Sciences humaines & sociales

  • Comment gouverner un peuple roi ? traité nouveau d'art politique

    Pierre-Henri Tavoillot

    • Odile jacob
    • 7 Avril 2021

    « Sommes-nous entrés dans l'ère du déclin démocratique, voire dans un âge postdémocratique ? Admettons au moins l'existence d'une triple déception : la démocratie libérale souffre d'une terrible crise de la représentation, d'une grave impuissance publique et d'un profond déficit de sens. Autrement dit, elle aurait perdu, en cours de route, à la fois le peuple qui la fonde, le gouvernement qui la maintient et l'horizon qui la guide. » P.-H. T.

    Pour Pierre-Henri Tavoillot, ce que nous avions pris pour un progrès acquis - la démocratie - se révèle en réalité un vertigineux chantier. Ce livre, qui renoue avec la tradition oubliée des traités d'art politique, nous invite à réfléchir à ce qui fait le secret de l'obéissance volontaire. Car, en démocratie, l'art de gouverner est surtout un art d'être gouverné. Comment l'envisager aujourd'hui ? Entre le cauchemar de l'impuissance publique et le spectre de l'autoritarisme, comment réconcilier la liberté du peuple et l'efficacité du pouvoir ?

  • C'est à une réflexion radicalement nouvelle et profondément originale sur les liens qu'entretiennent les origines de la vie, l'émergence de l'esprit et la construction de la culture qu'Antonio Damasio nous convie dans ce livre, qui fera date. Conjuguant, dans une démarche pionnière, les acquis des sciences de la vie et l'apport des sciences humaines, Antonio Damasio montre que le vivant porte en lui une force irrépressible, l'homéostasie, qui oeuvre à la continuation de la vie et en régule toutes les manifestations, qu'elles soient biologiques, psychologiques et même sociales.
    L'Ordre étrange des choses décrit comment, dans le cours d'une généalogie invisible, les émotions, les sentiments, le fonctionnement de l'esprit, mais aussi les formes les plus complexes de la culture et de l'organisation sociale, s'enracinent dans les organismes unicellulaires les plus anciens.

  • La paix

    Jean-Claude Carrière

    • Odile jacob
    • 5 Octobre 2016

    « Longtemps, nous avons distingué la paix de la guerre. C'était même, souvent, la seule définition que nous donnions de la paix : l'absence de guerre.
    Depuis une trentaine d'années, nous sommes passés dans un autre type de guerre, une guerre grise, presque anonyme, et même innommable, une guerre qui chasse les habitants de tout un pays vers d'autres terres, lesquelles, prises au dépourvu, ne savent ni les accueillir ni les repousser.
    Une guerre qui a métamorphosé la paix, au point d'en empêcher toute définition.
    De là ce livre sur la paix qui va d'Eschyle à Victor Hugo, du 11 Septembre à la Promenade des Anglais, de la paix des étoiles au repos de la tombe, autour de cette notion profondément mystérieuse, cette paix qui nous fait tant de mal et que nous appelons notre souverain bien. » J.-C. C.

    Un éloge de la paix, un hymne à notre commune humanité.

    ?Scénariste, dramaturge, écrivain, Jean-Claude Carrière est l'auteur de grands succès comme Einstein, s'il vous plaît, Fragilité, Tous en scène et, plus récemment, Croyance.

