Mes Cahiers De Lecture

  • « C'est écrit trop petit ! ». Combien de fois entendez-vous cette phrase autour de vous ? Du coup, d'authentiques lecteurs sont obligés de renoncer peu à peu à ce qui est un plaisir, celui de la lecture. C'est pour réagir contre cette injustice que cette maison d'édition a été lancée grâce à l'Association EdiMaât et à l'imprimerie La Trésorière. Tous les ouvrages sont imprimés en caractère 16, le choix des titres est éclectique afin de satisfaire au mieux les attentes. "Une vie" est un livre bouleversant écrit par Guy de Maupassant, en fait « une vie » qui se trouve remplie de ces moments faits de joies et de peines incommensurables.

  • Grandet écoutait froidement, se tenait le menton dans la main droite en appuyant son coude droit sur le revers de la main gauche, et se formait en toute affaire des opinions desquelles il ne revenait point. Il méditait longuement les moindres marchés. Quand, après une savante conversation, son adversaire lui avait livré le secret de ses prétentions en croyant le tenir, il lui répondait : Je ne puis rien conclure sans avoir consulté ma femme. Sa femme, qu'il avait réduite à un ilotisme complet, était en affaires son paravent le plus commode. Il n'allait jamais chez personne, ne voulait ni recevoir ni donner à dîner. "Mes Cahiers de Lecture" proposent des livres à gros caractère (corps 16) à l'usage des mal voyants.

  • Au château d'Ambrumésy, Raymonde de Saint-Véran est réveillée en pleine nuit. Apercevant un rôdeur, elle tire. L'homme s'écroule mais le cadavre est introuvable. Rien ne semble avoir été volé et pourtant les quatre Rubens ont été remplacés par des copies. Un coup signé Arsène Lupin. Un lycéen surdoué, Isidore Beautrelet, mène l'enquête.

  • "Il était livide et la sueur coulait de son front. Il porta la main vers le corsage clos. Mais elle le repoussa et... Voici donc les dispositions que nous avons prises, sous réserve de votre approbation. Cette nuit, un bateau anglais viendra croiser à quelque distance des côtes. Une barque s'en détachera, au devant de laquelle nous irons, et que nous rencontrerons à dix heures, au pied de l'aiguille de Belval. Cette femme sera livrée, emmenée à Londres, débarquée la nuit, et enfermée dans une maison de fous, jusqu'à ce que notre oeuvre soit achevée. Je ne pense pas qu'aucun de vous s'oppose à notre façon d'agir, qui est humaine et généreuse, mais qui sauvegarde notre oeuvre et nous met à l'abri des périls inévitables ?" Voici la première aventure d'Arsène Lupin, et sans doute eût-elle été publiée avant les autres s'il ne s'y était maintes fois et résolument opposé. Livre en gros caractères.

  • Extrait de ce grand classique de la littérature française : "Mariolle trouva tout de suite la demeure indiquée, et en fut charmé. Cela était vraiment calme et reposant. Il se disait : « Je ne suis au fond qu'un jouisseur délicat, intelligent et difficile. » Élégante et jolie, elle a plu à mes yeux ; fine, intelligente et rusée, elle a plu à mon âme ; et elle a plu à mon coeur par un agrément mystérieux de son contact et de sa présence, par une secrète et irrésistible émanation de sa personne qui m'ont conquis comme engourdissent certaines fleurs." Les ouvrages de cette maison d'édition sont publiés en corps 16.

  • Tarass Boulba

    Nicolas Gogol

    Un magnifique roman de Gogol. Tarass Boulba est un cosaque ukrainien robuste et belliqueux. Ses deux fils, Andreï et Ostap, rentrant de Kiev après avoir fini leurs études, sont très vite conduits à la Setch, le campement militaire cosaque. Au cours d'un combat, Tarass découvre son fils sous l'uniforme polonais. Tarass, humilié, le tue lui-même d'une balle dans le torse. A suivre. Les ouvrages de cette maison d'édition sont publiés en corps 16.

