X Artists' Books

  • (zus)

    Benoît Fougeirol

    In (ZUS), a visual essay by the French photographer Benoît Fougeirol, views of and views from eleven of the «Zones urbaines sensibles» (Sensitive Urban Zones) on the peripheries of Paris reveal harsh paradoxes of modern society. The series is accompanied by a text by author Jean-Christophe Bailly.
    These poor, marginal districts were defined by administrative boundaries in response to the «emergence of a social problem.» Through the synecdoche of architecture-its materials, patterns, and surfaces-Fougeirol presents the stubborn vitality and dereliction of the ZUS-and the failures of collective imagination that they represent. (ZUS) documents each territory with an inventory comprising photographs, graphic representations, and toponyms, none of which alone can account for a totality. The book's cumulative structure raises questions about the tools of representation and the nature of individual perspective. A text by the author, poet, and playwright Jean-Christophe Bailly reflects on the broader significance and lived experience of the ZUS, following a lyrical thread through inhospitable spaces.

  • Le premier recueil publié de l'oeuvre de l'artiste et homme de théâtre Asher Hartman, figure du théâtre-performance américain, et de sa compagnie du Gawdafful National Theater.
    Le livre comprend trois pièces de Hartman (Purple Electric Play (PEP !), Mr. Akita et Sorry, Atlantis: Eden's Achin' Organ Seeks Revenge), ainsi qu'un encart en couleur, des contributions de Janet Sarbanes et Lucas Wrench et une conversation entre Asher Hartman et Mark Allen (producteur des trois pièces) et Tim Reid (un dramaturge et interprète qui a rejoint la compagnie Gawdafful en 2018).

  • Les projets conjoints les plus récents des deux artistes écrivaines qui collaborent depuis les années 1990.
    Oracular Transmissions rassemble trois des plus récents projets collaboratifs qu'Etel Adnan et Lynn Marie Kirby ont menés à bien au cours de processus d'échanges et de traductions (Back, Back Again to Paris, 2013, The Alhambra, 2016 et Transmissions, 2017). L'ouvrage contient également des poèmes de Denise Newman, amie commune des deux artistes, ainsi qu'une introduction de Jordan Stein, commissaire à la Kadist Foundation.
    Le graphisme et la typographie de Brian Roettinger unifient l'ensemble des échanges - vidéos, performances, photographies, courriers électronique et autres textes.

  • High Winds est un livre d'artiste écrit par Sylvan Oswald, accompagné d'illustrations réalisées par Jessica Fleischmann. Ce « western fantasmagorique » prend la forme d'un album dont le récit repose sur les propres expériences d'Oswald, de son insomnie chronique à sa transition sexuelle en passant par son déménagement à Los Angeles. L'imagerie atmosphérique de Fleischmann inspirée des années 1980 et du net art amplifie la poésie et la fantaisie du texte.

  • La première édition reliée de Haiku, livre né à New York en 1964 lorsque la poétesse de la Beat Generation Diane di Prima a remis à l'assemblagiste californien George Herms une série de poèmes saisonniers qu'il a illustrée de gravures sur bois.
    Cette édition commémore le cinquantième anniversaire de l'impression des poèmes par George Herms en 1967 et la naissance de sa maison d'édition LOV? Press. L'ouvrage inclut des reproductions en fac-similé des 32 courts poèmes de di Prima et des 36 gravures de Herms, ainsi qu'un essaie de la curatrice Sarah C. Bancroft.

  • Livre d'artiste né de la collaboration entre Alexandra Grant et Eve Wood : une oeuvre de fiction dystopique et kafkaïenne située dans un monde où la créativité est un délit et les prisons peuplées d'artistes. Suivant le témoignage du directeur de la prison, écrit par Grant, les dessins de Wood illustrent cet univers brutal qui s'attaque de front aux questions liées à la personnalité, au privilège, à la sexualité, à l'autorité et à l'artifice au sein du monde de l'art.
    Publié suite à l'exposition éponyme à Ochi Projects, Los Angeles, du 3 juin au 2 juillet 2017.

  • La première traduction intégrale en anglais du chef-d'oeuvre littéraire de l'artiste argentin León Ferrari (1967). Ferrari met en scène un dialogue entre différentes figures d'autorités telles Hitler, Lyndon Johnson, le pape Paul VI et Dieu, coupables de perpétuer la violence sur terre. Une critique de la guerre du Vietnam et de la politique impériale américaine construite à partir de centaines d'extraits de journaux, de périodiques, d'ouvrages d'histoire, de la Bible...
    Publié à l'occasion de l'exposition « The Words of Others: León Ferrari and Rhetoric in Times of War » au REDCAT, Los Angeles, dans le cadre de « Pacific Standard Time: LA/LA », du 15 septembre 2017 au 16 décembre 2018 ; et au Pérez Art Museum, Miami, du 16 février au 12 août 2018.

  • Cette première monographie documente les recherches et projets développés par le collectif autour de la problématique de la frontière, ayant culminé avec l'exposition conçue à l'issue d'une résidence artistique au Grand Central Arts Center de Santa Ana.
    Le catalogue de 128 pages comprend un insert de 32 pages basé sur les conversations publiques tenues au cours de l'exposition. Conçu par Stephen Serrato du bureau de design graphique ELLA, le livre contient des textes de Cog-nate Collective et Christian Zúñiga, ainsi qu'un dialogue entre les artistes et Karen Stocker.
    Publié à la suite de l'exposition éponyme au Grand Central Art Center, Santa Ana, en 2018.

empty