Puf

  • La collection est dirigée par Jacques Le Rider, membre de l'Institut universitaire de France, professeur à l'Université de Paris VIII. Les ouvrages sont consacrés à l'étude du monde germanique, son histoire, sa littérature, ses relations avec la France, l'Europe et la Mitteleuropa.
    Revue germanique internationale, dirigée par Michel Espagne et Jacques Le Rider. Publication semestrielle.

  • Ce livre met en évidence que les Juifs berlinois de la fin du XIXe siècle sont porteurs d'une vision alternative de l'identité allemande. Récusant à la différence de la société majoritaire, toute forme de repli identitaire ethnocentrique, ils opèrent au sein des valeurs allemandes une sélection qui ne retient que ce qui est compatible avec l'universalisme de la Bildung et de la tradition juive relue à travers elle. Cette interaction permanente à base de métissaes et de transferts avec la société majoritaire est tout le contraire d'un abandon.
    Table des matières Préface de Étienne François, XI INTRODUCTION : HISTOIRE, SÉCULARISATION ET IDENTITÉ SOCIALE DES JUIFS BERLINOIS Contribution à une histoire des identités ambiguës Historisation et sécularisation de la mémoire collective juive, - La formation des groupes et des identités sociales dans l'Allemagne wilhelminienne. Itinéraire méthodologique d'une recherche - Les juifs berlinois : un groupe à l'identité sociale composite. Les étapes d'une démonstration.

    1 - NATION, MINORITÉ ET POLITIQUE MÉMORIELLE Régime de temporalité : La culture mémorielle juive traditionnelle Définition de la mémoire collective, - Ritualisation de l'histoire, - Exil et messianisme : le régime traditionnel de temporalité, - Modernité et historisation : l'entrée dans la temporalité occidentale, - Les premières étapes de l'historisation, - Rupture entre histoire et mémoire, .

    La nationalisation de l'espace social allemand. 1871-1914 L'invention de la nation. La thèse constructiviste, - Nationalisation de l'espace social, - Nationalisation du passé - Bildung et identité nationale en Allemagne, - Nation, intégration, minorité, antisémitisme, .

    La population juive berlinoise. Profil d'un groupe social Urbanisation. Démographie de la population juive berlinoise, - Une minorité bourgeoise, - Embourgeoisement et culture, - Profil religieux et culturel, - Une minorité visible, .

    La politique juive de la mémoire Modernité et judaïsme, - Y a-t-il une politique juive moderne ?, - Les instruments de la politique mémorielle, .

    2 - L'IMAGINAIRE MINORITAIRE. LE PASSÉ DANS LA SPHÈRE PUBLIQUE JUDÉO-BERLINOISE La sphère publique juive berlinoise. Profil La structure de l'histoire juive dans les représentations collectives Quand commence le temps présent dans la culture minoritaire ? L'émancipation : une rupture inaugurale Une rupture inaugurale, - L'émancipation est une rédemption.

    Une structure temporelle duelle : histoire sacrée et histoire profane Le " sens de l'histoire ", - Messianisme et mission culturelle, - La Bible " historisée ", .

    La " Leidensgeschichte " : les représentations et le culte de la souffrance " Leidensgeschichte " : un ferment social Le ghetto : haut lieu de la mémoire juive L'expulsion d'Espagne : un traumatisme judéo-allemand Les " jüdische Beiträge zu " : l'autre versant du rapport au passé La Bible et le judaïsme : patrimoines universels Mendelssohn et le " Panthéon imaginaire " judéo-allemand Les représentations du passé allemand dans la sphère publique juive L'Aufklärung, - Le patriotisme, - L'incontournable convergence entre histoire juive et histoire allemande, .

    3 - LES PROFESSIONNELS DE LA MÉMOIRE : COMMENT ET POUR QUI ÉCRIT-ON L'HISTOIRE JUIVE ?

    Histoire juive : naissance et professionnalisation d'une discipline judéo-allemande Qu'est-ce que l' " historicisme " allemand ?

    Fondements théoriques et pratiques, - Dimensions politiques de l'historicisme, .

    Professionnalisation de la recherche historique juive à Berlin. 1871-1914 L'écriture historique juive avant 1871, - La fondation du Reich et l'apparition des nouveaux cadres -Die historische Commission für die Geschichte der Juden in Deutschland, - Le Gesamtarchiv der deutschen Juden, - La Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaft des Judentums, - Les revues scientifiques, - Qui sont les professionnels juifs de la mémoire ?, .

