Scolaire

  • Dans cet essai sur le vivant, Bernard Dugué élabore une philosophie de la vie dont les caractères essentiels sont conçus en articulation avec les données contemporaines fournies par les sciences biologiques et l'évolutionnisme. Le grand problème de la biologie contemporaine est qu'elle tente d'expliquer la vie à partir de l'évolution alors que, selon l'auteur, il faudrait envisager le contraire : mieux comprendre le vivant pour expliquer les processus globaux que sont la spéciation et l'adaptation. L'approche développée est ici globale, systémique, en rupture avec la philosophie mécaniste et réductionniste qui a dominé pendant quatre siècles. Cet ouvrage tente de développer quelques idées sortant des cadres de pensée les plus répandus. « Le mérite de l'auteur est d'assumer cet autre rôle, en sachant très bien qu'il prend des risques (.) La révolution copernicienne consiste à expliquer non la vie par l'évolution, ce que tente de faire le darwinisme, mais l'évolution par la vie, ce que propose l'auteur. Il ne prétend pas avoir rempli un tel programme, mais du moins en avoir fait ressortir le caractère plausible (.) La sélection naturelle ne peut expliquer l'apparition de la vie car la vie précède la sélection. » Hervé Barreau. TABLE DES MATIERES : 1. Sciences de la vie et de l'évolution, une entrée en matière sous forme de questions et hypothèses diverses - 2. Matière, vie, technique et cognition - 3. Du physique inerte au cellulaire vivant et organisé - 4. De la cellule à l'organisme - 5. Réception, perception, cognition - 6. Sélection naturelle ou bien conatus naturel comme ressort de l'évolution ? - 7. Quelques conjectures sur une révolution copernicienne en science de l'évolution - Conclusions sur le vivant - ANNEXE 1 : Questions de gènes - ANNEXE 2 : Le principe du miroir.

empty