Studio De La Croix Des Landes

  • Stupeur et tremblements

    Amélie Nothomb

    • Studio de la croix des landes
    • 30 Décembre 1999

    "Monsieur Haneda était le supérieur de monsieur Omochi, qui était le supérieur de monsieur Saito, qui était le supérieur de mademoiselle Mori, qui était ma supérieure. Et moi, je n'étais la supérieure de personne.
    On pourrait dire les choses autrement. J'étais aux ordres de mademoiselle Mori, qui était aux ordres de monsieur Saito, et ainsi de suite, avec cette précision que les ordres pouvaient, en aval, sauter les échelons hiérarchiques.
    Donc, dans la compagnie Yumimoto, j'étais aux ordres de tout le monde."

  • à l'Ouest, rien de nouveau

    Erich Maria Remarque

    • Studio de la croix des landes
    • 16 Mars 2013

    À l'ouest rien de nouveau a donné la parole à l'un des ces jeunes soldats allemands qui vécut l'épreuve de la Grande Guerre. Plus de glorification des faits d'armes, mais l'omniprésence de la mort et le tableau de l'Apocalypse.
    Le livre est interdit. Il deviendra un film mythique, que les autorités allemandes essaieront de condamner également. Mais la puissance d'évocation de cette oeuvre est telle qu'elle résiste à toute censure. Elle incarne si justement la bêtise et la cruauté infinies des hommes qu'on ne peut que penser au désastre des conflits suivants, à la marque indélébile laissée aux survivants.
    Écrit à la première personne, au présent, avec une sobriété qui souligne l'horreur quotidienne du front et de la vie dans les tranchées, ce roman nous interpelle du fin fond de l'enfer, dans la plus déchirante intimité.

  • La petite fille de Monsieur Linh

    Philippe Claudel

    • Studio de la croix des landes
    • 7 Novembre 2006

    LA PETITE FILLE DE MONSIEUR LINHC'est un vieil homme debout à l'arrière d'un bateau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul désormais à savoir qu'il s'appelle ainsi. Debout à la poupe du bateau, il voit s'éloigner son pays, celui de ses ancêtres et de ses morts, tandis que dans ses bras l'enfant dort. Le pays s'éloigne, devient infiniment petit, et Monsieur Linh le regarde disparaître à l'horizon, pendant des heures, malgré le vent qui souffle et le chahute comme une marionnette. P. C.

  • Les hirondelles de Kaboul

    Yasmina Khadra

    • Studio de la croix des landes
    • 6 Août 2007

    Dans cette afghanistan des talibans où la canicule, les ruines de l'après-guerre et l'abattement des esprits dominent, deux hommes et deux femmes cherchent comment retrouver goût à la vie.
    Ce sont les femmes qui aideront leur mari à retrouver des sentiments humains et à refuser la déchéance et pourtant elles sont dans l'ombre, sévèrement traitées et contraintes par le système politique. dans ce roman magnifique, qui est aussi un hymne à la femme, yasmina khadra a su mettre au jour avec le talent d'une langue épurée et une grande lucidité la complexité des comportements dans les sociétés musulmanes déchirées entre le féodalisme et la modernité.

  • Robe de marié

    Pierre Lemaitre

    • Studio de la croix des landes
    • 13 Octobre 2011

    Nul n'est à l'abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence : mille petits signes inquiétants s'accumulent, puis tout s'accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n'a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite ; elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape...
    Les ombres de Hitchcock et de Brian de Palma planent sur ce thriller diabolique.
    Robe de marié a obtenu le Prix des Lecteurs 2010, le Prix des lectrices Confidentielles 2009, le Prix Goutte de sang d'Encre, Vienne 2009, le Prix Sang d'Encre lycéens, Vienne 2009 et le Prix du Polar de Montigny les Cormeilles 2009.

