Sextant

  • L'entraide est un facteur essentiel de la survie des sociétés humaines: le célèbre géographe et anarchiste russe Pierre Kropotkine (1842-1921) décrit ici avec précision les nombreuses associations, formelles et informelles, qui jalonnent l'histoire et la vie des Européens de son époque.

    Extrait d'un ouvrage publié en 1906, ce livre limpide dénonce la supercherie d'une idéologie fondée sur l'individualisme et la concurrence entre tous.

  • Qu'est-ce que l'anarchie ? C'est à cette question que répond le célébre géographe anarchiste Elisée Reclus (1830-1905) dans cette conférence prononcée devant les francs-maçons de Bruxelles en 1894. "Vous-mêmes n'êtes vous pas, sinon anarchistes, du moins fortement nuancés d'anarchisme ? Qui de vous, dans son âme et conscience, se dira le supérieur de son voisin, et ne reconnaîtra pas en lui son frère et son égal ?" Un texte éclairant et plein d'humanité.

    Cette troisième édition comprend la préface de Hélène Sarrazin et une postface d'Isabelle Pivert.

  • La question du libre-échange est un discours prononcé par Karl Marx en janvier 1848 devant l'Association démocratique de Bruxelles. Le débat qui fait rage entre les promoteurs du libre-échange et les conservateurs, porte sur les taxes douanières des importations de grains. Marx démontre avec brio que la suppression des taxes douanières, le libre-échange donc, profitera aux capitalistes au détriment des ouvriers et des propriétaires fonciers.

    Il en conclut que le libre-échange précipitera l'effondrement final du système capitaliste, et c'est pourquoi, dans seulement dans cette optique révolutionnaire, il va se prononcer pour. Le livre est préfacé par l'économiste Thierry Pouch. Un sujet aujourd'hui brûlant d'actualité.

  • La colonisation

    Jean Grave

    La colonisation reste un sujet controversé, ignoré ou tabou. Dans ce texte publié en 1912 dans la revue Les Temps nouveaux, l'anarchiste Jean Grave dénonce les rapports de domination entre colonisateurs et colonisés, proches selon lui des rapports de production existant alors entre bourgeoisie et ouvriers. Le texte est suivi de Le massacre d'Ambiky en 1897, écrit par Paul Vigné d'Octon.

  • "Même si deux personnes sont parfaitement adaptées l'une à l'autre, rien ne prouve qu'elles continueront à l'être le reste de leur existence".

    Plus que le contrat même du mariage, c'est la vie commune permanente que rejette Voltairine de Cleyre, figure très populaire de l'anarchisme américain du début du XXe siècle, dans cette conférence d'avril 1907. Dans un style vif et clair, puisant dans les exemples de la vie quotidienne, elle explique pourquoi... En introduction, une courte biographie de l'auteur, signée Chris Crass.

  • "Toute personne qui a pensé, ne serait-ce qu'une fois dans sa vie, avoir le droit de protester, et a pris son courage à deux mains pour le faire ; toute personne qui a revendiqué un droit, seule ou avec d'autres, a pratiqué I'action directe".

    Qu'est-ce que l'action directe ? Féministe et anarchiste américaine, Voltairine de Cleyre (1866-1912) démonte avec éloquence le malentendu, diffusé par les pouvoirs politique et médiatique, qui identifie l'action directe à la violence contre la vie et les biens des personnes.

  • " Vous-mêmes, n'êtes-vous pas, sinon anarchistes, du moins fortement nuancé d'anarchisme ? Qui de vous, dans son âme et conscience, se dira le supérieur de son voisin, et ne reconnaîtra pas en lui son frère et son égal ? ".

    Elisée Reclus prononce en 1894 devant les francs-maçons de Bruxelles cette conférence sur l'anarchie. Loin des clichés, un texte bref, intense, qui sonne comme un rappel bienvenu en ces temps incertains du XXIe siècle.

  • Paru en 1909 dans la revue Mother Earth, ce texte est un des écrits les plus connus de Voltairine de Cleyre. S'appuyant sur l'histoire de la naissance des États-Unis, l'auteur souligne les points communs entre les idéaux des Pères fondateurs et ceux de l'anarchisme, mais aussi, plus de cent ans après la déclaration d'Indépendance en 1776, leur déclin.

    Plaidoyer contre les gouvernements, constat lucide sur la nature humaine, ce texte plaide, en pleine industrialisation des grandes villes américaines, pour un anarchisme à retrouver : économie d'auto-subsistance, désintégration des (trop) grandes communautés, utilisation de la terre ; car sont libres ceux qui subviennent eux-mêmes à leurs besoins.

empty