Rue Du Monde

  • Après avoir utilisé leur dinosaure pour se rendre à l'école dans le titre précédent, la même bande de gamins enfourche P'tit Rex, leur animal favori, pour se rendre à la bibliothèque. Bien sûr, l'encombrant dinosaure crée toujours bien des dégâts dans la rue et...
    Il ne réussit pas à passer la porte d'entrée de l'établissement. Il rêve tellement de découvrir des livres sur l'histoire de son espèce ou sur le Petit Chaperon Dino... Alors, il essaie de passer par la fenêtre, faisant trembler tout le bâtiment et déclenchant une vive réaction du directeur, parce que le malheureux dinosaure n'a pas sa carte de lecteur inscrit à la bibliothèque ! Heureusement que la sollicitude d'une employée en fera le bibliobus préféré des enfants dans tous les quartiers de la ville !

  • Quelque part au Groënland, une fillette se prénomme étonnamment Fatou. Ses parents ont découvert ce prénom entre les pages d'un beau livre emprunté à la bibliothèque du village qui racontait la vie d'une petite Fatou là-bas sur le continent africain. Bercée par les sonorités et les couleurs du Sénégal, Fatou du pays des glaces rêve de rencontrer un jour Fatou de l'autre bout du monde. Plus tard peut-être... Tant de choses sont à faire chaque jour, ici, sur cette terre gelée de la banquise avec les chiens, les phoques, la corvée d'eau... Mais, c'est sûr, elle embarquera un jour à bord du brise-glace des scientifiques qui passent parfois ici. Et Fatou pourra échanger son modeste cadeau sculpté dans de la glace contre celui qu'aura sûrement modelé dans du sable sa soeur de coeur, l'autre Fatou

  • J'ai le droit d'être un enfant.
    Tous les enfants du monde ont des droits et ils ont même le droit de le savoir, de le dire et d'en parler...

  • pour guérir léon, son poisson rouge malade, arthur doit lui dire un poème.
    mais quelqu'un sur cette planète va-t-il être capable d'expliquer à arthur ce qu'est un poème ? ! la boulangère, le canari, ses grands-parents, le vieux mahmoud, chacun à une réponse qui ne ressemble à aucune autre ! poème semble un mot bien mystérieux. il y a pourtant urgence, c'est tout de suite qu'arthur a besoin de savoir. pour sauver léon.

  • Un album idéal pour parlerentre enfants et grands-parentsdes choses vraiment importantesde la vie, avec un memory offert,pour jouer ensemble !Avec, bien sûr, les imagesde Nathalie Novi.

  • Ti poucet

    Servant/Green

    Ce Ti Poucet-là n'a pas semé de cailloux ni de miettes de pain. Et il n'est jamais retourné chez ses parents.
    Il traîne donc seul, dans la rue. Si bien que le jour où l'Ogre sort du bois pour croquer un enfant, c'est lui que tous les gens veulent livrer à son appétit.
    Un texte amusant qui commence comme une blague et finit comme un vent d'espoir. Un clin d'oeil à la tradition et au célèbre conte de Perrault, pour mieux s'en amender.

  • Depuis la rentrée, Tom pleure à chaque récréation. Mais un matin, ses larmes se mettent à couler si fort qu'une flaque se forme à ses pieds. Comme cela le rend triste, la situation s'aggrave encore ! Et ses pleurs font monter, monter le niveau de l'eau. Les autres enfants sont ravis ; ils nagent comme des poissons ou évoluent parmi les algues comme des petits crabes. Les maîtresses, quant à elles, deviennent des sirènes ! Un bel arc-en-ciel se forme même au-dessus l'école.
    Et si on dessinait des arc-en-ciel ? Les maîtresses ont toujours de bonnes idées. Et Tom a enfin une bonne raison d'avoir envie d'aller à l'école. À glisser impérativement dans le sac anti-chagrin la veille de la rentrée. Pour les nouveaux écoliers un peu inquiets. et pour les parents qui le seraient tout autant !

  • Lors d'une promenade, trois frères chinois férus de magie découvrent avec bonheur un nid d'hirondelle. Tous trois connaissent les vertus qu'on prête à ce trésor. Mais impossible de se mettre d'accord sur l'usage qui en sera fait : le savourer ? en faire un médicament d'exception ? l'offrir à l'Empereur ? Ils décident donc de recourir à la magie pour se mesurer. Chacun rivalise de génie pour briller devant ses frères, et dompter qui l'eau, qui la terre ou le feu. Mais hélas, quand enfin ils se sont départagés, ils constatent que leurs shows successifs ont détruit le précieux nid... Ils s'en retournent donc les mains vides, honteux de s'être laissé aller à tant de chicaneries. Mais soudain, au milieu du chemin, un miracle se produit : un second nid d'hirondelle resplendit entre les cailloux...