  • " Mon âme est un orchestre caché, écrivait le poète Fernando Pessoa.
    Je ne me connais que comme symphonie. " D'où vient donc cette musique si particulière qui se joue en nous et nous accompagne à chaque moment ? D'où vient que nous soyons des êtres conscients, éprouvant toujours, dès que nous ouvrons les yeux et quoi que nous fassions, le sentiment inébranlable d'être toujours les mêmes ? Et quels sont, au tréfonds de nos cellules, les mécanismes qui permettent l'émergence de ce qu'il y a de plus humain en nous, nos sentiments, nos pensées, nos créations ? Antonio Damasio, l'un des spécialistes des neurosciences les plus importants et les plus originaux, lève ici le voile sur la fabrique de la conscience.
    Au sein du cerveau, bien sûr, et qui plus est dans ses parties les plus profondes, si intimement liées au corps et à la régulation de la vie biologique. Non, la conscience et le soi ne sont pas une " chose ", une " substance ", une " entité " en nous, comme on l'a longtemps postulé. Bien au contraire, ils forment un ensemble dynamique de processus nés petit à petit au fil de l'évolution biologique. Pour autant, les " naturaliser " ainsi, est-ce rabaisser l'homme ? Sûrement pas, pour Antonio Damasio, tant on peut s'émerveiller de la mécanique rendant possible la symphonie dont, à chaque instant de notre vie, nous sommes le chef d'orchestre.
    Une approche très originale, qui renouvelle en profondeur la science de la conscience.

  • Apprendre à lire ; des sciences cognitives à la salle de classe

    Stanislas Dehaene

    • Odile jacob
    • 20 Octobre 2011

    "Comment faisons-nous pour lire ? Au cours des vingt dernières années, la recherche scientifique sur le cerveau et la lecture a progressé à grands pas. Nous disposons aujourd'hui d'une véritable science de la lecture. Toutefois, ces recherches restent méconnues du grand public et, surtout, des premiers concernés : les parents et les enseignants des enfants des écoles primaires. Nous avons écrit ce livre avec un objectif bien précis : que les connaissances scientifiques sur les neurosciences cognitives de la lecture soient diffusées et mises en pratique dans les écoles. Nous espérons également avec ce livre que les parents trouveront un plaisir plus grand encore à comprendre l'esprit de leurs enfants, à suivre leurs progrès en imaginant les étonnantes transformations qui se produisent dans leur cerveau et à prolonger le travail de l'école à la maison par des jeux pertinents. Un seul objectif doit nous guider : aider l'enfant à progresser pour qu'il devienne un lecteur autonome, qui lit autant pour apprendre que pour son plaisir".

  • De Darwin à Lévi-Strauss

    Pascal Picq

    • Odile jacob
    • 9 Septembre 2015

    À l'aube de sa carrière, Charles Darwin accomplit le périple qui lui permit de prendre la mesure de l'extraordinaire richesse du monde naturel. Pour lui, pas de vie sans évolution, et pas d'évolution sans diversité !
    Un siècle plus tard, celui qui deviendra le grand anthropologue Claude Lévi-Strauss, parti tout jeune à la découverte des peuples amazoniens, comprit que la diversité culturelle est tout aussi cruciale pour l'évolution de l'homme.
    Pascal Picq imagine les deux savants partant à la redécouverte du nouveau monde. Ils seraient bien en peine de le reconnaître de nos jours, tant la diversité naturelle et culturelle a été atteinte. À mesure que des espèces disparaissent, que des cultures et des langues meurent, c'est notre avenir et celui de la Terre qui sont compromis.
    Darwin et Lévi-Strauss nous avaient pourtant avertis.
    Un appel passionné à une prise de conscience urgente et salutaire.

  • Le genou de Lucy

    Yves Coppens

    • Odile jacob
    • 28 Janvier 1999

    Voici l'histoire des jours anciens, notre histoire, celle de la «lente émergence de l'hominidé, de la difficile percée de sa conscience, du lourd redressement de son corps et de l'instabilité émouvante de sa bipédie, de la maladresse de ses premiers essais de taille de la pierre et de sa touchante ténacité à les améliorer». Voici l'histoire d'une science, la paléoanthropologie, et de ses plus récentes avancées. Voici enfin l'histoire d'une vie de recherches, illuminée par la découverte de Lucy, objet de fascinations multiples. «À quoi sert la préhistoire? Voici la réponse: elle met l'homme à sa place. Elle nous fait comprendre qui nous sommes, comment nous le sommes devenus et pourquoi.»