  • Le kybalion

    Collectif

    Voici une étude sur la philosophie hermétique de l'ancienne Egypte et de l'ancienne Grèce par Trois Initiés. Traduit de l'anglais par M. André Durville au début du XXè siècle. Le véritable initié, connaissant la nature de l'Univers, se sert de la Loi contre "les lois, du supérieur contre l'inférieur, et par l'Art de l'Alchimie, il transmute les choses viles en des choses précieuses... La Maîtrise ne se manifeste pas par des visions fantastiques mais par l'utilisation des forces supérieures contre les forces inférieures... La Transmutation est non pas une négation présomptueuse mais l'épée du Maître." Le sage fait partie de la Loi ; en comprenant ses mouvements, il l'utilise au lieu d'en être l'esclave. Par rapport à l'homme ordinaire, il peut être comparé au nageur habile, allant et venant de tous côtés ; cependant le nageur, le sage et l'imbécile son également sujets à la loi. Celui qui comprend cette vérité est dans la voie de la maîtrise. "La Vraie Transmutation Hermétique est un Art Mental."

  • Le mythe d'Hiram est central dans la franc-maçonnerie. Il en est la pierre de touche. Longtemps ce récit reçut une simple interprétation morale, et ses exégètes mirent en valeur le sens du devoir du chef du chantier, qui, au péril de sa vie, refuse de donner le mot de maître aux mauvais compagnons qui veulent l'avoir, sans le mériter, avant la fin de la construction du temple. Aujourd'hui pourtant de plus en plus, des voix s'élèvent pour questionner le mythe, non pour l'interpréter, mais aussi pour le remettre en cause. Les textes que vous allez lire, et qui ne sont que des exemples parmi d'autres actuels, émanent de deux loges de l'orient stéphanois, « Les Élus » et « Tristan Duché ». Leurs auteurs ne sont pas forcément d'accord entre eux et vous remarquerez ici et là des points de vue divergents. Ils furent également diversement accueillis ; pourtant en interrogeant aujourd'hui Hiram, nous cherchons bien sûr à provoquer des réactions, mais en aucun cas à créer du scandale. Une de nos intuitions est qu'en franc-maçonnerie rien n'est sacré, au sens du moins où rien n'est intouchable, où rien ne peut échapper au questionnement. Dans les ateliers tout doit être, ne peut être que question. Parce que ce qui fonde la maçonnerie est l'interrogation incessante des mythes et des symboles.

  • « Solitude », « isolement », deux mots fréquemment associés ! Sont-ils pour autant synonymes ? Souffre-t-on de solitude, parce qu'on vit seul ? Est-on nécessairement coupé du monde humain si l'on vit la solitude? Et puis, la solitude est-elle toujours une malédiction ? Ne présente-t-elle pas, en réalité, plusieurs visages ? Certes, il existe une solitude délétère. Une solitude qui nous ronge, nous détruit et nous éteint. Or, étrangement, nous en sommes souvent les artisans. Elle est une prison dont nous maçonnons les murs jour après jour, sans nous en rendre compte. Elle se construit dans la tête et dans le cOEur, selon des mécanismes identifiables... et modifiables. Ce petit livre s'attache à mettre à jour ces mécanismes retors au moyen de schémas éclairants, dans un langage accessible à tous. Car, si nous connaissons mieux les voies qui conduisent au « carrousel solitaire », nous sommes mieux armés pour leur tourner le dos, pour initier avec nos semblables des relations plus riches et plus gratifiantes. Livre en gros caractère (coprs 16).

  • En cette année où notre Cher Frère Marcel Bolle De Bal fête son jubilé maçonnique, son expérience avérée de ses longues années de Fraternité ne font que donner plus de force à son livre. « La fraternité maçonnique, se révèle, une fois de plus, source de Force, de Beauté et de Sagesse : elle est beaucoup plus qu'un mythe et une illusion : un mythe fondateur, une réalité existentielle, une expérience initiatique. N'est-elle pas, par essence, transcendante par rapport aux aléas des existences particulières ». Trois voyages jalonnent la quête initiatique de ce mythe fondateur : le premier explore la fraternité comme réalité anthropologique, le deuxième la fraternité comme rêve humain, le troisième la fraternité comme initiation maçonnique. Au terme de ces voyages, la fraternité maçonnique se révèle lien à inventer, reliance à travailler, oeuvre à accomplir. Livre à gros caractères : corps 16.