  • Sacrifices

    Pierre Lemaitre

    • Studio de la croix des landes
    • 7 Novembre 2013

    « Un événement est considéré comme décisif lorsqu'il désaxe complétement votre vie. Par exemple, trois décharges de fusil à pompe sur la femme que vous aimez.» Atmosphère glaçante, écriture sèche, mécanique implacable : Pierre Lemaître a imposé son style et son talent dans l'univers du thriller. Après Alex, il achève ici une trilogie autour du commandant Verhoeven, initiée avec Travail soigné.

    « Lemaitre hisse le genre noir à une hauteur rarissime chez les écrivains français : celle où se tient la littérature.» Jean-Claude Buisson, Le Figaro Magazine

  • Les aventures de Tom Sawyer

    Mark Twain

    • Studio de la croix des landes
    • 23 Septembre 2010

    Les ruses de Tom Sawyer sont sans limites. Autant pour déjouer la surveillance de sa tante Polly que pour attirer l'attention de la jolie Becky Thatcher. Ou pour mettre en scène sa propre mort et celle des membres de sa «bande»... en s'offrant le plaisir d'assister en cachette à leur éloge funèbre, prononcé dans l'église de St. Petersburg devant le village en pleurs. Mais le jour où Tom et Becky se perdent dans le dédale souterrain d'une grotte, privés de lumière, d'eau et de nourriture, les ruses et l'imagination ne suffisent plus...

  • Le grand Meaulnes

    Alain-Fournier

    • Studio de la croix des landes
    • 1 Février 2006

    L'arrivée d'Augustin Meaulnes à l'école de Sainte-Agathe bouleverse la vie de François Seurel. C'est le début d'une amitié et le commencement de l'aventure. Un jour, Augustin se perd dans la campagne et assiste à une fête bien étrange, dans un domaine inconnu. Il tombe amoureux de la jeune fille du lieu, Yvonne de Galais, qu'il n'aura de cesse de retrouver.

  • Une vie

    Guy de Maupassant

    • Studio de la croix des landes
    • 30 Décembre 1999

    Alors elle songea ; elle se dit, désespérée jusqu'au fond de son âme : "Voilà donc ce qu'il appelle être sa femme ; c'est cela ! c'est cela !" Et elle resta longtemps ainsi, désolée, l'oeil errant sur les tapisseries du mur...
    Mais, comme Julien ne parlait plus, ne remuait plus, elle tourna lentement son regard vers lui, et elle s'apeçut qu'il dormait ! Il dormait, la bouche entrouverte, le visage calme ! Il dormait !

  • Les âmes grises

    Philippe Claudel

    • Studio de la croix des landes
    • 19 Janvier 2007

    Une jeune enfant est retrouvée morte, assassinée sur les berges engourdies par le gel d´un petit cours d´eau. Nous sommes en hiver 1917. C´est la Grande Guerre. La boucherie méthodique. On ne la voit jamais mais elle est là, comme un monstre caché. Que l´on tue des fillettes, ou que des hommes meurent par milliers, il n´est rien de plus tragiquement humain.

    Qui a tué Belle de Jour ? Le procureur, solitaire et glacé, le petit Breton déserteur, ou un maraudeur de passage ? Des années plus tard, le policier qui a mené l´enquête, raconte toutes ces vies interrompues : Belle de jour, Lysia l´institutrice, le médecin des pauvres mort de faim, le calvaire du petit Breton... Il écrit avec maladresse, peur et respect. Lui aussi a son secret.

    Les âmes grises sont les personnages de ce roman, tout à la fois grands et méprisables. Des personnages d´une intensité douloureuse dans une société qui bascule, avec ses connivences de classe, ses lâchetés et ses hontes. La frontière entre le Bien et le Mal est au coeur de ce livre d´une tension dramatique qui saisit le lecteur dès les premières pages et ne faiblit jamais. Jusqu´à la dernière ligne.

