• Les désenchantées

    Pierre Loti

    • Auberon
    • 19 Mars 2003

    Avec " Les Désenchantées ", Pierre Loti mêle, en une exquise alchimie, réalité et fiction. Dans le mystérieux chassé-croisé de l'intrigue, Loti, le nostalgique de l'Empire ottoman, prend la défense de la femme turque et plaide pour son émancipation.
    Mais avant tout lisez " Les Désenchantées " comme un vrai roman d'aventure et d'amour... Au début du XXe siècle, un écrivain français déjà célèbre occupe un poste diplomatique à Istambul. Une jeune femme de la haute société turque et deux de ses amies entrent secrètement en contact avec lui. Entre ces admiratrices voilées, prisonnières d'un mode de vie ancestral et l'auteur captivé se met en place un jeu relationnel subtil et violent où émotions et sentiments parfois contradictoires s'expriment dans un décor envoûtant.
    Entrez dans ce monde chimérique avec harems, amours impossibles et mort inéluctable.. Ce mélange d'ingrédients fit, à sa parution en 1906, le succès du livre, l'un des plus connus de son auteur. Le lecteur y retrouvait le charme insidieux des couchers de soleil sur le Bosphore, les promenades en caïque aux Eaux-Douces d'Asie et les incomparables évocations d'Istambul, la ville tant aimée. à cette douce magie orientale, s'ajoutaient les destins tragiques de femmes éprises de modernisme, de liberté d'apprendre, d'agir et d'aimer.
    Tout à la fois ancrée dans son époque et annonciatrice de recherches littéraires contemporaines (personnages en quête d'auteur, roman dans le roman, mélange du " je " et du " elles "), cette oeuvre fascinante est aussi un livre étonnamment moderne qui pose sur les débats actuels un regard aigu et leur apporte une saveur inattendue.
    Avec une préface de Bruno Vercier et d'Alain Quella-Villéger

  • Ramuntcho

    Pierre Loti

    • Auberon
    • 1 Janvier 1990

    " Les romans contemporains n'ont que trop souvent généralisé - en l'affadissant parfois à l'extrême - un concept du Basque rêveur, mélancolique, idéaliste, esclave absolu du devoir et des traditions ancestrales. La meilleure de ces oeuvres, la plus vraie quoi qu'on en ait dit, demeure la première parue : Ramuntcho. Compte tenu du côté romanesque ou pour mieux dire poétique, Loti a fort bien vu plusieurs traits dominants de l'âne basque : alternance de gravité fière et de gaieté naïve, dignité et retenue dans les rapports sociaux, fervent attachement au passé, enfin puissance de la foi religieuse maîtrisant les forces profondes d'un atavisme primitif plein de violences... "

  • Vies de deux chattes

    Pierre Loti

    • Auberon
    • 24 Octobre 2012

    Vies de deux chattes , est l'histoire de deux chattes de Pierre Loti, Moumoutte blanche et Moumoutte chinoise. « Les deux chattes dont je vais conter l'histoire s'associent dans mon souvenir à quelques années relativement heureuses de ma vie. Qu'on me pardonne de les appeler l'une et l'autre « Moumoutte ». D'abord je n'ai jamais eu d'imagination pour donner des noms à mes chattes :
    Moumoutte, toujours ; et leurs petits, invariablement : Mimi. Et puis vraiment il n'existe pas pour moi d'autres noms qui conviennent mieux, qui soient plus chat que ces deux adorables : Mimi et Moumoutte. Je garderai donc aux pauvres petites héroïnes de ce récit les noms qu'elles portaient dans leur vie réelle. Pour l'une : Moumoutte Blanche. Pour l'autre : Moumoutte Grise ou Moumoutte Chinoise. »

  • Au coeur de Marseille, on exécute Tarek Bsarani de trois balles dans la tête. Il était le directeur de campagne d'une jeune députée du Vaucluse, étoile montante, assurément promise à un destin national.
    À l'autre bout du pays, on découvre dans la boue les corps meurtris de deux jeunes Érythréennes. Deux migrantes égarées sur les routes dévastées de l'exode.
    Forte de son expérience et d'une équipe plus que soudée, la commissaire Aïcha Sadia tente de dénouer l'affaire marseillaise, tandis qu'au nord, dans ces territoires laminées par la crise, la capitaine Carole Vermeer, flic fragile et vacillante, bute contre la solitude et le mensonge. ?

