Parentheses

  • Ce livre majeur du géographe Pierre Deffontaines paraît la première fois en 1972, peu avant sa disparition. Sous la forme d'un inventaire complet et minutieux, il rend compte de l'immense diversité des formes traditionnelles de l'habitat humain à travers le monde. Ouvrant sur la question de la matérialité stricto sensu des maisons, l'ouvrage s'organise autour de ce que l'auteur appelle des « dispositifs », c'est-à-dire les aménagements effectués par les hommes pour répondre à leurs besoins en matière de confort, d'économie...
    Mais aussi aux exigences de leurs systèmes symboliques (relations hommes/femmes, religions, etc.). Cet ouvrage de référence, riche de dessins et croquis de l'auteur, est plus qu'un document géographique incomparable : un véritable manuel d'éducation du regard.

  • Présentation d'une centaine de maisons remarquables bâties depuis 1900, qui, célèbres ou méconnues, révèlent les valeurs et les tendances de leur époque.

  • Le prolétariat ne se promene pas nu ; Moscou en projets Nouv.

    Ce livre, qui a pour objet central l'étude du plan de reconstruction de Moscou de 1935, rompt avec l'écriture de l'histoire architecturale russe et soviétique à travers l'unique prisme de ruptures et met en évidence les nombreuses formes de permanences, matérielles et humaines, ainsi que des approches pragmatiques du projet de la part des décideurs politiques.
    Au-delà de ce cas particulier, cet ouvrage soulève la question plus générale du comment écrire l'histoire de l'urbanisme et de l'architecture en rapport avec le politique, dans un contexte où ce dernier exerce un contrôle étendu sur la production.
    Cette histoire de ville s'appuie sur un corpus, souvent inédit, d'archives et déploie un très riche matériel iconographique dont certains documents n'ont jamais été publiés.
    />

  • « Le critère pour l'architecture après le tsunami est l'humilité. » Kengo Kuma avait presque 10 ans lorsqu'il visita, à l'occasion des Jeux olympiques de Tokyo de 1964, le gymnase Yoyogi, en forme d'immense poisson, conçu par Kenzo Tange. Ce bâtiment le marqua profondément et suite à cette expérience forte, il décida de devenir architecte.
    Passionné par la culture et l'architecture traditionnelles de son pays, où l'usage et le travail des bois sont poussés à une sorte de paroxysme symbolique et où matériaux naturels et gestes ancestraux sont mêlés de manière surprenante à une modernité sans concession, Kengo Kuma a tracé son chemin. Il a créé son atelier en 1990 et se retrouve aujourd'hui à la tête d'un groupe d'agences d'architecture implantées au Japon, en Chine, aux États-Unis et en France. Sa production, impressionnante en nombre de projets, demeure pourtant empreinte de la même philosophie : une audacieuse inventivité et une frugalité de moyens, un recours aux matériaux traditionnels (bois, bambou, terre, pierre) utilisés de manière contemporaine et, à l'inverse, un usage vernaculaire des matériaux innovants, un respect de l'histoire et des sites.

  • La maison, engagement intime, résonne au plus profond de notre être comme l'expression d'un lieu où l'on se sent bien. C'est par la dimension sensible de l'habiter que l'espace va pouvoir correspondre à cette quête de spiritualité qui touche aujourd'hui la maison occidentale. Les 20 maisons présentées ici illustrent comment les Japonais, sur des parcelles exiguës, ont su créer des espaces de vie riches et variés, entre dedans et dehors, entre intimité et ouverture sur la ville, pour o. rir des lieux où l'art d'habiter répond aux besoins de vivre une certaine présence au monde. En o. rant une approche sensible de ces espaces, ces exemples permettront d'expérimenter la manière dont est vécu l'espace au Japon et de s'inspirer de solutions d'aménagement spécifi ques aux petites surfaces.

  • Frank Lloyd Wright est l'une des figures majeures de l'architecture du XXe siècle, dont l'histoire a retenu, outre des chefs-d'oeuvre, une vie mouvementée et une dimension quasi « prophétique ». Aujourd'hui, près de soixante ans après sa mort, ses principes, ses pratiques, ses réflexions résonnent d'une nouvelle actualité. Au premier chef : l'architecture organique et l'intégration de l'agriculture dans le développement des métropoles. Afin d'analyser cet oeuvre d'exception et d'en saisir le caractère actuel, l'auteur a choisi cinq approches thématiques : la teneur biographique de l'oeuvre, une comparaison avec Ruskin, l'organique, le recueil de dessins Wasmuth et la métropole agricole.
    Cinq approches qui offrent un éclairage original et inédit sur une figure phare de l'architecture moderne.

