Pu De Clermont Ferrand

  • Ariel

    Sylvia Plath

    Secs, sans cavalier, les mots Et leur galop infatigable Quand Depuis le fond de l'étang, les étoiles Régissent une vie.

    « Ariel, génie de l'air de La Tempête, de Shakespeare, est aussi le nom du cheval blanc que montait à l'aube dans le Devon, en Angleterre, l'un des plus extraordinaires poètes du XXe siècle, Sylvia Plath, aux derniers mois de sa courte vie.
    Ariel, borne décisive marquant un "avant" et un "après", parole intense jusqu'à la rage parfois, question de vie ou de mort.
    Ariel, jusqu'au bout, l'extrémité du dernier souffle. » Valérie Rouzeau.

  • Bitcoin, Wir, Sardex, SELs, Abeille, Doume, Eusko... Et si, plus que de simples lubbies de quelques-uns ou la volonté de s'enrichir d'autres, ces nouvelles monnaies permettaient de remettre en question les principaux piliers de notre système monétaire et financier responsables de notre trajectoire vers l'effondrement? Seraient-elles capables de rediriger notre organisation économique et sociale pour nous mener vers la diversité économique nécessaire? Les alternatives monétaires sont de bien plus puissants outils de transformation que ce que l'on nous laisse entendre. La diversité monétaire a de nombreux avantages et elle est déjà en train de changer le monde.

  • Après trente ans de fermeture économique, puis quarante ans d'une ouverture graduelle, la Chine est devenue le premier exportateur mondial. Comment en est-elle arrivée là? Comment peut-on caractériser sa place dans le commerce mondial? Comment sa politique en matière d'investissements étrangers a-t-elle évolué? Quels sont ses principaux partenaires? Quelle pourra être son influence économique à l'avenir?Cet ouvrage présente la stratégie de la Chine en matière d'ouverture économique depuis 1979 et les principaux enjeux de son internationalisation.

  • Parce qu'il y eut un temps où on avait peur du jeu vidéo, il semble pertinent de s'intéresser au dixième art à travers le prisme du genre de l'horreur. Il ne s'agit pas cependant, dans ce petit ouvrage, de plonger au coeur des ténèbres. L'aventure consistera davantage à mettre en parallèle l'histoire innovante des jeux d'épouvante avec celle du jeu vidéo en général pour mieux examiner et comprendre les modes d'expression et les caractéristiques de cet incontournable phénomène socioculturel. Que vous soyez un joueur passionné ou occasionnel, n'hésitez pas à explorer le jeu vidéo par l'entremise de cet ouvrage éclairant.

  • Sait-on vraiment ce qu'est un "manga" ? Comment est-il apparu ? Quelle place occupe-t-il dans l'industrie culturelle japonaise ? Cet ouvrage a pour objectif de répondre à ces questions en apportant des précisions sur la définition du manga, son histoire, l'évolution de ses formats et de ses formes et en présentant de manière synthétique sa place dans la société japonaise.

  • Le court-métrage apparaît comme une catégorie à part dans l'ensemble de la production cinématographique contemporaine. Pourtant, c'est avec lui que naît le cinéma à la toute fin du XIXe siècle. Par la suite, le format court sera le creuset des avant-gardes et des expérimentations qui ne manqueront pas de nourrir et d'inspirer le long-métrage. La forme courte est ainsi devenue le lieu privilégié d'une expression plus libre car moins soumise au diktat de l'industrie.Cet ouvrage se veut une introduction simple au coeur d'une autre histoire du cinéma à travers des films-phares, des figures esthétiques fortes exprimant courants et enjeux essentiels du cinéma tout court.

  • Cet ouvrage souhaite renouveler l'histoire de la restauration des monuments, et propose un manifeste pour le temps présent afin d'aller vers des interventions adoucies, mettant l'entretien au coeur des préoccupations, en tenant compte de l'écologie du bâti et de l'avancée des connaissances sur les matériaux et leurs bio-protections.L'histoire des restaurations est ré-explorée à partir du Moyen Âge. Les auteurs rappellent, textes à l'appui, qu'avant d'être une pratique ou une technique, la restauration est en lien étroit avec la sacralité, puis la moralité. Les pratiques restauratrices se sont inscrites dans un temps long avant de connaître, au début du XIXe siècle, une accélération due à la montée des nationalismes et à l'industrialisation des sociétés. Les politiques de restauration monumentale ont changé de manière radicale des bâtiments jugés emblématiques dans l'espace français et européen. Elles étaient en tension avec les théories faisant l'éloge d'une pureté originelle des bâtiments, qui devaient rester vierges de toute altération. La prise de conscience de ces contradictions est à l'origine de la Charte de Venise, en 1964, qui met en avant la notion d'authenticité à garantir dans toute restauration.

  • L'écrivaine activiste Brigitte Vasallo dit de la poésie de Txus Garcia (Tarragone, 1974) qu'elle est « pleine des douleurs et des joies quotidiennes d'une vie monstrueuse, comme toutes les vies qui méritent d'être vécues ». Si les poèmes de Poésie pour bonnes petites filles (tits in my bowl) et de Cet amour tordu (la tendresse des noyés), que nous traduisons ici pour la première fois en français, sont largement autobiographiques, c'est dans le but de « rapprocher la poésie de la rue de l'usine, du bureau, du bar et du lycée », parce que l'autofiction sert un engagement politique et social en faveur des femmes, des lesbiennes, des trans, de toutes les figures « nouvelles » de la communauté LGBTQI qui surgissent en creux de notre société hétérocentrée. La poésie de Txus Garcia se veut à la fois scripturale et scénique, faite de masques et de voix plurielles, mêlant humour et tragique. L'écriture est informée dans son lexique, sa syntaxe, sa tonalité, par les glissements - ludiques, parodiques ou sérieux - des genres. L'inclusion de registres souvent écartés, d'une culture populaire parfois méprisée (notamment télévisuelle), d'un lexique technique participent d'une refonte du langage poétique à l'aune d'une tendance « lesbienne queer ».

