Littérature arabe

  • Dans le Maroc des années 1940, Mohamed assiste terrorisé au meurtre de son frère par son propre père. Fuyant le "monstre", il erre dans les bas-fonds de Tanger, côtoie la famine et la délinquance. De ces nuits à la belle étoile, il gardera le goût du sexe et l'amertume de la prison. La vérité crue et l'audace littéraire de Mohamed Choukri ont fait de cette autobiographie une oeuvre culte.

  • Le coran

    Anonyme

    * La traduction du Coran faite par le grand orientaliste et drogman d'origine hongroise Albert Félix Ignace de Biberstein Kasimirski (1808-1887), également auteur de ce qui est sans doute le meilleur dictionnaire arabe-français, est une des plus lisibles en français tant sa langue est accessible. Les notes elles-mêmes, sans érudition insurmontable, sont éclairantes et pédagogiques.M.
    A. Amir-Moezzi, en exégète confirmé de ce texte de portée universelle qui reste mal connu, et qui fait l'objet de débats d'interprétation trouvant pour beaucoup leur source dans l'ignorance de l'histoire même de sa mise par écrit, offre une synthèse des différents aspects de celle-ci. Alors que les recherches et débats sur l'histoire de la rédaction du Coran sont restés cantonnés dans les milieux académiques, il présente au public non spécialisé les interrogations, zones d'ombre et énigmes qui la ponctuent, faisant notamment le point sur les découvertes de nouveaux manuscrits et de sources islamiques donnant des informations éclairantes. Il met également en perspective le texte coranique dans le paysage religieux des premiers temps de l'islam, qui a été le théâtre de multiples discussions et polémiques, controverses illustrant une pluralité de points de vue que l'orthodoxie postérieure s'est efforcée d'occulter. * M. A. Amir-Moezzi est directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Sorbonne) et titulaire de la chaire de théologie islamique et d'exégèse coranique classique. Il est l'auteur de très nombreux livres et articles scientifiques portant notamment sur l'islam chiite et a dirigé le Dictionnaire du Coran ("Bouquins", Robert Laffont, 2007).

  • La ville du Caire est la source d'inspiration favorite du grand écrivain égyptien Naguib Mahfouz.
    En quelques pages à peine, chacune de ces huit nouvelles fait vivre sous nos yeux le charme de ses cafés enfumés, le passage inexorable du temps, la transformation irréversible des petites ruelles d'autrefois en routes vrombissantes et encombrées...

  • Al-fârâbï inaugure l'école de logique à bagdad au xe siècle et, avec elle, un universel composite où s'harmonisent les sources grecques de la philosophie, l'exégèse du coran et la poésie arabe.
    Il approprie des cultures plurielles en vue de former al-adîb, l'honnête homme ou l'âme cosmopolite. lire le livre de lu religion en même temps que le compendium des lois de pluton et les petits traités sur l'art des poètes donne une idée de ce programme intellectuel. il y va d'exigences pratiques et de stratégies discursives: avec la "loi divine" (al-saria) et son acception platonicienne, c'est la dynamique du droit qui nous est présentée.
    Avec la "sagesse" (al-hikma), c'est une philosophie argumentative et contextualisée que l'on découvre. un glossaire thématique et terminologique ainsi qu'un dossier historique accompagnent ce travail de lecture des textes où la langue philosophique arabe d'al-fàrâbi peut à chaque moment être comparée à sa traduction française.

  • L'appel du couchant

    Gamal Ghitany

    En pleine nuit, dans son modeste logement du Caire, le jeune Ahmad ibn Abdallah entend une voix venue de nulle part. Elle lui intime l'ordre de se mettre en marche pour suivre la course du soleil. Tour à tour caravanier, hôte d'une oasis ignorée des cartes, prince d'un incroyable empire, Ahmad achève son périple au bord de l'Océan où son jumeau d'Occident, Jamâl, recueille ses confidences...