    Discours scientifique sur le passé et condition minoritaire La Wissenschaft des Judentums Wissenschaft et philologie, - Wissenschaft et intégration, .

    Histoire interne et histoire externe : tension dialectique fondatrice Les grandes orientations de la recherche historique, - L'impossible nationalisation : histoire juive ou histoire des juifs.

  • "L'Europe centrale ou médiane, la Mitteleuropa, est depuis le siècle des Lumières, une des régions culturellement les plus créatrices et politiquement les plus tourmentées du continent. Les travaux des germanistes et de comparatistes ici rassemblés, font la synthèse de la recherche sur la diffusion de la langue, de la littérature et de la culture allemandes ainsi que de leur variante autrichienne, dans les aires culturelles voisines du centre-est et de l'est de l'Europe.

    Cet espace à géométrie variable, bouleversé par deux guerres mondiales, torturé par le nazisme et le stalinisme, reste malgré tout un des terrains les plus fascinants d'observation des transferts culturels germano-slaves, germano-hongrois, germano-juifs ...

    Quelques centres exceptionnellement importants fon l'objet d'une étude particulière : Prague à l'époque de Kafka, Czernowitz de K. E. Franzos à Paul Celan, Trieste ... De grandes aires culturelles sont abordées dans leur spécificité : la Pologne, la Prusse orientale, la Hongrie, l'espace sud-slave, enfin les transferts entre littérature allemande et culture yiddish." Texte de couverture Table des matières LA " MITTELEUROPA ", DU JOSÉPHINISME AUX ANNÉES 1980 PAR FRIDRUN RINNER POUR UNE HISTOIRE INTERCULTURELLE DE LA PRODUCTION LITTÉRAIRE DE LANGUE ALLEMANDE EN EUROPE CENTRALE PAR JACQUES LE RIDER LA LITTÉRATURE DE LANGUE ALLEMANDE DANS L'AIRE CULTURELLE POLONAISE PAR DELPHINE BECHTEL PRUSSE ORIENTALE, BALTIQUE, RUSSIE : " GRAND EST " PRUSSIEN OU " MITTELEUROPA " ?

    PAR THOMAS SERRIER PRAGUE A L'ÉPOQUE DE KAFKA PAR JACQUES LE RIDER AUTOUR DU " MÉRIDIEN ". ABRÉGÉ DE LA " CIVILISATION DE CZERNOWITZ ", DE KARL EMIL FRANZOS A PAUL CELAN PAR ANDREI CORBEA-HOISIE LES CONTACTS CULTURELS ENTRE LA LITTÉRATURE ALLEMANDE ET LA SPHÈRE CULTURELLE YIDDISH PAR DELPHINE BECHTEL, 163 LA LITTÉRATURE GERMANOPHONE EN HONGRIE, DES LUMIÈRES A NOS JOURS PAR GABOR KEREKES, 175 LITTÉRATURE ALLEMANDE ET TRANSFERTS CULTURELS DANS L'ESPACE SUD-SLAVE PAR ZORAN KONSTANTINOVIÇ203 LITTÉRATURE RÉGIONALE COMPARÉE - VÉNÉTIE, ISTRIE, CARINTHIE PAR JOHANN STRUTZ225 Index nominum251 Index des lieux et des noms géographiques259 Table des cartes, 263

  • Au nom de Winckelmann (1717-1768) sont ordinairement associés deux mythes fondateurs : dans l'ordre épistémologique, la naissance de l'histoire de l'art, dans celui du goût, la redécouverte de la Grèce au siècle des Lumières. Pour ces deux domaines, il est admis qu'il marque une rupture Avec "L'Histoire de l'art dans l'Antiquité" paru en 1764 se réalise un bouleversement majeur : le discours historique sur l'art, qui s'était jusqu'alors fondé sur des textes anciens, s'appuie désormais sur l'observation directe des oeuvres. Winckelmann fait parler les statues avant de laisser parler les textes. Du point de vue du goût, il opère dans la doctrine de l'imitation un déplacement géographique majeur : au paradigme français de l'Antiquité romaine, il oppose le paradigme allemand de l'Antiquité grecque.

    Qu'en est-il réellement de ces deux ruptures ? Winckelmann est-il cet historien et ce théoricien de l'art radicalement moderne que nous décrit la tradition ? Pour répondre à ces questions, le présent ouvrage s'appuie sur des documents d'une richesse rare et encore peu exploités : ses recueils de notes de lectures, vaste bibliothèque privée portable et manuscrite qui ne le quittait jamais. Ces cahiers éclairent deux aspects majeurs de son activité intellectuelle : son activité de lecteur et son travail d'écriture.