  • Longtemps restreinte à quelques oeuvres voire collections emblématiques, la littérature pour les publics jeunes s'est envolée à la fin du XXe siècle au point d'occuper une place majeure de l'édition contemporaine: du succès planétaire de Harry Potter à la vogue des dystopies, récits de vampire, fictions post-apocalyptiques mais aussi romances sentimentales, une galaxie se met en place avec ses contenus préférentiels comme ses codes de consommation. Comment se déploient les oeuvres plébiscitées, autour de quelles intrigues et de quels enjeux? Que nous disent les best-sellers de l'imaginaire collectif du Troisième Millénaire? Faut-il voir une contre-culture par laquelle les jeunes générations s'efforceraient de faire valoir une nouvelle vision du monde voire un modèle alternatif de société?

  • En juillet et août 1317, le pape Jean XXII instaure dix-sept nouveaux diocèses dans le royaume de France. Parmi ces territoires diocésains émergents, on compte celui de Saint-Flour. Jusqu'alors le haut pays d'Auvergne relevait de l'autorité de l'évêque de Clermont. Pour autant, les frontières du diocèse qui porte aujourd'hui ce nom ne sont que pour partie les héritières de celles du XIVe siècle. Les reconfigurations révolutionnaire et concordataire engagées à l'échelle du pays ont redessiné à leur tour la géographie ecclésiastique en s'appuyant sur les circonscriptions départementales. Le diocèse de Saint-Flour a englobé un temps la Haute-Loire, détachée ensuite pour former un nouveau diocèse du Puy, modelé dans ses frontières contemporaines. Ainsi, la fréquente continuité des dénominations de sièges épiscopaux ne signifie pas forcément une permanence des territoires. Dans l'analyse de l'espace diocésain, l'étude de la territorialisation en tant que telle est un gain récent, qui a déjà conduit à remettre en cause l'idée qu'il n'y aurait eu là, au Moyen Âge, que la prolongation d'entités héritées de l'Antiquité. En réalité, les diocèses ne se constituent en tant que territoires que progressivement, dans les premiers siècles du Moyen Âge, et le remodelage se poursuit au-delà. La réflexion a porté ici sur les dynamiques à l'oeuvre dans les phases transitoires où des diocèses sont créés, redécoupés, absorbés ou disloqués: les modalités de ces construction et reconfiguration territoriales; les pratiques socio-spatiales qui nourrissent une identité à établir ou à reconfigurer dans une temporalité plus longue. La question de la pérennité formelle des entités diocésaines se pose, y compris par le truchement des recompositions les plus récentes. Le choix d'une large temporalité, depuis l'époque médiévale jusqu'à nos jours, permet de caractériser les continuités et les ruptures.

  • Ce livre est issu d'un colloque tenu à Clermont-Ferrand en mars 2016. Il s'agit d'articuler l'histoire des statuts personnels à l'histoire du travail en précisant notamment le contenu économique de ces statuts (droit de propriété, de mariage, de succession...) et en liant leur développement à celui du travail et de la main-d'oeuvre. Les points critiques en sont le devenir des formes de travail hilotique et la critique de la notion de dépendance collective; le développement et la formalisation d'associations comme groupes de travail; l'articulation entre travail et dette créant certains statuts nouveaux; l'affirmation des obligations de travail des esclaves affranchis; et enfin la nature de ce qu'on peut entendre par travail libre. Le cadre géographique de cette étude est le monde grec des cités, sur lequel l'historiographie récente a particulièrement négligé ces problèmes, avec des contributions comparatistes sur Rome et l'Italie, le Proche-Orient, l'Égypte.

  • ?? ?? ???eta? p???a???. Ces mots d'Aristote interdisent de l'oublier: l'être s'expose dans le langage et s'est dit une première fois en grec. Mais s'il se dit pluriellement, l'être parle aussi plusieurs langues. L'histoire de l'ontologie est celle de leur essentiel dialogue. Métaphysique nomme donc aussi irréductiblement une tradition qu'une science, et la clarté qu'atteint l'être en la pensée brille toujours à la faveur périlleuse de l'opacité des caractères, des alphabets étranges et des traductions. Cette situation offre aux textes réunis ici leur problème initial. Si nos langues tissent un texte en lequel l'être se trame, chacune en entrelace toutefois le fil d'une étoffe différente. Une telle variété épouse-t-elle alors la richesse de l'être lui-même ou signale-t-elle au contraire sa dispersion dans l'élément fini du langage? Cet ouvrage ne traite pourtant pas uniquement de cette dimension linguistique de l'être et de la métaphysique. Il s'enquiert encore, à l'inverse, de la teneur métaphysique du langage et des différents idiomes. Mettre en évidence la façon dont la métaphysique s'enracine problématiquement dans la langue et dont celle-ci profère toujours une ontologie constituent donc les deux voies principales que le questionnement poursuit ici. Elles se laissent rassembler en une question: la pensée et l'être n'ont-ils pas dans la langue leur élément le plus propre?

empty