  • Et que le vaste monde poursuive sa course folle

    Colum Mccann

    • Studio de la croix des landes
    • 15 Mars 2012

    7 août 1974. Sur une corde tendue entre les Twin Towers s'élance un funambule. Un événement extraordinaire dans la vie de personnes ordinaires. Corrigan, un prêtre irlandais, cherche Dieu au milieu des prostituées, des vieux, des miséreux du Bronx ; dans un luxueux appartement de Park Avenue, des mères de soldats disparus au Vietnam se réunissent pour partager leur douleur et découvrent qu'il y a entre elles des barrières que la mort même ne peut surmonter ; dans une prison new-yorkaise, Tillie, une prostituée épuisée, crie son désespoir de n'avoir su protéger sa fille et ses petits-enfants... Une ronde de personnages dont les voix s'entremêlent pour restituer toute l'effervescence d'une époque. Porté par la grâce de l'écriture de Colum McCann, un roman vibrant, poignant, l'histoire d'un monde qui n'en finit pas de se relever.

  • De nos frères blessés

    Joseph Andras

    • Studio de la croix des landes
    • 11 Avril 2017

    Alger, 1956. Fernand Iveton a trente ans quand il pose une bombe dans son usine.
    Ouvrier indépendantiste, il a choisi un local à l'écart des ateliers pour cet acte symbolique :
    Il s'agit de marquer les esprits, pas les corps. Il est arrêté avant que l'engin n'explose, n'a tué ni blessé personne, n'est coupable que d'une intention de sabotage, le voilà pourtant condamné à la peine capitale.
    Si le roman relate l'interrogatoire, la détention, le procès d'Iveton, il évoque également l'enfance de Fernand dans son pays, l'Algérie, et s'attarde sur sa rencontre avec celle qu'il épousa.
    Car avant d'être le héros ou le terroriste que l'opinion publique verra en lui, Fernand fut simplement un homme, un idéaliste qui aima sa terre, sa femme, ses amis, la vie - et la liberté, qu'il espéra pour tous les frères humains.
    Quand la Justice s'est montrée indigne, la littérature peut demander réparation. Lyrique et habité, Joseph Andras questionne les angles morts du récit national et signe un fulgurant exercice d'admiration.

  • Marie Stuart

    Stefan Zweig

    • Studio de la croix des landes
    • 9 Juin 2016

    Reine d'Écosse à l'âge de six jours, en 1542, puis reine de France à dix-sept ans par son mariage avec François II, Marie Stuart est veuve en 1560. Elle rentre alors en Écosse et épouse lord Darnley, avant de devenir la maîtresse du comte Bothwell. Lorsque ce dernier assassine Darnley, Marie doit se réfugier auprès de sa rivale, Élisabeth Ire, reine d'Angleterre.
    Celle-ci la retiendra vingt ans captive, avant de la faire condamner à mort. Son courage devant le supplice impressionnera les témoins, au point de métamorphoser celle que l'on disait une criminelle en une martyre de la foi catholique...
    Sur cette figure fascinante et controversée de l'histoire britannique, le biographe de Marie- Antoinette et romancier de Vingt-quatre heures de la vie d'une femme a mené une enquête rigoureuse. Ce récit passionné et critique nous la restitue avec ses ombres et ses lumières, ses faiblesses et sa grandeur.

  • Sombre dimanche

    Alice Zeniter

    • Studio de la croix des landes
    • 6 Février 2014

    Les Mandy habitent de génération en génération la même maison en bois posée au bord des rails près de la gare Nyugati à Budapest. Le jeune Imre grandit dans un univers mélancolique de non-dits et de secrets où Staline est toujours tenu pour responsable des malheurs de la famille. Même après l'effondrement de l'URSS, qui fait entrer dans la vie d'Imre les sex shops, une jeune Allemande et une certaine idée de l'Ouest et d'un bonheur qui n'est pas pour lui.

  • Le fusil de chasse

    Yasushi Inoué

    • Studio de la croix des landes
    • 7 Novembre 2013

    A la suite d'une publication d'un poème dans un magazine de chasse, Yasushi Inoué reçoit une lettre d'un chasseur prénommé Josuke Misugi. Ce dernier lui fait parvenir trois lettres qui lui ont été adressées, rédigées par trois femmes différentes. Toutes racontent son adultère. La première provient de Shoko, la fille de sa maîtresse qui a découvert la liaison en lisant le journal de sa mère ; la deuxième provient de Midori, sa femme qui lui annonce sa volonté de divorcer après avoir subi pendant de longues années l'infidélité de son mari ; la dernière est celle de Saïko, sa maîtresse, écrite peu avant son suicide et qui revient sur leur histoire.
    Chaque lettre donne le point de vue, les sentiments de chacun de ces protagonistes dans cette affaire et leur amour pour cet homme, chacune à leur manière.