    Consulter ces manuscrits, c'est pénétrer dans l'atelier de l'écrivain. C'est suivre pas à pas l'élaboration de sa culture, reconstituer la géographie personnelle de ses connaissances par rapport à la carte générale des savoirs de son époque, percer à jour la méthode même de ses ouvrages. C'est aussi corriger bien des filiations mythiques. Points de jonction permanents entre l'oeuvre lue et l'oeuvre à écrire, ces recueils de notes jettent un jour nouveau sur la genèse de l'histoire de l'art.
    Texte de couverture Table des matières Introduction. Le mythe winckelmannien Première partie Le culte du livre I - LA LECTURE COMME ÉCRITURE DE SOI Les deux cultures winckelmanniennes du livre Pourquoi copier ?

    Les bibliothèques allemandes à l'époque des Lumières Winckelmann et les bibliothèques : évolution du rapport aux imprimés Le pèlerinage vers le livre Bouleversement du modèle érudit : le départ à Rome en 1755 La rupture de Nöthnitz L'éveil du scepticisme livresque : la Reichshistorie du comte de Bünau et le catalogue Francke II - LIRE, COPIER, ÉCRIRE Apprendre à lire Brève histoire de l'extrait à l'époque moderne Un copiste moderne ?

    Copier Écrire L'oeuvre inachevée Montaigne comme maître de lecture La citation au risque de l'auteur La longue chaîne de la compilation L'art de l'extrait et ses implications épistémologiques III - DU POLYHISTOR À L'HOMME DE LETTRES. LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU MODÈLE INTELLECTUEL Winckelmann polyhistor Le modèle de l'historia litteraria La quête de l'éloquence. La littérature moderne comme école d'écri-ture Un nouveau modèle intellectuel La réception de la Geschichte der Kunst des Altertums en France et en Allemagne Deuxième partie L'antinomie première : Antiquité-Modernité I - WINCKELMANN, ANCIEN CONSÉQUENT OU MODERNE REFOULÉ ? La genèse des Gedanken über die Nachahmung et la Querelle des Anciens et des Modernes La Querelle des Anciens et des Modernes et l'ordre des lectures de Winckelmann Structure de l'oeuvre, structure de la Querelle : les Gedanken et leurs compléments de 1756 Historicité. Normativité. Les lectures de Winckelmann et l'ordre théorique des Gedanken, II - CE QU'IMITER VEUT DIRE Peindre, écrire L'imitation dans la bibliothèque manuscrite de Winckelmann De la bibliothèque au texte : naissance d'une esthétique néo-classique de l'imitation L'imitation entre retour à l'origine et conquête de l'originalité La nécessité de " l'esthétique " Troisième partie Pourquoi la Grèce ?

    I - ÉTAT DES LIEUX. LA GRÈCE DANS L'ORDRE DES SAVOIRS AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE La quête de l'origine Le déclin des études grecques en Allemagne La Grèce comme sujet historiographique en Europe au début du XVIIIe siècle La notion d'art grec L'individuation winckelmannienne de la Grèce : éléments d'une enquête archéologique L'art grec et l'art romain dans la Geschichte der Kunst, L'Angleterre et l'originalité grecque L'utopie grecque contre le voyage en Grèce II - LA CONSTRUCTION D'UNE NATION GRECQUE Essai de nomenclature identitaire. La liberté Les lois de Montesquieu La nature grecque Déterminisme politique ou déterminisme climatique ?

    La théorie des climats. Winckelmann lecteur de Du Bos, ou comment l'on retourne un auteur contre lui-même Le sang grec Linéaments d'une ethnologie de l'art. La Geschichte der Kunst entre verticalité et transversalité des cultures L'autarcie grecque Ethnologie verticale contre ethnologie transversale. Winckelmann, Caylus et Mariette La critique de Herder III - LES MÉTAMORPHOSES DE LA LIBERTÉ GRECQUE Liberté grecque et liberté anglaise Les incarnations modernes de l'antinomie liberté-tyrannie Traduction esthétique d'une antinomie politique : art grec - art baroque La France et la Grèce Le territoire grec et le territoire allemand Les ambiguïtés du paradigme grec Quatrième partie Faire de l'art le sujet d'une histoire I - WINCKELMANN NATURALISTE. L'HISTOIRE NATURELLE ET LA NAISSANCE DE L'HISTOIRE DE L'ART Art et sciences dans l'ordre des savoirs De l'histoire naturelle au cabinet de curiosités L'ordre étymologique de la nature : l'histoire naturelle et la tradition écrite Les sciences selon Winckelmann De l'histoire naturelle à l'histoire de l'art Qu'est-ce que voir ? L'histoire naturelle et l'exploration de l'oeil II - LE TEXTE ET LE MONUMENT. WINCKELMANN ENTRE PHILOLOGIE ET ARCHÉOLOGIE La convention antiquaire Lire versus voir Variations sur un topos de la tradition antiquaire Winckelmann et Caylus. Limites et transgression du paradigme

