le jour où il se sent trahi par celui au nom duquel il commençait à cultiver la volonté de reconnaître ses peurs et la force de les affronter. Quel est donc le secret de M. Vayssettes ? Quel homme deviendra finalement cet enfant s'il ne lui reste que du ressentiment pour se construire ?
    Chacun a son histoire, ses chagrins, ses blessures. Il en résulte une sorte de puzzle qui permettra ici de comprendre ce qui est arrivé à ces deux êtres dissemblables qui luttent pour survivre et garder leur dignité. L'auteur a pour ces éclopés de l'existence une compassion qui donne une force inattendue à ce roman aussi mystérieux que bouleversant.

  • Deux amis d'enfance, fils de parents aisés, unis pour faire les quatre cents coups et prêts à s'empoigner pour la conquête d'un jupon, voient leur avenir professionnel tranquillement se dessiner. Damien a intégré un cabinet d'avocats d'affaires et Jean-Joseph a endossé la responsabilité commerciale de la scierie familiale. Si le premier, entreprenant et délesté de bonnes manières, se jette dans la vie avec bonheur, le second, encore très attaché au regard de ses parents, navigue à vue dans les décisions à prendre. Quand Ariane et Sophie apparaissent, les deux garçons s'efforcent, chacun puisant dans son arsenal de séduction, d'avoir le dernier mot.
    Entre les chevauchées amoureuses dans la forêt, son accession à la direction de l'entreprise et l'accident d'une jeune Manouche dans lequel il se sent profondément impliqué, Jean-Joseph plonge doucement dans une tragédie qui n'en a pas l'air. Mais il ne sait pas encore qu'il y a toujours, dans cette folie pleine d'éclats, un apaisement après la tempête.
    Jean-Marie Mignon est l'auteur de nombreux romans, parmi lesquels Le Refuge de Fontcombe, Une Famille à coeur ouvert, parus aux éditions Lucien Souny.

  • En une nuit, les projets de Julien sont réduits en cendres : le garage dont il devait reprendre la direction, l'appartement dans lequel il venait d'emménager, ses affaires personnelles... Tout, tout a brûlé. Seul le coffre-fort a résisté au feu. Il abrite une enveloppe qui se transmet dans la famille depuis son arrière-grand-père. Un soir de grand désarroi, Julien décide d'y jeter un coup d'oeil. Deux lettres, des coupures de journaux et quelques photos lui apprendront ce que sa mère n'a jamais pris le soin de lui raconter. Il découvre notamment l'existence d'une bergerie, proche d'Espelette, qu'a priori personne n'a jamais revendiquée. Et si cela constituait le début d'une nouvelle histoire ? Pour le savoir, il faut s'y rendre... Et le lendemain, le jeune homme part au Pays basque... De surprises en révélations, de succès en déconvenues, de rencontres en retrouvailles, la vie de Julien se reconstruira à la vitesse de l'éclair, entre mer et montagne.
    L'auteur affectionne les personnages en déroute. Il compose ici une mélodie douce-amère aux accents de rébellion. Un étonnant voyage qui bouleversera le destin de Julien et qui lui donnera l'envie de s'ouvrir aux autres.

  • René revient sur les lieux enchanteurs de son enfance qu?il a quittés depuis qu?il travaille comme professeur à l?étranger.
    Malheureusement, il ne retrouve rien de ce qu?il avait laissé : ses grands-parents reposent dans le petit cimetière, et La Chevinière, la maison où il a connu tant de journées de bonheur, a été défigurée par son nouveau propriétaire. Quant au village, il est envahi par la puanteur d?une usine d?engrais chimiques. Faute d?indices matériels, René se réfugie dans le souvenir de ses grandes vacances, lorsqu?il régnait sur un territoire peuplé d?animaux sauvages et domestiques, d?arbres, de plantes. Il avait réussi à tisser avec la nature une relation affective étroite et sensuelle. D?autre part, il lui suffisait d?observer ses grands-parents pour apprendre les vertus d?un labeur assidu et pour découvrir la vie, les relations, amicales ou hostiles, entre les adultes, les mesquineries et les brouilles, mais aussi les joies et les rires.
    Récit de vacances, éloge de la nature, Les Étés à La Chevinière sont aussi un roman initiatique. Ces trois mois d?été, immuables au fil des années, offriront au jeune garçon bien plus qu?une formation. Ils forgeront définitivement sa personnalité. 

  • Un peintre de province, Emile, reçoit une curieuse commande : le musée d'Oradour-sur-Glâne lui demande de réaliser une fresque pour les soixante ans du martyre. Il chute de l?échafaudage qu?il avait installé et entre dans un coma prolongé. Des images de son enfance à Paris s?entrechoquent. Ce qui va s?apparenter à un rêve lui fait voir de façon étrange un de ses tableaux. C?est devant cette même ?uvre, exposée dans une galerie d?art de la ville, qu?une femme est figée, tous les jours.
    Contraint à une longue convalescence, Emile passe beaucoup de temps dans cette galerie. Il y rencontre ainsi Juliette. Un dialogue difficile s?instaure, puis une relation tortueuse. Lui essayant d?exprimer ce qu?il a voulu représenter - désormais enrichi de ce que le rêve lui a apporté -, elle, ne sachant qu?entretenir un secret que ses visites au cimetière ne rendent que plus douloureux. Un voyage dans les montagnes limousines du néolithique permettra de libérer la parole et de lever les mystères. Emile et Juliette parviendront-ils cependant à construire une histoire singulière hors du partage de leur judéité ? 

  • Une vierge romane est volée dans une église de campagne. Les soupçons se portent immédiatement sur Madeleine, une fille du pays venue faire la fête le temps de quelques jours de vacances avec ses amis étudiants. Ses parents sont furieux, une rumeur se répand dans le village. Pour se disculper, la jeune femme n?a plus qu?à retrouver la Vierge, ce qui l?amènera à travers ses rencontres, à porter un nouveau regard sur les valeurs qui la constituent et le monde qui l?entoure.. Pendant ce temps la Vierge voyage en compagnie de Brigitte?
    S?inspirant d?un fait divers, l?auteur fait vivre des personnages attachants et colorés en les confrontant à des situations étonnantes, parfois aux limites du cocasse. Avec beaucoup de tendresse et d?humour, dominé par un suspense psychologique, dans un milieu où il ne faut jamais se fier aux apparences, ce roman extravagant et fantaisiste pose une multitude de questions sur le trafic des objets d?art, l?art, les croyances, la ruralité, la condition des femmes.

empty