  • La mare au diable

    George Sand

    • Studio de la croix des landes
    • 30 Décembre 1999
  • La légende de nos pères

    Sorj Chalandon

    • Studio de la croix des landes
    • 1 Juin 2010

    Sorg Chalandon La Légende de nos pères «J'ai laissé partir mon père sans écouter ce qu'il avait à me dire, le combattant qu'il avait été, le Résistant, le héros.
    J'ai tardé à le questionner, à moissonner sa mémoire. Il est mort en inconnu dans un coin de silence. Pour retrouver sa trace, j'ai rencontré Beuzaboc, un vieux soldat de l'ombre, lui aussi. J'ai accepté d'écrire son histoire, sans imaginer qu'elle allait nous précipiter lui et moi en enfer...» Sorj Chalandon, 57 ans a été journaliste à Libération. Ses reportages sur l'Irlande du Nord et le procès de Klaus Barbie lui ont valu le prix Albert-Londres en 1988.

  • Le jour avant le lendemain

    JoRn Riel

    • Studio de la croix des landes
    • 30 Décembre 1999

    Dans le nord-est du groenland, la tribu de katingak est sur le point de rejoindre le camp d'été.
    Pour ninioq, le temps sera venu de faire ses adieux au monde des vivants. mais tornarssuk, le maître de tout, en a décidé autrement. comme après chaque saison de chasse, il faut aller faire sécher le poisson et la viande sur la petite île de neqe. et c'est à elle, la doyenne de la tribu, et à son petit-fils manik qu'échoit cette mission. sur cette terre hostile et malgré son grand âge, ninioq doit prendre soin de l'enfant.
    Jour après jour, elle apprend au fils de son fils les gestes de la vie et lui transmet les traditions et les légendes de la tribu. mais quelque chose s'est passé ninioq le sent. depuis quelques semaines déjà, ils auraient dû revenir les chercher. un malheur est-il arrivé ? il faut qu'elle sache, qu'elle aille à leur rencontre, qu'elle retrouve les siens...

  • Meurtres pour mémoire

    Didier Daeninckx

    • Studio de la croix des landes
    • 1 Février 2006

    Paris, octobre 1961 : à Richelieu-Drouot, la police s'oppose à des Algériens en colère. Thiraud, un petit prof d'histoire, a le tort de passer trop près de la manifestation qui fit des centaines de victimes. Cette mort ne serait jamais sortie de l'ombre si, vingt ans plus tard, un second Thiraud, le fils, ne s'était fait truffer de plomb, à Toulouse.

  • Contes du jour et de la nuit

    Guy De Maupassant

    • Studio de la croix des landes
    • 30 Décembre 1999

    Maupassant Contes du jour et de la nuit Parricides, ivrognes, enfants pervers, maris aveugles, ravissantes idiotes, bourgeois lâches et mesquins, paysans cruels et cupides, vous ne trouverez dans ces contes, de jour comme de nuit, que bourreaux ou victimes.
    Mais s'ils sont tous à tuer, ils tuent aussi beaucoup, ou se pendent, ou se tirent à la rigueur un coup de revolver dans la bouche par peur de la mort...
    Maupassant serait-il le grand ancêtre méconnu du néo-polar oe Edition de Francis Marcoin.
    Préface de Louis Forestier.

  • Les larmes noires sur la terre

    Sandrine Collette

    • Studio de la croix des landes
    • 26 Septembre 2017

    Il a suffi d'une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris.
    Moe n'avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l'accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d'accueil pour déshérités, surnommé «la Casse».
    La Casse, c'est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d'automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne.
    Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir.
    Et puis, au milieu de l'effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s'épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu'elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser.
    Leur force, c'est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s'en sortir. Mais à quel prix?

