Point De Vues

  • Dès le début du XIXe siècle, des peintres audacieux se mettent à brosser des paysages en plein air. lls rompent ainsi avec l'ancestrale peinture d'atelier et par voie de conséquence, bousculent les habitudes picturales.
    L'évolution des transports, la mise au point de peintures portables, la miniaturisation des accessoires, ont accompagné les artistes novateurs dans leur démarche. Les transformations de la société ont aussi rendu leur approche plus aisée. Les conséquences de la Révolution Industrielle ont facilité leurs tentatives.
    Ce livre tente de rappeler ce combat difficile contre un art officiel qui n'avait plus comme principale fonction que de défendre des avantages acquis.

  • Héritière de treize siècles d'histoire, l'abbaye Saint-Wandrille conserve une importante collection d'ornements liturgiques créés par son atelier d'art sacré entre 1931 et les années 1950, réunissant de spectaculaires oeuvres textiles et d'orfèvrerie. Faisant écho aux grandes réalisations de l'Art Déco ainsi qu'aux oeuvres d'artistes comme Robert Delaunay ou Edouard Bénédictus, les pièces alors créées par les moines puisent aussi dans la mode profane, notamment dans les créations de grands couturiers comme Madeleine Vionnet ou Jeanne Lanvin.
    Les oeuvres d'orfèvrerie religieuses témoignent également de l'ouverture de l'atelier liturgique sur la création artistique du moment, les frères collaborant alors avec de grands orfèvres parisiens.
    Ce moment unique de création est présenté pour la première fois dans cet ouvrage, qui dévoile des pièces demeurées longtemps inédites tout en les resituant dans leur contexte intellectuel et artistique.

  • Devenue bien national à la Révolution, aujourd'hui partiellement détruite, l'abbaye de Jumièges surprend toujours le visiteur par sa monumentalité et son inscription dans le paysage. Détruite au XIXe siècle, l'abbatiale romane est aujourd'hui connue comme «la plus belle ruine de France».
    Le photographe Olivier Verley a passé plusieurs saisons à restituer dans ses clichés la célèbre abbaye et pose un regard passionné sur l'un des joyaux du patrimoine haut-normand.
    Le livre présente le travail de l'artiste et se veut le reflet de ses multiples approches du monument : l'abbaye et son paysage, son rapport avec la nature environnante, vues de l'intérieur de l'enceinte détaillant la structure de son architecture ou encore gros plans sur les détails.

  • Artiste aujourd'hui un peu oublié, Pierre Prins fut l'ami le plus intime et le plus fidèle d'Edouard Manet, l'un des peintres les plus révolutionnaires du XIXe siècle. Le portrait de Fanny, la femme de Pierre Prins, dans le célèbre oeuvre de Manet Le Balcon (Musée d'Orsay) témoigne des liens étroit qui unissent les deux familles.
    L'artiste est un autodidacte : il a plus de 40 ans lorsqu'il choisit d'abandonner définitivement son métier d'artisan d'art pour se consacrer entièrement à la peinture et surtout au pastel sec. Ce contemporain de Claude Monet est le seul artiste de sa génération à utiliser, de manière aussi récurrente, le pastel pour rendre son sujet de prédilection : le Paysage. Ses séjours à Fécamp, répétés au cours de la décennie 1890, ont été l'occasion pour l'artiste de produire des oeuvres exceptionnelles sur la ville.

  • Pierre Buraglio, proche du mouvement Supports/Surfaces, a très tôt voulu se débarrasser des instruments traditionnels de la peinture et refusé de succomber à l'idée qu'une oeuvre serait uniquement le fruit d'un savoir-faire hérité de la seule tradition picturale. Dans le sillage des grands mouvements artistiques qui ont vu le jour dans la première moitié du XXe siècle, il se devait de déconstruire la peinture, d'en démonter tous les rouages, pour l'aborder de façon nouvelle.
    Son histoire c'est aussi celle d'une génération qui a vu le jour en même temps que la Seconde guerre mondiale. Une guerre qui a laissé des traces indélébiles dans sa conscience et lui a permis d'ouvrir les yeux sur cette folie meurtrière et l'importance du jeu politique.