  • L'histoire du nazisme fait toujours l'objet de controverses passionnées. Peut-on considérer que l'essentiel a été dit sur le IIIe Reich, ou au contraire que le "travail de mémoire" sur Hitler et la Shoah reste insuffisant ? Depuis la chute du mur de Berlin, ce débat est mené avec une virulence particulière en République fédérale d'Allemagne. Certains historiens cherchent dans les crimes du communisme un équivalent et même une explication à ceux du nazisme dans l'histoire allemande et européenne. Reste que le "travail de mémoire" effectué par les historiens allemands est exemplaire, les travaux se multiplient et montrent qu'une société totalitaire ne peut fonctionner que si les individus ordinaires exécutent et même devancent les desseins criminels de leurs dirigeants.

    Table des matières Préface de Ian Kershaw Remerciements Introduction : D'une conception sacrificielle à une conception mémorielle de la nation ?

    Première partie : Comprendre la préhistoire du nazisme : les historiens allemands et la déconstruction des mythes nationalistes I. L'Allemagne est-elle coupable ? Dialogues d'historiens (1945-1960) II. Débats sur la république de Weimar III. Les thèses de Fritz Fischer sur le comportement des dirigeants et de l'opinion allemande durant la Première Guerre mondiale IV. Ralf Dahrendorf : pourquoi le libéralisme est-il resté une tradition étrangère à l'Allemagne ?
    V. « Primauté de l'explication par la politique étrangère », « impérialisme allemand » ou « Son-derbewusstsein » ?

    Deuxième partie : Auschwitz signifie-t-il la fin de l'histoire allemande ? Querelles d'historiens I. De la légitimation de l'existence de deux États allemands au retour de l'anticommunisme : les impasses de la pensée postnationale II. Le plaidoyer pour l'historicisation du national-socialisme de Martin Broszat III. La « querelle des historiens » IV. Les historiens face à la réunification Troisième partie : Regarder en face les crimes du nazisme : Histoire et mémoire du IIIe Reich en RFA dans les années quatre-vingt-dix I. « Faire passer le passé » dans l'Allemagne réunifiée ?
    II. L'exposition sur les crimes de guerre de l'armée allemande du IIIe Reich III. Histoire et mémoire du juédocide en république fédérale d'Allemagne. Le cas des historiens IV. Les historiens sous le IIIe Reich : une réévaluation Conclusion Choix bibliographique Abréviations Index

  • Il est courant d'opposer à une homogénéité de l'espace germanique, fondée sur la langue, une hétérogénéité de l'espace français, compensé par un centralisme séculaire qui fonctionnerait comme un creuset, une machine à gommer des différences régionales profondes. Si l'histoire de France produit de l'identité à partir d'éléments hétérogènes, de particularismes divers, d'importations multiples, en va-t-il autrement de l'histoire culturelle de l'Allemagne ? L'identité allemande n'est-elle pas aussi une métamorphose de matériaux importés, une altérité transformée et sublimée ? La compréhension du monde allemand ne serait-elle pas enrichie si on l'envisageait non pas comme un espace englobant donnant un sens à chacune de ses parties, mais comme un creuset, ou mieux encore comme une juxtaposition de creusets où s'est opérée une alchimie complexe peu à peu oubliée ?

    L'échelle de la région apparaît en Allemagne particulièrement pertinente pour se livrer à une analyse d'histoire interculturelle, la région est aussi imbriquée de façon plus immédiate dans un ensemble plurinational.

    La région de Saxe a constitué, de la fin du XVIIe siècle jusqu'à la fin du XIXe siècle, un Etat important d'Europe centrale. Cette région a intimement oeuvré à l'affirmation d'une identité nationale allemande en fournissant nombre de symboles indispensables à cette identité, que ce soit sur le plan culturel ou politique.