  • Loin de l'image de la femme soumise, la femme de citoyen grec est décrite comme une femme d'intérieur, qui reigne sur sa maison, mais qui n'a pas le contrôle de son corps, de sa sexualité, et qui n'a d'autre existence sociale que celle de la continuité des familles. Mais cette réalité incontestable rentre en contradiction avec le rôle tenu par les femmes et les déesses de l'Odyssée... Que signifie cette contradiction ?

    Un bel objet, 104 pages illustrées avec des oeuvres d'art de toutes les époques (peinture sur vases, toiles peintes...), avec des focus sur des thématiques transversales (le rôle des femmes dans la Grèce antique, dans la maisonnée, les rapports amoureux et la sexualité...).

  • Le 18 juillet 1936 commence la guerre d'Espagne dont la mémoire est restée vivace. Elle jette l'une contre l'autre les deux Espagne mais très vite se complexifie car toutes les idéologies caractéristiques du XXe siècle s'affrontent férocement dans la péninsule : celles du passé, avec les traditionalistes, tant du point de vue religieux que social, celles qui caractérisent le siècle avec les fascistes, les anarchistes, les communistes, les socialistes, les trotskystes et ... les républicains. Les massacres, perpétrés dans chaque camp, selon une ampleur et des objectifs différents, ajoutent à la cruauté de ce conflit qui se termine par la victoire des franquistes.
    Pour les républicains de toutes nuances, c'est le temps de l'exil, essentiellement en France. La retirada, en 1939, charrie en une quinzaine de jours, une immense vague de 500 000 personnes, femmes, enfants, vieillards, hommes d'âge militaire, soldats et civils. Ils sont « reçus » soit dans des centres d'accueil improvisés, soit dans des camps qualifiés par les autorité françaises « de concentration ». Les hommes, intégrés d'abord dans des Compagnies, puis des Groupements de travailleurs étrangers, participent largement aux combats de la Résistance, soit dans des groupes de guérilleros, soit dans des unités françaises. Ayant participé à la libération du territoire français, ils échouent cependant en octobre 1944 dans leur tentative d'abattre le joug franquiste.
    L'introduction de l'Espagne franquiste dans les instances de l'ONU en 1955 sonne le glas de leurs espoirs et ils considèrent alors que le temps de « poser leurs valises » est venu. C'est le temps d'une intégration réussie dans les contexte de Trente Glorieuses.

  • Renato Donatelli est un simple flic. Un costaud, un baraqué, un type qui a quitté son île, la Nouvelle-Calédonie et qui s'acquitte de son job du mieux qu'il peut, honnêtement, toujours prêt à rendre service, parce que c'est comme ça que Mama Loma l'a éduqué. Les magouilles de la brigade des Stups, il refuse d'y participer. Le Kanak comme il est surnommé par le reste de la bande est toujours poli mais faut pas venir lui chercher des noises.
    « Je vais te laisser le choix. » C'est toujours comme ça qu'il commence quand le mec en face se met à le gonfler.
    « Soit tu passes ton chemin, soit je te mets une gifle amicale ! » Alors quand il tombe sur une famille dépecée à coups de machette, il se fait un devoir d'élucider cette boucherie, d'arrêter les massacres même si tout le monde tente de l'en dissuader.
    Aidé d'un jeune freluquet fraîchement sorti de l'école de police et d'une médecin légiste collectionneuse de cartes postales, le Kanak va remonter la piste d'une vengeance, d'un génocide africain où les bourreaux d'hier sont les victimes d'aujourd'hui.