  • Portrait du cerveau en artiste

    Pierre Lemarquis

    • Odile jacob
    • 30 Août 2012

    Oui, les proportions harmonieuses d'un tableau ou d'une sculpture induisent un sentiment de bien-être. Oui, les couleurs agissent sur nos émotions, notre créativité, notre concentration, voire notre force physique. Oui, la musique a le pouvoir de soulager la douleur et de stimuler la mémoire.
    Les philosophes ont les premiers pressenti l'impact du beau et des créations artistiques sur notre humeur, notre état d'esprit et notre santé. Leurs thèses sont désormais confirmées par les neurosciences, qui nous révèlent comment notre cerveau et, par là, notre corps entrent en résonance avec la beauté.

    Et si l'art pouvait vraiment aider chacun de nous à vivre mieux et plus longtemps ?

  • L'homme-thermomètre ; le cerveau en pièces détachées

    Laurent Cohen

    • Odile jacob
    • 1 Janvier 2004

    Pourquoi Monsieur Z.
    Disait-il d'une fourchette que c'était un thermomètre alors qu'il savait parfaitement s'en servir pour manger ? Pourquoi Monsieur S., à l'évocation de ce même mot, s'exclamait-il : " Ce trontreuil est bien décrandé, bien bondé, me valoir comme pondu " ? Pourquoi Monsieur L. répondait-il invariablement " tan tan " et s'expliquait-il par des gestes ? Et Monsieur D. pour qui la tortue devenait une " torpie ", l'araignée une " alougrée ", un revolver un " reveltil " ? Ces hommes n'étaient pas des poètes surréalistes.
    Mais des victimes d'accidents cérébraux dont la pathologie donne un accès privilégié au fonctionnement du cerveau. Un grand livre de neuropsychologie conçu comme un roman policier.

  • Contre la pensée unique

    Claude Hagège

    • Odile jacob
    • 12 Janvier 2012

    Ce livre est un plaidoyer contre la pensée unique.
    Ce livre est un appel à la résistance.
    Quand l'essentiel n'est plus distingué de l'accessoire, quand les projets intellectuels de haute volée se heurtent à la puissante inertie de la médiocrité ambiante et des petits desseins, quand l'uniformisation s'installe dans les goûts, les idées, dans la vie quotidienne, dans la conception même de l'existence, alors la pensée unique domine.

    La langue anglaise domine le monde et sert aujourd'hui de support à cette pensée unique.
    Mais le français est bien vivant. Et nombreux sont ceux, de par le monde, qui en mesurent l'apport au combat de l'homme pour la liberté de l'esprit.

    C'est l'objet de ce livre que de proposer de nouvelles pistes pour déployer encore plus largement de nouvelles formes d'inventivité et de créativité.

  • Les pères et les mères

    Aldo Naouri

    • Odile jacob
    • 1 Avril 2004

    L'évolution récente de nos sociétés a entériné un état de fait qui a profondément altéré la dynamique familiale.
    Pas question, bien évidemment, de revenir en arrière ! Et pourtant, selon Aldo Naouri, ce sont nos enfants qui font les frais de cette situation : les troubles de leur développement affectif et ceux de leur comportement ont largement remplacé les maladies heureusement vaincues. Comment dès lors les préserver ?
    L'évolution de notre espèce lui a fait don d'une instance singulière : le père, qui joue un rôle central dans le développement de l'enfant. Sans le vouloir, mais à condition que sa place soit reconnue, il fait don à l'enfant de la conscience du temps, à laquelle s'oppose la propension naturelle de la mère, désireuse, elle, de satisfaire sans délai un enfant qu'elle a du mal à penser être définitivement sorti d'elle.
    À partir du moment où nos socié tés ont éjecté le père, privilégié la mère et hissé l'enfant au sommet de la pyramide familiale, on peut se demander comment faire pour redonner à l'enfant la conscience du temps et retrouver ce don du père ? La puériculture elle -même n'est-elle pas à repenser ? Parce qu'elle a été fondée sur les recommandations de pédiatres qui ont été eux mêmes avant tout maternants. Pas d'autre solution pour préserver, grâce à l'inestimable don du père, les prochaines générations.