  • De Paris à la mer, la vallée de la Seine est un trait d'union. L'Île-de-France et la Normandie trouvent leur débouché maritime via le fleuve et ses infrastructures, l'estuaire et la baie ouverts sur la Manche et le trafic mondial. Mais plus qu'un couloir de déplacement, cet ensemble géographique est un véritable milieu de vie, à la fois majestueux et fragile. Ce grand territoire fait aujourd'hui l'objet de démarches d'aménagement concertées, en quête d'un équilibre qu'exigent les grands enjeux du XXIe siècle. Initié par une équipe de recherche, ce livre propose un voyage à travers des paysages qui constituent un nouveau manifeste pour l'aménagement de l'espace, une école grandeur nature.
    Quand l'aménagement sort des logiques de « tuyaux », le paysage respire.

  • Le tracé et la conception des chemins, routes, rues, boulevards ou autoroutes ne relèvent pas exclusivement du solide et de l'utile, mais aussi du beau;
    Pas seulement de la technique, mais de l'architecture.
    Revenant sur l'idée communément admise d'un lien indissociable entre la voie et l'automobile, ce livre révèle la dimension historique et esthétique de la route, cet objet complexe au croisement des savoirs de l'architecte, de l'ingénieur, du paysagiste et de l'urbaniste. Somme richement illustrée et documentée, de lecture fluide, cet ouvrage montre que la voie, loin d'être vouée à l'obsolescence technique, est un élément permanent et constitutif du territoire, à même d'intégrer un grand nombre d'enjeux et de se soumettre aux changements que l'avenir ne manquera pas d'exiger de lui.

  • Un premier manifeste contestataire, Bolo'Bolo, paru en Suisse en 1983, puis un second, Kraftwerk 1, Construire une vie coopérative et durable, publié 10 ans après, ouvrirent dans les milieux alternatifs zurichois une vaste réflexion sur l'habitat participatif.
    Les auteurs de ces manifestes, Widmer, Blum et Hofer, ralliés par des centaines de convaincus, décidèrent dans les années 1990 de tenter la concrétisation de leurs idées révolutionnaires. Ainsi vit le jour à Zurich la coopérative d'habitants Kraftwerk, devenue grâce à son succès un modèle historique. Retraçant l'histoire de cette expérimentation, aux objectifs à la fois humanistes et écologiques, cet ouvrage est un plaidoyer pour l'habitat partagé et une réflexion sur sa possible diffusion au-delà des frontières de la Suisse.

  • Présentation d'une centaine d'expériences architecturales à travers l'Europe qui ont pour but de sensibiliser les enfants à l'environnement bâti.

  • L'accord international sur le climat pris lors de la Conférence de Paris en 2015, la COP21, fixe comme objectif une limitation du réchauffement mondial entre 1,5 et 2 °C d'ici 2100. L'atténuation des effets du changement climatique et l'adaptation à ces évolutions sont deux objectifs à intégrer aux conceptions urbaines, aussi bien dans les projets de territoires sur le long terme que dans les opérations d'aménagement ou de rénovation. Ce recueil de projets, initiés et soutenus par l'Ademe ces dernières années, a vocation à soumettre, aux décideurs, praticiens et futurs praticiens, des pistes d'action, et à leur présenter de possibles façons d'agir pour rendre plus adaptatifs et résilients les projets urbains d'aujourd'hui.

  • Le viaduc sur la Polcevera (Gênes) conçu par l'ingénieur italien Riccardo Morandi fut salué comme un chef-d'oeuvre lors de son inauguration. Il fut vilipendé récemment, ainsi que son matériau, le béton armé, pour n'avoir pas su résister à cinquante ans de vibrations continues... Le pont est un objet singulier, à l'identité forte, mais aussi un point d'un système (autoroutier par exemple) qui le tient, l'active dans ses coordonnées territoriales. Les ponts, ceux de Morandi en particulier, expriment cet attachement finalement paradoxal : d'être à la fois vecteur de flux et performance statique. Il poinçonne le paysage en sautant l'obstacle. Sa soudaine fragilité nous rappelle sa nature essentielle :
    D'être, au sens propre, un accident de la route.