  • «Faire une balade dans le sud-ouest sans quitter sa cuisine, c'est possible !
    Au menu, des desserts gourmands, présentés étapes par étapes, simples, traditionnels et absolument délicieux : un gâteau basque, une fouace aveyronnaise, des millas ariégeois, une tarte aux myrtilles, une flognarde et bien d'autres... De quoi régaler toute la famille !
    Le livre est idéal pour les jeunes marmitons (et les plus grands...) qui découvriront avec plaisir ces pâtisseries d'hier et d'aujourd'hui.»

  • Février 1947, Basses-Pyrénées. Un petit garçon assiste à la pendaison de son père, chasseur de Juifs pendant l'Occupation. Soixante ans plus tard, une grande ville du sud découvre chaque jour le corps supplicié d'un vieillard. Très vite, l'enquête révèle l'origine juive des victimes. Le passé d'une ville remonte alors à la surface et lance un ex-flic, Sébastien Touraine, et une jeune psychanalyste, Emma Steiner, dans une course folle contre l'histoire refoulée de la Libération. Ils ont six jours. Six jours pour mettre la main sur le tortionnaire avant qu'il ait achevé sa mission. Le compte à rebours ne fait que commencer... Et si c'était dans votre ville...

  • WILCO WESTERDUIN est un photographe néerlandais. Installé au Pays basque, il travaille depuis plusieurs années sur ce projet qui l'a conduit à décourir la chaîne des Pyrénées de l'est à l'ouest, du nord au sud. Sa vision unique du paysage, de l'architecture, de l'exploration de lieux oubliés a été remarquée dès ses premières expositions à Bayonne, Biarritz ou Saint-Sébastien. Son travail, ainsi que Planet Basque, son premier livre, ont été primés à plusieurs reprises. Il est suivi par des milliers de personnes sur les réseaux sociaux. La préface est rédigée par Patrice Teisseire-Dufour, grand reporter à Pyrénées magazine. Des haikus signés d'Alexandre Hurel, fondateur des éditions Pimientos et Arteaz, prolongent dans la retenue ces photos spectaculaires.

  • Arnaud Begay, photographe professionnel, signe ici un ouvrage d'une qualité rare, en nous offrant de partager le regard qu'il porte sur les Pyrénées. En parcourant ces pages, nous réalisons que la beauté réside, avant tout, dans la vision que nous avons d'un site, d'un paysage. Cet album est une ode aux Pyrénées.
    Anne Lasserre-Vergne, docteur ès lettres, a consacré ses travaux de recherche à l'image des Pyrénées dans la littérature française.

  • Crime, haine, vengeance, disparitions, et combat passionné d'une jeune femme pour sauver son amant.
    « Mais jusqu'où est-il possible d'aller pour exiger réparation quand la justice aveugle s'est fourvoyée ? » demande Julia.
    Trente ans plus tard, peut-on encore lui demander des comptes ?
    Pour tenter de répondre à ces questions, Nino et son grand père, Emilio, ancien guérillero, et dur à cuire, remontent le temps en sillonnant les routes, du Pays basque à la Provence, dans un cabriolet Alfa Roméo. Un livre de bord les accompagne, le journal de Julia.
    Ce texte est une version remaniée du roman paru en 2013, et qui a obtenu le prix Augiéras, en 2014, au salon Livre en fête, du grand Périgueux.

  • Avec les débuts de la guerre d'Espagne arrivèrent les premiers réfugiés. Mais ce fut en 1939 que la retirada, la retraite de l'armée républicaine espagnole, jeta sur les chemins de l'exil une immense vague de 500 000 personnes. La France, prise au dépourvu et déchirée par un violent débat interne, les rassembla dans des camps qui, trop souvent improvisés dans l'urgence, se résumaient à une plage battue par les vents d'hiver.
    Nombre d'entre eux tentèrent l'aventure du retour ou réémigrèrent en particulier vers l'Amérique latine. Les autres furent enrégimentés, embrigadés, ballotés de camps en compagnies puis groupements de travailleurs étrangers et constituèrent une main d'oeuvre contrainte sur les chantiers du Mur de l'Atlantique ou en Allemagne. Pourtant, ils s'engagèrent aussi précocement dans la Résistance ou, de Narvik à Paris libéré et à Berchtesgaden, parcoururent tous les champs de bataille sous l'uniforme français.
    Mais pour ces républicains, la libération de la France n'était que le prélude à la reconquête d'une Espagne qu'il fallait affranchir du joug franquiste. Espoirs pourtant déçus, ravivant au sein de l'exil des affrontements souvent hérités de la Guerre civile. Jusqu'à ce que, "posant enfin leurs valises", vienne pour eux le temps de l'intégration.

