Littérature traduite

  • Doglands

    Tim Willocks

    • Syros
    • 29 Mars 2012

    Ses muscles se lancèrent dans un double galop.
    Ses coussinets martelaient la roche. Son sang de lévrier lui donnait vitesse et puissance. Son sang de chien-loup, endurance et courage. Au lieu de se sentir plus faible, il se sentait plus fort. Et alors il comprit quelque chose d'extraordinaire. Même si le tunnel était noir comme une nuit sans étoiles, et alors même qu'il courait à toute vitesse, il ne se heurtait pas aux parois qui n'étaient qu'à quelques centimètres de lui.
    Furgul ne savait pas pourquoi. Il ne faisait que courir. Puis un vent étrange souffla, venu du tunnel derrière lui. Et, comme si un fantôme avait chuchoté à son âme, Furgul entendit l'appel des Doglands.

  • Aujourd'hui, Sakko-Chan emménage dans sa nouvelle maison. Elle sait que dans la maison voisine vit une fille de son âge. Mais ses parents reportent à plus tard la visite de courtoisie. Pendant qu'ils déballent les cartons, Sakko-Chan tente une première approche. Personne... Pour patienter, elle explore le champ qui sépare les deux maisons et tombe bientôt sur des buissons dont les feuilles forment une sorte de toit. A l'intérieur, elle trouve un petit panier et avec un set de mouchoirs fleuris...

  • Le journal d'une adolescente comme vous n'en avez jamais lu : brillant, drôle et génialement illustré. « Sans en avoir l'air, l'auteur aborde des questions fondamentales à l'adolescence. » L'Indépendant.
    Pippa, qui est maintenant amoureuse, a plus que jamais besoin de tenir son journal ! Il faut dire que le beau skateur taciturne qu'elle espionne depuis des semaines ne sait même pas qu'elle existe, puisqu'elle n'a jamais osé lui adresser la parole. Elle l'a baptisé Loup, faute de connaître son nom. Pendant ce temps, ses parents restent désespérément fidèles à eux-mêmes... Sa mère défile nue dans le village pour plaider la cause de réfugiés que ses concitoyens refusent d'accueillir (une bonne occasion pour Pippa de réfléchir à la thématique de la honte). Et puis Pippa va faire à sa petite soeur Poppy une promesse déraisonnable : passer une journée sans disputes avec leurs deux parents !

  • « Je n'ai pas encore sommeil. Je me suis bien amusé aujourd'hui. Le restaurant ferme, la librairie aussi. La nuit tombe, tout est tranquille. Il n'y a plus personne dans les rues...» Sur le chemin du retour à la maison, un petit lapin, dans les bras de sa maman, observe sa ville. Il voit à travers les fenêtres des maisons que chacun s'affaire différemment. Et ensuite, quand il est couché, il s'interroge : Est-ce que tout le monde est maintenant dans sa maison et dans son lit ? Mais surtout, il imagine...

  • Toutes les bonnes choses commencent par un P ! Papier, pinceau, poney, pop-corn. Et je vous le donne en mille, mon prénom : Pippa.

    Comment savoir qui on est quand on habite la semaine chez sa mère dans une vieille ferme isolée, et les week-ends chez son père, dans un appartement hyper chic de la grande ville ?
    Pour ne pas perdre le nord, Pippa tient son journal, dans lequel elle décortique (et dessine) tout ce qui lui arrive, et se pose de grandes questions. Sur ses humeurs (qui peuvent changer du tout au tout en une journée), sur la nourriture (peut-on être à la fois baies de goji et oeufs au lard ?), sur l'amour (est-il préférable que la personne soit mieux en vrai que dans votre imagination, ou l'inverse ?)... Sans compter que Pippa se trouve face à un choix pour lequel même son journal ne peut l'aider.

  • Tiens ton journal, comme Pippa, l'héroïne de Barbara Tammes. Écrire et dessiner ce que l'on vit donne de la magie au quotidien !

    Dans ce super cahier, tu pourras noter pendant une semaine tout ce que tu as fait, ce que tu as pensé et ce que tu as ressenti. Demande-toi quel est le moment le plus sympa ou le plus énervant de chaque journée, combien de temps tu as passé en ligne et en vrai avec tes amis, dessine les personnes qui sont importantes pour toi, décris tes rêves (éveillés ou non), et bien d'autres choses...

