Thalia

  • La collection "Ateliers d'Artistes" a pour objet d'introduire le lecteur au coeur de la création de l'artiste : vivre le travail de celui qui invente des formes et des objets, en suivre la démarche, apprendre à lire son oeuvre représente la plus précieuse et la plus difficile des entreprises.
    C'est ce que propose chacun des livres de cette collection. Abondamment illustrés, ils dévoilent l'atmosphère d'un atelier ou d'un lieu autour d'entretiens qui restituent la pensée de l'artiste, peintre ou sculpteur. L'atelier parisien de Carlos Cruz-Diez, situé dans le Paris haussmannien, dégage une atmosphère frénétique à laquelle la famille et les assistants ne sont pas étrangers. S'affairant autour de la figure du Maestro et répartis entre les différents espaces ils participent au bon fonctionnement de l'entreprise familiale également implantée à Caracas et Panamà.
    Depuis ses débuts, Cruz-Diez a envisagé son atelier tel un microcosme au sein duquel famille et pratique artistique cohabitent. Au coeur de cette effervescence Cruz-Diez aspire à partager avec le plus grand nombre sa fascination pour la couleur qu'il n'a cessé d'étudier depuis bientôt soixante ans.

  • Serge Mansau est un artiste en marge du monde de l'art dont l'oeuvre de sculpture est restée à l'abri des regards. Ce qui laisse perplexe quand on sait qu'il est, depuis plus de quarante ans, l'un des plus grands créateurs de flacons de parfums, de ces objets que l'on a tous eus, un jour, entre les mains.

    Près de Paris, à la campagne, là où il a installé ses ateliers, où ses cabanes de verre ponctuent un parcours qui sublime le dialogue entre matériaux et senteurs, Serge Mansau entretient avec le temps - au début de notre XXIesiècle météoritique - une relation devenue rare. À la recherche du geste juste, il réinvente un monde dont la nature est le point saillant. À tel point qu'au delà des espaces qu'il s'est aménagé, c'est aussi son atelier à ciel ouvert qui lui apporte l'inspiration du moment et les objets qui prendront place dans ses oeuvres : ici la feuille d'un arbre, là le caillou d'un chemin. Sculpteur, dessinateur, scénographe aussi, il peut tout à la fois travailler le verre, fondre les métaux, inciser le bois, faire dialoguer les matériaux qui trouveront leur place dans son processus de création.
    Il n'est jamais facile de parler de la création, encore moins pour un touche-à-tout comme Serge Mansau dont la sensibilité et les centres d'intérêt, d'ordinaire si peu simultanément exploités, dessinent chez lui un rare champ d'action. À l'image de son Colosse qui culmine à plus de six mètres de haut à l'entrée de sa maison, de ses Forêts d'hommes qui peuplent ses espaces de vie ou bien de ses nounours en verre qui renvoient l'image de l'enfance - la sienne, la nôtre - il ne cesse de réinventer un monde qu'il modèle à sa guise et qui trouve grâce à ses yeux. À l'instar de sa petite valise d'enfant contenant tous ses jouets, il emporte toujours avec lui sa minuscule boîte de couleurs dont on mesure tout à coup - au détour d'une phrase lorsqu'il l'extrait de sa poche - qu'elle structure une mise en abyme, qu'elle est l'atelier dans l'atelier. L'infiniment petit dans l'infiniment grand, c'est sans doute ce que tentent d'approcher les échanges avec Serge Mansau qui nous introduisent au coeur de la création artistique.

  • Vladimir Velickovic est né à Belgrade (Yougoslavie) en 1935. Diplômé de l'école d'architecture de Belgrade en 1960, il s'oriente vers la peinture et réalise sa première exposition personnelle en 1963. Il obtient en 1965 le prix de la Biennale de Paris, ville où il s'installe l'année suivante et où il vit et travaille aujourd'hui encore. Il est révélé dès 1967 par une exposition à la galerie du Dragon et apparaît aussitôt comme un des artistes les plus importants du mouvement de la Figuration narrative.

    Témoin, dans son enfance, des atrocités commises par les nazis en Yougoslavie, il a été marqué pour la vie, et il a voué sa peinture à la représentation du corps. Déchiré, mutilé, secoué par des douleurs atroces, voué à d'épuisantes courses sans issue, éventuellement métamorphosé en chien ou en rat, le corps de l'homme estun champ d'investigation inépuisable pour Velickovic.

    La découverte des tableaux de ce peintre à la renommée internationale est troublante : paysages désolés, horizons bouchés, visions de guerre et de carnage, gibets, pendus, crochets, rats, rapaces, chiens aux muscles bandés forment un univers macabre et agressif, où les représentations du monde et du corps humain sont autantd'illustrations des souffrances possibles.

    Vladimir Velickovic a réalisé de nombreuses expositions personnelles à travers l'Europe et reçu de prestigieux prix pour le dessin, la peinture et la gravure.
    Il est chef d'atelier à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris depuis 1983.

    Vladimir Velickovic rejoindra à l'Académie des Beaux-Arts ses confrères de la section de peinture : Georges Mathieu, Arnaud d'Hauterives, Pierre Carron, Chu Teh-Chun, Guy de Rougemont, Yves Millecamps, Jean Cortot et Zao Wou-Ki.

  • La collection "Ateliers d'Artistes" a pour objet d'introduire le lecteur au coeur de la création de l'artiste : vivre le travail de celui qui invente des formes et des objets, en suivre la démarche, apprendre à lire son oeuvre représente la plus précieuse et la plus difficile des entreprises.
    C'est ce que propose chacun des livres de cette collection. Abondamment illustrés, ils dévoilent l'atmosphère d'un atelier ou d'un lieu autour d'entretiens qui restituent la pensée de l'artiste, peintre ou sculpteur.

  • La collection " Ateliers d'artistes " a pour objet d'introduire le lecteur au coeur de la création de l'artiste : vivre le travail de celui qui invente des formes et des objets, en suivre la démarche, apprendre à lire son oeuvre représente la plus précieuse et la plus difficile des entreprises. C'est ce que propose chacun des livres de cette collection. Abondamment illustrés, ils dévoilent l'atmosphère d'un atelier ou d'un lieu autour d'entretiens qui restituent la pensée de l'artiste, peintre ou sculpteur.

  • Antonio Segui est né à Cordoba, en Argentine, en 1934. Il quitte l'Argentine en 1963 pour s'installer définitivement en France, à Paris, puis à Arcueil où il occupe le même atelier depuis son arrivée. Segui compte à son actif plus d'une centaine d'expositions personnelles, il a remporté prix et récompenses sur les cinq continents et a enseigné à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts. Son oeuvre est entrée dans les collections des plus grands musées du monde.

empty