  • Événement : en parallèle à la sortie de Sous le grand banian, voici raconté tout le cheminement du livre depuis l'inspiration de l'auteur, l'écriture, l'illustration jusqu'à la fabrication du livre expliquée en détails. Cet album n'est pas un simple « making off » de l'ouvrage ; c'est l'histoire d'un livre qui est racontée, au travers de l'exemple concret de celui-ci, avec les brouillons de Mourlevat, les esquisses de Nathalie Novi faites en Inde, les étapes de l'impression. À la manière d'un carnet de voyage, Zaü accompagne de dessins le récit clair et émouvant de cette naissance peu ordinaire.

  • Deux soeurs vivent dans un petit village d'Inde. L'une est aveugle mais sous le grand banian où l'autre l'accompagne, tous les possibles s'offrent à elle. C'est l'arbre magique de toutes leurs rêveries, comme ce somptueux mariage qu'un jour elles vivent, avec tous les fruits et les musiques de l'Inde... Le lendemain, c'est au tour de l'autre de prendre la main de sa soeur et de la conduire au pied du grand banian. Parce que l'une était aveugle mais l'autre aussi. Imaginaire et fraternité fondent ce magnifique album.

  • Mieux encore que le « pédibus », bienvenue au « diplodobus » !! Un ramassage scolaire effectué par un gros dinosaure vert, c'est amusant, peu bruyant et non polluant ! C'est aussi très pratique pour ceux qui habitent en hauteur, et parfait pour enjamberles embouteillages ! Bref, sur son dos,les enfants sont ravis d'aller à l'école.Idéal, non ? Hélas, quand on est aussi groset aussi lourd, les déplacements fontdes dégâts dans la ville : ponts cassés,maisons renversées, routes défoncées.On enferme bientôt le dinosaure dansle gymnase de l'école. Les enfants sont tristes,l'animal aussi. Et si ses larmes devenaientune piscine ?

  • Alice aime, déteste, caresse, sourit, crie, plonge, vole et, avec ses grands yeux, elle regarde tous ceux qui la regardent étrangement.

  • Qui pourrait penser que cette silhouette ratatinée qui traverse le village fut autrefois la meilleure danseuse d'entre tous ? Aujourd'hui, Petite Lune est courbée, âgée, épuisée, mais son coeur de danseuse ne s'est pas arrêté de sautiller...
    Porté par l'énergie des images de Fred Sochard, cet album est un hommage à la joie communicative de la danse. Il propose aussi un regard émouvant sur ce temps de la vieillesse qui offre bien autre chose que ce qu'il donne à voir.
    Un texte sonore et rythmé d'un auteur camerounais qui nous donne envie de danser le poème.

  • C'est la rentrée : voici donc un album qui aborde les chiffres de 1 à 10, mais aussi les grands nombres, pour apprendre le plaisir d'observer et de compter. - Les espèces animales et végétales y sont toujours représentées dans leur milieu. - Avec ses illustrations fourmillantes de détails, ce livre constitue un support presque inépuisable d'apprentissages :
    Numération, langage, sciences. Et, en plus, il est beau ! - L'album fait le pari d'un univers graphique fort, au service d'une approche naturaliste, pour mieux donner envie de se balader en famille, une loupe à la main, les yeux curieux.

  • Jouer à cache-cache avec son papa dans la jungle, ce n'est pas qu'une partie de plaisir.
    C'est fort peu rassurant de rechercher son père parmi des enfants de stégosaures et autres bestioles !
    Et bien sûr, lorsqu'on les interroge, les petits dinosaures ne connaissent qu'un seul papa, celui qui leur ressemble...
    On a peur avec le héros et on jubile avec lui quand, perché sur un rocher, il découvre qu'il est en fait sur le dos de son papa !

  • Josette, la bibliothécaire, est inquiète. Il y a de moins en moins d'enfants dans ses murs... Elle décide de prendre une mesure radicale : chaque mercredi, elle invite désormais un loup différent pour promener ses jeunes lecteurs dans la forêt des livres.
    Ainsi, les enfants sont de plus en plus nombreux à grimper sur le dos du loup-aventurier, du loup-poète, du loup-câlin, du loup-rieur... À chaque nouveau loup, une nouvelle petite histoire qui lui ressemble. Mais les enfants s'impatientent : « C'est quand, le loup qui fait vraiment peur ?? » La bibliothécaire ne connaît pas de loup assez terrible, alors elle se déguise en loupeffrayant...
    Mais les enfants éclatent de rire !!
    Ils reviendront mercredi prochain en espérant rencontrer enfin un loup et une histoire qui font vraiment frémir !