  • Quand Kikko se réveille ce matin-là, tout est blanc dehors. Son papa part à l'autre bout de la forêt pour aider Grand-mère à déblayer son toit. Mais il oublie d'emporter avec lui le gâteau spécialement préparé pour elle ! La petite Kikko décide alors de l'apporter elle-même à Grand-mère... Et la voilà qui suit les traces de son papa dans la neige, se hâtant derrière la grande silhouette au manteau noir qui s'enfonce dans le bois.

  • Un jour, Falguni la marchande de fruits trouve un crocodile dans le fossé. « Attrapez-le ! » crient les villageois terrorisés. Mais qui va s'en charger ? Monsieur l'agent avec son bâton ? Le docteur Dutta avec son injection ? Bhayanak Singh et ses muscles d'acier ? La peur leur fait faire n'importe quoi. Ce sera une petite fille qui, avec de la gentillesse et du bon sens, trouvera le moyen de faire sortir le crocodile du village sans lui faire de mal.

  • Le lecteur doit vivre ce que tu vis », avait dit Lidwine. Mais qu'est-ce que je vivais au juste ? J'avais pas l'air maligne avec mon rêve de devenir écrivaine. Et là, une idée m'est venue. J'allais raconter comment Dirkje était entrée dans notre vie. J'ai ouvert mon ordinateur portable et j'ai retroussé mes manches. Mais mes doigts sont restés immobiles sur le clavier. Avant d'en venir à Dirkje, il faudrait d'abord que j'écrive que ma mère n'est plus là, et que je parle de mon père et de Kalle, de notre maison et du fait qu'on ne mange jamais à table. Je devais commencer par le commencement. Mais où commençait le commencement ? Il était une fois une fille à Hilversum ?

  • Mon voyage inoubliable

    Bhajju Shyam

    • Syros
    • 27 Février 2014

    Le carnet de voyage en images d'un artiste indien talentueux.
    L'Occident comme les Occidentaux ne peuvent pas le voir.

  • "- tu en as, du toupet ! s'est écriée myrto, furieuse.
    Eh bien, ma petite ! tu te crois tellement maligne, tu te figures que tu peux fabriquer des histoires sur le tigre ! elle avait peut-être bien raison. parce que le tigre empaillé qui est dans une vitrine, en bas, dans le grand salon, il n'y a que notre cousin nikos qui sache raconter des histoires sur lui. " 1936. myrto et sa petite soeur mélissa vivent à samos. instruites par leur grand-père, elles se languissent d'aller à l'école.
    L'été, elles retrouvent le paradis à lamagari, oú vivent leurs amis, enfants de pêcheurs. ensemble, tous passent des moments idylliques. mais le 4 août, la dictature s'installe en grèce.

  • Souvent, les mamans perdent leur sac à main, leur téléphone portable ou même la tête, mais rarement leur bébé...Un matin comme les autres, pourtant, deux mamans ont égaré leur petit. Une maman humaine et une maman brebis. Et losqu'elles sont parties à leur recherche, c'est le bébé de l'autre que chacune à trouvé !

  • Grand-père menteur

    Alki Zèi

    • Syros
    • 22 Janvier 2009

    Antonis, qui va avoir dix ans, vit à athènes oú il passe beaucoup de temps en compagnie de marios, son grand-père, talentueux comédien à la retraite.
    Grand-père lui fait des crêpes, l'emmène visiter l'acropole, lui parle des étoiles dans le ciel. surtout, il lui raconte ses incroyables aventures. et même si les plus étonnantes péripéties de la vie de grand-père se révèlent souvent vraies, antonis a bien du mal à le croire. pour lui, c'est un gros menteur, sinon, pourquoi grand-mère n'apparaît-elle dans aucune de ses histoires ? c'est comme si elle n'avait jamais existé.

  • Moi, c'est cal.
    Je suis pas le premier et pas le dernier non plus mais je suis l'aîné des garçons. je peux rentrer la vache le soir venu, ce qu'est pas mal utile, vu que ma soeur lark aurait le nez fourré entre les pages d'un livre de l'aube à la nuit si m'man le permettait. lark, la plus liseuse des enfants que vous avez jamais vie, dit p'pa. moi, non. je suis pas porté sur les études. du moins, pas avant que la dame des livres fasse son apparition.
    Un album hommage aux bibliothécaires itinérantes.

  • Deux amis

    Nina Sabnani

    • Syros
    • 15 Mars 2007

    mukand et riaz sont amis pour la vie.
    ils partagent tout, sauf la casquette de cricket rouge de mukang, que celui-ci ne veut jamais prêter ! la présence des militaires, dans la rue, ne les empêche pas de vivre comme si de rien n'était. mais un jour, le maître ne vient pas à l'école. leur pays a été coupé en deux : mukand doit quitter karachi pour bombay... un album indien unique, qui évoque la partition de l'inde et du pakistan. une histoire universelle basée sur les mémoires du père de l'auteur.

