Littérature générale

  • L'empereur Maximilien Ier (1459-1519) considérait le spectacle offert par les tournois, les épreuves martiales de l'hastiludium et les mascarades comme un art à part entière. Souverain majeur de l'Europe moderne, il a façonné la carte politique du continent qui prévalait encore au début du XXe siècle, notamment grâce à sa conscience aiguë du pouvoir que confère un bon divertissement en termes de diplomatie et de réseaux.

    Entre 1512 et 1515, Maximilien a passé commande d'un imposant compte rendu manuscrit, minutieusement détaillé et illustré, de 64 tournois. Ces 255 miniatures enluminées d'or et d'argent représentent plus qu'une simple anthologie de scènes de joutes à la cour des Habsbourg - la grande mêlée, les pointes de vitesse dans l'arène, les combats à la barrière et la remise des prix : elles constituent une épopée allégorique narrant les aventures d'un héros intrépide, un chevalier errant qui n'est autre que Maximilien lui-même. Sous les trais de son alter ego littéraire, «Freydal», l'empereur joute pour prouver son amour à une noble dame. L'histoire s'achève quand la dame accepte de lui donner sa main - il s'agit bien sûr de Marie de Bourgogne, que Maximilien a épousée à Gand en 1477.

    Produit sous la supervision directe de Maximilien, Freydal est une description inestimable de la chevalerie à la fin du Moyen Âge, qui dévoile les arcanes de cet art du tournoi que l'empereur a remis au goût du jour, et même réinventé - avec des épreuves comme le spectaculaire Rennen mit geschifften Tartschen, où des boucliers étaient catapultés dans les airs et désintégrés en lames métalliques. Il s'agit, à ce jour, du plus important livre des tournois du Moyen Âge tardif qui nous soit parvenu, un document de référence sur les festivités en vogue à la cour des souverains européens de cette première ère moderne. Bien trop fragile pour être exposé en permanence, le manuscrit est soigneusement conservé dans les chambres fortes du Kunsthistorisches Museum de Vienne.

    En l'honneur du 500e anniversaire de la mort de l'empereur Maximilien, TASCHEN reproduit l'ensemble des 255 miniatures photographiées en couleurs et met ainsi pour la première fois ce manuscrit unique à la disposition de tous. Ce recueil magnifique est présenté par Stefan Krause, directeur de l'Arsenal impérial du Kunsthistorisches Museum, qui raconte sa fascinante histoire.

  • À la fin des années 1910, dans une Europe ravagée par la Première Guerre mondiale, l'illustrateur danois Kay Nielsen apportait les dernières touches à ses illustrations pour Les Mille et Une Nuits. Le résultat est considéré comme un chef-d'oeuvre de l'illustration du XXe siècle: vibrantes de couleurs somptueuses, dont des bleus et des rouges profonds, rehaussées à la feuille d'or, les images réveillent la magie de ce recueil légendaire de contes indo-persans et arabes, rassemblés entre les VIIIe et XIIIe siècles.

    Mais dans le climat financièrement tendu de l'après-guerre, les éditeurs abandonnèrent le projet de Nielsen et l'ouvrage ne vit jamais le jour. Artiste alors émergent, Nielsen se consacra à d'autres projets, si bien que les spectaculaires illustrations à la plume, à l'encre et à l'aquarelle de ce classique de la littérature mondiale furent mises sous clé pendant 50 ans. Publiées dans une seule édition, au cours des années 1970, elles furent sauvées de l'oubli peu avant la mort de Nielsen en 1957, et sont désormais conservées dans la Grunwald Center Collection du Hammer Museum, à Los Angeles, à l'Art Institute de Chicago et dans deux collections privées.

    Bénéficiant pour la première fois d'une impression en cinq couleurs, dont l'or, qui redonne vie à leur fascinante beauté, ces 21 illustrations réunies en un portfolio de haute qualité ont été reproduites directement à partir des aquarelles originales de Nielsen, l'unique série complète de ses oeuvres à avoir survécu. Chaque illustration est présentée individuellement, en très grand format et sur un papier beaux-arts raffiné, afin de révéler le génie graphique de Nielsen et la richesse de ses influences, de l'Art nouveau aux estampes japonaises et aux miniatures indiennes.

    L'ensemble comprend aussi un livre relié de 144 pages, également imprimé en cinq couleurs, qui offre une description de chaque image et trois essais abondamment illustrés racontant la genèse de ces illustrations, les origines du style singulier de Nielsen et le destin des contes. Ce livre complémentaire présente des oeuvres inédites ou rarement publiées de Nielsen, ainsi que l'intégralité des 23 dessins en noir et blanc merveilleusement raffinés créés par Nielsen pour son projet d'origine. Une chance unique de posséder des reproductions d'exception de la seule série d'aquarelles complète à ce jour de cet artiste à l'influence immense.

empty