  • L'analogie coeur de la pensée

    ,

    • Odile jacob
    • 21 Février 2013

    ?L'analogie est le mécanisme qui, sans que nous en ayons conscience, dicte le choix de nos mots et notre compréhension des situations les plus quotidiennes. Elle nous guide face à des circonstances inattendues, inspire notre imagination et est même à la source des découvertes d'Einstein. La logique est-elle le fondement de notre pensée ? Réhabilitant les pouvoirs et la richesse créatrice de l'analogie, cet ouvrage montre qu'il n'en est peut-être rien. Trente ans après Gödel, Escher, Bach (prix Pulitzer 1980), dont l'influence et le succès ont été considérables, ce nouveau livre, totalement révolutionnaire, écrit à quatre mains dans un langage non technique et illustré d'une foule d'exemples empruntés à tous les champs de la vie, propose une nouvelle théorie de la pensée. Douglas Hofstadter est professeur de sciences cognitives à l'Indiana University et directeur du Center for Research on Concepts and Cognition. Il est notamment l'auteur de Je suis une boucle étrange (2008) et de Gödel, Escher, Bach (1979), immense succès. Emmanuel Sander est professeur de psychologie à l'université Paris-VIII où il dirige l'équipe « Compréhension, raisonnement et acquisition des connaissances ». Il a notamment publié Les Connaissances naïves (2008) et L'Analogie. Du naïf au créatif (2000).

  • Dieu, un itinéraire

    Régis Debray

    • Odile jacob
    • 25 Octobre 2001

    Dieu, qui a changé la vie des hommes, et leur mort, a lui-même changé de vie, depuis sa naissance, il y a trois mille ans.
    De visage et de sens. l'appellation d'origine demeure, mais l'être baptisé tour à tour devs dieu god n'a pas les mêmes caractères en l'an - 500, + 400 et + 2001, qu'on soit à jérusalem, constantinople, rome ou boston. le dieu de punition et de toute-puissance des hébreux n'est pas le dieu de consolation et d'intimité du chrétien qui n'est pas l'énergie cosmique impersonnelle du new age. notre propos : dégager à nouveaux frais les péripéties d'une genèse, les bifurcations d'un itinéraire, et les coûts de la survie. Comment ? en scrutant le terre-à-terre du ciel. En reculant les projecteurs de l'avant-scène vers les coulisses et les machineries de la production divine ; en remontant de la loi aux tables du même nom, tel l'idiot auquel le sage chinois montre la lune et qui regarde son doigt. et dans quel but ? pour éclairer l'une par l'autre l'histoire de l'éternel et celle de l'occident. zones d'ombre incluses. et pour nous éclairer nous-mêmes.

  • Préhistoire de la violence et de la guerre

    Marylène Patou-Mathis

    • Odile jacob
    • 3 Octobre 2013

    Alors que la violence existe depuis les temps les plus reculés, la guerre est relativement récente dans la préhistoire et est liée aux changements qui ont accompagné le passage du Paléolithique au Néolithique. M. Patou-Mathis explore les causes de l'apparition des sociétés guerrières dans la préhistoire : sédentarisation, patriarcat, surplus agricole, rites sacrificiels, croyances, etc.

  • La simplexité

    Berthoz-A

    • Odile jacob
    • 17 Septembre 2009

    Comme le démontre Alain Berthoz dans ce livre profondément original, faire simple n'est jamais facile ; cela demande d'inhiber, de sélectionner, de lier, d'imaginer pour pouvoir ensuite agir au mieux.
    Et si, à notre tour, nous nous inspirions du vivant pour traiter la complexité qui nous entoure ?

  • L'homme est-il un grand singe politique ?

    Pascal Picq

    • Odile jacob
    • 24 Novembre 2011

    « L'homme est un animal politique », dit-on, en oubliant un peu vite que, s'il est politique, il reste aussi animal, et que peut-être d'autres espèces aussi sont elles-mêmes politiques. C'est ce que rappelle Pascal Picq dans cet ouvrage tonique et un rien provocateur où il explore les origines naturelles de la politique.

