Spector Books

  • À Bure, petite commune française dans la région du Grand Est, des opposants français et allemands au nucléaire militent depuis des décennies contre la construction d'un site de stockage permanent de déchets nucléaires hautement radioactifs. Le mouvement d'opposition a pris forme dans la forêt de Lejuc, où Jürgen Nefzger a photographié la vie quotidienne d'un groupe de manifestants qui s'étaient installés temporairement dans la forêt jusqu'à la destruction du camp en février 2018. Les clichés sont accompagnés de l'essai intitulé Le devoir de la désobéissance civile de Henry David Thoreau publié en 1849 qui a largement influencé cette étude photographique.

  • Fasciné par l'opéra de Wagner Parsifal, le peintre Geroge Baselitz a entrepris d'en dessiner l'univers à travers des personnages costumés, utilisés ensuite pour une production à l'opéra de Munich. Dans cet ouvrage collaboratif l'écrivain Alexander Kluge fait echo à ces dessins dans des histoires explorant des éléments marquant de l'oeuvre mythique initiée par Eschenbach au Moyen-Âge.

  • Ce livre présente en détail les 5 unités d?habitation du Corbusier : Marseille, Firminy, Briey, Berlin et Nantes, toutes planifiées entre 1945 et 1967. Celle de Marseille, construite en 1952, servit de prototype aux suivantes. Ces 5 bâtiments font l?objet d?une exposition à Berlin au printemps 2019. Elles sont documentées ici avec des photos récentes témoignant de leurs différents états de conservation aujourd?hui, et décrites par des textes en anglais, allemand et français.

  • En 320 images de mort, des débuts de la photographie à nos jours, ce catalogue accompagne une exposition au C/O Berlin de novembre 2018 à mars 2019. La photographie n'est pas le premier médium à avoir documenté la mort, mais elle le fait d'une manière inédite qui fige dans le temps et l'espace. Portraits anonymes post-mortem, photos judiciaires réalisées pour des enquêtes, reportages de Weegee, créations de papier de Thomas Demand, découverte des camps de la mort : toutes ces images interrogent le statut de la photographie face à la mort, entre fiction, témoignage et souvenir affectif.

  • "À l?occasion du 40e anniversaire de la révolution iranienne, l?artiste Hannah Darabi présente sa collection de livres photographiques et politiques. Publiés en Iran entre 1979 et 1983, courte période de relative liberté d?expression correspondant à la fin du régime du Shah et aux débuts du gouvernement islamique, ces livres témoignent d?une ébullition politique intense et du vent nouveau soufflant sur la photographie iranienne. Cette période, fondamentale pour comprendre l?histoire de ce pays au 21e siècle, est décryptée par Chowra Makaremi, anthropologue et chercheuse au CNRS. Le titre Rue Enghelab renvoie à cette rue de Téhéran qui concentre un nombre important de libraires et de maisons d?édition. Le mot ""Enghelab"", qui en persan signifie ""Révolution"", fut choisi pour désigner cette rue peu après les événements de 1979. "

  • "Au début des années 90, la photographe coréenne se rend plusieurs fois aux États-Unis pour y saisir les grands espaces désertiques, leurs roches, cactus et plantes éparses. Elle travaille en appliquant une émulsion photosensible sur du papier coréen traditionnel en fibres de mûrier, obtenant ainsi un résultat à la fois brut et empreint de sérénité. Robert Frank, dont elle fut l'assistante, y voit des "paysages débarrassés de la bête humaine"". Ce catalogue accompagne une rétrospective de son travail présentée au Fotomuseum Winterthur à l'automne 2016."

  • Anglais Ten cities

    Collectif

    Au-délà des sentiers déjà tracés et des génèses déjà explorées dans l'histoire du clubbing, ce livre examine dix capitales de clubs en Afrique et en Europe, rendant compte de différentes scènes à Bristol, Johannesburg, Le Caire, Kiev, Lagos, Lisbonne, Launda, Nairobi et Naples. Les histoires musicales locales, les scènes, les sous-cultures et leurs réseaux mondiaux sont reconstruits à travers 21 essais et des séquences photos. L'histoire qu'ils racontent est celle des clubs conçus comme des véritables laboratoires d'altérité, dans lesquels les gens pouvaient expérimenter de nouvelles façons d'être et affirmer leur droit à la ville. Ten Cities est un voyage nocturne et sonore à travers dix histoires sociales et urbaines de 1960 à nos jours.

  • Après la série Syria Al-Assad qui documentait l'omniprésence des portraits de Bachar Al-Assad dans le paysage syrien, Oliver Hartung a photographié les monuments utopiques iraniens dédiés à la première Guerre du Golfe. À la manière des Becher mais en couleur et avec une certaine ironie, il saisit frontalement les monuments, les nombreuses affiches, les cimetières de guerre et l'architecture : un rond-point orné de bateaux militaires, un terre-plein décoré d'une grenade à main estampillée d'un logo internet, une colombe de béton en guise d'ode à la paix, une coupe à la gloire du football ou des portraits de martyrs.