  • Un goûter dans la forêt

    Akiko Miyakoshi

    • Syros
    • 13 Octobre 2011

    Quand Kikko se réveille ce matin-là, tout est blanc dehors. Son papa part à l'autre bout de la forêt pour aider Grand-mère à déblayer la neige devant sa maison. Mais il oublie d'emporter avec lui le bon gâteau spécialement préparé pour elle ! La petite Kikko décide alors de l'apporter elle-même à Grand-mère... Et la voilà qui suit bientôt les traces de son papa dans la neige, se hâtant derrière la grande silhouette au manteau noir qui s'enfonce dans le bois.

  • Le hérisson, le lièvre, le hibou, l'écureuil et l'oiseau qui peuplent ces histoires ont tous beaucoup de personnalité, se fâchent parfois pour des broutilles et adorent aller espionner la sorcière de la forêt pour savoir ce qu'elle manigance. Cette sorcière, ils en ont peur et en même temps ils l'aiment bien. Il faut dire qu'ils la connaissent depuis toujours. Et d'ailleurs, est-elle vraiment si méchante que ça ?

  • Mon île de pirates

    Ali Mitgutsch

    • Syros
    • 4 Octobre 2007

    Chaque soir, au moment où sa maman éteint la lumière, un petit garçon s'envole jusqu'à son île... On y trouve des pirates, des palmiers, des tours de défense, des canons qui tonnent, des oiseaux qui piaillent et des singes braillards. Autour, l'eau est si chaude qu'on peut y nager pendant des heures...

  • Oh ! des dinosaures

    Sarah Sheppard

    • Syros
    • 16 Octobre 2008

    Peut-être parce que, pendant des millions et des millions d'années, ils ont régné sur le monde entier. Ils appartenaient à différentes tribus qui ont longtemps cohabité, bien avant que l'homme n'arrive sur Terre... Certains étaient hauts comme des immeubles, d'autres longs comme quatre autobus à la queue leu leu. Il y en avait qui possédaient un bec comme celui des perroquets, d'autres dont les griffes mesuraient un mètre de long ! Comment vivaient les dinosaures ? Etaient-ils gris-brun, rouges ou bleu clair ? Est-ce qu'ils pondaient des oeufs ? Et comment s'appelait celui qui effrayait tous les autres ? Pourquoi ont-ils tous disparu ? D'ailleurs, ils n'ont pas vraiment tous disparu... Un livre écrit et illustré par Sarah Sheppard, artiste suédoise amoureuse des dinosaures.

  • Toi, vole

    Eve Bunting

    • Syros
    • 19 Janvier 2006

    "Mon papa et moi habitons dans un aéroport.
    Nous n'avons pas de maison et l'aéroport, c'est mieux que la rue. Mais il ne faut surtout pas se faire prendre..."

  • il était une fois un artiste nommé siena baba.
    sienal baba ne voyait jamais rien comme les autres. quand ses amis disaient : " la lune est pleine ce soir ! " siena baba pensait " tiens ! un trou blanc dans le ciel. " un jour, siena baba décida de peindre des animaux pour sa maison : un paon-glier, un croco-coq, un élé-crabe... des animaux extraordinaires dont il n'allait bientôt plus savoir quoi faire.

  • "Hans Kirch restait assis à son pupitre, silencieux et immobile ; mais dans son cerveau les pensées l'assourdissaient. Son bateau, un grenier, tout ce qu'il avait mis des années à acquérir si durement remontait devant ses yeux et s'ajoutait à la somme colossale des efforts accomplis. Et c'est tout cela qu'il devrait abandonner à ce... Il n'acheva pas sa pensée. Sa tête était en feu, ses oreilles bourdonnaient.
    - Gueux ! cria-t-il soudain. Ce n'est pas comme cela que tu reviendras dans la maison de ton père ! "
    Dans une petite ville au bord de la mer Baltique, où, pour mériter les honneurs de la cité, les fils de famille se vouaient corps et âme au commerce et à la navigation, Hans Adam Kirch, d'origine modeste, s'était hissé au rang de propriétaire d'un véritable navire. Avec la femme qu'il épousa, il eut un fils, Heinz, que ses professeurs s'accordèrent à trouver brillant, quoique d'un tempérament fougueux. Ce que lui-même n'avait pas pu accomplir, pensait Hans, Heinz, lui, ne manquerait pas d'y parvenir...

empty