  • En tant qu'êtres humains, à quoi aspirons-nous le plus ? Au bonheur, évidemment ! Mais à cette recherche du bonheur vient s'opposer la réalité. Notre réalité. Celle-ci peut être harmonieuse, gratifiante, parfois même exaltante, mais également douloureuse et source de frustration. Heureusement, il est possible de trouver un apaisement dans les méthodes psychothérapeutiques. Mais qu'est-ce exactement que la psychothérapie ? Comment se déroule-t-elle ? Qu'est-ce qui différencie l'écoute du psychothérapeute de celle du médecin de famille, de l'ami compatissant, de l'assistante sociale ? Cet ouvrage apporte des réponses éclairées à toutes ces questions. Il s'adresse à toutes les femmes et tous les hommes qui envisagent d'entreprendre ce voyage au coeur de soi qu'on appelle psychothérapie ou psychanalyse, mais qui s'interrogent sur la nature exacte de cette démarche, sur ce qu'on peut en attendre, en espérer. Il nous invite à réfléchir sur la nature de la « cure d'âme » et sur ses principes fondamentaux.

  • Albert Poisson décédé à l'âge de 25 ans (1869 - 1894) est un alchimiste mal connu du grand public, dont pourtant l'oeuvre reste considérable. Initié au martinisme et à l'Ordre kabbalistique de la rose-croix, compagnon de Papus, Albert Poisson avait malgré son jeune âge, pénétré les arcanes alchimiques, qu'il pratiquait lui-même en laboratoire. Il aura eu le temps de publier quelques livres dont les Cinq traités d'alchimie des plus grands philosophes : Paracelse, Albert le Grand, Roger Bacon, R. Lulle, Arnaud de Villeneuve, et l'ouvrage présenté ce jour : « Théories et symboles des Alchimistes, le Grand oeuvre ».

  • « C'est écrit trop petit ! ». Combien de fois entendez-vous cette phrase autour de vous ? Du coup, d'authentiques lecteurs sont obligés de renoncer peu à peu à ce qui est un plaisir, celui de la lecture. C'est pour réagir contre cette injustice que cette maison d'édition a été lancée grâce à l'Association EdiMaât et à l'imprimerie La Trésorière. Tous les ouvrages sont imprimés en caractère 16, le choix des titres est éclectique afin de satisfaire au mieux les attentes. Pourquoi cet homme ? Pourquoi cette femme ? Pourquoi ai-je tant de difficultés à trouver l'âme soeur ? Existe-t-il un secret des choix durables ? Ce livre aborde ces questions dans un langage clair et concis. Il s'adresse à ceux et celles qui s'interrogent sur les motivations profondes de leurs choix amoureux présents et passés ou qui aspirent à des choix futurs plus satisfaisants.

  • Goblet d'Alviella nous apporte ici les réponses essentielles aux questions sur la Philosophie du troisième degré, sur son approche ésotérique et historique. ' En 1730, pour les membres de la Grande Loge, Maître et Compagnon étaient encore synonymes ou se rapportaient à un même degré. A partir de cette date, on observe des Loges qui s'en tiennent aux deux degrés et des Loges qui en pratiquent un troisième. Lee Vernon rapporte, dans 'The History of the Lodge of Kelso', que, le 7 juin 1754, les membres de cette Loge se réunirent pour recevoir Compagnons un certain nombre de candidats, conformément aux ' nouvelles méthodes introduites dans les Loges d'Edimbourg '. Le procès-verbal ajoute que les Frères ' constatèrent comme une lacune essentielle de leur Constitution que cette Loge avait seulement la pratique des deux degrés : Apprenti et Compagnon, ne connaissant rien du degré de Maître... '. En effet, à cette époque, les droits respectifs des Maîtres et des Compagnons diffèrent suivant les temps, les localités et les métiers. Et la distinction des Compagnons et des Maîtres n'était pas affirmée partout. ' Docteur en droit, en philosophie et lettres et en sciences politiques, l'auteur fut initié dans la loge 'Les Amis Philanthropes' à Bruxelles dont il fut le Vénérable Maître de 1879 à 1882. En 1894, la loge se scinde. Le 15 janvier 1895, il est élu Premier Vénérable Maître de la nouvelle loge et devient en 1900 Grand Commandeur du REAA. Les ouvrages de cette maison d'édition sont publiés en corps 16.