  • Les maîtres de l'Impressionnisme qui ont participé aux expositions « fondatrices» de l'impressionnisme entre 1874 et 1886 , ont contribué ensemble à l'éclosion du paysage moderne. Génèse et évolution du paysage impressionnistes sont présentés à travers leurs oeuvres et plus particulièrement dans le traitement de l'eau. Qu'il s'agisse de bords de rivières, de mer, de mares ou de simples évènement climatiques où la lumière joue un rôle fondamental. Maîtres parmi lesquels figurent Monet, Sisley et Renoir mais aussi Béliard, Bracquemond, Boudin, Cals, Degas, Guillaumin, Berthe Morisot... Ainsi que des artistes de l'Ecole de Rouen et postimpressionnistes.

  • En juin 1944, à l'aube du débarquement sur les plages normandes, John Morris, directeur photo pour LIFE Magazine à Londres, envoie son équipe
    de 6 photographes dans la plus gigantesque armada de l'histoire.
    Parmi eux, Robert Capa choisit de partir avec la première vague d'assaut vers Omaha Beach.
    Le bouclage de LIFE ne peut se faire sans les photos du débarquement.
    Dans la fébrilité générale, les films de Capa arrivent in extremis à Londres et sont malencontreusement détruits suite à un accident de laboratoire.
    Aujourd'hui, seules dix images nous sont parvenues.
    Par leur charge émotive, les photographies de Robert Capa dépassent la vérité historique et ouvrent la voie au photojournalisme contemporain.
    Préfacée et accompagnée d'un texte de John G. Morris, cette édition bilingue, français-anglais, raconte pour la première fois l'histoire de ces
    images uniques.

  • Publié à l'occasion de la triple exposition « Empreintes du passé, 6 000 ans de sceaux », au Musée départemental des Antiquités de Rouen, aux Archives départementales et à l'Abbaye de Jumièges, cet ouvrage traite des sceaux et de leurs multiples usages, qu'ils soient de clôture ou de validation, de l'Antiquité à nos jours, et particulièrement en Normandie, dans le diocèse de Rouen, à partir de la période gallo-romaine.
    Cette publication, qui bénéficie du concours de spécialistes de renom, propose une approche originale des sceaux proche-orientaux, égyptiens et galloromains, avant de s'intéresser aux sceaux médiévaux et à leurs évolutions ultérieures.
    Un focus particulier est porté sur les sceaux du chartrier de Jumièges, un des plus riches de Normandie avec près de 2 000 empreintes originales conservées, et notamment sur les sceaux de villageois, attestant de l'exceptionnelle diffusion du sceau en Normandie.
    C'est un ouvrage de synthèse exceptionnel, inédit en Europe, sur l'histoire des sceaux, de l'Antiquité à nos jours. Un véritable ouvrage de référence comprenant plus de 500 illustrations et écrit par de grands noms de la sigillographie.

  • De nombreuses abbayes ont été fondées en Normandie au cours du XIe siècle, par le duc ou par ses grands vassaux. Elles sont confiées le plus souvent à des moines bénédictins. La conquête de l'Angleterre, en 1066, va changer la donne. Les établissements vont bénéficier d'une véritable manne financière, car leurs bienfaiteurs sont devenus les grands du royaume d'Angleterre. De nombreux moines normands vont aller s'établir en Angleterre. Ils entreprennent de reconstruire leurs abbatiales, dans le style roman normand. Au même moment, des moines normands vont partir en Italie du Sud et en Sicile, où ils fondent eux aussi des établissements et construisent des églises sur le modèle normand. Au tournant des XIe et XIIe siècles, le monachisme se renouvelle avec l'apparition de nouveaux ordres, qui s'établissent de part et d'autre de la Manche.

    Seconde édition, revue et augmentée.

  • Le muséum de Rouen nous livre son atmosphère magique au fil des pages de ce livre à feuilleter comme le carnet de voyage d'un naturaliste. Vous découvrirez ainsi veaux à 2 têtes et autres foetus, prisonniers des bocaux, perruches et zèbres, témoins des aventures des chercheurs du XIXe siècle.

  • A partir des années 1880, la photographie étend sa pratique à de nouvelles générations d'amateurs qui progressivement vont se regrouper en société. Louis Chesneau (1855-1923), négociant à Rouen, s'est passionné pour la photographie et a fait partie du Photo-Club rouennais.
    Cet ouvrage, « Voyage à St Sever », nous plonge avec bonheur et intérêt dans l'atmosphère du Rouen du XIXe siècle.