    S'ouvrant à la manière de La Fontaine sur une petite galerie de fables et de portraits où il appartiendra au lecteur de deviner quelles personnalités se cachent sous les figures du babouin à toison grise, de l'orang-outang, du gorille ou encore du bonobo et du titi à fraise, ce livre n'est pourtant pas qu'une amusante suite de « singeries » ; c'est aussi une réflexion sur le pouvoir, dans ses jeux et ses enjeux, tels qu'ils apparaissent chez les animaux eux-mêmes, notamment les chimpanzés, les plus étudiés à cet égard.

    Sexe, intérêt et conflits, mais aussi entente et réconciliation : nous n'avons rien inventé !

  • De la violence t.1

    Françoise Héritier

    • Odile jacob
    • 24 Mars 2005

    Comment la violence se met-elle au service de la religion ? Quel usage politique peut-on faire de la cruauté ? Par quels biais les logiques de haine aboutissent-elles au massacre de populations entières ? Telles sont quelques-unes des questions que pose ce livre à travers des réflexions sur la guerre civile en Colombie, l'épuration ethnique dans l'ex-Yougoslavie, le génocide des Rwandais tutsi, mais aussi la Bible, le droit musulman, la médecine ou encore le pouvoir.
    Il privilégie une approche pluridisciplinaire pour cerner et comprendre ce qui fait basculer les sociétés dans la folie destructrice.

  • Cerveau, psyché et développement

    ,

    • Odile jacob
    • 4 Juin 2014

    Les avancées étonnantes des neurosciences ont fait évoluer le domaine de la psychologie et de la psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent. En quoi ces apports permettent-ils de mieux comprendre le développement de la vie psychique ?
    C'est tout l'objet de ce livre.
    Comment le petit enfant est-il amené à dire « je » ?
    Quels sont les mécanismes neuronaux qui permettent d'apprendre à lire et à calculer ?
    Comment l'environnement sociétal et familial dans lequel vit l'enfant influence-t-il sa santé mentale ?
    Comment des différences, comme la prématurité ou la précocité, peuvent-elles devenir sources d'épanouissement plutôt que d'isolement ?
    Autant de thèmes essentiels qui illustrent la question de la plasticité cérébrale chez les enfants et les adolescents et montrent comment, quand tout ne fonctionne pas bien, il est possible de favoriser un bon développement.

  • Les énigmes du plaisir

    ,

    • Odile jacob
    • 30 Septembre 2010

    Pourquoi l'addiction, l'envie de détruire ? Pourquoi l'ennui, pourquoi la dépression ? Alors que nous recherchons le bonheur, c'est très souvent le contraire que nous produisons.
    Est-ce parce que des forces psychiques inconscientes nous poussent à agir exactement à l'opposé de ce que nous voulons, à aller vers ce que Freud désignait comme l'au-delà du principe de plaisir ? Peut-on identifier dans le cerveau des mécanismes neurobiologiques spécifiques nous permettant d'expliquer cette tendance chez l'homme ? En somme, avons-nous, en nous, la capacité d'aller vers le plaisir et le bonheur, ou bien cela nous échappe-t-il totalement ? Pour la première fois, un psychanalyste et un neurobiologiste se sont réunis pour nous aider à comprendre le mécanisme du plaisir et du déplaisir.

  • De la violence t.2

    Françoise Héritier

    • Odile jacob
    • 24 Mars 2005


    le sacrifice est-il un meurtre? a quoi sert la douleur infligée? quelles sont les limites du pacifisme et de la non-violence? telles sont quelques-unes des questions que pose ce livre à travers des réflexions sur la torture politique, les mises à mort publiques, mais aussi le statut de l'animal, le sacrifice de soi ou des autres, la vendetta et le bouc émissaire, la haine en bande organisée.
    c'est la genèse de l'intolérance violente qu'il tente de décrire, pour servir de préalable à une éthique universelle.