  • Ce bébé dinosaure a perdu sa maman dans la jungle si sombre. Pour la retrouver, il interroge un à un ses petits copains préhistoriques. Mais chacun n'est capable de se représenter une maman que comme est la sienne ! Ainsi, pour le petit ptérosaure, une maman doit forcément avoir des ailes.
    Chacun poursuit donc sa route... sauf le jeune thyranosaure. À l'inverse de tous les autres, lui n'est pas herbivore, et l'idée le savourer un bon bébédino le motive vraiment... Mais, bien sûr, Mamandino surgit au bon moment, comme la meilleure de toutes les mamans !
    Avec ses couleurs éclatantes, cet album souriant célèbre la force et la douceur du lien qui unit parents et enfants. Même chez ces animaux préhistoriques, qui incarnent si peu la tendresse !

  • Nouk en a assez.
    Son père ne veut jamais l'emmener à la chasse. toujours trop petit! pas assez habile! alors, nouk s'éloigne. il court avec les lièvres et les caribous, pour se sentir plus léger, enfin libre! mais un jour, au coeur du printemps, son père-chasseur le surprend.

  • Non

    Claudia Rueda

    L'hiver est là, mais l'ourson ne veut pas rentrer. Il va toujours trouver une bonne raison pour ne pas suivre les mises en garde de sa maman contre le froid, la neige, la nuit. jusqu'au moment où, bousculé par une forte tempête de neige, il aura bien besoin de ses bras protecteurs, sans pour autant l'avouer puisqu'il dira simplement qu'il a peur qu'elle s'ennuie toute seule durant la longue nuit de l'hibernation ! Une aventure tendre qui sonne si juste chez le jeune enfant, entre l'envie de découvrir puis de revenir se blottir, de tester les limites et de s'opposer pour s'émanciper, et grandir. Le graphisme simple de Claudia Rueda, avec la neige qui grignote peu à peu la page, procure un grand frisson blanc. Pour mieux mettre en valeur la chaleur de la relation maternelle.

  • Petits

    Serres/Chausson

    Quand on est petit, rien n'est plus rassurant que de découvrir le monde avec ses parents. Et c'est vrai chez les hommes comme chez les animaux ! Éléphant, kangourou, baleine, koala, etc., voici une succession de duos associant un grand et un petit qui, ensemble, franchissent sans peine les mini-embûches du quotidien. De belles gravures sur bois, un texte minimaliste, un bel album pour les petits humains !

  • C'est le 25 décembre à yangassou.
    Un jour bien ordinaire, oú sya et mahamane apprennent tout sur cette étonnante fête de noël qui se célèbre loin de leur village. mahamane a aussitôt envie d'offrir un beau cadeau à sya. mais un cadeau inoubliable qui serait caché dans un arbre de noël peu habituel, un palmier-rônier de yangassou.

  • Au coeur des montagnes chinoises, un buffle blanc vient de naître dans le troupeau noir de li.
    " quel merveilleux présage ! ", lui dit le vieux sage du pic des cigognes. pourtant, les malheurs s'abattent sur la famille du fermier. la guerre, même s'empare de toute la vallée. que comprendre ? qui croire ? le sage, bien sûr, puisque c'est la vie qui finit par l'emporter !

  • Le maman de nyeba est très malade.
    Pour la sauver, le grand féticheur réclame une branche de cet arbre rare qui, très loin d'ici, réunit bourgeons, fleurs et fruits. maligne et courageuse, nyéba est prête à tout affronter pour sauver sa mère. un matin, sous l'oeil curieux d'un bel oiseau bleu, elle prend le chemin qui quitte le village.

  • Il y avait dans un manoir un vieux seigneur qui avait trois fils. Deux d'entre eux étaient fins et cultivés. Quant au troisième, on le nommait Hans le balourd... Un jour, la fille du roi fit savoir qu'elle épouserait celui qui saurait le mieux plaider
    sa cause. Les deux premiers garçons se préparèrent pendant huit jours... Le jour venu, ils montèrent leur plus beau cheval alors qu'Hans le balourd se
    présenta sur son pauvre bouc ! C'est pourtant son humour et son inventivité qui emportèrent le coeur de la princesse. Un conte peu connu d'Andersen qui se moque à sa guise des conventions de la cour.

empty