  • Raj Rewal est un architecte indien né en 1934, toujours actif et qui est considéré comme l'un des plus marquants de l'Asie du Sud-Est.
    L'importance et la diversité de sa production architecturale et urbaine, les leçons qu'il tire de l'architecture traditionnelle, son souci pour un logement de qualité accessible au plus grand nombre et, finalement, le fait qu'il parvienne à atteindre tous ces objectifs en suivant une voie originale, en dehors du modernisme occidental, font de Raj Rewal un architecte remarquable et exemplaire, dont l'engagement et l'oeuvre méritent d'être connus en France.

  • Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l'État français a entrepris l'une des plus formidables expériences sociales et architecturales du XXe siècle : transformer un pays essentiellement rural en une nation urbaine résolument moderne. Si ces environnements suburbains d'après-guerre sont souvent perçus comme le résultat anarchique d'un désintérêt politique, Kenny Cupers démontre que leur construction a, au contraire, été guidée par de ferventes ambitions et aspirations. Synthèse d'une vaste révolution urbaine, ce livre met au jour toute la complexité théorique, sociologique, administrative, etc., sousjacente à ce « projet social » générateur de la banlieue française. Servi par une iconographie riche et évocatrice, il s'appuie en outre sur de précieuses archives de première main.

  • Cet ouvrage présente la manière dont la recherche peut aider les professionnels de l'aménagement du territoire, en s'appuyant sur des protocoles, des méthodologies et des logiciels expérimentés dans le cadre de projets théoriques qui peuvent leur servir à concevoir et planifier des espaces de vie en ville agréables et durables.

  • L'architecture travaille la matière afin de la rendre expressive. Elle se heurte ce faisant à son obstination muette qu'elle tente de dépasser. Partant de ce constat, ce livre propose de l'interpréter à la lumière de la notion de matérialité envisagée comme le rapport que nous entretenons avec les phénomènes sensibles, les matériaux et les objets. Notre subjectivité d'êtres humains se constitue pour partie au travers de cette rencontre avec toutes ces «choses» qui tombent immédiatement sous le sens. Par leur intermédiaire, l'architecture contribue à la création d'un monde destiné spécifiquement aux hommes. L'interprétation de la matérialité permet une autre lecture de l'histoire de l'architecture pour comprendre les enjeux actuels, comme ceux qui s'attachent à la révolution numérique.

  • L'ouvrage de Philippe Potié invite le lecteur à explorer, à travers un angle très singulier - le voyage - la genèse de la pensée de quelques-unes des grandes figures emblématiques de l'architecture occidentale - théoriciens et constructeurs. On y découvre les grands maîtres en apprentissage, leurs cheminements intellectuels après leur confrontation avec des monuments célèbres, des ambiances, des lumières, des formes, des cultures différentes. On y perçoit la révélation, l'émerveillement... Ces voyages initiatiques racontés par Philippe Potié donnent une dimension sensible et profondément humaine à ces maîtres, devenus des icônes, et permettent du même coup d'appréhender leur oeuvre avec un regard neuf et ému... et prouvent qu'il est encore possible de découvrir Brunelleschi ou Louis Kahn.

  • Que dire d'une cité qui a passé vingt-six siècles de son histoire sur un site de quelques hectares à l'endroit même où les Grecs avaient posé les premières pierres de leurs maisons, de leurs temples et de leurs remparts ?
    Quelques repères seulement demeurent de l'histoire riche et tourmentée, d'une cité dont le dynamisme s'exprime aussi dans ses projets d'urbanisme.
    C'est pour conserver de Marseille une vision patrimoniale qu'ont été réunis ces relevés aquarellés de monuments et d'édifices emblématiques. Ce regard nouveau sur ces façades, permet de comprendre leur histoire et leur fonction. Une approche de l'architecture sous forme d'«arrêt sur image», fruit de la collaboration entre une architecte et une historienne de l'art et archéologue chargée de la valorisation du patrimoine.