  • Ce livre regroupe des écrits du réalisateur Jonas Mekas, figure du cinéma underground new-yorkais des années 1960. On peut y lire une sélection de ses articles publiés à partir de 1958 dans The Village Voice ainsi que des interviews d'artistes comme Andy Warhol, John Lennon et Yoko Ono, Nam June Paik et Erick Hawkins

  • Ce projet, lauréat du prix décerné par la fondation LUMA à Arles en 2016, fait l'objet d'une exposition aux Rencontres d'Arles 2017. Il s'agit d'un travail photographique sur Indira, l'ancienne gouvernante de la famille Sieber, une immigrée née en Bosnie qui a vécu à Düsseldorf de 1992 à 1999 avant d'aller s'installer aux États-Unis. Les images mises en page par l'agence BöhmKobayashi sont prises en Allemagne, en Bosnie et aux États-Unis ; elles retracent ce parcours, entres archives personnelles de la famille Sieber et lieux d'exil de la jeune femme.

  • Cet ouvrage propose une analyse de la création de l'État d'Israël comme un projet unique dans l'Histoire moderne : sa croissance ultra rapide, ses fondements idéologiques empreints d'utopie, sa position de refuge pour certains mais poussant d'autres à devenir refugiés, ses expérimentations architecturales brutalistes et structuralistes...

  • Ces images rassemblées par Helmut Völter présentent six stations de photographie scientifique des nuages, des débuts de cette pratique autour de 1880 jusqu'aux premières images satellites dans les années 1960. Chaque chapitre présente une perspective photographique et scientifique : vue du sol, d'un avion ou de l'espace, par système nuageux ou par mouvement.

  • En 2009, Tobias Zielony a réalisé un film sur "Le Vele di Scampia"(les voiles), un ensemble immobilier futuriste au Nord de Naples, devenu la chasse gardée de la Camorra. Conçu par Francesco di Salvo à la fin des années 1970, il a été squatté par des familles mafieuses avant même la fin de sa construction. Aujourd'hui, l'ensemble est devenu une plateforme napolitaine du trafic de drogue et le symbole du pouvoir de la Camorra dans la région. Tobias Zielony tire de ce film une série de 287 photos documentaires.

  • Catalogue de l'exposition "Hans Hansen: Still Life - Photographs 1957 - 2017" au C/O Berlin. Hans Hansen crée des natures mortes photographiques en mélangeant poésie et des photographies purement documentaires de produits auxquelles il ajoute un graphisme minimale et une précision technique. Ainsi, il apporte un nouveau regard sur ces objets ordinaires du quotidien et a, au fur et à mesure, renouvelé notre perception des objets en exerçant une influence non négligeable sur les photographes de son domaine.

  • I Seem To Live. The New York Diaries, 1950-2014 est l'oeuvre littéraire clé de Jonas Mekas. Ce premier volume, couvrant la période 1950-69, paraît à titre posthume un an après sa mort. Il se situe sur un pied d'égalité avec son oeuvre cinématographique, qu'il a initialement développée avec son frère Adolfas après leur arrivée à New York. En 1954, les deux frères ont fondé le magazine Film Culture, et en 1958 Jonas a commencé à écrire une chronique hebdomadaire pour The Village Voice. C'est à cette période que son écriture, ses films et son engagement indéfectible envers l'art commencent à faire de lui un pionnier du cinéma d'avant-garde américain et le baromètre de la scène artistique new-yorkaise.

  • Anglais Holding the camera

    Collectif

    Dans cet ouvrage, Alberto Vieceli du Vieceli & Cremers design studio a sélectionné plus de 300 images publicitaires vintage représentant des appareils photographiques analogiques. Après avoir effacé le texte et uniformé graphiquement l'ensemble afin de le rendre homogène et fluide, il a établi un système de 27 typologies d'images selon lequel classer les éléments récoltés. Shooting around the corner, Shut Eye Shooting, Hiding the Camera ou Hidden Faces sont certaines parmi les catégories présentés dans le livre. Avec un essai de Nadine Olonetzky.

  • Tacit Knowledge fournit un aperçu des pratiques artistiques et éducatives complexes qui ont caractérisé la première décennie de l'Institut californien des arts (CalArts). Un accent particulier est mis sur les stratégies conceptuelles et féministes développées dans et à partir de la classe Post Studio de John Baldessari, ainsi que dans le programme d'art féministe de Judy Chicago et Miriam Schapiro, lancé en 1970 et intégré à la nouvelle école d'art fondée en 1971. Alliant de courtes introductions à des études de cas approfondies et à un large éventail de documents et d'images, cette publication expérimentale prend la forme d'un magazine, permettant une approche diversifiée et vivante des idées qui ont façonné les premières années de CalArts.

  • Ce deuxième opus consacré aux entretiens de Jonas Mekas s'intéresse cette fois-ci aux cinéastes qu'il a rencontrés tout au long de sa carrière, notamment pour ses chroniques dans Village Voice ou autour de son Anthology Film Archives, immense cinémathèque new-yorkaise dont il est co-fondateur, consacrée au cinéma underground.

  • Une décennie de créativité débridée dans l'édition underground de fanzines et auto-publications à l'hectographe, au miméographe ou en offset. Ce livre, qui accompagne une exposition à Brême, témoigne de la variété des thèmes abordés, de l'économie particulière de ces journaux, souvent en souscription, mais surtout de la liberté qu'elle donnait à ses auteurs en matière de maquette et de conception graphique. Plus de 100 fanzines sont présentés ici en détail et regroupés selon 20 thèmes.

empty