Skira Paris

  • Monographie centrée sur les dernières années de l'oeuvre de l'artiste colombien F. Botero, dont la dilatation des corps, caractéristique de son travail, donne à ses personnages une dimension singulière allant de l'abstraction au grotesque

  • « Pour peindre un endroit, je dois me trouver au lieu de son manque. Pour saisir un lieu et une atmosphère, il me faut ne plus en faire physiquement partie. Éternelle histoire du désir qui est transport vers ce qu'il ne possède pas, ou plus. L'art se niche dans ce rapport du réel à la distance, mon travail prend alors la forme sublimée du manque. » Carole Benzaken in Thierry Novarese, L'atelier de Carole Benzaken, Paris, Thalia Édition, 2009.

    Carole Benzaken est née en 1964.
    Diplômée de l'École nationale supérieure des beaux-arts en 1990, elle a reçu le prix Marcel Duchamp et exposé à l'espace 315 du Centre Pompidou en 2004 ; elle a nourri son oeuvre de séjours à Los Angeles, au Japon, en Corée, au Bénin.
    Elle est aujourd'hui présente dans les collections publiques, en France et aux États-Unis.
    Première monographie consacrée à l'ensemble de son oeuvre, cet ouvrage propose d'analyser tous les aspects de son travail, de la peinture à la vidéo, du grand format aux frises miniatures, des vitraux et boîtes lumineuses à l'encre de Chine et aux lithographies. Le texte rétrospectif de Claire Stoullig mettant en perspective toutes ces dimensions est complété par un entretien de l'artiste avec Stéphanie Katz.

  • Le musée d'Orsay a fait l'objet de grands travaux de réaménagement à même de renouveler le regard sur ses collections. La scénographie repensée et la présentation de nouvelles acquisitions ou de pièces extraites des réserves se devaient donc d'être mises en avant dans une publication totalement à l'image du musée.
    Une chronologie de l'art au XIXe siècle se dessine dans cet ouvrage à travers les reproductions de 350 oeuvres sélectionnées par les conservateurs de chaque département.
    La peinture y est certes à l'honneur, mais les autres pratiques artistiques ne sont pas oubliées : sculpture, objets d'art et ensembles décoratifs, dessins et planches d'architecture, photographie, cinéma et mise en scène y ont leur place.
    La confrontation des oeuvres issues de ces différents domaines permet ainsi de comprendre les mutations et les grandes problématiques de l'histoire des arts de cette période (1848-1914).
    Cet ouvrage au format maniable se veut un outil pour tout visiteur et lui permettra à la fois de préparer sa visite au musée, de l'accompagner dans les salles grâce à des notices brèves mais denses et claires, puis d'être rapporté comme un souvenir des découvertes effectuées. On y trouve des indications iconographiques (qui sont les personnages représentés et que font-ils), des repères stylistiques et chronologiques, ainsi que des pistes de comparaison avec d'autres chefs-d'oeuvre du musée.

    Les auteurs sont des conservateurs du musée et écrivent sur les oeuvres dont ils sont spécialistes. Xavier Rey et Sylvie Patry ont publié chez Skira Flammarion des titres de la collection « Little MO » destinée au grand public ; Yves Badetz a été le commissaire de « Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde » (musée d'Orsay, 2011) ;
    Édouard Papet est spécialiste de sculpture ; Caroline Mathieu a été commissaire de « Gustave Eiffel » (Mairie de Paris, 2009) ; Alice Thomine sera la commissaire de la prochain exposition sur Baltard ; Guy Cogeval est président du musée d'Orsay ; Isabelle Julia a été commissaire de « Paris au temps des impressionnistes » (Mairie de Paris, 2010) ; Thomas Galifot et Marie Robert sont spécialistes de photographie, et Philippe Thiébaut a été commissaire de « Art Nouveau Revival » (musée d'Orsay, 2010).

  • La collection de L'Art brut est un musée unique en son genre : à son origine, le peintre Jean Dubuffet, inventeur du concept d'Art brut. En 1970, il pense en effet à pérenniser sa collection réunie au cours des 25 années précédentes. Il choisit alors la ville de Lausanne, comme réminiscence de son voyage initiatique de 1945, en Suisse, à la base de ses premières découvertes.
    Le château de Beaulieu, édifice du XVIIIe siècle, deviendra dès 1976 l'écrin de la première collection d'Art brut qui comprend alors près de 5000 oeuvres.
    Près de 35 ans plus tard, elle compte près de 60 000 pièces, parmi lesquelles celles de figures majeures, telles Aloïse, Adolf Wölfli, Henry Darger, Augustin Lesage ou Josef Hofer.
    Cet ouvrage, conçu à l'occasion de la nouvelle présentation du musée, permet d'avoir une approche complète et synthétique d'une des plus belles collections d'Art brut, dans son état le plus actuel.

  • Le plus grand château du monde recèle encore mille et un secrets insoupçonnés, y compris pour les plus fins connaisseurs. Versailles a souvent été minutieusement décrit depuis le règne de Louis XIV mais, dû à leur fragilité ou leur état de conservation, de nombreux appartements du palais ainsi que leurs dépendances sont inaccessibles au public.
    Des salons les plus connus aux jardins, en passant par le domaine du Trianon ou le hameau de la Reine, ces lieux renferment autant de détails inouïs, transformés au gré de la lumière et de l'ombre. Du crépuscule d'une soirée d'été au voile de brume d'un matin d'hiver, Versailles révèle de multiples facettes. Versailles, Invitation Privée dévoile ces moments qui demeurent habituellement insaisissables aux visiteurs.
    /> Pour cet ouvrage, le Château de Versailles donne carte blanche à Francis Hammond.
    Photographe anglais spécialisé dans la décoration intérieure et l'art de vivre, il capture loin de la foule l'ambiance et la lumière exceptionnelle de ces lieux connus et méconnus. Le boudoir de Marie-Antoinette, les coulisses du théâtre de la Reine ou encore l'Orangerie une belle journée d'hiver, Versailles, Invitation Privée est richement illustré et fera revivre ce théâtre d'une magnificence inégalée, lieu de secrets, de mystères et d'une beauté immuable qui continue à fasciner les visiteurs.

empty