  • Les petites filles modèles

    Sophie de Ségur

    • Studio de la croix des landes
    • 22 Mars 2007

    Madeleine et Camille de Fleurville sont deux adorables soeurs. Lors d'une promenade, elles sauvent d'un accident de voiture une petite fille, Marguerite, et sa mère. Toutes deux s'installent au château des Fleurville. Dorénavant, les trois enfants, comme les mamans, sont inséparables. Bientôt, les visites répétées de Sophie rendent les journées plus animées, car Sophie ne peut s'empêcher de faire des bêtises...

  • Les croix de bois

    Roland Dorgelès

    • Studio de la croix des landes
    • 16 Février 2013

    Pour nous qui avons vécu ces heures exaltantes, ce passé est tout proche. Le temps d'un battement de paupières et il revit, les événements se raniment, les visages disparus renaissent. C'est une page d'histoire que nous ne nous résignons pas à tourner.
    Donc, depuis une semaine, Paris vivait dans la fièvre. Au gré des télégrammes parvenant des quatre coins de l'Europe on passait de l'angoisse à l'espoir. Ultimatum à la Serbie... Médiation anglaise... Refus de Berlin... Recours à La Haye...
    Mobilisation russe... Etat de guerre en Allemagne ; puis le samedi 1er août dans l'après-midi la terrible nouvelle a éclaté comme un éclair... Dès le lendemain, des milliers d'hommes pressés de se battre se bousculaient devant les bureaux de recrutement pour s'engager...
    Ceux qui s'offraient vaillamment au massacre, étaient-ce donc des dupes ? Les trompait-on en leur apprenant, dès l'enfance, que mourir pour la patrie était le sort le plus beau ?
    Autant de questions qu'on n'ose poser à ces têtes aux orbites creuses. Je voudrais leur crier : «Non, votre sacrifice n'a pas été vain ! Votre vaillance a sauvé non seulement le pays, mais l'univers entier, que l'Allemagne eût écrasé sous son talon de fer ; la dernière victoire n'est qu'une fille de la vôtre et les Grands d'à présent restent vos débiteurs.» Mais à quoi bon ? On ne console pas les morts avec des discours...
    Instruits par les événements, nous savons aujourd'hui qu'il faut oublier. Même si le coeur est muet, la raison nous l'ordonne : nous devons barrer d'un trait les années de guerre et celles de l'occupation. Oui, je veux oublier.
    Roland Dorgelès - 2 août 1964

  • Une trop bruyante solitude

    Bohumil Hrabal

    • Studio de la croix des landes
    • 19 Janvier 2007

    Voilà trente-cinq ans que M. Hanta nourrit la presse d'une usine de recyclage où s'engloutissent jour après jour des tonnes de livres interdits par la censure, et jusqu'aux chefs-d'oeuvre de l'humanité. « Ce genre d'assassinat, ce massacre d'innocents, il faut bien quelqu'un pour le faire. » Hanta travaille, boit de la bière, déambule dans les rues de Prague, lit, et ressasse la mission dont il s'est investi : sauver la culture en arrachant à la mort des trésors si injustement condamnés. Il en sauve jusqu'à deux tonnes qu'il entasse au-dessus de son lit. Mais à ce jeu de cache-cache, son rendement baisse. Rejeté, abandonné de tous, il ne lui reste plus qu'à rejoindre ses livres bien-aimés.
    Le lecteur suit les pensées de Hanta à travers un long monologue obsessionnel et émaillé d'images singulières. Hanta revient sans cesse sur son travail, son passé et, sans le dire réellement, sur la solitude qui le mine. C'est le destin d'un homme, un ouvrier, rattrapé par une modernité assassine.
    Publié d'abord en 1976, traduit dans plus d'une dizaine de langues, ce soliloque, révélant l'absurdité tragicomique du quotidien, à propos duquel Hrabal disait : « Je ne suis venu au monde que pour écrire Une trop bruyante solitude », est un splendide apologue de la « normalisation », machine à broyer l'esprit, dont Hrabal fut lui-même la victime.

empty