  • Grâce au foisonnement et à la précision des détails du Plan Bignon, nous découvrons la ville de Caen au XVIIe siècle, encore médiévale mais qui a amorcé une métamorphose.
    La réimpression de cette oeuvre méconnue, en fac-similé, met en valeur son rôle de document historique de premier plan, mais aussi son caractère artistique représentatif de l'art de la gravure au XVIIe siècle et procurera au chercheur comme au simple curieux une nouvelle occasion de redécouvrir la cité caennaise sous tous ses aspects.

  • Les architectes contribuent in fine à changer la société et proposent un nouveau modèle qui revisite nos équilibres économiques, sociaux, environnementaux et culturels.
    Les étudiants d'aujourd'hui seront les architectes de demain ; leur ouverture sur les problématiques contextuelles, comme sur l'Europe et sur le monde, sera à l'origine de leur épanouissement et du renouvellement des pensées et des pratiques professionnelles.
    Cet ouvrage a donc pour objectif de montrer cette attitude innovante de créativité nécessaire à tout projet d'architecture.

  • Le 6 juin 1606 naissait, rue de La Pie à Rouen, celui qui allait devenir l'une des figures emblématiques de la ville et l'un des plus grands poètes de son temps, Pierre Corneille.
    Son oeuvre, qui témoigne de l'universalité des sentiments humains, a consacré dans sa plénitude le génie classique français ; elle est aussi le fruit d'une éducation et le reflet d'une époque. Car Pierre Corneille était un homme parfaitement incarné dans son siècle. Il ne dédaignait certes ni la gloire ni les honneurs, mais il fut aussi l'aîné d'une famille nombreuse, l'élève des Jésuites, un magistrat consciencieux et un chrétien attentif à la vie de sa paroisse, se souciant du bien-être des siens.
    A l'occasion du quatrième centenaire de sa naissance cet ouvrage célèbre l'homme qu'il fut, celui que connurent ses contemporains, à travers des documents souvent inédits et exceptionnels qui touchent de près à sa vie personnelle.

  • « Une autre ville bleue » est une vision fusionnelle entre la manière de capter et de restituer la ville du Havre en images de la part du photographe Jacques Basile et les impressions ressenties au contact de la cité portuaire mises en mots par le musicien Didier Guyot. les photos et les textes témoignent d'un parcours urbain où le parti pris délibéré est de rendre compte de l'impression «bleu» se dégageant des instants saisis.
    Ce bleu est un véritable état d'esprit, une manière de voir et de vivre la ville à travers ce qui la constitue au quotidien ordinaire. IL est décliné selon un nuancier visuel qui reproduit fidèlement les différents caractères d'un environnement , façonné par les atmosphères.
    />

  • Le seul portrait de Jeanne d'Arc réalisé de son vivant est la silhouette tracée d'une plume rapide par le greffier au Parlement de Paris. Jeanne d'Arc n'a pas de visage mais les portraits de Jeanne et les idéaux qu'on lui a fait défendre sont le reflet des mentalités et des convictions de leurs créateurs. L'interprétation de son personnage est propre à chaque époque et ce sont ces diverses représentations que vous retrouverez dans ce livre.

  • Galillée, souvent perçu comme l'un des pères de la physique moderne, est un personnage majeur de l'histoire scientifique de notre ère. Il a révolutionné les sciences au XVIIè siècle, en passant d'une approche philosophique à une approche expérimentale. Ses travaux et découvertes ont inspiré les générations futures, jusqu'à nos jours.
    Grâce à cet ouvrage Galilée, Zoomer le Soleil, le Musée de l'Horlogerie de Saint-Nicolas d'Aliermont révèle une facette méconnue du savant florentin. S'il est célèbre pour sa théorie de l'héliocentrisme (« Et pourtant elle tourne »), on ignore trop souvent ses découvertes cruciales dans la mesure du Temps.

    Un ouvrage poétique et expérimental nous permettant d'approcher les étoiles et de faire la lumière sur Galilée.

  • A Barentin près de Rouen, Badin est une usine textile rescapée, sauvée par la volonté de quelques ouvriers et actionnaires entrés en résistance contre la fatalité. Barbara Pellerin, jeune photographe originaire de Barentin, s'est faite témoin des transformations, exemples des répercussions d'une mutation mondiale qui sont finalement venues à bout de ce lieu chargé de l'histoire textile qui a fermé en avril 2008.

empty