  • La mal-mesure de l'homme ; l'intelligence sous la toise des savants

    Stephen Jay Gould

    • Odile jacob
    • 19 Septembre 1997

    Différences (race, classe, sexe) sont innés et héréditaires, l'intelligence est unique, localisée dans le cerveau, mesurable. La craniométrie au XIXe siècle et les tests d'intelligence au XXe siècle vont utiliser ces mesures pour établir une échelle de valeurs. Il en ressort invariablement que les opprimés, les désavantagés sont inférieurs et méritent donc leur statut.
    Mettant en évidence les faiblesses scientifiques de ces arguments et présentant le contexte politique dans lequel ils ont été élaborés, Stephen Jay Gould repère les préjugés qui ont conduit les savants à des conclusions fausses. Certains de ces préjugés paraîtront risibles ; ils émanent pourtant des hommes de science les plus importants de leur époque...
    La Mal-Mesure de l'homme a reçu plusieurs prix prestigieux aux Etats-Unis lors de sa publication. Un livre fondamental pour qui veut comprendre la nature du racisme.

  • Si je n'avais plus qu'une heure à vivre

    Roger-Pol Droit

    • Odile jacob
    • 2 Janvier 2014

    « Si je n'avais plus qu'une heure a` vivre, une heure seulement, exactement, ine´luctablement, qu'en ferais-je ? quels actes accomplir ? que penser, e´prouver, vouloir ? quelle trace laisser ?
    Car dès lors tout devient plus intense, plus urgent et plus dense il faut e´carter les illusions, les trompe-l'oeil, ôter le superflu, aller à l'essentiel, direct, mais il est ou`, l'essentiel ? » R.-P. D.

    Chacun de vous y a déjà songé au moins une fois.

    Roger-Pol Droit propose ici un exercice radical, de´cisif, qui vaut toutes les leçons de philosophie et de sagesse.

    Et si, à votre tour, vous n'aviez qu'un moment pour dresser le bilan, pour vous souvenir, pour chercher ce qui, pour vous, compte le plus ?

  • Comprendre la nature humaine

    Steven Pinker

    • Odile jacob
    • 10 Février 2005

    L'idée que chacun de nous se fait de la nature humaine affecte toute notre vie, de la manière dont nous élevons nos enfants à nos positions politiques.
    Les sciences permettent aujourd'hui de mieux la comprendre, de mieux cerner les structures innées qui régissent nos pensées et nos sentiments. Et pourtant, beaucoup redoutent que ces découvertes ne viennent justifier les inégalités sociales, empêcher le progrès, ruiner la notion même de liberté et de responsabilité. S'appuyant sur les données scientifiques les plus récentes, Steven Pinker dénonce les dogmes qui obscurcissent la vision de ce que nous sommes.
    Malgré sa popularité auprès de nombreux intellectuels au cours du XXe siècle, l'idée que tout en nous est acquis a peut-être fait plus de mal que de bien. Après tout, elle nie notre commune humanité et nous égare en matière d'éducation ou de politique. Non, l'idée de nature humaine n'est pas dangereuse !

  • Le moment présent en psychothérapie ; un monde dans un grain de sable

    Daniel N. Stern

    • Odile jacob
    • 10 Avril 2003

    Le cours d'une psychothérapie change souvent à la faveur de petits événements, rapides et spontanés, unissant le thérapeute et son patient.
    Pourquoi ? qu'est-ce qui se joue en ces instants précis du temps ? et comment expliquer que ces moments à deux, brefs par définition, puissent avoir un tel impact et conduire à des changements profonds ? abandonnant le chemin emprunté historiquement par la plupart des psychothérapeutes, daniel n. stern analyse ici les liens entre l'implicite, l'intersubjectif et l'instantané et prouve, de façon magistrale, l'importance cruciale du moment présent en psychothérapie.
    Il dégage, en particulier, les implications, sur le plan théorique et clinique, du primat accordé, non plus au passé et à son influence, mais à l'expérience présente, vécue à deux, hors langage et souvent hors conscience. une démarche audacieuse qui bouleverse l'approche et la compréhension de tout le processus psychothérapeutique.

empty