  • Peut-on tolérer que les élèves utilisent leur portable en classe ? Comment réagir lorsqu'un enfant ou un ' ado ' perturbe le cours ? Mon fils ne m'écoute pas lorsque je lui parle, ma fille me nargue'. Auparavant, l'autorité s'imposait d'elle-même. Aujourd'hui, tout a changé. Parents, enseignants, éducateurs sont confrontés à des difficultés inédites. Ils ne jouissent plus du confort psychologique des parents et maîtres des générations précédentes. Certes, ils savent qu'éduquer n'est pas séduire, qu'éduquer, c'est inévitablement mettre des limites, énoncer des interdits et, le cas échéant, sanctionner. Mais ils se sentent désarmés quant au mode d'emploi. Comment poser et faire respecter les règles ? S'appuyant sur des situations vécues, cet ouvrage apporte des réponses claires et concrètes. Il postule que les règles aident l'enfant à grandir, pour autant qu'elles soient positives, éducatives, maturatives. Dès lors, quels sont les critères d'une règle éducative ? Et quelles sont les conditions d'une sanction maturative ? Patrick Traube est psychologue clinicien, psychothérapeute, formateur. Il est l'auteur de nombreuses contributions scientifiques dans les domaines de l'éducation, des relations humaines et de la santé mentale, mais aussi de livres 'grand public' dans ces thématiques. Il donne de nombreuses conférences en Belgique et en France. Les ouvrages de cette maison d'édition sont publiés en corps 16.

  • Déclin de la valeur travail ? Allergie au travail ? A rebours de ce que laissent croire les médias, le travail humain demeure un élément essentiel de notre société, un vecteur de sens : moyen de subsistance, de reliance à soi et aux autres, créateur d'identité, générateur de solidarité, producteur de citoyenneté. Mais, de quel emploi s'agit-il ? Le travail, c'est bien. Le contenu du travail, c'est (ce devrait être) mieux. Comment faire pour que le travail redevienne oeuvre ? En abordant le lien du chômage à la reliance, en analysant l'impact des nouvelles technologies sur le travail et en se penchant sur l'éthique des affaires, Marcel Bolle De Bal reformule, avec originalité et rigueur, les termes d'un débat devenu central dans nos sociétés occidentales. Livre en gros caractères.

  • Comment éviter les souffrances engendrées par un amour maladroit et comment échapper aux pièges de la relation destructrice ? Comment aimer sans (trop) souffrir, comment être proche de l'autre sans nous blesser réciproquement et trouver « la bonne distance relationnelle ? » Guide pratique rédigé dans un langage simple et concis, illustré d'exemples puisés dans le quotidien, « Être Intime » permettra à tous de trouver les clés d'une relation plus créatrice, plus harmonieuse et plus saine. "Mes Cahiers de Lecture" proposent des livres à gros caractère (corps 16) à l'usage des mal voyants.

  • L'intérêt croissant de George Sand pour les questions sociales, politiques, philosophiques, la prédisposait à imaginer, dans ses romans, des héros et surtout des héroïnes en quête d'un sens de la vie qui était proche d'une quête initiatique. Sur les conseils de son maître à penser, le philosophe Pierre Leroux, George Sand se renseigne abondamment sur la franc-maçonnerie et il est intéressant de voir de quelle manière, tout en préservant les droits de l'imaginaire, elle arrive à entrer dans l'esprit même de la franc-maçonnerie, exaltant ses valeurs même si elle n'en suit pas toujours la lettre. "Mes Cahiers de Lecture" proposent des livres à gros caractère (corps 16) à l'usage des mal voyants.