  • Puisant ses références à la source même du modernisme, comme les constructivistes et les suprématistes, le style de Zaha Hadid se caractérise par une volonté de déconstruire l'orthogonalité des objets, utilisant des entrelacs de lignes tendues et de courbes, d'angles aigus et de plans décalés et apportant à ses créations complexité et dynamique.
    En France elle a notamment réalisé : un terminus de tramway et le projet de mosquée à Strasbourg, la tour CMA-CGM à Marseille, et le projet de complexe sportif et culturel à Montpellier.
    Cette intégrale, premier ouvrage en français consacré à l'oeuvre de Zaha Hadid, présente l'ensemble de ses recherches théoriques, de ses projets et réalisations tant en architecture que dans les domaines du design et de la mode.

  • La Provence, rayonnante autour d'une Aix noble et fortunée et d'une Marseille riche de sa classe de négociants, garde encore les traces du mode de vie fastueux qui caractérisait l'aristocratie et la bourgeoisie. Un mécénat actif a ainsi permis à des artistes de formation éclectique de s'exprimer à la ville comme à la campagne. Les bastides se multiplièrent aux XVIIe et XVIIIe siècles, révélant, outre la richesse de leurs décors intérieurs, une composition parfois très élaborée des parcs et jardins. Au-delà de l'analyse du fait architectural constitué par la bastide et son domaine, on pourra découvrir le phénomène complexe d'un véritable projet social qui a régi pendant plus de deux siècles le marché foncier, l'agriculture et donc le paysage de toute une région.

  • Quelles relations entre architecture, tourisme et loisirs ? C'est ce que cet ouvrage se propose d'analyser, révélant les contradictions profondes des sociétés contemporaines qui reposent sur l'individualisme tout en cherchant un esprit de communauté ; encouragent l'ostentation mais valorisent l'austérité ; réclament le dépaysement sans renoncer au confort ; désirent l'aventure sans ses dangers et expriment une soif inextinguible de « paradis perdus ».
    De page en page, il s'agit d'une pérégrination architecturale de La Grande-Motte à Dubaï, de Port Leucate à Disneyland, au cours de laquelle on croise les architectes Jean Balladur, Robert Venturi, Le Corbusier, Robert Stern, Adolf Loos, Marcel Breuer...

  • Souto de Moura est l'architecte le plus en vue de la célèbre École de Porto. Son invitation à l'abbaye du Thoronet est devenue le prétexte à une réfl exion sur le sens de l'architecture et le devenir du patrimoine. Son intervention - dévoilée à travers un entretien et un texte original - vise à une réappropriation contemporaine des formes anciennes. «.Le diable m'a dit.», tel un pacte passé avec lui, est un jeu que s'est inventé l'architecte et qui consiste à disposer de la réalité pour en améliorer les coordonnées. L'architecte élargit ensuite sa démonstration avec onze de ses projets, tous mettant en scène un site ancien qu'il réintègre dans un programme contemporain .

  • Située au coeur d'Alep, la maison à cour Ghazalé - du nom de ses derniers propriétaires - est réaménagée au XVIIe siècle par une famille chrétienne de notables.
    Dans les années 2000, il est prévu qu'elle devienne musée de l'histoire de la ville. Les témoignages écrits, dessinés et photographiés rassemblés dans ce livre constituent une documentation indispensable. À travers l'histoire de cet ancien lieu de vie domestique, vestige et témoin d'époques révolues, l'ouvrage aborde celle d'Alep, ville plurimillénaire, carrefour du Moyen-Orient. Au-delà de l'analyse de l'architecture et du décor intérieur exceptionnel, ce sont des pratiques de l'espace qui sont révélées : un patrimoine matériel et immatériel vivant qui, malgré les destructions successives, ne tombera pas complètement dans l'oubli.

  • Le Corbusier a toujours été fasciné par les progrès technologiques, introduisant dès ses premiers livres des chapitres sur les paquebots, les automobiles, les avions. En 1929, il a l'occasion de survoler le Brésil et cette expérience aérienne le conduira à s'enthousiasmer à l'idée de réaliser un livre consacré à l'aéronautique. Aircraft occupe une place singulière dans la bibliographie de Le Corbusier, avec très peu de références à son oeuvre et une maquette très audacieuse, rappelant les créations du Bauhaus et des constructivistes russes. Aircraft va vite devenir un livre mythique.
    La présente édition reprend l'édition originale en anglais à l'identique, complétée par la version française des textes originaux de Le Corbusier, reconstitués d'après les documents d'archive.

empty