  • L'amante du pharaon

    Naguib Mahfouz

    • Points
    • 25 Octobre 2007

    Courtisane d'une beauté inouïe, Rhodopis a un coeur de pierre. Lorsque son regard croise celui du jeune pharaon Mérenrê II, elle est parcourue d'un étrange frisson. Que lui arrive-t-il. ? Cette passion dévorante détourne peu à peu le roi de ses devoirs et remet en cause le fragile équilibre politique du régime. Une fabuleuse histoire aux airs de conte des Mille et une nuits.

  • Dans le quartier de La Mecque, où toutes les femmes sont voilées, une inconnue est retrouvée nue, le visage défoncé. Pour l'identifier, l'inspecteur Nasser plonge dans la vie de deux jeunes femmes portées disparues. L'une d'elles entretenait une correspondance passionnée avec un Allemand, ce qui scandalise et obsède Nasser. Mais ce n'est qu'un des signes des bouleversements de ce lieu saint : l'enquête révèle de profondes crises politiques et religieuses, et la corruption d'une ville tiraillée entre traditions et modernité.

  • Ses photos furent interdites, les voilà obligatoires. Elles trônent, officielles, alors que ceux qui les distribuaient risquaient la prison.

    Aoun est revenu ! Il ne s'agit plus de lettres griffonnées à la va-vite sur les murs d'un pays d'où il fut exilé. Le voici Président, de retour au même palais d'où on le forçat à partir il y a 26 ans. Il avait perdu une bataille, aujourd'hui il gagne la guerre... de la Vérité ; de surcroît couronnée par la victoire contre le terrorisme libérant le territoire libanais de la présence armée des fondamentalistes.

    Michel Aoun est Président de la République libanaise depuis le 31 octobre 2016. Commandant en chef de l'Armée libanaise de 1984 à 1990 et fondateur du Courant Patriotique Libre (CPL), il a ses admirateurs et ses détracteurs, autant sur la scène internationale que dans son propre pays. Pourtant, peu connaissent, au-delà de la figure politique, l'homme.

    Dans ce livre-document, réalisé à partir d'entretiens accordés à la journaliste franco-libanaise Désirée Sadek, quelques mois avant son arrivée à la Présidence, c'est toute la philosophie de sa vie, ses combats, la finesse de son esprit, les questionnements du chef d'état et de l'humaniste que l'on découvre au fil des confidences. Ses discours les plus célèbres témoignent aussi de sa vision prémonitoire des événements qui secouent aujourd'hui l'actualité.

    En ces temps où tous les repères semblent vaciller au Moyen Orient comme partout dans le monde, il est important de revenir à l'essence de l'essentiel. « Ce que je crois » est ce livre qui se lit d'une seule traite mais aussi se savoure lentement, un peu plus chaque jour.

  • Temps des erreurs (le)

    Mohamed Choukri

    Dans Le Pain nu, livre devenu culte, Mohamed Choukri racontait son enfance faite de violence et de misère, de solitude et de cruauté. Deuxième volet de son autobiographie, Le Temps des erreurs commence à l'âge de la puberté, quand naît la conscience que la liberté passe par la connaissance
    et le savoir. À vingt ans passés, l'auteur décide d'apprendre à lire, écrire, compter, et espère s'extraire ainsi de sa condition d'exclu et de marginal. Il finit par être admis à l'école des Instituteurs. Mais malgré sa réussite scolaire, entre Larache et Tanger, c'est toujours la rue et les bas-fonds, les prostituées et les bars, les petits boulots en tout genre qu'il retrouve. À travers ses errances pour devenir un homme libre, la lecture, la découverte de la littérature, l'écriture
    s'imposent et façonnent l'écrivain que Mohamed Choukri rêvait d'être. Le Temps des erreurs, nécessaires, aimées, revendiquées, est, dans sa sincérité poignante et audacieuse, le livre d'un proscrit et d'un rebelle qui n'hésite pas à violer les tabous et épanche à travers ses souffrances celles d'une société tout entière.

empty