    Extraits de l'introduction

  • La collection est dirigée par Jacques Le Rider, membre de l'Institut universitaire de France, professeur à l'Université de Paris VIII. Les ouvrages sont consacrés à l'étude du monde germanique, son histoire, sa littérature, ses relations avec la France, l'Europe et la Mitteleuropa.
    Revue germanique internationale, dirigée par Michel Espagne et Jacques Le Rider. Publication semestrielle.

  • La collection est dirigée par Jacques Le Rider, membre de l'Institut universitaire de France, professeur à l'Université de Paris VIII. Les ouvrages sont consacrés à l'étude du monde germanique, son histoire, sa littérature, ses relations avec la France, l'Europe et la Mitteleuropa.
    Revue germanique internationale, dirigée par Michel Espagne et Jacques Le Rider. Publication semestrielle.

  • La collection est dirigée par Jacques Le Rider, membre de l'Institut universitaire de France, professeur à l'Université de Paris VIII. Les ouvrages sont consacrés à l'étude du monde germanique, son histoire, sa littérature, ses relations avec la France, l'Europe et la Mitteleuropa.
    Revue germanique internationale, dirigée par Michel Espagne et Jacques Le Rider. Publication semestrielle.

  • L'empereur Léopold lf1 de son vivant appelé « Léopold le Grand », est aujourd'hui un mal aimé de l'historiographie, bien qu'il ait été, avec Louis XIV et Guillaume III d'Orange, l'un des grands souverains européens de la seconde moitié du XVIIe siècle.
    Né en 1640, fils cadet de l'Empereur Ferdinand III, l'archiduc Léopold Ignace fut élu et couronné « Empereur romain » à Francfort en 1658. Sous son règne, la monarchie autrichienne prit place parmi les grandes puissances européennes. Il sut tirer parti de la reconstruction économique de ses États pour améliorer les finances publiques et créer une redoutable armée de métier. Il rétablit l'autorité de la Maison d'Autriche en Allemagne et combattit les rebelles hongrois, tout en respectant les privilèges politiques et confessionnels de la noblesse. Le grand tournant de son règne fut en 1683 la défaite des Turcs devant Vienne, qui permit à Léopold de reconquérir la plaine hongroise et la Transylvanie. Cependant il ne put ni résoudre la succession d'Espagne à son avantage ni réaliser l'unité de ses États en ramenant tous ses sujets dans le giron de l'Église catholique.
    Bon père et bon époux, il ne fut lui-même ni un guerrier, ni un monarque absolu, mais il sut s'entourer de ministres et de généraux capables. Il brilla surtout comme compositeur de musique et fit de Vienne un des hauts lieux de la culture européenne, en particulier dans le domaine de l'opéra. C'est là qu'il mourut en 1705, pendant la guerre de la succession d'Espagne, qu'il avait déclenchée.

  • La collection est dirigée par Jacques Le Rider, membre de l'Institut universitaire de France, professeur à l'Université de Paris VIII. Les ouvrages sont consacrés à l'étude du monde germanique, son histoire, sa littérature, ses relations avec la France, l'Europe et la Mitteleuropa.
    Revue germanique internationale, dirigée par Michel Espagne et Jacques Le Rider. Publication semestrielle.

  • Une analyse philosophique du nihilisme selon Nietzsche, son origine à partir des valeurs mises en place par le christianisme et ce qu'il sous-tend : un certain désespoir de l'avenir.
    Et pourtant c'est du nihilisme que doit venir la possibilité d'une nouvelle promesse d'avenir. La critique du nihilisme n'est que la moitié d'une pensée. Car cette critique n'a de sens que tendue par la promesse d'une délivrance exprimée par "un jour viendra... " Le nihilisme est un mouvement européen, il a une signification politique : c'est des Européens que traite la philosophie nihiliste et c'est sur eux qu'elle entend agir.
    Les différents chapitres de ce livre sont "organisés" autour d'une relecture de l'oeuvre donc des questions auxquelles la pensée de Nietzsche n'a cessé de se confronter. La première est celle du salut : qui doit "venir" nous sauver ? quelle est la figure du rédempteur ? La seconde concerne le destinataire du salut : qui doit être sauvé et dans quel ordre ? La troisième question est l'objet du salut : de quoi est-il nécessaire d'être délivré ? du déclin de la culture, du nihilisme ? La dernière s'interroge sur la forme que devra prendre cette rédemption : au moyen d'une oeuvre d'art, d'une nouvelle politique ou d'une nouvelle philosophie ?

empty