  • Parvenu aux plus hauts degrés de la Franc-Maçonnerie, André Doré en a pénétré les symboles. La sagesse, venue avec l'âge, lui donne le recul nécessaire pour porter sur l'ordre maçonnique un regard lucide mais nullement blasé. Sa jeunesse de coeur et son ironie - parfois décapante - sont la marque de la foi qui l'anime, et de cette sorte d'humour qui permet de parler légèrement de choses que l'on prend très au sérieux. Mais surtout André Doré est l'un des meilleurs historiens actuels de l'ordre maçonnique. Les ouvrages de cette maison d'édition sont publiés en corps 16.

  • Dans le monde « profane », la hiérarchie est la mesure de la qualité plus on monte dans la hiérarchie, plus on s'approche de la lumière. « Rome a parlé, la cause est entendue » ; « le parti ne se trompe jamais » ; « le patron sait ce qu'il fait » ; « le père », « le grand frère », « le guide suprême » ont toujours raison. La demande de servitude, le plaisir de se soumettre et de marcher au pas confortent le plaisir de dominer. La demande affective pousse des hommes, même des hommes raisonnables et cultivés, à s'installer dans les réponses dernières d'une idéologie prête-à-penser-prête-à-porter pour s'intégrer dans le clan dont ils attendent des caresses. Quelques profanes deviennent francs-maçons. Ils ont été formés dans la cité et, généralement, sont convenablement intégrés. Ils rédigent une demande d'admission et l'adresse, au « Président » d'une loge. Ils sont supposés ignorer le mot « vénérable ». Ils acquièrent le statut de candidat, première étape du parcours maçonnique. À ces candidats, il est demandé d'être purs, désintéressés, philanthropes, portés par le seul désir de construire le temple idéal, bref, d'être excellents maçons avant de commencer un apprentissage. Le vénérable veille au recrutement et il lui appartient de « faire », « créer », « installer » le franc-maçon.

  • Franc-maçon dévoué, brillant avocat, évoluant de monarchisme libéral au républicanisme le plus ardent, ministre de la justice en 1848, Adolphe Crémieux a été à l'origine de réformes progressistes. André Combes, professeur agrégé d'Histoire, ancien conseiller de l'Ordre du Grand Orient de France, ancien Grand Secrétaire aux affaires extérieures, directeur de l'IDERM (Institut d'Etudes et de Recherches maçonniques), rédacteur en chef de "Chroniques d'Histoire maçonnique", membre du comité de rédaction d'"Humanisme", est auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur l'Histoire maçonnique. Il a été fêté le 4 novembre 2011, dans la Loge « La Rose du Parfait Silence » à Paris, à l'occasion de son jubilé maçonnique.

  • « Extravagance méthodique » disait Joseph de Maistre de sa démarche. Ajoutons tout un cortège de paradoxes : grand écrivain français ennemi de la France, patriote savoisin mais très hostile au nationalisme, haut dignitaire franc-maçon mais papiste convaincu, déclarant « divines» les guerres mais pacifiste acharné... Bien stimulante la lecture de ce fidèle élève des Jésuites non moins fidèle à l'acacia !

  • Le non initié, qui ne peut entrer dans le climat d'une Société très fermée, dite secrète, n'en comprend pas toujours la signification, et malgré livres, brochures, conférences, la franc-maçonnerie reste mystérieuse. Nous souhaitons par cet ouvrage répondre à la demande de l'homme angoissé en quête de valeurs fondamentales, face à la montée d'un matérialisme qui n'apporte pas la paix à l'âme. La franc-maçonnerie propose un lieu d'union, un point de rencontre pour des hommes à la recherche d'un même idéal.

  • La notion de Temple dans la pensée occidentale est au coeur du présent ouvrage. L'image archétypale et symbolique, les édifices mythiques, Tour de Babel ou Temple de Salomon, les monuments légendaires : Stonehenge, Borobudur ou Compostelle, véhiculent jusqu'à nous un imaginaire fortement marqué d'affectivité en même temps que le souvenir de technicités perdues. Voyage dans le temps et dans l'espace, à la recherche des vestiges d'une pensée mythique à l'origine de notre civilisation, voici un livre dont l'intérêt soutenu vient des nombreuses perspectives qu'il ouvre à la réflexion. Livre en gros caractères (corps 16).

empty