  • Neige écarlate

    Anne Waddington

    Un village perché sur les hauteurs du Tarn. Son épicerie, son médecin, son infirmière, sa carrière... et sa maison de retraite !
    Un monde clos, un hiver rude et une tempête de neige qui isole le village. Des comportements qui changent soudainement, des résidents de la maison de retraite qui décèdent suite à des comportements inexplicables et la folie qui s'empare de tout le village. Paranoïa, schizophrénie, hallucinations, ce cocktail détonnant va pousser au cours de cette longue nuit d'hiver, la population à s'entretuer, chacun persuadé que l'autre en veut à sa vie !
    Quelques personnes semblent épargnées et tentent de résister et de comprendre. Empoisonnement collectif ? Virus ? Manipulation mentale à grande échelle ? Expérience scientifique qui tourne mal ? Lorsque le jour se lève et que la tempête se calme, les rares survivants n'auront pas trouvé les réponses...

  • La collection Du Noir au Sud fête son centième titre ! A cette occasion 24 auteurs maison vous proposent une nouvelle noire, locale et inédite ! Ce nombre n'était pas dans nos têtes lorsque la collection Du Noir au Sud s'est créée en 2013. Loin de s'imaginer que l'on atteindrait en si peu de temps ce nombre mythique. Loin de s'imaginer le succès que la collection rencontrerait tant au niveau du public que des auteurs. Aujourd'hui, c'est une réalité. L'idée de ce recueil était simple : jouer sur les mots, leur son et leur sens. Cent, sang, sans, sent, c'en, s'en et tant d'autres... Vingt-quatre auteurs sur la cinquantaine que nous avons publiés depuis le lancement de la collection. C'est dire la fidélité et l'engagement de la team Du Noir au Sud. Du sang ! Du sang partout ! Que ce soient un coup de sang, des faux semblants, des sans-papiers. Que ce soit le sang des pauvres, le sang d'encre et même le sang d'ancre ou le sang de la terre. Que ce soit un rendez-vous à Sang-Sébastien autour d'une sangria bien rouge et cent remords ou lors d'un repas bien innocent entre consanguins. Que ce soit sans peur mais sans reproches et que la sentence finisse dans un sanctuaire. Qu'un certain Santini, au sang blanc, soit sang dessus dessous ou décroissant. Sang équivoque et sans toi lecteur, cet ouvrage de moins de six cent quatre-vingt-dix grammes, ne nous aura pas pris cent ans de négritude à l'imaginer.

  • Bordeaux, automne 2003.
    Un tueur en série frappe sans discernement. Sur sa piste, seul le lieutenant Lazare Servent semble capable de saisir la logique du meurtrier. Soupçonné d'être lui-même un assassin, perdu aux yeux du monde, hanté par son passé, il semble ressusciter soudain grâce à l'arrivée inopinée de sa nouvelle partenaire et la catharsis de cette nouvelle enquête sous forme de défi.
    Sa traque le mènera jusque dans l'ancien et gigantesque commissariat abandonné de la rue Castéja, où elle se terminera dans un bain de sang.

  • Deux enfants Juliette et Victor partent en balade avec leur maman et leur grand-père. Ils vont faire la rencontre d'un blaireau qui pleure car il ne retrouve pas son ami Marlo qu'il devait retrouver pour son anniversaire. Les enfants vont l'aider à partir à sa recherche avec leur chien. Un chien intrépide tout autant que ces petits maîtres. Les petites lecteurs auront plaisir à le retrouver et lui donner un nom. Sur chaque page magnifiquement illustrées de mille et une couleur, de scintillements féériques et de détails époustouflants, les enfants entraînent le lecteur dans leur aventure en leur faisant découvrir les animaux de la forêt, leur habitat et leur nourriture. L'album est rythmé par l'humour, l'entraide et la bienveillance permettant de s'évader mais aussi de s'épanouir.

  • Moktar

    Jérémy Bouquin

    Le quartier Saragosse c'est le secteur de Moktar. Il y tient les barres d'immeubles, les avenues, la plaine de jeu, les commerces... Un véritable business à ciel ouvert, avec ses guetteurs, ses chefs de clans, leurs lieutenants.
    Tout ce petit monde s'est allié pour le trafic de came. Les alliances sont encore fébriles et il ne faut pas grand-chose pour allumer le feu. La ville est tenue jusqu'au jour où deux gosses se font faucher sous les balles d'une kalachnikov 7.62

  • Adieu Lola

    Simone Gélin

    À Bordeaux, un commandant de police opiniâtre enquête sur la disparition d'une jeune fille.
    A l'autre bout de la France, une jeune prof, parachutée dans un collège de banlieue, fraichement débarquée dans ce milieu défavorisé, nous fait vivre ses tribulations d'apprentie romancière, au rythme des étapes d'une relation amoureuse toxique.
    Au Cap Ferret, dans un blockhaus, Lola se bat contre la marée. Elle revient sur trois années de son existence vécues sous l'emprise d'un pervers narcissique, et se remémore son parcours et son combat pour se libérer de cette dépendance affective et sexuelle.
    Ces deux récits nous révèlent comment les failles des êtres, l'environnement sociétal, et les aléas de l'existence peuvent favoriser ce type d'asservissement, et de déstructuration.
    Les destins de ces deux femmes se sont-ils se croisés ?
    Où et quand ?
    Et jusqu'où un manipulateur est-il capable d'aller pour retrouver sa toutepuissance lorsqu'il comprend que sa proie va lui échapper ?
    Jusqu'au crime ?

  • Pour régler la succession de sa grand-mère qui vient de décéder, Alice revient dans le hameau des Pyrénées où, petite, elle passait toutes ses vacances. Une fois sur place, prise de nostalgie et en proie à une profonde remise en question, elle décide de s'installer dans la propriété familiale plutôt que de la vendre. Commence alors une série d'événements étranges, de plus en plus graves, dont certains voisins lui attribuent l'origine, sous-entendant qu'elle serait une sorcière. L'entente au sein de la petite communauté vole en éclat, tandis qu'Alice qui se sent surveillée est directement menacée de mort par un énigmatique corbeau.

  • Ce livre n'a pas été conçu comme une quête du « mystère » ou du « secret » des cagots mais comme la mise en oeuvre méthodique de la documentation les concernant, entre Ebre et Garonne et du Moyen Âge à nos jours.
    En résulte une vision de l'histoire de cette minorité d'exclus toute en mouvement et en contrastes, très éloignée des stéréotypes habituels. Les cagots furent discriminés mais appréciés comme prestataires de « services spéciaux », avant d'être accablés de haine et de mépris. Une population de pauvres pourvue d'élites dynamiques. Une minorité combattive puis résignée et aspirant à l'oubli...
    Les cagots s'avèrent être le côté obscur des communautés de « voisins » qui ont longtemps dominé la société de ces régions. Se fait jour une façon de poser autrement la question de leurs origines et la possibilité de jeter des passerelles avec d'autres minorités discriminées, telles les caquins bretons ou les burakumin japonais.

  • Bonheur

    Christian Laborde

    • Cairn
    • 12 Février 2021

    Un héritage permet à Julien Beausonge de quitter la région parisienne pour le Sud. Il débarque à Ossun, dans le 65. La demeure qu'il vient d'acheter est l'une des plus anciennes du village. Chaque pièce raconte l'histoire d'une famille qui, peu à peu, devient la sienne. Qu'il sillonne les chemins du Plateau de Ger, qu'il perce le secret d'une chambre close dont il a retrouvé la clé, Julien se sent revivre, renaît, marche vers son bonheur. Un bonheur qu'il devra défendre...

empty